THE WALKING DEAD (Saisons 1-9)


(Vik) #221

(Jim Lainé) #222

Mékissonkon !

Jim


(Vik) #223

[quote]Le premier épisode de cette saison était attendu comme le messie. Les fans voulaient absolument savoir qui Negan avait tué de façon barbare. Résultat, ils étaient plus de 17 millions devant leur écran le soir de la diffusion. Un très joli score. Reste que le soufflé est retombé aussi vite qu’il est monté. Les sept épisodes qui ont suivi ont déçu. Le 8e, à l’antenne dimanche 11 décembre 2016 aux Etats-Unis avant la traditionnelle pause hivernale, n’a rassemblé «que» 10,5 millions de gens. Une baisse de 27% comparée à l’an dernier.

En soi, ces scores d’audience restent plus que raisonnables pour une série américaine. Mais «The Walking Dead» passionnait tellement de fans que cette érosion fait parler. Pourquoi les téléspectateurs désertent-ils la fiction d’horreur? Deux raisons principales ressortent des réactions d’internautes et des avis d’experts: la violence de Negan et le vide scénaristique.

Avant la saison 7, Negan était perçu comme le vilain qui chamboule tout. Sauf que depuis que l’on sait qui il a tué en début de saison, sa sauvagerie et son sadisme omniprésents fatiguent. Et si les aficionados pensaient rester éveillés grâce à l’intrigue, c’est loupé. L’histoire traîne en longueur, et les rebondissements absents. Le journaliste du «Point» a même arrêté de faire des résumés de cette saison «bien naze». Rendez-vous en février pour savoir à quoi ressemblera la suite de l’intrigue, et les critiques qui iront avec.
[/quote]


(nikohell) #224

J’aime beaucoup ces “journalistes” qui commentent les séries (c’est beaucoup le cas sur 20 minutes), ils imposent leur point de vue et affirment toujours que c’est le point de vue de tous … Des fois ça tombe juste, des fois ça révèle juste leur incapacité à analyser les chiffres et les ressentis des téléspectateurs. De journalistes, ils sont devenus de simples commentateurs parfois pas plus digne d’un skyblog (et je ne parle pas des fautes)…


(Jim Lainé) #225

Surtout que c’est passablement faux.
La série ne connaît pas de “vide scénaristique”, et il y a, derrière cet argument, la trace évidente de la confusion entre scénario et rebondissement. Au contraire, la saison est plutôt riche, puisqu’elle suit des personnages séparés afin de faire le descriptif d’une topographie en pleine redéfinition (trois voire quatre communautés).
Qui plus est, c’est quand même une structure déjà éprouvée : des premières moitiés de saison composées de cette manière, à savoir des épisodes “stand-alone” permettant de faire le point, on en a déjà eu. Et souvent, les secondes moitiés de saison constituent des résolutions d’intrigues (mais pas toujours, parfois c’est l’inverse).
Le vide, il est dans les commentaires : ils n’ont rien à dire, alors ils déblatèrent, souvent en répétant des communiqués de presse issus de la production ou d’agences (c’est le cas pour 20 minutes). Ou alors ils s’abreuvent auprès des “internautes” et des “experts”, dont on devine facilement qu’il s’agit d’aboyeurs bruyants.

Jim


(system) #226

Reste l’érosion dont il parle, non?


(Jim Lainé) #227

C’est quoi, les chiffres des autres saisons ?
(ça aussi, ça serait un peu un boulot de véritable commentateur que de comparer…)
Parce que bon, j’ai l’impression qu’il y a toujours un pic pour le premier épisode de saison, et une érosion par la suite, non ?
C’est toujours l’une des séries les plus regardées, ou bien ?

Jim


(Le Doc) #228

[quote]C’est quoi, les chiffres des autres saisons ?
[/quote]

Voilà :

[quote]C’est toujours l’une des séries les plus regardées, ou bien ?
[/quote]

Yep !


(FC powaaaa) #229

En ordonnée, c’est en millions ?


(Kovax) #230

Non, c’est des litres.

:mrgreen:

++


(Jim Lainé) #231

Voilà :

[quote]C’est toujours l’une des séries les plus regardées, ou bien ?
[/quote]

Yep ![/quote]

Ouais, et puis l’érosion date visiblement de trois saisons. Et c’est loin d’être une chute libre.

En tout cas, elle est très bien cette demi-saison. Bien meilleure que d’autres périodes, avec bien moins de conneries et de remplissage (l’épisode introduisant Jésus, dans la saison précédente je crois, était navrant à ces deux niveaux).
C’est bien construit, les épisodes se consacrent à des personnages isolés afin de montrer la géographie de l’univers, et les fils se croisent et se tissent afin de dessiner un plan global.
Il y a une vraie oppression dans pas mal de scènes, les personnages sont plutôt bien traités, et je continue à trouver le Negan de l’écran bien flippant : il est beau gosse, il est constamment souriant, il a beaucoup de classe, bref il prend à rebrousse-poil pas mal de clichés. Jeffrey Dean Morgan va jusqu’à cabotiner comme un beau diable, sans jamais dynamiter son personnage. Et ça, c’est plutôt costaud.
(Bon, en revanche, moi qui ai une culture télé vieillotte et perverse, je n’ai pas manqué de songer à l’épisode de la mort de J.R. dans Dallas, où tous les personnages veulent tuer le méchant : ce qui m’a pas mal fait sourire en regardant les épisodes).
Non, vraiment, elle est plutôt bien tenue, cette demi-saison, avec une pensée et une stratégie sur la longueur, et une annonce de quelque chose de bien sale pour la suite. Plein de qualité d’écriture, et même si les images ne suivent pas (c’est très classique, parfois un peu plat), on a de bons dialogues et des acteurs qui se bougent le derche (on finit même par oublier qu’Andrew Nichols a deux expressions les jours fastes). C’est plutôt bien troussé.

