Une année de dessins pour la presse syndicale


(n.nemo) #21

[quote=“R-vey”]Ah merde! J’avais loupé ce topic.

Je me suis bien marré sur l’euro Cheval de Troie. Les dessins sur Chérèque tapent juste pour ce traître à la cause syndicale. Chose qui fut facile à vérifier, tant il eut, immédiatement après, des “fromages” en récompense: haut fonctionnaire aux affaires sociales et président du think-tank Terranova, émanation du PS.

Pour mémoire, c’est ce même labo d’idées Terranova qui expliquait doctement l’année dernière, à la Rue de Solférino, qu’il fallait laisser tomber l’électorat français de souche & prolétaire, cette guenille gauloise qui empêche de “progresser” en rond, pour se recentrer sur les jeunes, les femmes et les populations immigrées.

C’est à dire: catégoriser les français non plus selon des critères sociaux, mais dans une logique très “communautaire”, d’âge, de sexe et même de race.

Déjà qu’on se doutait que l’outil d’analyse marxiste n’avait plus ou peu sa place à gauche, Cahuzac et Miss Pellerin ayant expliqué qu’ils ne croyaient pas à la lutte des classes; là, c’est comme une confirmation, avec épinglage de breloque “répoub-lichen” à l’attention de monsieur Chérèque pour son bon service d’infiltré.

Pardon, hein, je m’emporte.

Tout ça pour dire, bien joué, camarade Zaïtchik![/quote]

Alors alors, par où le prendre ?

De ce que j’en ai compris Terranova affirmait que l’électorat des villes nouvelles, composé en majorité de blanc ouvrier et basse classe moyenne, n’était plus accessible à la gauche et que du coup la gauche devait se focaliser sur un autre électorat : fonctionnaire, immigré, blanc des grosses villes, étudiants.

En soi, ce n’est foncièrement pas nouveau, terranova a su faire le buzz autour avec la complaisance des commentateurs mais franchement c’est le ciblage ps depuis 83, non ?

Comme ciblage, c’est une stratégie, ça se juge en tant que stratégie : pas de quoi s’emporter véritablement.

Bien sur là où le bas blesse, c’est que terranova associe cet électorat plus ou moins hétéroclite à une doctrine politique libéral, ce qui là encore n’est pas nouveau, ca remonte au moins à rocard pour moi, mais qui, et c’est là ce qui doit se discuter, ne va absolument pas de soi.

J’estime qu’il ne faudrait pas être tenté de déclarer pour répondre à terranova, que la gauche ne doit pas s’intéresser à ces électorats là et privilégier les blancs ouvriers et classe moyenne basse, jouant de la division ce qui est peu ou prou le pari du fn.

L’opération de com de terranova me semble fonctionner à double sens et permet de jeter à gauche la suspicion sur ceux qui militent pour la défense des minorités et qui se verraient alors rabattu vers terranova, au nom d’un marxisme orthodoxe de triste mémoire.

Le marxisme ne fait pas l’impasse, ne devrait pas faire l’impasse sur la division socialement produite des races. Une analyse qui serait pure de se faire qu’en terme de classe sociale abstraite, éloignée des déterminations concrètes des personnes qui les composent, ne saurait produire actuellement qu’un prêt à penser à usage de l’extrême droite, ou pour être moins radical un socialisme bourgeois comme appelait Marx ce socialisme sans la lutte des classes et la division dans les classes qu’elle induit.

J’aurais du le dire en dessin mais je sais pas dessiner du coup c’est un peu hs


(R-vey) #22

Tu as raison sur les origines et les changements de stratégie du PS à partir du fameux virage de la rigueur. On le sait maintenant, Mitterrand, grand stratège politique devant l’éternel, comprend qu’il risque de se manger le retour de manivelle. Pour verrouiller idéologiquement le débat, il demande aux médias d’ouvrir la porte au FN, histoire de dépouiller la droite de ses thèmes traditionnels. De l’autre côté de l’échiquier, à la charge de l’anti racisme de fractionner les catégories sociales productives en noyant l’outil d’analyse marxiste.

