TUMATXA : L'ÉMISSION !

Bon ben, tu devrais recevoir le tome 1 à la radio la semaine prochaine. :wink:

Oh !!! Bon ben c’est sacrément cool. :sweat_smile:

Voilà, c’est changé dans l’archive

Cool, merci !! :slight_smile:

Et merci pour toutes les références dans l’émission et dans le fil de discussion. J’ai noté ça avec avidité.

Oui, le bouquin est une vraie mine de ce point de vue, j’espère (mais je crois que c’est le cas) que l’entretien retranscrit un peu ça.

Oui oui, t’inquiètes pas. C’est définitivement un des aspects majeurs de l’entretien.

Cool !

D’ailleurs, je me posais une question sur cet entretien.
Il y a un passage où ça tourne pas mal autour du gnosticisme mais le mot n’est jamais sorti.
Vu que vous avez préparé l’interview en amont, c’était volontaire ou pas?

Pour éviter d’attirer le nemo, voyons !

1 « J'aime »

Effectivement. Je m’étais fait la réflexion aussi. Vous aviez peur d’invoquer un Pacôme errant ?

Sourire :grin:

C’est un peu flou mais on en a pas parlé durant la préparation en amont, je crois… Le fait de ne pas prononcer le mot n’était pas du tout volontaire ou prémédité en tout cas, fût-ce pour ménager la susceptibilité de Nemo. :wink:

On a surtout parlé de la notion de performativité du langage, et la façon dont on peut connecter ça à l’ésotérisme, ou la magie… Je lui ai demandé pourquoi elle n’avait pas creusé, si ça venait d’elle ou d’une absence d’intérêt de Burroughs pour le sujet. Et c’était plutôt son manque de curiosité à elle pour le sujet qui était en cause, m’a-t-elle précisé.
Et la veille de l’entretien, je suis tombé sur un article qui évoquait les liens entre Burroughs et la Chaos Magick par exemple, et du coup je lui ai posé la question sur le sujet.

1 « J'aime »

V’la un objet cinématographique non identifié (Photonik, tu connais ?) :

Et comment !! On s’est beaucoup marré quand on a découvert ça il y a une quinzaine d’années…
Un barman qui a désormais la soixantaine se rappelait de ce film et nous en avait parlé ; un de ses habitués est aussi projectionniste : il voyait de quoi il voulait parler, et a réussi à trouver le DVD sur le net (ou bien l’avait téléchargé, je ne sais plus). On l’a vu à quelques-uns dans le bar en question, hilares et un peu médusés… :slight_smile:

C’est à peu près la période où tournait aussi chez nous cet épisode de McGyver hilarant où il affronte l’ETA (oui oui).

2 « J'aime »

EPISODE 13 : Les bâtons du Chevalier sentient et sans reproche

Oyez, oyez, ménestrels et damoiseaux !! Suivant le cycle des saisons mais à l’échelle hebdomadaire, « Tumatxa! » revient inlassablement pour répandre sur la Soule et le reste du Monde la bonne parole…

Chevaliers en perdition, assemblages de bâtons bizarroïdes et intelligences artificielles à l’instinct maternel : tel est l’étrange programme auquel l’émission vous convie cette semaine.

Enfin, le dernier film de David Lowery !!! Après moult faux départs et maints regrets quant à son absence du grand écran, « The Green Knight », le film le plus prodigieux qu’il m’ait été donné de voir depuis fort longtemps, déboule enfin. Sorte de croisement entre cinéma expérimentalo-barré et pur film de fantasy, « The Green Knight » est l’adaptation d’un poème épique datant de la fin du XIVème siècle, « Sire Gauvain et le Chevalier vert », qui appartient au grand cycle des légendes arthuriennes. Un film thématiquement vertigineux et beau à s’en cramer la rétine, que demande le peuple ?

Pour la littérature, une fois n’est pas coutume, c’est une nouvelle qui va nous occuper cette semaine. « Les Bâtons » (« Sticks » en VO), nouvelle signée par Karl Edward Wagner en 1974 et publiée en VF dans la revue anthologique « Le Visage Vert » en 1999, fait le pont entre la tradition horrifique des pulps d’antan et l’horreur plus contemporaine (pensez à une certains sorcière qui crèche du côté de Blair). Frisson garantis à travers ce texte qui mêle dans un délicieux petit vertige cognitif réalité et fiction…

On se penche également pour la BD sur « Sentient », titre signé Jeff Lemire et Gabriel Walta. Dans ce récit de SF/space opéra bien dark mais poignant comme tout, des enfants abandonnés à leur sort dans un vaisseau spatial dérivant dans l’espace sont pris en charge par l’I.A. Valérie, ordinateur qui devient une mère pour eux. Pas exempt de défauts, ce titre est quand même diablement efficace et riche en pistes thématiques originales ; on en attendait pas moins de Lemire !!

Le tout, gentes dames et damoiseaux, est bien sûr livré avec de la zique en sus : la sataniste (humour) Anna Von Hausswolff vient de sortir un live à Montreux de haute volée, et on en écoute un extrait, le fabuleux « The Truth, The Glow, The Fall » ; l’institution du grindcore-métal de Birmingham, j’ai nommé Napalm Death, est de retour avec un EP à paraître incessamment sous peu, dont le terrible « Narcissus » est issu ; on s’envoie du néo-folk de haute volée à l’occasion de la sortie du dernier Of The Wand And The Moon, en l’occurrence « Sunspot », extrait de « The Lone Descent », le précédent chef-d’oeuvre du projet de Kim Larsen ; on termine avec une tempête black métal made in Olympia, avec les champions américains du genre, Wolves In The Throne Room, et un extrait de leur petit dernier « Primordial Arcana », à savoir « Masters Of Rain And Storm »…!!

« There’s a darkness within our reach
And roots that reach beneath
And in this darkness shall we crawl ?
Overwhelmed by the Void… »

EPISODE 13 !!

Mais y a pas Charles Soule alors ?

1 « J'aime »

Ha ha, tiens j’y avais pas pensé à celle-là encore… :slight_smile:

Arf … Ça titillait ma curiosité du coup.
En tout cas, ça donne envie ce film. Même si je en suis pas près de pouvoir le voir.

Je te le recommande chaudement en tout cas, tu l’auras compris…