THE LAST OF US (Saison 1)

Proposer un univers à un public non-gamer qui donc ne le connaît pas ?

Jim

Après tu as toujours la difficulté d’adapter une œuvre sur laquelle on joue dans un média où l’on est plus passif (même si je tendrais personnellement à nuancer cet aspect).

C’est une des causes des échecs répétés des adaptations de jeux au cinéma je pense (avec d’autres facteurs comme le fait d’adapter des œuvres pas forcément intéressantes par des réalisateurs pas forcément compétent)

D’où les réticences face à ce genre de projet. Perso autant je pense que le premier volet de ce jeu a en soi un gros potentiel pour offrir une bonne adaptation autant je serais plus circonspect avec le deuxième volet tant il intègre les mécanismes de jeu dans sa narration et son propos pour amener le joueur à se questionner sur les actions qu’il entreprend.

(Kojima à la même démarche avec sa série Metal Gear Solid, surtout le 2, d’où le fait qu’il s’agit d’un jeu impossible à bien adapter en série ou film)

J’ai une culture vidéoludique proche du néant, mais j’ai vu quelques films adaptés de jeux, et j’ai souvent remarqué qu’ils passent par la phase de l’imitation formelle (souvent par le truchement de plans en caméra subjective, par exemple), et je me demande si ce n’est pas une erreur : le passage d’un support à l’autre doit s’accompagner, je pense, d’une prise de distance formelle.

Jim

Exactement ce que je suis.
Je le connais, forcément, mais je n’ai jamais pratiqué.

Comme un gland, j’ai acheté une Playstation 5 pour ne jouer qu’une grosse heure dessus à Battlefront.
Je ne trouve pas le temps de jouer, et je n’ai manifestement pas l’envie.
Alors, une bonne adaptation, tant que c’est bien foutu, why not ?

Edi : je répondais à la question d’il y a deux heures, de Jim ? :slight_smile:

Les lecteurs auront rectifié d’eux-mêmes.
:wink:

Jim

Genre Doom. :slight_smile:
Le pire de tous, éclipsé sur la durée par les Resident Evil.

C’était tellement con de faire ça.

Je ne me fie qu’aux fans d’Andor. :grin:

J’ai celui-là en tête, mais j’ai vu ça ailleurs.

C’est le film qui m’a permis de mettre un nom sur la tête de Dwayne Johnson et de Karl Urban. Rien que pour ça, je ne peux pas totalement le détester.

Mais… ouais.

Jim

Oui pour les adaptations de jeu qui sont des FPS (First Person Shooter) donc des jeux dont le principe se base sur la vue subjective afin d’immerger au mieux le joueur. Déjà en soi je pense pas que ce soit pertinent d’adapter car ce choix de vue, à mon sens, privilégie l’action au récit. L’avatar n’existe pas puisque l’idée est de faire croire au joueur qu’il est le personnage et, généralement, on le place dans des univers qui sont en soi des décalques de truc déjà existant à la télé ou au ciné. Dès lors ca pose des limites si l’on veut adapter un jeu et ça donne des films médiocre.

En fait c’est comme adapter une nouvelle de quelques pages. Que dire avec si peu de matériau ? Ca peut donner de grand film parce que tu as une récupération par des gens compétent mais quand la simplicité de base sert à être un support à une expérience ludique où est le potentiel pour une adaptation ciné ou télé. C’est comme adapter la bataille navale en fait (et cela a été fait et c’est naze).

Je suis déjà plus intéressé par un mec comme Gans parce que c’est un vieux joueur et qu’il à réfléchi à la manière de transposer ce qu’il aimait dans le jeu dans un autre média et donc un autre langage. Que ce soit de manière à nourrir ses oeuvres (Crying Freeman et surtout Le Pacte des Loups) ou pour adapter un jeu (Silent Hill). C’est rarement réussi mais c’est déjà plus intéressant.

Je pense que c’est des gens comme les Wachowski ou Edgar Wright qui intègrent bien mieux le langage vidéoludique. Typiquement il y la scène de course qui ouvre Speed Racer avec l’idée du fantôme du frère. Ca joue sur l’idée de l’ombre fraternelle que le héros ne peut dépasser (pour le moment) en utilisant un principe de jeu connu (celui du « fantome » du joueur d’une partie précédente qu’on retrouve dans la course afin de comparer son temps passé à celui que l’on est en train d’effectuer)

On est de plus dans une période (enfin plus de 20 ans maintenant) où les capacités techniques des machines permettent de créer des oeuvres à la fois ludique mais aussi permettant à des créateurs d’avoir une approche artistique en premier lieu. Typiquement des gens comme Hideo Kojima ou Fumito Udea qui, par le jeu, essaye de réfléchir à plein de choses (chez Kojima c’est notre rapport à la guerre, l’innée et l’acquis, le rôle de la communication entre individus et des systèmes) et qui pour cela utilise des genres de jeux codifiés dont ils vont exploser les limites pour impliquer encore plus le joueur (Udea confronte le joueur à sa culpabilité d’avoir tuer des « boss » de jeu, Kojima lui le confronte au fait même de jouer et brouille les cartes entre réel et virtuel).

Va adapter cela tiens

En fait on devrait pas parler de l’adaptation de jeux mais des adaptations des jeux. Certains s’y prêtent et d’autres pas.

