THE SHADOW HERO (Gene Yang / Sonny Liew)

J’avais eu un avant-goût de cette BD par l’intermédiaire de son premier numéro en version numérique et ce week-end je l’ai vue (et achetée) dans son adaptation française (Urban China) (rien à voir a première vue avec Urban Comics Pour en savoir +), traduction de l’ami Jim Lainé.

[quote]http://i818.photobucket.com/albums/zz104/Werber/Werber009/Urban-China_zpsfuubi4wf.jpg
Dans les années 1940, en plein âge d’or du comics, Chu Hing créa Green Turtle. Combattant le crime et défendant les opprimés, ce justicier cachait derrière son masque plus qu’une simple identité secrète : c’était le premier super-héros chinois. Aujourd’hui, Gene Luen Yang et Sonny Liew font revivre ce personnage sous les traits de Hank, un fils d’immigrés de 19 ans qui, à la suite d’un drame, enfile sa cape verte pour lutter contre la pègre de Chinatown.[/quote]

THE SHADOW HERO est paraît-il donc le premier super-héros sino-américain (1944) de l’histoire de la BD étasunienne, il est repris ici par Gene Luen Yang, un scénariste qui s’occupe actuellement de Superman chez DC comics et par Sonny Liew un dessinateur que je ne connais pas.

Ce très chouette recueil de 176 pages, couverture souple à rabats, présentations des auteurs, caractères chinois, bref un très beau design dont je n’ai relu pour l’instant que la première aventure ; propose également une postface signée Gene Luen Yang et la première aventure extraite de Blazing Comics n°1.

Dès la première aventure les deux auteurs prennent à contre-pied l’apax existentiel (Pour en savoir +) le plus souvent utilisé pour mettre au monde les super-héros, et inscrivent leur série sous un angle naïf des plus rafraîchissant.
Cela dit à l’ère postmoderne (véritable miroir aux silhouettes) nul doute que cette perspective se révélera plus riche qu’on ne s’y attend.
C’est d’ailleurs le cas dès ces quelques pages.

Une série qui s’annonce très prometteuse (je viendrai en reparler lorsque j’aurai terminé) proposée sous la forme d’un bien joli ouvrage très soigné pour la modique somme de 15€.

Merci de l’info Artie. C’est combien de pages ?

176 pages.

Merci !

Et je viens de voir que c’était l’intégralité du premier volume !

Je ne savais pas qu’il y avait plusieurs volumes, en tout cas ce recueil se termine en bouclant l’histoire, tout en permettant des suites ; bien entendu.

[quote=“artemus dada”]
Je ne savais pas qu’il y avait plusieurs volumes, [/quote]

Je ne sais pas s’il y en a d’autres. Je ne fais que lire l’info de Jack dans le premier message de ce sujet ! :wink:

THE SHADOW HERO le retour, ou ce que je peux dire après avoir entièrement lu ce recueil de 176 pages vendu par l’éditeur Urban China.

[size=150]C[/size]'est presque devenu une tradition de poser sur les fictions aujourd’hui la grille de lecture du “monomythe” (Pour en savoir +) encore appelé le “voyage du héros”.

À cela rien de surprenant cependant lorsqu’on sait que le “monomythe” de Joseph Campbell est une extrapolation si je puis dire de la modélisation d’une observation dont la littérature hippocratique rend compte (ce qui ne date dons pas d’hier) : en l’occurrence la maladie.
Ainsi par exemple, lors d’une fièvre le malade passe par les étapes que devra affronter le héros lors de son “voyage”.
Au début il ne se passe rien (la bonne santé/refus de l’aventure) ensuite il y a la phase aiguë (la fièvre augmente/risque de mort pour le héros (et le malade) lors d’une épreuve difficile). Ensuite la fièvre retombe et le malade est guéri. Ce qui correspond au “retour du héros”.
Tout cela suit une courbe appelée courbe de Gausse :

Certes le “monmythe” plus encore que sa synthétisation par Christopher Vogler est beaucoup plus riche que ce que je laisse entendre en les comparant à un accès de fièvre. Tout un arsenal d’obstacles et ennemis, sans oublier le mentor au rôle prépondérant (mais qui peut dans une certaine mesure être l’avatar fictionnel du médecin) est absent de la brève comparaison à laquelle je me suis livré, néanmoins la courbe qui représente le “voyage du héros” est peu ou prou équivalente à celle d’une bonne fièvre. Et d’une intensité comparable.
C’est certainement pourquoi ce type de logique narrative est si efficace (Cf. Jean-Jacques Wunenberg).

