THE WALKING DEAD (Saisons 1-9)


(Le Doc) #181

C’est la rumeur du moment. Garret Dillahunt (Deadwood, Terminator : Les Chroniques de Sarah Connor, Justified…) pourrait rejoindre la distribution de la série…dans le rôle de Negan !

http://www.cine-sanctuary.com/public/sanctuary/img/SW2/MV5BNTM1MTgzNDI2OV5BMl5BanBnXkFtZTgwMDIzNzIxMDE.V1_UY317_CR340214317_AL.jpg

À prendre avec les pincettes d’usage en attendant une possible confirmation officielle…


(Jim Lainé) #182

Encore un excellent acteur, capable de jouer du drame ou de la comédie, de faire peur et de faire pitié. Diable, la série recrute du bon casting, là…

Jim


(calvinball) #183

Je rejoint Mr Lainé (avec du retard) concernant son avis sur la seconde moité de la saison 5. Les thématiques, l’évolution des personnages et même la réalisation est un cran au dessus et prend quelques détours moral assez étonnant (je note également que l’intrigue retrouve celle de la bédé pour cette section).
Je découvre par ailleurs, avec joie, quelques scènes gore dans le plus pur esprit des zombies flicks 70-80’ qui, sauf défaillance de ma mémoire, n’avaient jamais été exploités dans la série.
Tout ça relance grandement mon intérêt pour la saison 6 (voir même pour le spin of).


(Jim Lainé) #184

J’ai vu les quatre premiers épisodes de la saison 6. Et je suis étonné que personne n’ait commenté, que ce soit pour s’enflammer ou pour vilipender. L’engouement est retombé ?
Bref.
Le premier truc fort qui me plaît, c’est que la série évite de retomber aussitôt sur le thème du méchant groupe qui attaque le gentil groupe. Au contraire, une intrigue principale est formée autour d’une “meute”, ce qui permet de retomber sur un classique du film de zombie : la masse de morts-vivants tellement grande qu’on ne peut rien faire. Et là, faut avouer qu’ils mettent le paquet, le troisième épisode laissant nos héros dans une situation qui n’a sans doute jamais été aussi critique. Rajoutons à cela une spatialisation assez réfléchie (j’ai repensé à l’attaque de la ferme, qui était assez bien gérée à ce niveau) et la constitution d’une autre intrigue à base de méchants humains, qui promet des développements intéressants, mais qui pour l’heure est éclipsée par les zombies. Il était temps que ces cadavres ambulants reprennent la vedette.
Le deuxième truc fort, c’est la construction, les choix graphiques, bref la forme. L’image d’ouverture du premier épisode est forte. L’alternance passé / présent (avec un joli noir et blanc qui n’est pas nécessaire tant c’est bien construit, mais qui est effectivement très graphique) fonctionne à merveille. Et surtout, l’imbrication des épisodes entre eux est très chouette. La sirène retentit dans le premier épisode mais on apprend son origine que dans le deuxième, renforçant l’effet de simultanéité des deux intrigues. De même, le quatrième épisode (qui est une “pause”) se conclut sur un cri, laissant le spectateur sur deux cliffhangers qui cognent, celui du troisième et celui du quatrième.
En bonus, on a droit à de chouettes portraits de personnages, plus creusés, plus humains, plus fragiles même quand ils s’endurcissent : Sasha, Eugene et surtout Morgan sont très bien développés. Bon, à mon sens, il faut bien redéfinir le casting, que la production semble décidée en ce moment à décimer et à élaguer.
Alors certes, il reste encore douze épisodes, donc les producteurs ont tout loisir de faire retomber le soufflé et de rater leur prestation. Mais il semblerait que pour les deux trois épisodes à venir, ils maintiennent le rythme et la pression. Pour l’heure, ils sont en train de livrer un gros zombie movie bien flippant, bien prenant, en profitant de l’éclatement du groupe. Profitons-en.
Reste quelques effets croquignolets (le zombie qui s’extirpe des camions en s’arrachant la peau, c’est pas mal, mais les gros plans en ralenti sur les mâchoires décharnées laissent trop entrevoir le maquillage : le zombie avec un râtelier qui a dû coûter un bras en frais d’orthodontie, c’est un peu risible. De même, la horde implique le recours à des clones informatiques (sinon, je vous dis pas la note de frais de figurants), et parfois ça se sent un brin. Mais dans l’ensemble, ça me paraît péchés véniels : ces quatre épisodes balancent leur lot de sensations fortes, d’images percutantes, de morts violentes, et revient aux sources du genre.
Pourvu que ça dure.

Jim


(calvinball) #185

Voila un retour qui fait envie. Je vais tout de même attendre que la première moitié de la saison soit finie pour attaquer.
Pour le manque d’engouement je peux tout à fait comprendre que certaines personnes ait laché le show. La saison 4 et le début de la saison 5 m’avaient un peu sorti de la serie, les situations glauques viraient au grotesque et certains episodes patinaient méchamment.
Ceci dit je reste épaté par les propositions qui sont faites e t le niveau que qualité général.