Pour le coup les créations du studios Naugthy Dog que sont Uncharted et The Last of Us s’y prêtent parce qu’elles se placent dans des genres connu (l’aventure pour le 1er, le post-apo pour le deuxième) en mettant l’accent sur l’écriture des personnages et la narration. Ces deux franchises sont des jeux qui voit leurs personnages évoluer et grandir à travers les épreuves que le jeu impose et que le joueur doit réussir. C’est très simple à adapter et cela peut offrir une adaptation de qualité pour peu qu’on soit pas une brèle. D’où mon effarement face au film Uncharted qui arrive d’être aussi con que moche.

Vu le pedigree et la chaine de diffusion, j’ai déjà plus confiance pour The Last of Us. Parce que le récit se base sur une relation qui prend du temps à se développer et si le jeu à recours à l’ellipse de manière pertinente, une série télé dispose d’un temps plus long pour poser cette relation

(la suite est plus problématique puisque le 2ème jeu confronte le joueur à la propre violence des personnages en lui faisant incarner l’héroïne mais aussi son ennemie le tout dans une histoire de plus en plus dur à encaisser du fait de notre implication ludique. C’est à mon sens une difficulté majeure si cela doit être adapté)

Enfin brefle

Super Mario Bros, Double Dragon et Wing Commander m’avaient déjà vacciné.

Tori.

A cette heure-là, c’était surtout des fans Andormis

Un fan d’Andor, c’est Fandor ?

Tori.

Je savais que Lords allait sortir du bois ^^!

Disons que j’aime le jeu et le fait que tout ne soit pas montré, laissant la possibilité au joueur de combler les trous (je pense ici aux moments juste après l’accident de Joel ou après le 1er mort d’Ellie).

Les 2 personnages sont finalement peu bavards dans le jeu et on comprend que l’attachement se fait au fil des mois.
Si la série était bavarde, ce serait une erreur de mon point de vue.

Mais si c’est bon, j’en serai.

Allez, enfin faire Left Behind ce week-end !

Les moments après l’accident de Joel sont montré dans le DLC Left Behind (elle l’emmène dans un centre commercial et cherche une boite de premier secours tout en se remémorant la nuit où elle fut mordu). Tiens d’ailleurs si tu peux me confirmer qu’il est inclus dans le remaster sur PS5, ça serait urbain de ta part :heart:

Pour le 1er mort d’Ellie tu pense à quoi ? L’homme qu’elle abat dans la ville pour sauver Joel ? Parce que là tout est montré. Ou bien quand elle tue le leader du groupe de cannibale ? Et là c’est un choix narratif et artistique qui peut être conservé sans souci dans le cadre d’une adaptation

Au fait si tu as jamais tenté il y a des vidéos de jeux complets qui sont facilement trouvable. Dans le cas d’un The Last of Us ou Uncharted ça peut être intéressant à voir pour peu qu’on veuille découvrir l’œuvre originale sans y jouer.

Oui Left Behind est dans le Remaster PS5 aussi (moi je suis resté sur PS4, ma connexion internet ne me permet pas les mises à jour énormes que nécessite une nouvelle console…).

Ah, tu me spoiles Left Behind mais c’est un insert malin, je vais aimer je le sens !

Pour Ellie, oui je pense à celui dans l’hôtel. Tout est montré mais Joel reste un gros con à peu de choses près. C’est un peu plus tard qu’il lui en reparle et très rapidement. Si le show devait passer 1 épisode à « déculpabiliser » Ellie, ce serait dommage je pense.

Pour David, là, c’est la peur et la rage qui la poussent à agir (cette scène de libération d’Ellie avec le hachoir, en parallèle de l’« interrogatoire » des 2 sbires par Joel, brrr jouissif !). Idem, on peut se passer d’explicatif.

Dans TLOU 2, c’est encore explicite pour le joueur qu’entre eux 2, tout est histoire de non-dit.
Cf la fin du 1 : « Tu me promets que tout s’est passé comme tu l’as dit ? » « Oui, je te promets ».

Merci, mais les jeux vidéo ne m’ont jamais intéressé.
Les jeux, en général, ne m’intéressent pas.

Jim

Je ne suis pas trop convaincu par ton propos tant ce jeu est un film de base.
Kojima n’aurait il pas aimé l’adapter?

Je me permets de citer Street Fighter II avec JCVD!! (je mérite, je sais).

A la base oui

(enfin non à la base c’est un jeu)

Au sommet c’est un jeu qui retourne la table en sacrifiant sa figure emblématique afin de plonger le joueur dans un questionnement métaphysique en direct-live allant jusqu’à, presque, briser le 4ème mur du jeu (les faux game-over, le long monologue de Solidus dans la salle virtuelle etc.) le tout pour appuyer toute une réflexion sur le pouvoir de l’information et la pratique de la réalité virtuelle (le jeu donc) sur le contrôle de masse et/ou la formation de nouveaux soldats.

Alors oui on peut adapter la surface du truc et faire un film bourrin (sans beaucoup d’intérêt à mon avis) mais si on veut en tirer ce qui donne au jeu toute sa puissance et sa valeur artistique faut cogiter longtemps pour trouver comment faire sans le support pour lequel il est pensé

(la même réflexion qu’a faite Snyder afin pour pouvoir réaliser Watchmen et en faire quelque chose de pasionnant…non je déconne)

Le seul élément pour une non adaptation, c’est le temps (ou la durée du film) car je n’ai plus mémoire du temps nécessaire pour finir le jeu mais il est assez long, de mémoire (le trois aussi d’ailleurs).

Parce que faire un film « intelligent », c’est encore possible de nos jours. :wink: