THE MORTUARY COLLECTION (Ryan Spindell)

REALISATEUR

Ryan Spindell

SCENARISTE

Ryan Spindell

DISTRIBUTION

Clancy Brown, Caitlin Custer, Christine Kilmer, Jacob Elordi, Barak Hardley

INFOS

Long métrage américain
Genre : horreur
Année de production : 2019

Dans la petite ville de Raven’s End, dans les années 80, Montgomery Dark est entrepreneur de pompes funèbres. Un jour une jeune femme, Sam, répond à son offre d’emploi. L’entretien et la visite de la vieille demeure servant de funérarium va être l’occasion pour Montgomery de raconter plusieurs histoires sur les morts de la communauté.

Film anthologique d’horreur porté par un Clancy Brown impérial en croque-mort et conteur au passé étrange, The Mortuary Collection évite la difficulté inhérente à ce type de film à savoir de proposer des récits inégaux en terme de qualité.

Le film est initialement composé de quatre récits plus ou moins long s’ancrant dans une sorte d’époque fantasmée, en terme visuel, des années 50/60 mais avec une modernité marquant bien le film dans son époque de réalisation.

Quatre récits donc : une femme doit faire face à un monstre dans des toilettes, un étudiant se retrouve dans une mauvaise posture après une nuit de sexe débridé et non protégé, un homme envisage de tuer de sa femme gravement malade et, enfin, une baby-sitter doit défendre la maison qu’elle garde alors qu’a eu lieu une évasion dans l’asile voisin.

Les récits s’inscrivent, forcément, dans la lignée des EC Comics que ce soit via l’étrange narrateur, leurs méchancetés, leurs générosité en hémoglobine ou bien encore dans leurs conclusions faisant payer les coupables.

Mais le film à ceci d’intelligent que cette morale attendue dans ce type de récit et inhérent au genre, va elle-même être transgressée par nos deux personnages servant de fil rouge et, de manière formelle, par le réalisateur lui-même qui va alors procéder à une bascule en faisant de son fil rouge un cinquième récit assez puissant il faut bien le dire.

Ryan Spindell connait ses classiques et sait en jouer pour proposer un récit à la fois classique mais également rafraichissant dans sa manière de faire et passionnant dans ses qualité visuelles et narrative. Ça enfin véritablement de retrouver Clancy Brown dans un rôle dans lequel il prend un véritable plaisir de jouer

1 « J'aime »

Et si vous voulez le voir, il est actuellement sur Shadowz

Je l’ai vu hier soir et j’ai passé un très bon moment. Je suis très friand du format film à sketches, tout en reconnaissant ses défauts comme je l’ai souvent mentionné dans mes billets du club sur les productions Amicus par exemple. The Mortuary Collection fait partie de ces quelques exemples où le film se tient très bien sur la durée. Il y a même une progression sur l’efficacité des histoires racontées, de la première, la plus courte, déjà assez chouette dans son absurdité (pas besoin d’explication, le visuel suffit, très BD dans l’esprit), au réjouissant Babysitter Murders (bourré de très bonnes idées comme le film dans le film monté en parallèle)…sans oublier l’excellent fil rouge qui devient lui aussi une histoire à part entière, thème principal du scénario de Ryan Spindell qui dose justement horreur et touches d’humour.
La direction artistique est de qualité; le superbe décor de la maison funéraire est bien mis en valeur; les effets spéciaux sont bons, entre trucages pratiques et CGI de bonne tenue et l’ensemble est dominé par un savoureux Clancy Brown.

1 « J'aime »