(Lord-of-babylon) #186

[quote=“Le Doc”]C’est la rumeur du moment. Garret Dillahunt (Deadwood, Terminator : Les Chroniques de Sarah Connor, Justified…) pourrait rejoindre la distribution de la série…dans le rôle de Negan !

http://www.cine-sanctuary.com/public/sanctuary/img/SW2/MV5BNTM1MTgzNDI2OV5BMl5BanBnXkFtZTgwMDIzNzIxMDE.V1_UY317_CR340214317_AL.jpg

À prendre avec les pincettes d’usage en attendant une possible confirmation officielle…[/quote]

Hé bien non ce n’est pas lui. Ca sera **Jeffrey Dean Morgan **

tvline.com/2015/11/10/the-walkin … -season-6/

(je me fout assez de la série depuis longtemps et bien que j’adore Dillahunt je trouve que Dean Morgan correspond bien plus à Negan)


(Le Doc) #187

Jeffrey Dean Morgan ? Je l’aime bien lui, j’approuve !

D’après The Hollywood Reporter, Timothy Olyphant et Matt Dillon faisaient, comme Garret Dillahunt, aussi partie des acteurs envisagés pour le rôle…


(Jim Lainé) #188

Bon, la série continue à être pas mal, mais bon sang, ils ont une capacité à sabrer les grands effets, à fusiller les cliffhangers. Le suspense de fin d’épisode 3, ils l’ont complètement évacué par un effet de cuiller à pot digne d’un Ponson du Terrail sous acide. Sérieux, ils pouvaient pas donner un peu de biscuit aux fans, au lieu d’évacuer le truc en claquant des doigts ? D’autres coups de théâtre étaient prévisibles depuis bien longtemps, mais bon, parfois, on est content d’avoir eu raison.
Reste la fin de l’épisode 7, qui est plutôt tendue et tout. Qui promet de bonnes grosses scènes choc et plein d’action. Comment ils vont nous sabrer ça ? Quels choix débiles ils vont faire pour tout gâcher ? On va bien voir.

Jim


(Franck from Mars) #189

Je trouve que la série TV ressemble de plus en plus à la BD, tant pour ses défauts que ses qualités. Ca reste super accrocheur grâce à quelques coups de canon et quelques cliffhangers bien menés. En même temps, il y a des problèmes de rythme et c’est plombé par des dialogues bavards et mal venus. Le mid-season final est particulièrement représentatif. Ca bavasse à tour de bras alors que ça devrait être tendu comme un arc et c’est bourré de comportements incohérents qui m’on fait lever les yeux au ciel, mais tout ça est plus ou moins sauvé par deux cliffhangers successifs qui fonctionnent bien.


(Le Doc) #190

Encore un énorme succès pour The Walking Dead avec plus de 18 millions de spectateurs pour le “midseason finale” !
La diffusion de la seconde moitié de la saison 6 débutera le 14 février.


(Jim Lainé) #191

Le huitième épisode est encore plus frontal que les précédents : on fait du bon gros zombie, classique, sans originalité, mais sans pudeurs de rosière. Les plans sur les fenêtres qui se cassent et les portes qui se défoncent sont clairement des clins d’œil aux bases du genre.
Bon, ça, c’est bien. Parce que le discours un peu faux-cul du genre “ah mais c’est pas une série de zombie, c’est une série de survivants”, ça va trois minutes, mais faut pas oublier que c’est un univers de zombie, qu’il y a des morts-vivants qui mangent des gens, tout ça.
Après, il y a une incapacité à être jusqu’auboutiste qui est assez frappante. Voilà par exemple un épisode pas gore du tout, alors que c’était l’occasion (et que des épisodes précédents y sont allés joyeusement). De même, les personnages sont toujours empêtrés dans des dilemmes moraux à trois sous, alors qu’une balle entre les deux yeux aurait fait cesser pas mal de discussion (mais non, faut pas être expéditif, et surtout faut pas radicaliser les personnages, on peut les essorer plus longtemps).
Ça donne du blablatage (là, encore, on s’en sort pas mal, ça passe encore assez bien) et un sentiment de trop peu dans l’action.
Quant à l’aspect ultratravaillé des épisodes, en général, ça se limite à la scène prégénérique, qui a toujours une ambiance angoissante, et la fin qui propose toujours des ralentis intrigants. On n’y coupe pas. Reste quelques plans sympas (l’échelle, le gros plan silencieux dans le couloir…), une spatialisation bien gérée, mais un filmage correct sans génie.
Bref, ça se laisse regarder, et voici une demi-saison qui renoue avec les racines du genre. Plein de ficelles, de raccourcis et de trucs passés sous silence, mais ça va.

Jim


(Le Doc) #192

[quote=“Le Doc”]Jeffrey Dean Morgan ? Je l’aime bien lui, j’approuve !

http://www.cine-sanctuary.com/public/sanctuary/img/AdT/imgadt/news-1115-jeffreydeanmorgan-900x600.jpg[/quote]

Jeffrey Dean Morgan parle de Negan :

[quote]"The character itself is going to be as close as humanly possible.