Mais pour acquérir cette compréhension, encore faut-il avoir le temps (le loisir) et la profondeur nécessaire pour effectuer ce travail analytique.

Ce que j’entends par ma “facile” diatribe concernant Terra Nova, c’est que, dans une époque comme la nôtre, dans ce moment de précipitation des temps potentiellement pré-insurrectionnelles, le storytelling et la manipulation des évènements sont plus faciles à déjouer, précisément parce qu’il se passe désormais trop de trucs au quotidien : ça déborde et ça impacte !

Le français moyen, qu’il soit salarié ou propriétaire de son moyen de travail peut, par un simple bon sens, faire de petites déductions qui le feront bondir dans son for intérieur. Ou, comme on le dit chez moi, concernant le cas Chérèque et ces fromages : “là, c’est un peu fort de café !”

Et pour ça, pour cette alerte et cette compréhension quasi instinctive, il n’y a pas besoin de lire ou de relire Marx & Hegel, un peu de morale paysanne ou chrétienne, des choses du bien et du mal inculquées durant l’enfance, peuvent largement suffire. Si tu as lu ou entendu Michéa , la définition de la “common decency”, c’est ça.

Dans un second temps, on peut regarder avec un peu de détails, la validité de l’outil d’analyse marxiste : la lutte des classes, tout le tintouin…

Bon, déjà, depuis la fin du 19e siècle, le machin s’est vachement complexifié. Il n’est plus évident qu’il y ait antagonisme entre un ouvrier et un patron producteur. On peut même considéré qu’il doit y avoir des solidarités face au rentier financier qui passe tout le monde à la tonte sans jamais mettre la main dans le cambouis.

Déjà, ça fout en l’air la stratification classique des classes sociales, y’a des porosités quasi partout.

De plus, il faut considérer que la modification ethno confessionnelle du peuple français participe très fortement d’un émiettement plus important encore, d’une subdivision des classes productives. La nouvelle géographie française du périurbain en est la meilleure preuve, tu le signales dans ton message.

Pour beaucoup de français de souche, ce dernier élément est prégnant, au point de leur faire oublier toute solidarité de classe. Parce qu’au fond, l’économie même si elle les frappe, elle est loin, elle n’est pas palpable au même titre qu’un bout de tissu sur la tête d’une femme…

Et à ce titre, tu as raison, tout le monde joue sur cet argumentaire-là. Le FN en premier lieu, dès qu’il s’épuise sur la question sociale, il mugit sur la question identitaire pour mieux fédérer. L’UMP le fait aussi, le pain au chocolat de J.F Copé, ça n’est pas autre chose. Et le PS y vient, avec parcimonie, pour éviter la complète débandade des prochaines élections…

Mais, je ne veux pas m’aventurer trop loin là-dessus, parce que cette question est un sujet quasi à elle toute seule, du type : le multiculturalisme est-il l’ennemi de la justice sociale ?

Pour en finir et en espérant de ne pas avoir fait trop de hors sujet, je dirais que les dessins de Zaitchik agissent comme de petites démonstrations des renoncements successifs de la gauche. Et j’entends par gauche, l’axe politico syndicale dans un temps où il y avait encore une courroie de transmission de la base au sommet. De fait, l’abandon complet de l’analyse marxiste, si on s’en doutait tous fortement depuis 30 ans, est doublement à remarquer tant il est désormais ouvertement affirmé dans les paroles & les actes de gens supposément à la gauche de l’échiquier. Si bien que le mot “traître” est à considérer comme honnête qualificatif.


(n.nemo) #23

Permets moi de poursuivre le hs

C’est bien à Michéa en fait que je pensais quand j’ai écrit mon premier post. Du moins en partie.

