TRANSMETROPOLITAN t.1-5 (Warren Ellis / Darick Robertson)

Bon j’ai relu le passage avec Christ pour voir si ma mémoire était bonne : je n’ai pas été marqué par le sectarisme/ségréagation, etc car Spider fait une remarque très judicieuse :
“Et toi? pourquoi t’es là? T’as vécu six ans à Nutbuch Hill. Et maintenant la moitié des gamins du coin ont ta tête”

Ce qui m’a fait dire qu’il n’y a pas un coupable dans cette situation où t’as plus ou moins un gouroux qui envenime cette situation pour le final que l’on connait. (D’ailleurs mon hypothèse semble se confirmer dans la suite)

C’est un peu comme l’histoire de la ressuscité, j’ai trouvé que c’était encore une fois un problème de consommation où la société en question n’applique que les termes du contrat car le “produit” (donc la résurrection) a été payé sans prendre en compte tout l’aspect humain qui est derrière avec un suivi humain, une réadaptation, etc. (mais bon j’ai moyennement aimé cet épisode car pour moi une journaliste qui a vu une tonne de chose impressionnante ne peut devenir un tel légume juste en voyant cette société futuriste…).

Enfin voila, il est vrai qu’avec cette première lecture, j’ai principalement tout lié à une exagération de la consommation. Mais peut etre qu’avec plus de recul, cette vision s’élargira, donc je verrai une fois la série finie

[quote=“Blackiruah”]Bon j’ai relu le passage avec Christ pour voir si ma mémoire était bonne : je n’ai pas été marqué par le sectarisme/ségréagation, etc car Spider fait une remarque très judicieuse :
“Et toi? pourquoi t’es là? T’as vécu six ans à Nutbuch Hill. Et maintenant la moitié des gamins du coin ont ta tête”

Ce qui m’a fait dire qu’il n’y a pas un coupable dans cette situation où t’as plus ou moins un gouroux qui envenime cette situation pour le final que l’on connait. (D’ailleurs mon hypothèse semble se confirmer dans la suite)

C’est un peu comme l’histoire de la ressuscité, j’ai trouvé que c’était encore une fois un problème de consommation où la société en question n’applique que les termes du contrat car le “produit” (donc la résurrection) a été payé sans prendre en compte tout l’aspect humain qui est derrière avec un suivi humain, une réadaptation, etc. (mais bon j’ai moyennement aimé cet épisode car pour moi une journaliste qui a vu une tonne de chose impressionnante ne peut devenir un tel légume juste en voyant cette société futuriste…).

Enfin voila, il est vrai qu’avec cette première lecture, j’ai principalement tout lié à une exagération de la consommation. Mais peut etre qu’avec plus de recul, cette vision s’élargira, donc je verrai une fois la série finie[/quote]

Ah, tiens, l’épisode que tu n’as pas trop aimé est mon préféré de l’ouvrage d’Urban.

Ah t’as pas préféré le dernier arc avec le chien et toute la situation alambiquée ?

Non. Après, j’ai préféré d’autres épisodes et/ou arcs dans les futures volumes, mais dans celui là, c’est vraiment cette épisode que j’ai préféré. Avec celui où Spider écrit sur les toits aussi.

[quote=“Blackiruah”]Bon j’ai relu le passage avec Christ pour voir si ma mémoire était bonne : je n’ai pas été marqué par le sectarisme/ségréagation, etc car Spider fait une remarque très judicieuse :
“Et toi? pourquoi t’es là? T’as vécu six ans à Nutbuch Hill. Et maintenant la moitié des gamins du coin ont ta tête”[/quote]

C’est une partie, visuellement Robertson montre bien la pauvreté et l’isolement de cette communauté, ainsi que les coupes d’eau et autres. Christ est un sale con qui a utilisé une mode pour en faire un mouvement, ça c’est certain. Mais il n’est qu’une partie du problème. Le texte que Spider écrit lors de l’émeute montre bien le reste. C’est d’ailleurs ce passage qui m’a le plus marqué et fait aimé Transmetropolitan (je n’avais à l’époque que la version Le téméraire qui ne reprend que cet arc).

Pour moi c’est plus qu’un problème de consommation, mais un problème de société, le contrat est respecté, mais la société n’en a rien à faire de ces gens qui se réveille, vraiment rien, les conditions du réveil sont d’ailleurs horrible. Par contre un journaliste à pu voir nombre d’horreurs, mais imagine toi te réveiller sans préparation dans une société décadente comme celles décrit ou un chien fait office de moto, des gens peuvent manger de l’humain… Quelque chose qui n’a rien à voir avec ce que tu as pu connaître ça fait tout de même un sacré choc et certains ne sont pas préparé. Pour le cas de Mary en particulier je ne peux en dire plus sans spoiler.

