THE WRONG EARTH #1-6 (Tom Peyer / Jamal Igle)

AHOY_WE_1

Story: Tom Peyer
Cover: Jamal Igle
Art: Jamal Igle
Inker: Juan Castro
Colorist: Andy Troy
Extras: Frank Cammuso, Shannon Wheeler, Rob Steen, Grant Morrison, Paul Constant
_AHOY Comics launches with a biting superhero satire! On one world, Dragonflyman and his sidekick Stinger enjoy a life of adventure. On another Earth, the Dragonfly hunts criminal parasites like a lethal exterminator. But what happens when these two heroes change places? By Tom Peyer ( Captain Kid , Hourman ) and Jamal Igle ( Black , Supergirl )! _
AND: A “Golden Age” Stinger solo story, by Paul Constant and Frank Cammuso!
Plus: An all-new text story by comics legend Grant Morrison: ‘HUD’ HORNET’S HOLIDAY IN HELL, illustrated by Rob Steen! All this plus a cartoon by Shannon Wheeler!

Source : http://www.comicsahoy.com/comics/wrong-earth-1

Le scénariste Tom Peyer, longtemps éditeur et scénariste très lié à Mark Waid, et le dessinateur Jamal Igle, connu chez DC, lancent un titre chez AHOY Comics, petit éditeur indépendant.
Et c’est très bien.

Le principe est simple : sur Earth-Alpha, Dragonflyman et son fidèle assistant Stinger affrontent leur pire ennemi, Number-One, dans ses pièges bigarrés, amusants et dangereux, dans une ambiance bon enfant, et dans le respect de la loi et des bonnes manières ; sur Earth-Omega, Dragonfly poursuit le serial killer vicieux Number One, en n’hésitant pas à maltraiter et tuer ses hommes de main, et en fuyant la police lâche et corrompue.

Que se passerait-il si… Dragonflyman allait chez Dragonfly ? Et inversement ?
En clair, que se passerait-il si l’équivalent du Batman d’Adam West (la série TV humoristique des années 60), se retrouverait dans l’univers Dark Knight Returns ? Et inversement ?

Avec un principe très fun, des dessins très adaptés, Peyer & Igle emballent un premier numéro très bon, mais qui ne va pas au-delà de ces quelques mots. Un récit humoristique sur Stinger complète, mais les lecteurs attendront sûrement la suite - qui va devoir aller plus loin, et plonger au-delà du choc initial.

A titre personnel, j’ai hâte et je suis très curieux.
Parce que, franchement, rien que l’idée de base est énorme, et le traitement est très juste, pour l’instant ; mais, finalement, encore limité. Vivement la suite, pour voir ce que les auteurs ont dans le ventre ici !

Diable. Ça aussi, ça donne envie.

Jim

Je trouve aussi

AHOY_WE_2

Story: Tom Peyer
Cover: Jamal Igle
Art: Jamal Igle
Inker: Juan Castro
Colorist: Andy Troy
Extras: Alan Robinson, Bryce Ingman, Carol Lay, Joe Orsak, Kek-w, Mark Russell
The saga of two world-swapped heroes continues! On gritty Earth-Omega, the cheerful Dragonflyman faces off against corrupt, violent police. Meanwhile, the naïve authorities of colorful Earth-Alpha enrage the grim Dragonfly. EXTRA! Dragonflyman and Stinger confront the dastardly menace called NIMBY!