“Look, it’s a speed bump. I’m not going to say it’s an issue because they’re working on it. We’re going to push AMC – the plan is to push them as far as they can because it’s who Negan is. He uses some colorful language. And I use some colorful language. And reading the comic, it’s important. So we’ll see where that lands. It’s our intention that this character is going to leap off the pages of the comic book. It’s very important that that’s who it is. Some of the characters there’s much more leeway, but Negan is a guy that you want to keep as true as possible, and that would be how I want to play him as well.”

“So a couple of years ago people started saying, ‘Hey, man, you should be Negan in “The Walking Dead.”’ So I started reading the comic books just because I’m a fan and I love what [Robert] Kirkman is doing and so I was very aware of Negan and had read quite a bit of the comic books. So my agent and manager were on the phone and said, ‘“The Walking Dead” have offered you this thing,’ but they didn’t have any information. They didn’t know the character’s name. It was all a big secret.”

“And they sort of got halfway through the sentence saying ‘We don’t know the character’s name, he’s the new big bad…’ and I knew immediately who they were talking about. They just got halfway through and I knew immediately who it was. It was no question. I was like, ‘Absolutely. We’re going to f—ing do it!’ And that was it. And literally a week later I was in Atlanta talking with the cast and hanging out.”[/quote]

Et à propos de Lucille ?

Source : comicbookresources.com


(Le Doc) #193

[quote=“Le Doc”]Le prolifique comédien Xander Berkeley (vu récemment dans Justified, Salem, 12 Monkeys, Aquarius et Zoo…et il sera aussi dans Longmire, entre autres choses) a rejoint la distribution de la saison 6, dans un rôle qui n’a pas encore été communiqué .

http://www.cine-sanctuary.com/public/sanctuary/img/comics_8/250full-feed.jpg[/quote]

Xander Berkeley sera Gregory.


(Le Doc) #194

Hi…I’m Negan.


(Jim Lainé) #195

[quote=“Le Doc”]
La diffusion de la seconde moitié de la saison 6 débutera le 14 février.[/quote]

Ah bon sang, mais je suis à la bourre.

Jim


(Jack!) #196

[quote=“Jim Lainé”]Ah bon sang, mais je suis à la bourre.

Jim[/quote]

Moi aussi, de cinq saisons, et j’en fais pas tout un drame mônsieur !


(Jim Lainé) #197

Bon, alors le cirque recommence.
Le début de mi-saison est un déluge d’adrénaline et de pulsion de vie exacerbée, avec une vraie tension et l’arrivée d’un tournant de l’intrigue que tous les lecteurs attendaient, très bien mis en scène, au demeurant. Donc grosse accélération cardiaque.
Et puis paf, dès l’épisode suivant, on retombe dans les poncifs du genre. Alors oui, on sait bien que dans les histoires de zombies, les protagonistes font les conneries qu’on leur demande de ne pas faire (ouvrir les portes cadenassées, aller dans les couloirs sombres), mais bon, là, quand même, Rick et Daryl collectionnent les âneries en un temps bien serré. Ça fout en l’air le moindre moment d’émotion de l’épisode.
Purée, sans déconner.

Jim


(Jim Lainé) #198

Bon, il faut attendre la fin de l’épisode 12 pour que ça redémarre réellement. Et l’épisode 13, avec toute son imagerie de torture-porn à la Hostel, est d’une grande intensité. Avec un casting presque entièrement féminin. Et ça bastonne réellement.
Mais faut s’être fadé quelques lourdeurs au passage. Ils ont quand même du mal à maintenir la pression sur l’ensemble, avec régularité.

Jim


(Jim Lainé) #199

Bon, des choses très bien dans cette saison. La construction et l’évolution de personnages comme Eugene ou Carol. Un épisode de fin de saison super tendu et très bien écrit, bâti sur la lenteur, le cheminement, les avancées et les reculades. Une vraie sensation d’oppression, d’encerclement, d’étouffement, qui permet de présenter la communauté de Negan par petits bouts (des gens derrière les arbres, des sifflements dans la forêt).
Avant d’arriver à ce “season finale” bien flippant, on est cependant passés par quelques lenteurs, du biscuit pour fan attendu (Carl) ou décalé (la petite toubib), des péripéties un peu exagérées, des références (oh, des voitures customisées à la Mad Max). Bref, même sur une demi-saison, ils n’arrivent pas à maintenir rythme et cohérence.
Mais bon, il y a une petite étincelle dans cette demi-saison qui fait que les grands moments sont vraiment épatants. Et ils parviennent à laisser un cliffhanger vraiment bien troussé, filmé avec astuce (sans surprise, mais efficace), qui donne envie de voir la suite. Les saligauds.

Jim


(Belisarius) #200

Je trouve que cette saison est mieux équilibrée que les précédentes, des lenteurs certes mais mieux gérées et qui ne durent pas 3 épisodes de suites comme précédemment.