ULTIMATE UNIVERSE #1-15

Liens :
Le site de l’éditeur: www.paninicomics.fr
La page facebook de l’éditeur: www.facebook.com/PaniniComicsFrance

Oh la fausse joie. Il ne sort que le 15 mai.

Que je suis vicieux tout de même…

C’est quand même un des meilleurs produits proposés par Panini : très bonnes séries, très bon rapport qualité/prix.

Dans l’ensemble, c’est plutôt agréable à regarder et à lire même si la qualité d’écriture varie grandement entre les trois séries.

Bien qu’Ultimate Spider-man soit la série la plus touchée par les répercussions de la deuxième ère ultimate, on reste en terrain balisé avec Bendis. Le déroulement de l’intrigue est très décompressé, et les six premiers épisodes ne serviront surement qu’à poser le contexte de la nouvelle donne de Spider-man comme ce fut le cas lors des deux moutures précédentes. Les dialogues sont toujours construits sur de brefs échanges en ping-pong avec une voix uniforme pour tous les personnages concernés, ce qui donne souvent une caractérisation sommaire, même si la discussion entre Miles et son père est agréablement bien écrite. C’est bien dessiné mais c’est pas super engageant au final, d’autant qu’en dépit du changement de personnage, Bendis recycle pas mal de choses (la dernière page me semble avoir déjà été utilisée dans la première version du début des années 2000).

Nick Spencer est sans doute celui qui réussit le mieux l’exercice du relaunch avec Ultimate X-men. C’est le seul scénariste à poser clairement la situation et les enjeux pour les nouveaux lecteurs dès le premier épisode de sa série. En jouant habilement avec les situations d’exposition comme l’allocution de la représentante du gouvernement, les écrans de télévision pour décrire les camps d’internement des mutants et la voix off d’un personnage marginal qui apporte un éclairage différent des évènements relatés par les médias, on a une introduction touffue et prenante. Les personnages sont bien campés, et le scénariste accorde un soin particulier à leur caractérisation, à dépeindre d’où ils viennent et ce qui les a amenés là où ils en sont actuellement, tout en n’oubliant pas d’inclure de l’action et des cliffanghers. Le scénariste s’amuse même à prendre le lecteur à contre-pied avec l’identité du narrateur, tout en proposant un décalage entre la voix off et les évènements qui attisent la curiosité pour les prochains épisodes. Le dessin est carré et narratif, sans être exceptionnel, tout en étant très expressif. C’est un très bon point d’entrée pour un nouveau lecteur, et ça me semble la série la plus réussie du magazine.

Les Ultimates de Jonathan Hickman et Esad Ribic sont aussi surprenants: le scénariste est habituellement coutumier d’une écriture léthargique qui ne fait qu’empiler des éléments en vue de construire des grands plans sur plusieurs années, et là, pour une fois, il rentre dans le vif du sujet en ne lésinant pas sur l’action. C’est plutôt pas mal, mais il reste quand même de grandes carences dans son écriture. Les personnages sont rarement nommés (Nick Fury n’étant même pas appelé par son nom en deux épisodes) et ne servent souvent qu’à véhiculer des idées à défaut d’exister, ce qui n’aide pas à les présenter pour les nouveaux lecteurs, et les transitions entre les scènes sont souvent arides. Il n’y a pas assez de marqueurs de lieux alors qu’on évolue constamment entre trois situations différentes, ça m’a plusieurs fois obligé à revenir en arrière pour me remémorer la situation. Et pour un début de série, c’est quand même à la limite de l’abscons parfois. Asgard n’est plus détruite et les Asgardiens sont reviendus sans que ce soit expliqué (ça l’a visiblement été dans la mini qui fait la jonction entre ce relaunch et la fin de la deuxième ère ultimate mais pas d’explication dans le premier numéro de la série Ultimates), Thor a un fils avec Hela, les motivations du créateur sont floues pour l’instant… Bref, c’est pas forcément très facile d’accès alors que c’est censé être un début de série.

Un résumé bien agréable à lire, mais qui ne me donne pas envie d’attaquer cette nouvelle mouture d’Ultimate. :wink:

Tente peut-être le premier numéro pour te faire une idée. Mais c’est vrai que si les Ultimates continuent sur ce mode, je ne pense pas poursuivre la revue au delà de la fin des premiers arcs, même si les débuts d’Ultimate X-men sont très encourageants (je ne me fais pas d’illusions sur la série de Bendis, sachant que la précédente mouture n’a jamais vraiment décollée en une vingtaine de numéros).

J’ai lu rapidement en diagonale ce 1er numéro ([size=85]avant une lecture plus poussée, mais vu que j’ai déjà du retard sur pas mal de comics, ça attendra[/size]), et oui ça a l’air plutôt pas mal donc je vais continuer ([size=85]jusqu’à une possible baisse de rythme, car l’univers Ultimate, c’est souvent en dents de scie[/size]).