Suite de cette étonnante série, ou deux pastiches de Batman (Dragonflyman, copie du Batman d’Adam West ; Dragonfly, copie du Batman de Dark Knight Returns) échangent leurs places, et tentent de survivre dans l’univers de l’autre. Et si le #1 n’allait pas plus loin que le pitch de base, le #2 se révèle plus surprenant, mais aussi plus pertinent !
En effet, si l’on pouvait penser qu’on verrait une opposition entre le “bon” et le “mauvais” univers, avec la naïveté de celui de Dragonflyman primerait sur la noirceur de celui de Dragonfly, les choses se révèlent plus complexes. Car, en effet, si Dragonfly est violent, agressif et (auto) destruction, Dragonflyman a un rapport profond avec les autorités économiques locales, faisant envisager une corruption passive, inconsciente ; non sans parler de son appréciation personnelle des libertés individuelles.
Ce “trouble” sur les univers est une bonne chose, et permet de rendre la lecture certes surprenante, mais dynamique. Ca nourrit un récit qui va vite, mais qui fonctionne bien, et finit sur un passage obligé, mais qui pourrait provoquer des réactions étonnantes ; j’envisage bien une “corruption” de chaque univers sur chaque personnage, l’un devenant peu à peu l’autre. Le retour serait alors terrible.
The Wrong Earth continue donc très bien, grâce à la finesse du scénario de Tom Peyer, mais aussi par la puissance classique de Jamal Igle, parfaitement à l’aise ici. Quelques bonus suivent l’histoire, agréables, mais qui n’ont pas un intérêt immense ; m’enfin, c’est sympathique.

wrongearth-03-cover-1143089

WRONG EARTH #3

(W) Tom Peyer, Paul Constant, Kek-W (A) Juan Castro, Carol Lay, Tom Feister (A/CA) Jamal Igle

The grim vigilante Dragonfly violently crosses a line, shocking the upright citizens of Earth-Alpha. Meanwhile, the campy Dragonflyman succumbs to the pressures of confinement on gritty Earth-Omega. Plus, Stinger investigates the supernatural mystery of the Specter of the Sidekick Museum. And the usual AHOY surprise illustrated text stories!

In Shops: Nov 07, 2018

SRP: $3.99

wrongearth-03-interior--1143095

wrongearth-03-interior-2-1143094

wrongearth-03-interior-3-1143090

Source : www.comicbook.com

Merci de la preview. :slight_smile:

C’est la première fois que je la trouve. J’ai l’impression que les sites U.S. ne font pas beaucoup de comm’ sur AHOY Comics…

Je viens de les lire.

C’est intéressant et assez surprenant aussi.

Hâte de lire la suite.

Le désamour pour les petits nouveaux. Dommage.

La suite confirme la très bonne impression laissée par les deux premiers numéros. Après un lancement classique mais agréable, le #2 avait montré qu’il n’y avait pas de “bon” ou de “mauvais” univers, et que chaque Terre a ses défauts… certains plus cachés que d’autres ; ce #3 continue sur la même ligne, en prolongeant les choses.
Si l’on pouvait penser que la Terre de Dragonflyman, copie du Batman d’Adam West, était plus “pure”, Tom Peyer montre qu’il n’en est rien. Dragonflyman est bien trop lié aux autorités de la ville, qui ne s’intéressent qu’à eux, leurs proches… et leurs besoins. Le procès de la pseudo Harley Quinn est ainsi très révélateur, et la suite le confirme. Dragonfly tente de gérer dans ce monde, dont il commence à comprendre les règles - pour imposer les siennes.
A contrario, Dragonflyman s’enfonce dans la dépression sur l’autre monde, et c’est bien compréhensible. La réalité inspirée de Dark Knight Returns est bien terrible, mais plus crue, plus cash, plus honnête dans son horreur du quotidien. Le cliffhanger se concentre sur l’autre Terre, actant que celle-ci était à l’honneur dans ce numéro ; mais c’est une réussite.
Le scénariste continue de très bien gérer son intrigue, qui se détache de la bonne idée de départ pour écrire une réflexion sur ces deux mondes, si souvent opposés. C’est malin, très bien fait, et très bien illustré par un Jamal Igle en très bonne forme.
Une réussite, encore.

