VAMPIRE STATE BUILDING t.1 (Ange, Renault / Charlie Adlard)

Vampire State building T01

Jeune Soldat sur le point d’être envoyé en opération, Terry Fisher retrouve ses amis au sommet de l’Empire State Building, pour une soirée d’adieu. Lorsqu’une légion de vampires attaque le gratte-ciel et massacre ses occupants. Traqués dans les 102 étages devenus un piège mortel, Terry le pressent : avant que l’armée d’abominations ne se répande en ville, ils devront affronter U’tluntla, le terrible Dieu Vampire, emmuré dans le building depuis sa construction.

  • Broché: 56 pages
  • Editeur : Soleil (3 avril 2019)
  • Collection : SOL.FANTASTIQUE
  • Prix : 14,95 EUR

Une édition spéciale en N&B (à 22,95 EUR) est également prévue le 3 avril.

Il est pas mal, ce premier volet du diptyque.

L’action est bien troussée, la présentation des personnages est efficace (quelques dialogues un peu longs et trop référencés, mais rien de rédhibitoire), des compositions très propres, des visages expressifs (les couleurs de Sébastien Gérard y sont pour beaucoup), c’est une bonne série B qui tourne bien, et qui n’hésite pas à construire des personnages pour mieux les sacrifier.

Un des trucs que j’ai appréciés, c’est le jeu entre l’intérieur et l’extérieur : les personnages alentours (policiers, architectes, snipers…) ont une vision forcément partielle du problème, et ça alimente le récit. C’est plutôt bien vu.
D’autant que, justement, la fin du tome annonce une rupture de la cloison séparant l’intérieur de l’extérieur, et sans doute un changement dans les enjeux.

Le scénario n’évite pas les clins d’œil (une grosse louche de La Tour Infernale, une copieuse pincée de Piège de cristal, un glaçage à la Shining / Salem / Poltergeist), mais justement, ça fonctionne bien, et ça renforce le statut de série B qu’a l’album.

Jim