Et financièrement, c’est chouette 128 pages pour 5,70€. Très bon rapport qualité prix ! :mrgreen:
Bonne idée donc de la part de Panini d’avoir regrouper les séries Ultimates au sein d’un même mag ! :slight_smile:

Sur “Ultimates”, les défauts de “lisibilité” et de sensation de confusion que relèvent Benoît me semblent caractéristiques des travaux de Hickman (voir la F.F. en VF actuellement, je n’ai pas compris grand chose aux enjeux et actions des deux derniers épisodes…).

Ce mag’ ne me dit rien qui vaille, mais je dois avouer que je n’ai jamais été très fan de l’univers Ultimate, à de rares exceptions près.

J’avais laché tout ce qui était ultimates depuis un moment, mais là j’ai bien aimé, du bon Bendis, avec un nouveau personnage j’attends de voir ce quil va ne faire par contre je pense que ça va aller plus vite car l’univers est déjà posé comme les ennemis ect ect.

Uxm, ben je suis fan de spencer et son travaille sur la série est très bon ça bouge bien, les peronnages sont bien amené, on voit tout de suite les enjeux et ils sont de tailles.

Pour Utlimates j’ai bien aimé aussi à l’opposé totale de ses FF trop léthargiques ça bouge beaucoup dès le début, par contre j’ai cru rater des choses pendant mon absence de ce monde, mais bon j’en apprendrais plus par la suite sûrement.

ça m’a fait la même impression que quand je prends un film en cours à la télé, avec cette sensation d’avoir rater des trucs utiles pour comprendre ce qui se passe dans les cases. Au bout de deux épisodes, je ne sais même pas dire si le lecteur est censé savoir qui est le grand méchant derrière la création des enfants de demain, parce qu’il a déjà été introduit dans la trilogie écrite par Bendis et dessinée par Sandoval, ou si c’est censé être une révélation pour le moment où on nous expliquera ses motivations. C’est nébuleux, auquel cas il faut ajouter que pour les trois crises menées de front par les ultimates, une devrait être développée dans une mini-série annexe parce que visiblement pas la place de la traiter dans la série principale. Y a de bonnes idées (même si le dôme me semble une réécriture du Monde inventé par Grant Morrison dans New X-Men), de l’action, mais les tenants et les aboutissants ne sont pas explicites pour l’instant.

Bah, pour moi je n’ai pas l’impression que cette absence de ré-explication du méchant derrière le Dôme soit dommageable : ceux qui ont lu la trilogie Bendis/Sandoval le connaissent, ceux qui ont lu Ultimate Fallout le connaissent, et ceux qui n’en savent rien le découvriront dans les prochains épisodes quand il apparaîtra plus.
Personnellement, j’ai trouvé là ce que j’attends des Ultimates : un groupe de professionnels divers et terribles qui tentent d’empêcher 40 crises mondiales de faire exploser la planète en moins d’une heure. C’est cool.

Après, la mini-série sur Hawkeye était surtout, à mon avis, pour mettre bien en avant le personnage sur lequel compte beaucoup Marvel.

Bon ben comme ça a été dit précédemment, c’est quand même chouette les 3 séries pour 5,70, c’est chouette.
USM, j’aime bien l’écriture de Bendis sur Spidey depuis le début. Il me tarde de voir comment va évoluer la série et j’essaye de m’éviter les spoilers. Le dessin est bon, meilleur que pour le volume 2. Bon après c’est décompressé, USM c’est quand même mieux en TPB.
UXM, le meilleur du relaunch de l’univers ultimate. Comme pour USM c’est vraiment un bon départ pour les nouveaux lecteurs (ou les anciens qui avait lâché). C’est assez frais (pour les X-Men), et je trouve qu’on se rapproche un peu de ce que faisait millar au début de l’univers ultimate, dans le sens que ça se lit facilement, c’est divertissant et on a pas besoins de connaître les X-Men pour entrer dans le délire.
Ultimates, j’ai pas du tout aimé, alors oui on commence direct dans l’action, mais y en a trop. C’est confus. J’espère que ça s’arrange par la suite.

Pour info, le prochain sort en juillet avec une hors série sur Oeil de Faucon !

Merci pour l’info et bienvenue.

Je n’avais pas été emballé par les premiers travaux de Nick Spencer sur l’univers Marvel classique (même si ses Secret Avengers restent quand même plus lisibles que cette catastrophe de Iron Man 2.0) mais il s’est rattrapé sur UXM. Contrairement à ce que fait Hickman, ces deux premiers épisodes sont très accessibles pour le nouveau lecteur qui se laisserait tenter par l’univers Ultimate avec ce nouveau magazine et ce grâce à une utilisation judicieuse de la voix-off (pas comme ce qu’en fait souvent Jeph Loeb), à une présentation des faits et des personnages limpide et à de l’action bien chorégraphiée (il s’améliore, Medina !). Un début de qualité.

