TUMATXA : L'ÉMISSION !

EPISODE 7 : Gideon Brown, le shérif irlandais de l’espace

Retour de l’émission après l’impasse de la semaine dernière… Formule classique !!
Le programme cette semaine :

  • Pour le cinoche, un gros morceau aujourd’hui avec le dernier-né de la filmographie de l’immense Martin Scorcese, avec le gargantuesque (3 h 30 au compteur !!!) « The Irishman », sorte de bilan/retour aux sources pour le cinéaste new-yorkais.

  • Pour la littérature, on se penche sur la création la plus populaire de G.K. Chesterton, légende de la littérature anglo-saxonne, avec « La sagesse du Père Brown », recueil de nouvelles consacrées aux aventures de l’un des détectives les plus atypiques qui soient.

  • Pour la BD, double ration cette semaine avec l’évocation du premier tome de « Green Lantern » de Grant Morrison et Liam Sharp, et celle du deuxième tome de « Gideon Falls », titre extraordinaire écrit par Jeff Lemire et mis en images par Andrea Sorrentino.

Et pour la musique, ce sera :
« Johnny Is Sick », extrait du formidable « Ad Matres », dernier album des suisses de Ventura, « Comfortably Numb », titre fameux issu du « The Wall » de Pink Floyd, « When We Sewed Skins », morceau étrange et planant de Common Eider King Eider, et on termine tout en finesse avec le très heavy « Snake Hymn » des amerloques d’Eagle Twin…!!!

« When I was a child, I caught a fleeting glimpse
Out of the corner of my eye
I turned to look, but it was gone
I cannot put my finger on it now
The child has grown, the dream is gone… »

EPISODE 7 !!

Merci pour le rappel du Ventura! Ca a l’air excellent!
En fait je ne connaissais pas le groupe et j’avais lu la chronique de New Noise dans l’avant-dernier numéro. Ca m’a donné envie mais je me suis méfié du ton trop dithyrambique pour être honnête et du 10/10 (j’ai pensé copinage) puis le magazine s’est retrouvé enfoui sous une pile et j’ai complètement oublié le groupe.
En lisant le dernier numéro, je me suis rappelé de cet « Ad Matres » mais finalement l’interview rigolote mais bordélique ne m’a pas donné envie de creuser.
Sauvé par Tumatxa! :smile:

Tu ne connais pas, du coup, « We Recruit », leur album de 2010 ? Franchement, c’est un album extraordinaire, d’une puissance rare.

C’est utile, le petit bouton « inprimatu » ? O___o

En tout cas, c’est bien de pouvoir accéder aux émissions précédentes.

Tori.

Non, mais j’avais bien noté ta très forte recommandation. :wink:

Ha ha !! Je me suis posé la même question…
Et après mûre réflexion, je dirais : non.

« Le nommé Jeudi » de Chesterton est commandé! Il a suffi des mots Patrick McGoohan et « Le Prisonnier » pour me convaincre. :grin:

Sinon, j’ai quasi terminé « Le Triomphant ». j’ai stoppé juste avant la scène finale. La Bête arrive avec la tempête et l’incendie en toile de fond. Le tableau est sublime. Pressé de voir comment ça va se terminer et comment les 2 arcs narratifs vont se rejoindre complètement.

Carrément, j’ai trouvé ça très très fort.

EPISODE 8 : Dis-moi, docteur en slip jaune

Horrible, ce jeu de mots trônant dans le titre de l’émission du jour. Et tant qu’on est dans le registre horrifique, profitons-en pour signaler que l’horreur sera le fil rouge de cette émission, sur tous les registres (y compris musical)…
Le programme cette semaine :

  • Pour le cinoche, on colle d’assez près à l’actualité en évoquant une sortie récente, celle du « Doctor Sleep » de Mike Flanagan, adaptation de la suite que Stepehn King a donné en 2013 à son très fameux « Shining », adapté au cinéma par le grand Stanley Kubrick.

  • Pour la littérature, on se penche pour la première fois (mais pas la dernière je pense) sur le travail d’Anders Fager, auteur suédois assez maladroitement présenté comme le « Lovecraft suédois sous acide » (ce qui ne veut pas dire grand chose…), à travers son recueil de nouvelles « La Reine en jaune », un titre qui fera de l’œil aux amateurs de littérature horrifique, et notamment aux lecteurs de Robert W. Chambers.

  • Pour la BD, on se déconnecte totalement de l’actualité et on cause de « Tell Me, Dark », un roman graphique sorti en VF il y a une bonne vingtaine d’années, et c’est signé Karl Edward Wagner et John Ney Rieber pour le scénario et les dialogues, et Kent Williams pour la (sublime) partie graphique.

