TOMB RAIDER (Roar Uthaug)

C’est déjà un poil plus convaincant que la première.
(Et une perruque entière plus convaincant que les deux bouses cinématographiques précédentes, mais ça, c’est pas dur.)
Bon, c’est pas suffisant pour que j’y aille : ça fera une soirée télé, au mieux.

Jim

Ça ressemble beaucoup au reboot du jeux vidéo.

Le jeux était sympa, pas sur que l’histoire seule soit prenante, surtout qu’ils vont surement enlever tout le côté fantastique.

V1_SY1000_CR0%2C0%2C674%2C1000_AL

Cette nouvelle version met une claque aux deux précédents volets cinématographiques.
Mais en soi, pas de quoi en tirer une quelconque fierté : c’était deux navets.
Alors moi, je ne connais rien au jeu, et je n’ai pas réellement compris l’évolution du personnage et l’évolution de ses différentes versions vidéo-ludiques. J’ai seulement compris que le film proposait une sorte de version “origines”, ou d’exploration des jeunes années. Et vu que je m’en fous complètement, du personnage et du jeu, ça me va, je n’ai aucun a priori, ni positif ni négatif.
J’aborde donc le film comme un truc d’aventures destiné à me divertir. Et dans l’ensemble, c’est réussi. L’intrigue empile quelques clichés (le message du père, le rapport hostile à l’héritage sur lequel plane l’ombre de L’Héritier de Labro ou de Largo Winch de Van Hamme, la soporifique structure de roman initiatique…), mais a l’honnêteté de proposer un voyage assez linéaire et d’embarquer l’héroïne vers une succession d’obstacles à franchir. On n’en fait pas des caisses, et on s’amuse à désamorcer le sérieux de la chose (la course-poursuite à vélo est là pour ça).
Ensuite, quand les choses sérieuses commencent, il y a de formidables scènes de cascade (j’aime beaucoup celle de la carcasse d’avion), un méchant réellement présent (Walton Goggins est convaincant et particulièrement bien filmé) et même si l’on sent souvent l’informatique, l’ensemble est plutôt bien troussé.
Je ne vais pas le revoir de si tôt, mais dans l’ensemble, c’est plutôt une bonne surprise. Dans mon cas, c’est peut-être dû au fait que je m’attendais à une merde sans nom. Déçu en bien, comme on dit ailleurs en francophonie…

Jim

Ça résume bien.

Pour le dire encore plus succinctement, mon avis pourrait se résumer en deux mots, à prendre le plus littéralement possible : pas mal.

Pas vraiment bien, mais pas mal. Ça se laisse regarder sans déplaisir, même si sans enthousiasme non plus. C’est… assez neutre. C’est joli et correctement interprété, mais sans rien qui accroche ou transporte. C’est blindé de clichés, mais le scénario et la réalisation font passer sans que ça gratte trop non plus.

Y a peut-être une tendance un peu marquée, et surtout un peu trop répétée, à lorgner vers des logiques plus vidéoludiques que cinématographiques : la course-poursuite sur les pontons par exemple, j’avais plus l’impression de voir une transposition d’un jeu de plateforme que quelque chose qui fasse vraiment sens dans le cadre du film stricto sensu ; et ça m’a fait le coup quand même un certain nombre de fois, depuis la course à vélos jusqu’aux énigmes dans la tombe ; mais là encore on est dans le domaine du péché véniel, c’est pas criant non plus ; puis après tout l’approche peut se défendre.

Bref, c’est lisse et sans saveur aucune, mais sans faute.

Comparé à d’autres films de divertissement pur, sans prise de tête et sans enjeu, y a quand même stratosphériquement mieux ailleurs.

En revanche, comparé aux deux calamiteuses adaptations précédentes du même matériau, ou même, puisqu’on en parlait il y a peu, à la “niche” un peu spéciale des autres adaptations de jeux vidéo de manière générale, on est dans le très haut du panier.

Je l’avions vu aussi, c’est le cas de le dire, et sans excuser totalement sa longueur (et je prends à témoin Walter Hill à ce sujet), j’en suis sorti en ayant passé un très chouette moment.
D’autant que ce Tomb Raider post-Y2K, m’a fait découvrir -donc tout à fait dans le mood du film- pourquoi Indiana Jones m’horripilait tant. Bref pourquoi je le trouvais si rasoir [Pour en savoir +].
Lara_Croft_Alicia_Vikander
Cerise sur un gâteau qui n’apparaît pourtant pas à l’écran, Alicia Vikander est d’une présence à toute épreuve. Capable de nous faire prendre des fonds verts pour des torrents en furie, ou pour de diaboliques pièges antédiluviens (oui j’exagère, mais le film aussi).

Elle était déjà épatante dans Agents très spéciaux : Code UNCLE, mais ici elle éclipse tout le monde. Et pourtant Dominic West et Walton Goggins, ne lui font pas de cadeau !

Tout cela ne nous rendra ni l’Alsace ni la Lorraine, mais je me suis fait une raison.

J’avoue que l’argument avancé est le dernier auquel je me serais attendu… (À défaut d’être convaincu, au moins je m’avouerai surpris.)

Mais j’en suis autant surpris que toi, les voies de la maïeutique sont toute aussi impénétrables que celles du Seigneur dirait-on.
Toutefois, me faire accoucher de ce qui chez Indiana Jones m’empêchait de prendre totalement mon pied, par une sage-femme aussi turbulente que Lara Croft, n’est pas à prendre à la légère. Ni au second degré !

Rhô.

Mais je ne prenais pas la chose au second degré, ni ne remettais en cause la réalité de ton ressenti. C’est juste que mon ressenti est diamétralement opposé. Que Tomb Raider (le jeu) découle directement d’Indiana Jones c’est un fait (au point que si Lara Croft est une femme il est avéré que c’était à la base pour éviter de se prendre un procès de Lucasfilm) ; seulement, là où, de ce modèle premier jusqu’au présent film, tu vois une amélioration, je vois au contraire une déperdition.

– Bon, sauf si c’est pour dire que tu es plus sensible au sex-appeal d’Alicia Vikander qu’à celui d’Harrison Ford, là, je peux comprendre. –

Le modèle a été passé à la moulinette du virtuel, et ce qui en ressort dans ce film, à mes yeux en tout cas, s’apparenterait plutôt à une copie vidée de toute chair, de toute épaisseur, de toute substance. Et que l’héroïne du jour ait peut-être l’air plus un peu plus tendue que le perso de Spielberg ne suffit pas pour moi à faire oublier ça.

Elle était épatante, également, dans Ex-Machina

A priori, Tomb Raider va connaitre un deuxième épisode avec l’excellente Alicia Vikander. Au scénario on annonce Amy Jump.

J’espère un meilleur scénar alors…

Selon le site Deadline, la suite de Tomb Raider a trouvé son réalisateur, un nom étonnant puisqu’il s’agit du britannique Ben Wheatley (Kill List, Free Fire, High-Rise…) qui est actuellement en post-production de son prochain film, une nouvelle adaptation de Rebecca de Daphne Du Maurier.

C’est effectivement étonnant…