The World is Mine - Manga

La critique par JoeHarper est disponible sur le site!!

Lire la critique sur Manga Sanctuary

en lisant le tome 12 j’ai le sentiment que l’histoire principal est finie malgré encore 2 tomes .
par curiosité j’ai relue le tome 1 ce qui a renforcé ma première analyse .

vivement la suite car j’ai vraiment envie de connaitre la fin qui risque d’être apocalyptique .

Tu n’imagine pas encore à quel point :smiley: :smiley: :smiley: pour ce que j’en ai vu en feuilletant le dernier volume… :smiley:
Excellente série coup de poing de cet auteur, que, décidément, j’affectionne tout particulièrement. J’attend chaque volume de The World Is Mine et de Ki-Itchi avec une sacré impatience, en espérant une traduction de ses autres séries par des éditeurs tierces (Akata ? Kana ? Sakka ?)…

kana ça m’etonnerait fortement
il faut quand même savoir que hideki arai est considéré comme un auteur plutot commercial au japon
donc chez kana ses mangas ne se vendraient pas assez pour etre etre dans son label “big kana” et et trop commercial pour "made in"
sakka vu les ventes très mauvaises de the world is mine … j’ai un doute qu’ils retentent l’experience
et à peu près la même chose pour ki-itchi en ce qui concerne akata
pourtant cet auteur publie vraiment des oeuvres excellentes (mention spéciale pour ki itchi d’ailleurs … avec un volume 9 absolument hallucinant)

@Tempskron: en fait je me demande ce que tu appelles “commercial”, déjà. Juges-tu qu’une série est commerciale dès lors qu’elle se vend? Ou alors s’agit-il du fait qu’elle use de recettes bien connues pour vendre, par des thèmes porteurs par exemple?
J’ai du mal à imaginer que ces séries d’Arai puissent entre dans la deuxième catégorie, il semblerait même que ces œuvres soient, c’est un euphémisme, extrêmement polémiques…
Existe t-il une règle éthique ou auto-contrainte qui empêcherait Kana de publier ce que bon leur semble dans leurs diverses sous-branches, comme bon leur semble. Ce qui semble être le cas. Car je ne vois pas en quoi le caractère “commercial” -le succès tout au moins- irait contre l’idée d’une publication chez "Made In’…

Il va sans dire que je déplore aussi le relatif insuccès de ces mangas en France.

[quote=“drazorback”]@Tempskron: en fait je me demande ce que tu appelles “commercial”, déjà. Juges-tu qu’une série est commerciale dès lors qu’elle se vend? Ou alors s’agit-il du fait qu’elle use de recettes bien connues pour vendre, par des thèmes porteurs par exemple?
[/quote]

bon je vais faire un petit point :
on distingue la bande déssinée destinée à un production de masse (qui se retrouve au Japon chez les gros éditeurs tels que la Shuiesha, la Kodansha etc etc…) on appelle aussi ça la production mainstream!
et la bande déssinée dite “d’auteur” (publiée en général chez les petits éditeurs ou éditeurs indépendant)
les professionnels auront toujours tendance a parler de la 1ere branche comme de “BD commerciale”

mais en effet la bd commerciale est assimilée à la BD qui se vend et la BD d’auteur à celle qui ne se vend pas …
et au final ils ont pas tout à fait tort
mais en ce qui concerne les mangas en France c’est pas la même chose sachant qu’un très faible nombre de titres assurent la pérénité de l’intégralité de la production française (je veux bien sur parler de titres comme naruto, death note, one piece, dragon ball etc …)

mon exemple de kana vient du fait qu’ils n’ont quasiment jamais publié de titres qui ne leur rapporterait pas un maximum (sinon pourquoi concentrerait il leur catalogue sur du shonen , genre qui reste le plus facile à vendre?) je rapelle au passage que prince du tennis qui se vend en France à plus de 10 000exemplaires par volume est un echec commercial cuisant pour la direction de kana (pour comparer chez akata : baki n’est pas considéré comme un “echec” alors qu’il peine à depasser les 2000 ventes par volumes)
en ce qui concerne kana/made in et casterman/sakka : ces deux labels se concentrent sur du manga d’auteurs (attention cependant pour sakka car la collection composée de shonen et de seinen est independante du reste , je trouve d’ailleurs au final assez regretable que la difference n’ai pas été faite ; les deux collections visant un public radicalement different … sinon allez m’expliquer en quoi un manga tel que bobobo-bo bo-bobo ou hana no keiji ont en rapport avec du kyoko okazaki ou du nananan kiriko voire du jiro taniguchi)et donc n’ont absolument pas la pretention de battre des records de vente (au contraire justement … vu les parts de marché de sakka et l’importance du label made in dans le chiffre d’affaire de kana on est proche des chiffres des editeurs indépendants)

bon je ne vais pas non plus rentrer dans les details super enfouis mais tout est une question de public en fait et mon post est deja bien assez long comme ça!

ceci dit oui si les mangas de chez made in ou chez sakka pouvaient mieux se vendre j’en serais aussi très heureux!