Je ne l’ai jamais considéré comme un philosophe sérieux. Un bon argumentateur à l’occasion, mais son récent livre appelant à renoncer au nom de “gauche” et qui développe la thèse selon laquelle la lutte contre le capitalisme ne pourrait aujourd’hui se faire qu’à partir d’un ressaisissement du peuple en terme de moral me semble éminemment problématique.

Dans un itw à marianne, il en appelait à un réarmement morale, je ne sais si ce sont là ses propres mots ou une réecriture du journaliste, j’ose encore lui faire le crédit de ne pas croire qu’il ai pu dire cela, mais c’est là une position totalement aberrante, un retournement dialectique d’une telle ampleur que cela lui retire toute crédibilité intellectuelle.

Michéa démontre en tout cas avec la common decency qu’il forme avec terranova un couple. décence du peuple d’un coté, intérêt communautarisé bien compris de l’autre.

Si cela devait être le choix à gauche, le ridicule le plus complet guetterait

du coup :

c’est typiquement l’angle d’analyse que j’aurais tendance à récuser. Bien sur que le petit patron morfle comme tout le monde, mais à ce titre là les bourgeois les plus aisés aussi et encore plus bientôt.

Stratégiquement, le petit patron n’est pas à braquer mais un système capitaliste ca reste un système avec des patrons. Faire le distinguo aujourd’hui entre capitalisme et capitalisme financier est un beau leurre.

Quand est ce que le capitalisme a été autre chose que financier ?

[quote]

en espérant de ne pas avoir fait trop de hors sujet, je dirais que les dessins de Zaitchik agissent comme de petites démonstrations des renoncements successifs de la gauche. Et j’entends par gauche, l’axe politico syndicale dans un temps où il y avait encore une courroie de transmission de la base au sommet. De fait, l’abandon complet de l’analyse marxiste, si on s’en doutait tous fortement depuis 30 ans, est doublement à remarquer tant il est désormais ouvertement affirmé dans les paroles & les actes de gens supposément à la gauche de l’échiquier. Si bien que le mot “traître” est à considérer comme honnête qualificatif.[/quote]

assez d’accord. Mais en même temps ils ont juste été fidèles à leur classe d’origine.

Agone vient de republier la deuxième droite, livre de 86 dont c’est le thème.

J’aime bien agone et leur collection contre feux. Je ne saurais trop conseiller la lecture dans cette collection des* intellectuelles contre la gauche, l’idéologie antitotalitaire en France*,de l’historien américain Michael Christofferson.

Si les multiples nuances dans l’art de trahir vous intéressent, c’est à lire.


(R-vey) #24

Bien, camarade Némo, je t’enjoins à migrer vers ce topic:

le-combat-des-chefs-on-est-mal-la-suite-t22543-300.html

Trid, réactivé à chaque élection, et traditionnellement dévolu à la foire d’empoigne poulitique et au ridicule des hominidés qui y participent.

ça nous évitera de parasiter trop longtemps l’arène de Zaïtchick.

En attendant je vais aller retrouver et relire l’interview de Michéa sur Marianne.net, et ensuite nous parlerons de réarmement moral et de capitalisme rhénan…


(とり) #25

la foire d’empoigne poulitique, c’est un combat de coqs ?

Tori.


(R-vey) #26

Voui, c’est ça.

Et à la place d’hominidés, j’aurais du dire: gallinacés!


(zaitchick) #27

Les dirigeants socialistes sont des bourgeois urbains sur-diplômés qui n’en ont rien à foutre du Peuple et qui prétendent savoir ce qui est bon pour lui.

Terra Nova est un think Tank, “un réservoir de cerveaux” à l’américaine. Une fosse à purin. Que ces grosses têtes surpayées se permettent de faire de la provoc’ est tout simplement indécent.