Dans mon premier commentaire sur cette série, j’écrivais que les auteurs contournaient l’apax existentiel favoris des créateurs de croisés costumés.
Ce n’est pas tout à fait exacte. Gene Luen Yang & Sonny Liew tout imprégnés de l’ère postmoderne dans laquelle nous vivons jouent avec ce miroir aux silhouettes (comme il fallait s’y attendre) pour surprendre ou tenter de le faire, les lecteurs.
Ainsi la phase “héros darwinien” pour qui se pose la question de sa compétence à survivre, une question qui dans les cas extrêmes supposent de tuer les autres ; donc cette phase est interprétée par nos deux auteurs de manière fort astucieuse.
Le jeu des citations, notamment celle ayant trait à un duo de justiciers ayant la même appétence pour le vert vaut son pesant de riz cantonnais.
Les préjugés size=85[/size] sont joliment traités et font rire (jaune), et on n’échappe pas à la touche de mélodrame (toujours à mon goût).
Tout cela est fort bien exécuté, et les deux auteurs codent suffisamment ce récit pour qu’on éprouve un large éventail de sentiments hormis l’ennui.

La lecture de la postface en plus de nous renseigner sur ce super-héros de l’Âge d’or que pour ma part je ne connaissait pas, éclaire un aspect du scénario qui m’avait interrogé, en plus d’être très intéressante.
En effet, elle explique en creux le titre du recueil qui n’est pas anodin et la posture du personnage principal qui ne l’est pas plus.

En définitive un très chouette bouquin qui conviendra je crois aux lecteurs de 7 à 77 ans.

Nota bene : Bien que proposé par un éditeur qui s’appelle Urban China, THE SHADOW HERO est bel est bien un comic book autrement dit de la bande dessinée américaine.
Non pas que cela ait une grande importance, mais les bons contes size=85[/size] font les bons amis.

En fait, c’est une autre rédaction. Mais de l’autre côté du couloir.

[quote=“artemus dada”]Nota bene : Bien que proposé par un éditeur qui s’appelle Urban China, THE SHADOW HERO est bel est bien un comic book autrement de la bande dessinée américaine.
Non pas que cela ait une grande importance, mais les bons contes size=85 font les bons amis.[/quote]

Ce n’est d’ailleurs pas la première fois qu’ils publient une œuvre d’origine américaine, puisqu’ils ont déjà sorti une version française du d’Ethan YoungNankin.

Jim

[quote=“Jim Lainé”]

Pour en savoir +)

En fait, c’est une autre rédaction. Mais de l’autre côté du couloir.[/quote]

D’où ma prudence de siouxe. :wink:

Mais on m’a rappelé à l’ordre ailleurs à ce sujet :slight_smile: , ce qui au demeurant est assez “amusant”, dans la mesure où j’ai droit à plus de commentaires pour me signifier mes erreurs ou ma méconnaissance de tel ou tel point - je ne parle pas de ce forum s’entend - voire pour dire qu’on a rien compris à l’un de mes billets, sur SAGA n°5 (Pour en savoir +) en l’occurrence, alors qu’il s’agissait d’accorder le fond avec la forme (sans que cela soit pour autant n’importe quoi) que pour me dire que ce que je fais est disons “sympa”, même pas en préambule.

La politesse et la courtoisie semblent absentes des forums (dire qu’il ma fallut plus de 10 ans pour m’en rendre compte).

Dura lex, sed lex. :slight_smile:

[quote]

: Bien que proposé par un éditeur qui s’appelle Urban China, THE SHADOW HERO est bel est bien un comic book autrement de la bande dessinée américaine.
Non pas que cela ait une grande importance, mais les bons contes size=85 font les bons amis.

Ce n’est d’ailleurs pas la première fois qu’ils publient une œuvre d’origine américaine, puisqu’ils ont déjà sorti une version française du Nankin d’Ethan Young.
Jim[/quote]

Je ne savais pas c’est le premier bouquin que j’achète de chez eux.

