The spoils of babylon (ifc)

Les péripéties, tantôt sexy, tantôt dramatiques, de la puissante famille Morehouse, devenue riche grâce à l’exploitation du pétrole. Alcool, sexe, passion, ventes illégales d’armes au Shah d’Iran, investissements douteux dans les subprimes, bienvenue dans l’intimité de cette tribu (vraiment) pas comme les autres…

Produite par le duo Will Ferrell/Adam McKay (La Légende de Ron Burgundy, Ricky Bobby Roi du Circuit, Frangins malgré eux), la mini-série The Spoils of Babylon est l’adaptation du best-seller (fictionnel) de l’écrivain Eric Jonrosh !

http://img708.imageshack.us/img708/6783/3fk9.png

[quote]CREATEURS

Andrew Steele et Matt Piedmont (Casa de mi padre)

DISTRIBUTION

Tobey Maguire, Tim Robbins, Kristen Wiig, Jessica Alba, Will Ferrell, Michael Sheen, Val Kilmer, Haley Joel Osment…

INFOS

Mini-série américaine
Genre : comédie
Début de la diffusion : 9 janvier 2014 sur IFC
Format : 6 x 22 mn[/quote]

La bande-annonce :

Casting et bande annonce des plus surprenants!

space, mais ça m’a donné envie.

soirée The Spoils of Babylon ce soir sur Canal Séries.
et c’est du 6 x 22 mn

Oups…merci, j’ai rectifié (mieux vaut tard que jamais :wink: )…
Cette mini n’a pas eu très bonne presse, mais rien que pour le cast je vais essayer de choper une rediff…

ben c’est une vraie grosse parodie avec la patte Will Ferrell dessus. c’est marrant réguliérement,totalement naze par d’autres mais j’ai suivi jusqu’au bout sans avoir envie de zapper

C’est très drôle en effet, mais je comprends qu’une partie des spectateurs soit restée sur le carreau : c’est quand même très spécial, pour dire le moins. Mais aussi formidablement bien usiné dans le genre, et avec du fond en prime.

La mini se présente en effet sous la forme d’un pastiche d’une sorte de saga hollywoodienne ampoulée, fruit de l’esprit d’une espèce de simili-Orson Welles vieillissant, joué par Will Ferrell himself, fidèle à lui-même (c’est-à-dire hilarant en en faisant finalement très peu). A la fois fauchée et mégalo, la saga familiale en question se paye donc des décors parfois pharaoniques qui côtoient des maquettes cheap au possible.
Ce n’est pas le même délire que les habituelles pochades à crever de rire de Ferrell / McKay, c’est plus “tongue in cheek”. En fait, on reconnaît parfaitement la patte de Matt Piedmont qui avait déjà fait le très sympa “La Casa de mi Padre” avec Ferrell : l’idée n’est pas tant d’accumuler les gags (d’où le rythme un peu bizarre) que de se reposer sur le dispositif, tout simplement. Le gag, c’est le détournement. Les auteurs s’appuient aussi sur les talents convoqués par l’ahurissant casting : Maguire et Robbins sont très bons dans l’exercice comique, Jessica Alba sexy en diable (pfiiuuu) à défaut d’être une excellente comédienne ; quant à Kristen Wiig, elle est hilarante, tout simplement…

Une série bizarre dans la forme, donc, qui pourra en désarçonner certains, mais très maligne dans le fond, la dénonciation des clichés et des stéréotypes dans la fiction américaine à travers les âges se redoublant d’une mise en boîte du sous-texte pas finaud de ce type de productions : une apologie sans demi-teinte de l’American Way of Life, ici brocardé de manière jubilatoire.

Imparfait mais formidablement emballé, quand même.

par contre il a bien changé Haley Joel Osment

Et pas qu’un peu… Il est plutôt marrant, par contre.

j’ai mis un moment à le reconnaitre :open_mouth:
ça se sent qu’ils ont dû s’amuser à faire ça

Absurdement irrésisitible, cette mini-série qui se moque des stéréotypes des grandes sagas romanesques hollywoodiennes. La réalisation soignée colle avec bonheur au style des époques traversées et est littéralement bourrée de trouvailles visuelles savoureuses, aussi épiques que kitsch. L’interprétation réserve de grands moments de délire, des rôles principaux échevelés (et pour certains littéralement) aux personnages secondaires qui amusent sans en faire des caisses (comme Val Kilmer). Pour les interludes, c’est du grand Will Ferrell, impérial en écrivain/producteur/réalisateur/raconteur/bon vivant et ainsi de suite…
Bref malgré un rythme parfois un peu en dents-de-scie, ça m’a beaucoup plu. J’en redemande même et aux dernières nouvelles, un autre best-seller de Eric Jonrosh sera bientôt adapté (après tout, ce génie oublié en a écrit de nombreux). Vivement !