Et pour la musique, ce sera :
« Catalyst », extrait de l’album « Wrecked » de Zonal, le projet de Justin Broadrick et Kevin Martin, « Dies Iraea » des Melvins sur l’album « Nude With Boots » (histoire d’évoquer la très fameuse musique du « Shining » de Kubrick), « Agenda Ignis », issu de « Daemon », formidable dernier album en date des norvégiens de Mayhem, et on termine avec l’étrange « Walking On Dehydrated Coral », présent sur le triple (!!!) album de Prurient, « Rainbow Mirror »…!!!

« Burned alive
In purgatory flames
Buried alive
In depths of conscience »

EPISODE 8 !!!

J’ai également beaucoup aimé la fin de ce second roman de Clément Milian.
Je ne l’ai vraiment pas vu arriver alors qu’en y réfléchissant bien, tous les signes étaient là.
Ça reste desarçonnant, très bien trouvé et j’aime finalement le sort qui est fait de La Bête.

Très beau titre ! Je vois qu’il n’y a pas que moi qui ai un rictus discret chaque fois que j’entends prononcer « Docteur Sleep ». :sweat_smile:

Sinon, j’avais écouté le Zonal à sa sortie et ça ne m’avait pas transcendé. Je ne l’ai écouté qu’une fois en entier. Ce n’est pas ce que je préfère de Broadrick (même si je ne me priverais pas d’aller les voir en concert si l’occasion se présente).

Je peux le concevoir. Mais sur scène, quelle claque, franchement.
Ceci dit, c’est vrai que l’album n’est pas vraiment révélateur de ce côté « tabassage » implacable en live. Et cette Moor Mother, quelle présence sur scène !!!

Pour « Docteur Sleep », je dois même avouer que je suis surpris par le nombre relativement limité de blagues sur le sujet… :smile:

Ah, content que ça t’ait botté aussi. Je crois que cette fin rentre vraiment dans la définition de la « bonne fin » que nous livrait Clément Milian durant l’entretien (reprise de je ne sais plus quel auteur) : à la fois évidente et surprenante.

Cela faisait bien longtemps que je n’etais pas repassé par là.

Je viens d’écouter les deux dernières émissions pour accompagner les missions courses du samedi matin, pèlerinage ritualisé dans le temple du dieu consommation, arpentant toujours les mêmes allées comme on suivrait le chemin de croix du christ.

Et bien, me voilà à me dire que cet auteur suédois a l’air bien interessant, que Gideon falls meriterait le détour et que cette suite de shining, il faudrait tout de même que je la vois.

Je suis une nouvelle fois vraiment épaté par la constante qualité de cette emission, et par la passion qui l’anime.

Bravo et encore bravo.

C’est rigolo, c’est exactement ce que je me disais ce matin, en lisant un tes vieux messages sur un autre sujet.

Oui, ça m’arrive souvent de retomber sur ces messages et de me dire que tes interventions me manquent, Nemo !!! J’espère que ça roule de ton côté.
En tout cas un grand merci pour ton appréciation sur l’émission ; parmi les oeuvres abordées cette semaine, je me dis que « Gideon Falls » te parelrait bien, oui, et pas qu’un peu…

Soyouz, tu as du fouiller les archives alors.

Je ne sais même plus utiliser les fonctionnalités du sites.

Soyouz et photo,

Il m’arrive de vous lire encore.

je me dis, tiens qu’est ce qu’ils racontent sur cette suite de DKR et j’apprends plein de chose, les allées et venues de soyouz et Jim sur la capitale, tout ça.

Sourire.

Le forum reste sympa, les hs ne sont donc pas définitivement passés d’actualité.

Keep up the good work !

A peine. Juste pendant ta dernière période sûrement

Parce que cela devait être le cas ? J’ai pas reçu le mémo.

Sinon, ça va quand même ?

J’ai des souvenirs de Blacky qui pestait à l’occasion sur les hs.

et oui ça va. Je lis moins de comics que fut un temps, ce qui m’a un peu éloigner du forum. Mais vous m’aidez à suivre les news.

Mais à l’occasion, je me dis que je reviendrai donner des nouvelles, j’ai formalisé bien des points du « à suivre », de ce qu’est la structure linguistique d’une BD et du « à suivre », j’ai répondu à cette grande question : pourquoi a t il fallu attendre la dix neuvième siècles pour que soit inventé cette écriture dont les composantes sont pourtant là depuis plus de deux mille ans.

Je vous en ferai profiter dès que je rédigerai ça de façon lisible.

Darkseid a son équation anti-vie, Nemo a son « à suivre »

sourire.

Voilà.