Bendis réutilise donc le même système que pour les débuts de la précédente série USM, c’est-à-dire un arc de présentation quasi-entièrement axé sur les dialogues…et sur cette série, ça fonctionne toujours autant, contrairement aux Vengeurs, où j’ai souvent (tout le temps ? ) une impression de vide. Là, les dialogues servent à quelque chose, font clairement évoluer les personnages et font partie intégrante du côte soap de la série. Le petit Miles m’est déjà très sympathique et les dessins de Pichelli sont un bonheur, j’adore ce qu’elle fait depuis son arrivée sur la précédente série.

Les Ultimates d’Hickman sont un cran au-dessus de ce qu’il fait sur la FF. Il a choisi de nous faire rentrer directement dans l’action et ce n’est pas plus mal pour débuter la nouvelle série. Mais hélas, c’est la seule des 3 qui n’est pas vraiment accessible pour le nouveau lecteur je trouve. Bon, j’ai lu toutes les mini-séries Ultimate, donc je n’ai pas été perdu, mais pour ceux qui ne l’ont pas fait, je comprends que ça puisse coincer, surtout que contrairement à Spencer, Hickman ne présente ou n’explique rien du tout, aucune référence à ce qui s’est passé précédemment . Ca bouge bien, c’est très bien dessiné mais cette façon de faire a ses avantages et ses inconvénients.

Accessible certes, mais terriblement chiant également.

Le hickman ne ressitue rien, j’ai pas suivi les derniers remaniement de l’univers ultimate, ni l’apparition d’asgard dans notre réalité par contre il se passe des événement qui me prennent et me feront revenir pour le numero deux.

Ultimate Universe 1 :

Ultimate Comics Spider-man : L’arrivée de Miles Morales s’est faite attendre, et est plutôt banale, une origine très/trop similaire à celle de Peter, il faut dire que ses nouveaux pouvoirs sont intéressants .
Pour deux épisodes j’ai trouvé l’intrigue long, mais le développement des situations familiales sont là, ce qui aurait été un gros défaut si elles n’étaient pas présentes .

Ultimate Comics X-men : Mon coup de coeur de ce magazine, la situation des mutants est plus que délicate et on observe les différentes issues et conditions de vie que choisissent les x-men, et autres mutants .

Ultimate Comics Ultimates : La série que j’ai le moins aimé, trop de coïncidences, et la bagarre entre Captain Britain et Thor stupide . La situation est critique et on nous le fait bien savoir .
Attendre pour voir si la série va décoller et nous présenter une équipe et ses problèmes entre des membres éventuellement, si équipe il y a .

Bref, beaucoup seront en désaccord avec le fait que j’ai trouvé Ultimate Comics X-men meilleur que les autres . Je crois que j’ai oublié de dire que toutes les séries ont de beaux dessins et dans cette catégorie, j’ai préféré Ultimate Comics Spider-man, qui est très beau .

Ultimate Universe 2 :

Ultimate Comics Spider-man : Des moments très fort dans ces deux épisodes de Bendis et Pichelli, voir les similitudes entre le vécu de Peter et ce que vit Miles en ce moment, alors que la situation est différente, on n’a pas l’impression de relire les origines de Peter, alors que c’est presque ça, sauf que le personnage de Spider-man est déjà connu de tous les personnages .
Miles tente de reprendre le flambeau, mais ce n’est pas sans difficulté, et la dernière page annonce enfin un changement majeur .
Les traits de Sara Pichelli, sont fluides et mettent en avant la partie agile du personnage dans les scènes d’action, on a cette impression de décoller du sol avec Miles .

Ultimate Comics X-men : Toujours une très bonne série, quoique très confuse à certains passages, comme lorsque le temps passé entre le voyage de Jimmy pour découvrir les origines de son père et son retour est trop court . On en apprend plus sur Stryker, sur ses intentions et sur sa folie .

Ultimate Comics Ultimates : Ce n’est, pour moi, pas une grande réussite, mais je suis sure que ceux qui suivent les Ultimates depuis la première série de 2002, ils comprendront mieux certains évènements ainsi que l’identité du “grand méchant”, que je trouve bizarre et sans raison .
J’aime beaucoup les dessins de Esad Rebic, comme tout les dessins de ce magazine, il possède un style graphique très réaliste .

Bref, toujours heureux de pouvoir suivre l’univers Ultimate en un magazine avec trois bonnes séries qui raviront les fans, tout comme les néophytes, même s’il faut quelques “bases” pour suivre “Ultimates” .

Liens :
Le site de l’éditeur: www.paninicomics.fr
La page facebook de l’éditeur: www.facebook.com/PaniniComicsFrance