Par ailleurs, derrière la provocation, il y a une segmentation du “marché” : on délaisse le prolétariat des “petits blancs” (!) pour cibler “les immigrés” (autrefois on aurait dit “les Arabes” mais ça fait vulgaire) qui sont forcément Français puisqu’ils votent (sinon, on en a rien à foutre) - une précaution de langage qui trahit des préjugés hypocrites (dans combien de générations les considèrera-t-on comme des Français au même tire que les Basques, les Bretons… ou les Auvergnats ?), on ne nomme pas les choses par leur nom, Les femmes (comprendre les familles monoparentales), les jeunes (comprendre les jeunes banlieusards au chômage, ceux que TF1 montre quand on casse des bagnoles mais jamais le reste du temps). On fait du marketing et on va baratiner ces “cibles” en leur refilant des miettes - tant que ça ne coûte rien au budget ! (Sinon, on fait payer les classes moyennes - comprendre, les catégories populaires qui ne font plus partie du logiciel “libéral” des übermenschen roses - ça ferait trop "lutte des classes.)

Donc, je crache sur Terra Nova et sur les libéraux roses et je pisse sur leur valets skrulls (verts et polymorphes - et infréquentables.)


(zaitchick) #28

i1333.photobucket.com/albums/w631/ViveZorglub/Deacutecentralisation-01_zps45c42cde.jpg
Dans l’EP du SNETAA-FO n°448.


(n.nemo) #29

quand même c’est fou cette défaite en rase campagne de la gauche après 45 et surtout après 68.

Que la génération arrivée au pouvoir en 81 ai été en fait de droite, c’est là maintenant une évidence historique, mais je n’arrive pas encore à m’expliquer comment cette configuration a été rendu possible.

Comment la gauche a pu se retrouver avec toutes ses instances dirigeantes composées de personnes de droites? Une défaite sans même le combat.

Je trouve que c’est là quelque chose qui n’a pas suffisamment été exploré encore, pas assez étudié.

Si on comprend pas comment cela a été possible et peut pas se prémunir conte sa répétition éventuelle.

J’aurais pour ma part tendance à allé regarder pour le coup du coté des grandes écoles. Science po, normale,
des leaders formées par ses écoles qui ne recrute que des bourgeois.

Alors quoi faire ? Les dissoudre ? Passer une loi qui empêche toute personne sortant de ces écoles de toucher plus de 4000 euros par mois et d’être propriétaire pour en faire un sacerdoce ? Interdire a tout haut fonctionnaire de travailler pour le privé à vie ?

edit : j’ai double posté dans l’autre tread sinon pour pas saturé cela de zait


(zaitchick) #30

Dessin pour une affiche réalisée pour l’UD Force Ouvrière 63.

i1333.photobucket.com/albums/w631/ViveZorglub/harcelement-01_zpsada66a77.jpg


(zaitchick) #31

Gandrange, un an déjà : i1333.photobucket.com/albums/w631/ViveZorglub/mittal-01_zps70ad212b.jpg


(FC powaaaa) #32

Ah ah ah, très drôle ! (enfin, pas pour les employés)


(zaitchick) #33

img.photobucket.com/albums/v211/zaitchick/SNETAA/diptegravere-01_zps6720f468.jpg


(zaitchick) #34

img.photobucket.com/albums/v211/zaitchick/SNETAA/EPRegional-01_zps0287b86d.jpg


(n.nemo) #35

clap clap


(zaitchick) #36

img.photobucket.com/albums/v211/zaitchick/choc-01_zps4763f766.jpg


(FC powaaaa) #37

Il a besoin d’un miroir pour lire sa feuille ? :wink:


(zaitchick) #38

Nan, c’est pour le lecteur. Faut tricher un peu.


(とり) #39

Non : il tient juste sa feuille à l’envers… Cela dit, cela veut dire que c’est écrit en bas de la feuille (et que le montant qu’il a lu est à l’envers).

Tori.


(zaitchick) #40