[quote=“artemus dada”]
D’où ma prudence de siouxe. :wink: [/quote]

Tu as bien raison.

Moi, je trouve ce forum assez poli et cordial. J’ai arrêté de poster dans d’autres contrées, parce qu’on y trouve toujours un abruti (je n’ai pas d’autre mot) qui finit par nous traiter de malade mental sous le prétexte qu’on lui fait remarquer qu’il a utilisé une expression de travers. C’est en général peuplé de personnes qui font un patacaisse considérable pour avoir le dernier mot, et qui finissent par nous mettre la rate au court-bouillon. Comme je ne suis pas né (et encore moins payé) pour fréquenter des connards dans ma journée, j’ai décidé de ne plus y revenir. Si bien que le mec qui cherche à avoir le dernier finit par l’obtenir et rouler des mécaniques face à ses admirateurs, mais bon, si ça comble sa journée faite sans doute de frustrations diverses, tant mieux pour lui.
Oui, la politesse, hein… Mais dans la vie c’est la même chose : quand on tombe sur des gens élégants dans leurs manières, on est surpris. Alors que ça devrait être l’inverse.

Tu as peut-être croisé leur Hong Kong Comics, également.

Jim

[quote=“Jim Lainé”]…]

Tu as peut-être croisé leur Hong Kong Comics, également.

Jim[/quote]

Je l’ai vu ici mais je n’avais pas mémorisé l’éditeur.

PS :Je me suis permis d’éditer mon propre extrait de commentaire dans le tien suite à une faute d’étourderie. :wink:

[quote=“artemus dada”]
PS :Je me suis permis d’éditer mon propre extrait de commentaire dans le tien suite à une faute d’étourderie. :wink:[/quote]

De ma part ?

Jim

En tout cas, tu m’as donné envie de lire cette BD que je ne connaissais pas avant.
Merci. :slight_smile:

[quote=“Jim Lainé”]

[quote=“artemus dada”]
PS :Je me suis permis d’éditer mon propre extrait de commentaire dans le tien suite à une faute d’étourderie.[/quote]

:wink:

De ma part ?

Jim[/quote]

De mon fait, :slight_smile: dans ce que j’avais écrit.

[quote=“artemus dada”]
De mon fait, :slight_smile: dans ce que j’avais écrit.[/quote]

Bon, on arrive quand même à se comprendre, visiblement.
:wink:

Jim

[quote=“artemus dada”]

Mais on m’a rappelé à l’ordre ailleurs à ce sujet :slight_smile: , (…)[/quote]

C’était plus une confirmation qu’un rappel à l’ordre, je ne me serais pas permis :wink:

quote

pour me dire que ce que je fais est disons “sympa”, …[/quote]

J’ai même dit mieux que ça, et tu sais que je suis assez amateur de ta prolixe prose :smiley:

@ Siverfab.

Non cela ne s’adressait pas à toi, ou disons pas seulement à toi, je publie sur d’autres forums et j’ai eu d’autres retours du même ordre, c’était plus une remarque d’ordre général. :wink:

Humm… Prolixe : Qui est trop long, diffus, en parlant ou en écrivant. :astonished:

:wink:

Pffff… Du fait que ça soit Urban Chima (je ne gère pas la partie “manga”) qui l’ait édité, je suis passé complètement à côté. Merci pour ce joli billet Artie, je voulais le lire, ça tombe bien qu’il soit édité en France.

J’ai quand même une petite question, le fond du sujet est plutôt une histoire de super héros ou plutôt un récit sur l’immigration ? A moins qu’il y ait un certain équilibre entre les 2. Et ce one shot estèil découpé en arc ou en histoires indépendantes, l’une de l’autre ?

[quote=“Blackiruah”]
J’ai quand même une petite question, le fond du sujet est plutôt une histoire de super héros ou plutôt un récit sur l’immigration ? A moins qu’il y ait un certain équilibre entre les 2.[/quote]

Les deux, je dirais. Ça parle d’immigration. Et de super-héros. Ça parle surtout de rêve américain, les super-héros faisant partie de l’ensemble. Et bien entendu, ça parle de la place des Chinois dans l’industrie, que ce soit des personnages ou des créateurs.

C’est une seule grande histoire.

Jim