TWE_04_cover_Rgb_final_300dpi

Les crédits : http://comicsahoy.com/comics/wrong-earth-4

Nouveau numéro, nouvelle réussite pour cette plongée sur deux mondes, où deux versions opposées d’un héros, inspiré de Batman, découvrent l’univers de l’autre. Si le premier numéro montrait le décalage humoristique, entre l’arrivée du Batman de Miller dans le monde du Batman de la série TV des 60s, et inversement, Tom Peyer a eu l’intelligence de rebattre les cartes… pour montrer qu’aucun monde n’est vraiment “bon” ou “mauvais”.
Le scénariste continue ici, en montrant la Harley Quinn locale se rebeller contre le Joker “cruel et vicieux”, arrivé par hasard ici ; et c’est truculent. Comme de voir Dragonfly devoir gérer ce monde si “innocent” en apparence, mais finalement sclérosé par une corruption et une violence de classe assez terrible.
En parallèle, Dragonflyman doit faire avec ce monde violent, et c’est l’occasion d’un bon moment, où le personnage tente de se reconstruire, en gardant ses valeurs ; ou presque. Tom Peyer poursuit son propos avec intelligence, avec des ajouts pertinents. Je ne sais jamais ce qui va arriver, mais la surprise est toujours très bonne.
Rapidement sortie du pastiche de Batman, la série gagne ses galons de titre fin et ambitieux, avec une mise en abîme intéressante de chaque univers, de chaque ambiance ; c’est super. Notamment grâce à un Jamal Igle en grande forme, complètement adapté au propos, avec des planches superbes.

En outre, Paul Constant rédige une petite histoire de Dragonfly, bien vue et pensée, avec des planches très correctes de Gary Erskine. Ca intervient en complément de l’intrigue, ça creuse l’univers ; c’est bien.
Vivement la suite de tout ça !

Tiens là encore pas vu de preview pour ce titre. La promo sur les Ahoy Comics est vraiment inexistante…

Et c’est fort dommage.
J’espère au moins un TPB.

Leur FAQ vaut le détour…
C’est vrai qu’en dehors du planning sur leur site, il n’y a pas grand chose (même leur FB est plutôt vide).
Dommage, ils ont des titres intéressants (j’aime bien The Wrong Earth et Captain Ginger et les couv’ d’Edgar Allan Poe’s snifter of terror).

Tori.

HAHA, rigolote la FAQ.

Story:

Tom Peyer

Cover:

Jamal Igle

Art:

Jamal Igle, Juan Castro

Colorist:

Andy Troy

Extras:

Gary Erskine, Paul Constant

On Earth-Alpha, sidekick Stinger loses faith in the grim Dragonfly as villains take control of their secret crime-fighting headquarters! On Earth-Omega, Dragonflyman befriends a member of the murderous Number One’s gang! PLUS: A gritty Dragonfly flashback! EXTRA! More illustrated prose stories!

Tom Peyer poursuit son excellent récit, avec les versions pastiches de Batman version Adam West (Dragonflyman) et version Frank Miller (Dragonfly), chacun étant perdu sur la Terre de l’autre. Après bien des rebondissements, les personnages sont désormais bien installés, ainsi que leurs castings secondaires ; et l’intrigue se déroule, de manière très fluide et dynamique, avec des retournements étonnants.
La grande intelligence de Peyer demeure d’aller au-delà du pastiche, et au-delà du “réflexe” de se dire que Dragonflyman est plus sympa’ ou “meilleur” que Dragonfly ; c’est faux. Leurs réactions dans ce numéro à l’idée qu’ils puissent ne pas rentrer le prouvent bien : l’un prend sur lui et entend bien faire, quitte à mentir et à trahir qui il est réellement, pour le bien d’autrui, particulièrement quelqu’un incarnant l’innocence ; l’autre s’aveugle dans son approche du monde, menace la vie d’autrui, et en vient à s’enfermer dans un mensonge un peu dément en voulant recruter un quasi-inconnu.
Le scénariste apparaît très malin et pertinent dans son approche, et la lecture reste littéralement passionnante. The Wrong Earth est toujours une excellente et surprenante surprise, par l’intelligence du script et la beauté efficace de Jamal Igle, parfait de bout en bout, tant dans les phases d’action que dans les discussions. On reconnaît toujours qui est qui, ce qui est une très bonne chose vu cette idée de doublons !
La petite histoire complémentaire est bonne, sympathique. Mais le cœur de la saga reste le récit principal, qui ne déçoit pas et surprend encore et encore !

Ahoy Comics proposera sa nouvelle salve de revues à partir d’avril 2019.

Il y aura :

  • Bronze Age Boogie par Stuart Moore et Alberto Ponticelli

Kicking off the second wave on April 3, Stuart Moore and Alberto Ponticelli’s Bronze Age Boogie follows the adventures of a young warrior princess named Brita Constantina, who finds herself battling cosmic threats from Mars not just in 1975 BC, but across time into 1975 AD , too. Expect swords, sorcery, martians, and apparently the first bear in space, Major Ursa.

