THOR #1-3 (Donny Cates / Nic Klein)

Pourtant sur une des images de ton article il a clairement une main normale. Surement une erreur du dessinateur alors.

Non, tu as raison, en fait.
Pour être honnête, je n’imaginais tellement pas que le bras revienne que je n’ai même pas fait attention. Après ton message et ma réponse, j’ai eu un doute et je suis allé voir ; découverte et déception.
J’espère sincèrement que Donny Cates et Marvel ne vont pas « réparer » le personnage par cette astuce ; je serais très déçu.

Ce qui rappelle l’arrivée de DeFalco et Frenz sur le même personnage, juste après Simonson : hop, un coup de rasoir, et ils gommaient toutes les propositions du prédécesseur.
C’est un peu la nature du support, faut dire.

Moi, j’ai bien aimé l’épisode. J’ai bien aimé la voix off de la scène d’intro (qui présente l’univers aux éventuels nouveaux lecteurs), j’ai bien aimé le fait que Cates installe son Roi Thor tranquillement, sachant qu’il allait bientôt tout balayer, j’ai beaucoup aimé la rencontre avec Loki, j’ai apprécié le dessin (en général, j’ai bien le boulot de Nic Klein), et j’ai bien aimé l’idée de proposer quelque chose d’un peu plus SF que ce à quoi je m’attendais (et revoir les drakkars volants, c’est cool).

Mes inquiétudes portent davantage sur, justement, la nature du support. Cates manipule sa propre continuité (en ramenant un personnage qu’il vient d’animer ailleurs, vieille technique de scénariste consistant à faire durer des intrigues d’un titre à l’autre), il utilise un autre personnage qui semble associé à ce que Ewing fait sur Immortal Hulk, il manipule des concepts d’ailleurs assez voisins, et ceci me laisse supposer que Thor prendra une part importante dans les développements cosmiques de l’univers Marvel. Ce qui me fait craindre que la série perde de son indépendance.
Je m’inquiète peut-être à tort, mais Cates commence par un truc dont on sait qu’il ne durera pas. Et bizarrement, je doute que la réussite de Superior Spider-Man se répète. J’espère que Cates aura les coudées franches pendant longtemps, mais un faisceau d’indices, cités plus haut, me semble annoncer le contraire.

Bah, on verra : il m’a donné envie de lire la suite, c’est déjà ça.

Jim

ou qui montre que le scénariste n’a qu’une histoire (Hein Rick qui ?)

On dit souvent qu’un écrivain n’écrit jamais qu’un seul livre, mais s’il rédige beaucoup d’ouvrages.

Et en dehors de ça, on a tous en tête des scénaristes qui traînent leurs personnages et leurs idées d’une série à l’autre, à l’image de Wolfman qui développe quelques idées venues de Tomb of Dracula dans Nova, et qui conclut Nova dans Fantastic Four. Un autre exemple est Steve Englehart, qui emporte Mantis dans presque toutes ses séries (même dans Justice League of America ou dans Scorpio Rose), d’Avengers à Silver Surfer en passant par West Coast Avengers ou Fantastic Four.
Aaron a fait de même dans Thor en ramenant le Kid Gladiator, par exemple. En soi, ça ne me gène pas, ça fait partie des procédés habituels dans le feuilleton mensuel géant que sont Marvel et DC.
Ce qui m’ennuie un peu, dans ce premier épisode de Cates, c’est que ce qu’il fait devrait être fait en milieu de prestation, par exemple, pas dans un chapitre d’introduction. J’y vois la pression de Marvel (plus ici l’univers que la structure éditoriale, d’ailleurs), et je ne sais quoi en penser. Je vais donc réserver mon jugement après la lecture, impatiente, de quelques épisodes supplémentaires.

Jim

Mais le rétropédalage en question était fragmenté en plusieurs étapes*, non ?

*rasage de la barbe puis destruction de l’armure contre les Célestes, suivi d’un enfonçage de clou vers le #400 (retour d’Odin et Surtur, disparition des cheveux blancs de Balder)

Certes, mais bon, le rasage de barbe intervient quasiment en ouverture : c’est une déclaration d’intention claire et nette.