Jim


(Vik) #232

Andrew Lincoln?

Grosso modo, sur les dernières saisons, on observe le même phénomène. Un pic de début de saison, puis un “désintérêt”, et un nouveau pic à la reprise, puis on a encore une petite chute.

Effectivement, ça descend plus qu’avant. mais est-ce vraiment dû au scénario où y a-t-il aussi un effet de longueur de la série qui joue? Quand on voit la chute dès le 1er épisode, on peut imaginer que la personne qui a été tuée (je n’ai pas encore vu cette saison) a dû embêter des téléspectateurs, et peut-être que les fans qui ont menacé de boycotter la série l’ont fait.

Dire que c’est naze, c’est pas très professionnel pour un journaliste, qui plus est un critique, et on aurait aimé un peu plus d’argumentation.
On entend quoi par “vide scénaristique”? Y a plein de films remplis de vides scénaristiques, où même le scénar tient sur un timbre poste, ça n’empêche que parfois, ça reste plaisant, si c’est bien mis en place. Oui, le schéma de WD reste sensiblement toujours la même chose. Ils fuient quelque chose, ils s’installent, tout va bien, arrive une nouvelle menace, traitement de la menace et on va voir ailleurs. Si c’est le principe de la série qui dérange, qu’il change de chaîne.


(nikohell) #233

Perso, j’ai attaqué la série TV alors que les 5 premières saisons étaient déjà disponibles (sur netflix notamment) et plusieurs de mes collègues l’ont aussi abordé relativement tard.

A voir si les visionnages postérieurs à la diffusion US ou FR sont réintégrés dans les stats que le Doc a déniché. Souvent, ils ne donnent que les chiffres de la diffusion US, ce qui peut fausser vachement les analyses.


(Jim Lainé) #234

Purée, je n’arrive pas à mémoriser son nom. C’est dingue, ça.

Jim


(system) #235

Par contre, tu connais son jeu par coeur!! :mrgreen:


(Jack!) #236

Son… Jeu ?


(Jim Lainé) #237

Oui. Son jeu… de jambes.

Jim


(Jim Lainé) #238

Des choses pas mal dans cette autre moitié de saison. L’épisode où Rick et Michonne partent à chasse aux armes est pas mal. En fait, l’ensemble de cette demi-saison est articulé autour d’épisodes qui ont une unité thématique et formelle, ce qui démontre une volonté de faire “mieux”, de pousser un peu l’esthétique.
L’épisode 13, par exemple, qui joue sur la multiplication des plans courts et la superposition des instants (le pétage de plomb de Morgan), est bien construit. Reste encore quelques monologues très kirkmaniens, mais dans l’ensemble, les dialogues sont fluides.
Ce qui n’empêche pas les mollesses, les ralentis, les ventres mous, comme souvent. Mais il y a de bonnes choses (le personnage de Gideon est bien fouillé, par exemple, pareil pour celui d’Eugene, qui bénéficie d’un acteur faisant un véritable numéro).
Question acteurs, l’arrivée de Pollyanna McIntosh confère à son personnage et à la communauté inquiétante à la tête de laquelle elle se trouve une présence incroyable à l’écran.
Bref, on sent la volonté de redistribuer les cartes, de creuser les personnages existants tout en développant l’univers. Encore deux épisodes à regarder, mais s’ils parviennent à élargir les horizons (ce qu’ils me semblent vouloir faire), je crois qu’ils peuvent préparer des choses intéressantes pour la suite.

Jim


(Jim Lainé) #239

Une fin de saison telle que je l’apprécie : des coups de théâtres, des morts surprenantes (enfin, pas pour qui surveille la carrière de certains acteurs, déjà réapparus dans d’autres séries annoncées…), des méchants qui évoluent et constituent des menaces potentielles, des morts que l’on pouvait attendre et qui, finalement, ne viendront pas, des personnages poussés dans leurs retranchements, et une petite batterie de séquences en mode “aftermath” qui fonctionnent bien.
Et puis, sur l’ensemble de la saison, une construction plus solide, qui n’évite pas les passages à vide, mais qui donne de l’unité à chaque épisode, faisant d’eux un repas satisfaisant, pas seulement la suite du précédent.
Bon, pas mal du tout.
La “guerre” qu’on nous promet risque de faire mal.

Jim


(nikohell) #240

Encore une série où je me suis perdu. Arrivé aux épisodes 5-6, j’ai lâché l’affaire …
Je vais m’y recoller mais je n’ai pas trouvé la motivation de m’y replonger … Il faut dire que j’ai attaqué Preacher, American Gods et avec beaucoup de retard House Of Cards …