TYLER RAKE (Sam Hargrave)

Chris-Hemsworth-publie-les-premi%C3%A8res-photos-de-Dhaka-de-Netflix

DATE DE SORTIE PREVUE

En 2020 sur Netflix

REALISATEUR

Sam Hargrave

SCENARISTE

Joe Russo

DISTRIBUTION

Chris Hemsworth, David Harbour, Derek Luke, Jay Ali…

INFOS

Long métrage américain
Genre : drame/action
Année de production : 2019

SYNOPSIS

Tyler Rake est un mercenaire intrépide qui travaille dans l’ombre. Alors qu’il n’a plus rien à perdre, il est chargé par un puissant caïd mafieux, pour l’heure incarcéré, de sauver son fils qui a été enlevé. Mais dans le milieu glauque de la pègre, où se côtoient marchands d’armes et narcotrafiquants, la mission ultra-périlleuse de Rake frôle l’impossible. Et la vie du mercenaire et du jeune garçon risque d’en être bouleversée à jamais…

Premier aperçu :

extraction-chris-hemsworth-rudhraksh-jaiswalz-image-450x300

chris-hemsworth-extraction-600x400

À noter que le personnage de Tyler Rake créé par les Russo a d’abord été le héros d’une bande dessinée publiée en 2014.

Bon, ça bouge, le pitch de base est classique mais semble solide et sans fioriture. Ça peut faire un divertissement honnête.

Jim

C’était bien.
Efficace, puissant, intense même s’il y a un coup de mou au milieu, avec surtout un Chris Hemsworth parfait dans le rôle-titre. Et une très bonne gestion de l’action, que ça soit la course-poursuite terrible, ou les scènes de tatanne, bien méchantes et brutales, avec de bonnes idées.
C’était bien, oui. Avec même une bonne gestion de l’émotion, un final bien fichu, et une micro-approche de l’enfance piétinée dans le tiers-monde. C’est d’ailleurs « agréable » de n’avoir pas mis ça en Amérique du Sud, comme trop souvent. Le Bangladesh, ça change, c’est bien aussi.

James-Edward Ruffier, qui a participé à la grande épopée culturiste française, préconisait de sortir de table en ayant encore un peu faim.
Visiblement, Sam Hargrave voit les chose autrement s’agissant de cinéma.

Toutefois l’homme n’est pas dénué de talent car pour faire un film de presque deux heures, avec un scénario qui teint tout entier dans son titre « Extraction », il en faut.
Sa solution !?
Utiliser la structure narrative des films pornos des années 1970/1980 [Pour en savoir +].
Pas bête, mais un peu écœurant (aucun jugement moral dans cette épithète).

J’ai lu quelque part que Joe Russo était finalement capable de faire autre chose que des films de super-héros. Un point de vue que je ne partage pas, tant Tyler Rake a justement tout du super-héros.

Bref un film que j’ai lâché avant la fin pour cause d’indigestion aux scènes d’action, comme on dit quand il y en a trop c’est que t’es trop vieux, et un exotisme bien malsain.
Difficile en effet, d’avoir envie d’aller au Bangladesh, après cette virée made in Netflix™.

Ah ouais, j’avais même pas fait gaffe : le film s’intitule Extraction en VO ? Et donc, y a un rigolo qui s’est dit que les Français comprendraient pas ?

Jim

Ils ont du avoir eu peur de spoiler …

C’est vrai que le suspense est le point fort du film en plus… Thor dans un rôle qui lui colle à la peau depuis plusieurs film, le mec abattu par la vie, alcoolique et au bout du rouleau… ce qui colle du coup absolument pas avec son image. (D’ailleurs le meilleur moment du film c’est la phrase « Tu resembles plus à un Brad »…)

En faite ce film n’a absolument aucun intérêt. Déjà vu en mieux 20 fois, on change just les skin et la localisation.

Pour moi ce qui démontre tout ce qui va pas dans ce film c’est la fameuse poursuite plan séquence. On veut absolument caller une prouesse technique qui se regarde le nombril au détriment de l’action, sa lisibilité et son suspense.

Un plan séquence permet de prendre le point de vue d’un protagoniste, de vivre les actions en même temps que lui sans les annoncer avant… là comme le protagoniste change toutes les 30 secondes on sait qu’il va lui arriver quelque chose pour passer à un autre, et donc que le gentil héros est hors de danger.

De toute façon on connait la fin dès le début donc bon… Ce film c’est un no brain, je lisais en même temps tellement c’était banal

Tu peux être no brain et divertissant en proposant un univers.
Là c’est vraiment tout le contraire.

Et putain cette fin…

Tout à fait d’accord ^^

Le plan séquence m’a semblé intéressant justement parce qu’il sortait de la logique du point de vue unique. Ici, on passe d’un point de vue à l’autre, et ça fait écho à ce jeu de course-poursuite, de rencontre fortuite dans un angle de couloir, de multiplications des parties en présence.
Les raccords articulant les différentes saynètes de cette séquence sont un peu visibles, c’est bien moins élégant que celui des Fils de l’homme de Cuaron (voire les deux plans séquence, puisque le film de Hargrave reprend l’une des astuces de l’autre), mais ça reste un joli morceau.

Jim

dans le genre The raid reste bien meilleur.

1 J'aime

En regardant le film, j’ai pensé à The Raid. Que personnellement je n’ai pas tellement aimé, et pour lequel je n’ai pas compris l’engouement (faudrait peut-être que je le revoie). J’ai préféré celui-là.

Jim

Suite au succès de Tyler Rake sur Netflix, Joe Russo a confirmé que le développement de la suite vient de débuter :

“The deal is closed for me to write Extraction 2 , and we are in the formative stages of what the story can be. We’re not committing yet to whether that story goes forward, or backward in time. We left a big loose ending that leaves question marks for the audience.”

M’ouaif…
Qu’ils prennent leur temps.

Je comprends mais pour moi c’est comme Birdman.

J’ai un problème quand le réalisateur fait clairement un truc pour montrer sa technique et pas pour apporter à ce qu’il raconte et donc au détriment de l’histoire.

Dans Birdman c’était vraiment bien fait et je sortais toujours du film pour analyser la technique au détriment de m’intéresser à l’intrigue.

Ici pour moi c’est l’inverse. Les raccords sont assez grossiers, les mécaniques de la course poursuite sont utilisés plusieurs fois donc tu sais déjà avant même qu’il arrive quoi que ce soit que ça va arriver. C’est juste trop long pour marcher enfaite.

The Raid et john wick sont pour moi clairement les deux références de ce genre de films des dernières années.