[quote]TRANSMETROPOLITAN tome 2
*Scénario: – Dessin: Robertson Darick
Public: Ado-adulte – à partir de 12 ans
Genre: Action,Humour
Collection: Vertigo Essentiels
Date de sortie: 11 juillet 2014
Pagination: 312 pages
ISBN: 9782365773997
Prix: 28.00 €

Meurtres. Viols. Vols d’ADN. Le journaliste hors-la-loi Spider Jerusalem a couvert les sujets les plus infâmes que La Ville ait portés. Mais toutes ces horreurs ne sont rien à côté de ce qu’il estime être l’expression ultime de la dégradation humaine : la politique. Malheureusement pour sa santé mentale, cette année électorale risque fort d’être le clou du spectacle. Deux candidats, deux bêtes, à la merci d’un éditorialiste enragé.
(Contient : Transmetropolitan vol. 3: Year of the Bastard + vol. 4: The New Scum – #13-24 + Vertigo: Winter’s Edge #3)*[/quote]

Liens:
Le site de l’éditeur : www.urban-comics.com
La page facebook de l’éditeur : www.facebook.com/UrbanComics

La critique par Blackiruah est disponible sur le site!

Lire la critique sur Comics Sanctuary

La série est annoncée en combien de volumes?

Cinq tomes.

Ok et c’est toujours manesse à la trad? Merci Benoît

Oui, c’est toujours le même traducteur que précédemment.

Par contre je crois me rappeler qu’il a eu l’occasion de retravailler sa traduction

[quote]TRANSMETROPOLITAN TOME 3

Scénario: Ellis Warren – Dessin: Robertson Darick

La Ville, antre de perdition et de fourmillements perpétuels, s’avère pour certains un lieu de solitude intraitable. Surtout pour un journaliste tel que Spider Jerusalem, vénéré autant qu’il peut être méprisé. Mais bien sûr, face à la récente élection du Sourire à la tête du pays, ses états d’âmes sont le cadet de ses soucis. Dans une société décérébrée où tout peut être acheté, volé et produit en masse, la Vérité est une denrée rare. Spider est pourtant bien déterminé à la maintenir sur le marché, et ce quel qu’en soit le prix.

(Contenu : Transmetropolitan #25-36)
Public: Ado-adulte – à partir de 12 ans
Genre: Action,Humour
Collection: Vertigo Essentiels
Date de sortie: 6 février 2015
Pagination: 296 pages
ISBN: 9782365774406
Prix: 22.50 €[/quote]

Le site de l’éditeur : urban-comics.com/transmetropolitan-tome-3/

La critique par Blackiruah est disponible sur le site!

Lire la critique sur Comics Sanctuary

c’est quel numéros ceux que t’as trouvé longuet Blacki ?

25-26

Il me semble que déjà tu avais moyennement apprécié l’épisode sur le destin de Mary, la cryogénisée, non?
C’est à chaque fois assez marrant que les épisodes que je préfère sont ceux que tu aimes le moins. ^^
Mais il faut dire que je raffole des stand alones plus introspectif et à fleur de peau de Transmetropolitan!

[quote=“Darkythib”]

Il me semble que déjà tu avais moyennement apprécié l’épisode sur le destin de Mary, la cryogénisée, non?
C’est à chaque fois assez marrant que les épisodes que je préfère sont ceux que tu aimes le moins. ^^
Mais il faut dire que je raffole des stand alones plus introspectif et à fleur de peau de Transmetropolitan![/quote]

Ouep, dans ce cas le problème est surtout une question d’attente, j’attendais qu’on me parle du sourire qui c*** sur la tronche de Spider dès le début et ces 2 épisodes qui se pose en intro cassaient mon attente. ca me stressait un peu xD

Moi je les trouve très bon ces deux épisodes aussi. Une préférence pour le 25 ou l’on y voit un Spider plus âgé, moins fou, qui est plus marqué par les récents évènements et puis il y a encore une fois toute la trame social qui transpire dans ces pages, tous les abus et choses horribles…

Je les trouves bons également. Toutefois la compilation en recueil joue contre leur efficacité. J’ai ressenti une petite indigestion à avoir ce genre d’épisode à la suite. C’est dense, fort, puissant et faut le digérer. Les avoirs à la suite ça n’aide pas. Je pense que l’efficacité du propos devait être plus fort lors de la publication originale en mensuel.

Cela dis le format librairie permet la mise en valeur d’un fil rouge narratif très intéressant, celui du mal-être de Spider-Jerusalem vis à vis de sa défaite mais surtout vis à vis de l’exploitation de son image. Il devient une représentation de ce qu’il exècre. En quand tu lis le dernier épisode, tu te rend compte de la cohérence de l’œuvre tant son acte devient une manière pour lui de se réapproprier son image.