THOR #1-14 (Donny Cates / Nic Klein)

Du Cates typique, non.

J’ai beaucoup aimé son Death of the Inhumans, et je reste persuadé que ses Guardians se sont finis plus tôt que prévu.

Aperçu du #5 :

A god. A king. A herald. Every title Thor has worn has come with its own powers, its own terrible responsibilities.
But none of them will be enough to stop the Black Winter. To save the Ten Realms – the entirety of the Multiverse – the Odinson must become…something else…

Thor #5

Writer : Donny Cates
Artist : Nic Klein
Colors : Matthew Wilson
Cover art : Olivier Coipel
In Shops: Jun 24, 2020

Source : www.aiptcomics.com

« So I called Marvel Executive Editor Tom Brevoort – I was in the middle of outlining my larger epic seven-year Thor arc I’m planning to do – and I asked him if anyone had done the origin of Galactus’ old universe, or what had killed it ? »

seven-year

Hein ?

Jim

Soit la durée du run d’Aaron (ça l’amènerait au-delà du #800).

Ça ne m’étonne pas de lui, il a bien déclaré que s’il pouvait écrire Batman il avait déjà un plan sur 5 ans en tête. Si c’est de la qualité de ses runs sur Thanos ou Venom, je suis preneur !

Et que Amazing Spider-Man est son but ultime chez Marvel.

https://community.cbr.com/showthread.php?128045-Donny-Cates-Intends-to-Write-Amazing-Spider-Man

Pourquoi ai-je cette impression que Marvel s’est trouvé son propre Scott Snyder ?

Hahahahahahaha.

Jim

Jack, tu as un client.

Je suis surpris aussi vu qu’il a fait que des trucs court.

Disons que prévoir tout ceci en amont, c’est impressionnant. Qu’un scénariste ait ça en tête, très bien, mais il doit sans doute aussi, j’imagine, garder à l’esprit que l’équipe éditoriale peut changer, que d’autres projets peuvent venir générer des obstacles, que d’autres propositions professionnelles peuvent se présenter…
Quand il arrive sur Batman, Morrison a des projets pour une prestation plus courte que ce qui a été finalement réalisé. Les choses changent. Pour le meilleur et pour le pire. Qui sait si Aaron avait prévu de rester aussi longtemps ? Si ça se trouve, il avait prévu le début et la fin, mais d’autres choses se sont ajoutées.
Prévoir sept ans alors que seulement cinq épisodes sont sortis, ça m’impressionne. Peut-être pas tout à fait dans le bon sens, cela dit.

Jim

Avec l’habitude qu’a Marvel d’intercaler des event tous les six mois ou de faire des relaunchs qui demandent une secousse du statu quo, un plan sur une année peut très vite devenir une prestation quinquennale ! :grin:

Tellement vrai.

Jim

D’ailleurs le Thor de Cates n’est pas du tout raccord avec Empyre (et vue ce qu’il se passe dans chaque titre on peut le comprendre).

Omis Venom

Donny Cates reprend sa première saga sur le Roi d’Asgard devenu Héraut de Galactus, et si la lecture est fluide et bonne… je dois avouer que l’extrême ambition d’un auteur qui se lit un peu écrire, là, m’échaude légèrement.
Attention, c’est très lisible et intense. Alors que Beta-Ray Bill se remet avec Sif de la branlée face à Thor, ledit Thor affronte le Black Winter avec Galactus ; et ils ne gagnent pas. L’ennemi est fort, trop fort, et Thor tente de s’en défaire, même s’il est attaqué par des spectres d’ennemis passés. Thor libère une grosse attaque, mais découvre que le Black Winter prend son apparence, mais ténébreuse. Or, le Black Winter révèle que Galactus a menti : le Black Winter n’est pas là pour détruire Asgard et l’Univers, mais pour s’en prendre à Galactus… son héraut, qu’il a créé et façonné à la fin du précédent Univers.
Bon, ça surprend et ça intrigue, clairement. Mais, à mon sens, Donny Cates me perd en commettant deux fautes.
La première, en rejetant complètement le run de Jason Aaron, qu’il n’anéantit pas mais qu’il annule. On a vu à la fin du #1, même si je n’y croyais pas, que le bras et l’oeil de Thor reviennent grâce au pouvoir cosmique de Galactus ; trop facile. Là, Donny Cates révèle que, du fait d’un trouble dans le Temps et la Destinée de Thor, le final de la mini-série King Thor change, et l’avenir du fils d’Odin est incertain. Si cela permet de redonner « du sel » à la vie du super-héros, je trouve que cette annulation si rapide et maladroite est un manque de classe vis-à-vis de Jason Aaron. Le « cadavre » de son run n’est pas encore froid qu’il est déjà évacué ; pas propre.
Enfin, la deuxième erreur est de chercher l’épique pour l’épique. Jason Aaron a multiplié les temps forts et puissants pour Thor, avec de nombreux passages de voix-off qui actent la grandeur de l’ultime attaque désespérée du porteur de Mjolnir ; mais s’il l’a fait souvent, il a dosé ça au fil de son run. Là, dès le #5, Thor balance « sa plus grosse attaque », méconnue jusque-là, et la voix-off convoque déjà les ultimes ripostes désespérées d’un dieu prêt à mourir (mais qui arrive à faire saigner le Black Winter ; au-delà de l’étrangeté de faire saigner une saison cosmique consciente, Donny Cates peut remercier 300, hein). Le scénariste veut trop bien faire, trop vite, et du coup me laisse froid.
Bon, Nic Klein livre de très jolies planches, et participe à l’intensité des combats. Mais, avec cette lecture, je suis carrément échaudé, notamment par ces facilités et erreurs. Donny Cates évoque un plan de sept années sur le personnage, ouais, d’accord ; mais il va falloir faire plus pour me convaincre.