Jim

THOR #2

  • DONNY CATES (W) • NIC KLEIN (A)
  • Cover by OLIVIER COIPEL
  • VARIANT COVER BY INHYUK LEE
  • DESIGN VARIANT COVER BY NIC KLEIN
  • THE BLACK WINTER AND THE DEVOURER KING!
  • Before him lies the Black Winter; behind, a trail of death wrought by his own hand. The God of Thunder hurtles through the cosmos, searching for the power to save Asgard and all existence. But no power in the heavens can save a god — a king — from his bloody duty.
  • 32 PGS./Rated T+ …$3.99

Source : https://www.cbr.com

C’est bon, tout ça. Donny Cates confirme la très bonne impression du #1 par un #2 où il ne se passe pas « grand-chose », mais c’est très bien fait. Thor, nouveau héraut de Galactus, mène ce dernier à l’une des cinq super-planètes, jadis cachées par le Silver Surfer et qui peuvent « recharger » Galactus pour qu’il affronte le Black Winter. Sauf que la planète est habitée, et Thor refuse que Galactus la dévore…
Donny Cates gère très bien son épisode, avec de très bonnes idées de caractérisation et de réflexions. Le début est un clin d’oeil sympa’ à DC, j’aime beaucoup la relation Thor/Galactus ; le passage sur Asgard est cool, mais la fin est vraiment plaisante. Le retour de Beta-Ray Bill et de son peuple pour s’en prendre à Galactus, c’est autant un bon rebondissement qu’une bonne idée de continuité. Nic Klein illustre tout ça avec grâce et puissante.
J’aime beaucoup. Même si, oui, Thor est « tout-guéri », et ça me gêne quand même un peu.

THOR #3
DONNY CATES (W) • NIC KLEIN (A)
Cover by OLIVIER COIPEL
Variant cover by RYAN BROWN
GWEN STACY VARIANT COVER BY DALE KEOWN
THE BATTLE OF TWO STORMS!
It’s Mjolnir versus Stormbreaker as Thor’s old ally Beta Ray Bill makes a thunderous entrance! But what has put the two
friends at odds — and can the King of Asgard convince the Korbinite to let him continue his bloody mission to save all that is?
32 PGS./Rated T+ …$3.99

Source : https://www.newsarama.com

Premier aperçu du #4 :

Source : https://www.newsarama.com

J’y vois un côté très Romta Jr dans ces planches.

Oui mais en restant joli XD

Bouuuum.
Donny Cates fait plaisir à Nic Klein et au lecteur, dans un numéro vite lu mais intense. Ca se tape, en fait ; ça se tape dur.
Beta-Ray Bill a rejoint Thor et les deux « frères » s’affrontent violemment, car le premier n’accepte pas et ne pardonne pas que le second soit le héraut de Galactus, qui a anéanti le peuple de Bill. Les mots et les coups s’accumulent, et ça tape dur, oui.
Bon, ça se lit rapidement, en effet, et c’est donc assez décompressé ; mais ça se lit bien. Les positions sont claires, bonnes, et l’intervention de Galactus rapidement « renvoyé » par Thor, c’est rigolo. Le cliffhanger a été déjà annoncé par une preview, mais ça a aussi du sens.
Et c’est joli. Nic Klein livre des planches puissantes, pleines de fureur et de force. C’est beau et intense. Le run continue doucement, un peu décompressé mais puissant. J’aime bien.

C’est pas mal, mais ça se lit trop vite à mon goût, et la succession de confrontations (la fin du troisième numéro en promet encore une autre) apparaît comme une manœuvre dilatoire destinée à repousser à plus loin ce fameux hiver cosmique qu’on nous promet depuis le premier épisode. De plus, le second volet avait au moins le mérite de poser quelques éléments en guise de subplots (la feuille qui fane et se détache, par exemple, ou encore une mention au marteau), mais ce troisième est grosso modo consacré aux bastons, et si c’est assez agréable à regarder, c’est un peu pauvre.
Alors oui, c’est bien écrit, la voix off propose une tonalité épique et légendaire qui colle bien au récit, mais tout de même, jusque-là, c’est un peu léger.

Jim

1 J'aime

Oui. Il va falloir que ça se pose un moment.

Je suis un peu épidermique face aux bastons de héros. Et là, on est sur une relance de série. Déjà que je trouve que l’intrigue aurait mieux fonctionné si le statu quo avait été un peu exploré avant (genre, en guise de deuxième ou troisième saga), alors les fâcheries entre Thor et ses copains, même si elles sont plutôt bien caractérisées (enfin, pas trop mal), je trouve ça un peu décevant.

Jim

Je me dit que le nouveau Remender de Marvel a quand même bien assimilé les « tics » de son prédécesseur. Espérons que la confrontation annoncée avec Sif soit un peu plus « intelligente » que l’épisode de Dragon Ball Z qui vient de passer.

Vite expédié. Le genre de lecture qu’on sent déjà plus intéressante à suivre sous forme de recueil.

Pourrais-tu préciser en quoi ? C’est à cause des histoires ou parce qu’il raconte une histoire unique sur plusieurs titres différend ?

C’est son écriture, depuis le début. Y a bien que sur quelques épisodes de Venom que j’ai passé un peu de temps à la lecture.