  • Planet of the Nerds par Paul Constant et Alan Robinson

Following Boogie on April 17 will be Planet of the Nerds , by Paul Constant, Alan Robinson, and Randy Elliott. An homage to the classic teen nerd movies of the ‘80s, Planet ’s twist is another timey-wimey one. Three jocks from the height of the eternal Nerd vs. Jock battlegrounds of ‘80s high schools find themselves cryogenically frozen, and woken up in 2019: where comic book movies dominate the box office, pop culture fandom rules the roost, and nerds are… well, at least kind of cool, much to their horror.

  • Hashtag : Danger par Tom Peyer et Chris Giarusso

May 1 sees the launch of Tom Peyer and Chris Giarrusso’s Hashtag: Danger , a modern take on a Fantastic Four -esque team of scientific explorers (in this case a trio rather than a quartet) as they boldly explore supernatural mysteries, strange worlds, and ancient civilizations, and find out if the dangers lurking beneath all those things will kill them before they manage to kill one another.

  • et le one-shot Steel Cage avec 3 histoires. Les lecteurs pourront voter pour leur préférée qui aura ensuite droit à sa propre série.

Source : www.avclub.com

Au milieu, ça sent le cliché. Un peu de mixité aurait pu être sympa.

WrongEarth_06_cover-580x892

WRONG EARTH #6

(W) Tom Peyer, Paul Constant (A) Juan Castro, Gary Erskine (A/CA) Jamal Igle

Season Finale ! With their secret identities endangered on both worlds, Dragonfly and Dragonflyman each resort to a shock tactic to protect the other’s status quo! Plus! An extreme Dragonfly flashback! And! Short stories, illustrations, and more!

In Shops: Feb 06, 2019

SRP: $3.99

WRONGEARTH_06_interior_2-580x892

WRONGEARTH_06_interior_-580x892

Source : www.13thdimension.com

Merci, Doc. :slight_smile:

Avec ce numéro finit la première mini-série de The Wrong Earth, qui reviendra en 2020 ! Une fort bonne nouvelle, tant Tom Peyer & Jamal Igle auront prouvé ici leurs grandes maîtrises des personnages et des caractérisations, allant rapidement au-delà du principe de base.
En effet, si le pitch était rigolo, avec des clones de Batman qui changent de Terre, un équivalent du Batman d’Adam West allant sur le monde du Batman de DKR, et inversement, le scénariste a su rapidement raconter autre chose. Non, le Dragonflyman (Batman plus “léger”) n’est pas forcément quelqu’un de bien et de pur ; ses liens avec les autorités relèvent d’une forme de corruption, ses méthodes sont liberticides, sa vision du monde est dangereuse. Non, le Dragonfly (Batman DKR) n’est pas forcément un monstre destructeur et violent ; il semble pouvoir s’adapter, et vouloir corriger certaines erreurs qu’il a commises ailleurs. Ou pas.
Avec ce final, Tom Peyer livre une fin de chapitre fort bien faite, avec un “bilan d’étape” pour chaque personnage… chacun actant son obligation de rester sur l’autre Terre, et s’organisant pour. Avec, chacun, un compromis dans leurs méthodes - ou pas, encore une fois. Tom Peyer rebat les cartes, continue sa jolie partie où les règles semblent connues, et fait avancer ses personnages ; non sans ouvrir sur une autre Terre.
C’est passionnant, et très bien fait. Peyer a dépassé son pitch fun pour livrer une vraie réflexion sur chaque version des personnages, et le casting secondaire s’est bien développé. Les récits annexes sont funs, mais c’est bien le cœur de la saga qui est vraiment très bien, dessiné en outre par un Jamal Igle en très, très grande forme. Son trait fonctionne complètement ici, et participe grandement à cette réussite.

Quelle étrange mais superbe surprise.
Vivement 2020, pour retrouver ces personnages !

Les séries Ahoy Comics arrivent en France en 2020 chez Delcourt ! Trois premiers titres sont annoncés : The Wrong Earth en janvier, Captain Ginger vers le milieu de l’année et Second Coming au second semestre.