TRAQUEMAGE t.1-3 (Lupano / Relom)

(Team Sanctuary) #1

Discutez de Traquemage

0 Likes

(Jean-Marc Lainé) #2

Je viens de lire les deux tomes de Traquemage, essentiellement sur le nom de Lupano, dont je continue à découvrir le travail, avec certes beaucoup de retard.

Traquemage1-couv

Le sujet est à la base amusant : Pistolin élève des cornebiques et fabrique du pécadou, un fromage assurément odorant et apparemment réputé. Sauf que son troupeau a été décimé (au sens étymologique) par des combattants liés à la guerre des mages, et qu’il met tout en œuvre pour continuer son activité. Il trouve un petit coin tranquille dans les alpages afin de faire paître ce qui reste de son troupeau et continuer sa petite production locale. Bien entendu, les choses ne se passent pas comme prévu.

Traquemage2-couv

Lupano reprend un modèle de héros qui avait déjà très bien fonctionné dans Little Big Joe, à savoir le petit personnage décalé qui nourrit de grandes ambitions dépassant largement ses modestes moyens. Et là où il détournait les codes du western, ici il tort les lieux communs de l’héroïc-fantasy. Ce qui est très plaisant à qui ne goûte pas toujours ce genre.

Le premier tome met les choses en place, et aligne de nombreuses scènes d’introduction, car il faut bien présenter les protagonistes (Pistolin, Myrtille sa cornebique, la fée Pompette et plein d’autres personnages). La structure est celle d’une quête, ce qui est bien pratique pour provoquer des voyages et des rencontres.

Le second tome fonctionne selon un système que Lupano connaît bien, celui de l’enchaînement de circonstances qui dégénèrent. Il introduit un nouveau personnage, Merdin l’Enchianteur, sorte de Tullius Détritus involontaire. Et les événements périclitent en spirale, dans une mécanique très bien huilée mais qui réserve son lot de surprises. Sans compter les jeux de méprises et de quiproquo, bâtis pour l’essentiel sur des confusions dans les dialogues. Et Lupano parvient même à développer un discours écolo qu’il avait déjà dans Un océan d’amour.

Question dessin, j’ai été un peu refroidi par le travail de Relom, au début. Son dessin m’évoque un peu Féroumont, en moins élégant, avec un zeste de Gotlib mal digéré. Pourtant, son trait caricatural et très expressif sert à merveille le propos, renforçant le ridicule de nombreuses situations. Un style totalement au service du récit.

Pour l’instant, c’est un diptyque. Je ne sais pas si la série a suffisamment marché pour générer des suites, mais si elle s’arrête ici, elle laisse un récit qui se tient assez bien, et qui a proposé une belle quantité de situations cocasses.

Jim

0 Likes

LES VIEUX FOURNEAUX t.1-5 (Lupano / Cauuet)
(Le Doc) #3

Traquemage 03. Entre l’espoir et le fromage

Bien que débarrassés de Merdin l’Enchianteur, la malchance n’en finit pas de poursuivre nos héros pour autant. Pistolin, Myrtille et Pompette sont capturés par des marchands d’esclaves et amenés à Grââvos, la capitale de la magie, pour y être vendus. La ville se prépare justement pour sa Grande Foire de la Magie et c’est une tradition pour les Mages de s’y retrouver pour leur banquet annuel…

SORTIE LE 9 JANVIER

0 Likes

(Jean-Marc Lainé) #4

Ah, bien content de voir qu’il y a une suite.

Jim

0 Likes

(Jean-Marc Lainé) #5

Voilà, j’ai lu ce troisième tome, et il est très chouette encore.

Couv_353812

Lupano ouvre sur une suite de scènes qui permettent d’introduire ou de réintroduire des personnages qui auront leur importance par la suite. C’est une technique bien éprouvée chez le scénaristes, qui commence souvent ses albums par la mage. Très rapidement, les péripéties (souvent dues à de mauvaises rencontres) s’enchaînent avec efficacité. Pistolin tombe de mal en pis, et finit par faire la rencontre d’un personnage inattendu, dont l’apparition donne une autre tonalité à la série, et qui pourtant sera un ressort central de ce tome (occasion aussi d’un comique de répétition de premier ordre).

Pour le scénariste, c’est également l’occasion de taper sur le museau du libéralisme (sujet récurrent chez lui), et aussi sur la religion (c’est moins fréquent) et le fanatisme, à l’occasion de très absurdes séquences. Le tome offre aussi une explication au titre de la série et donne une signification plus profonde aux qualités gustatives et nutritionnelles des Pécadous.

Verso_353812

L’ensemble occasionne de nombreuses crises de rire. On rigole, mais il y a un sous-texte assez riche. Que demander de plus ?

Jim

0 Likes