VAMPIRES ! UNE HISTOIRE SANGLANTE (Campos & Nolane)

[quote]Vampires ! Une histoire sanglante, « la bibliothèque des miroirs », volume 8
*Auteurs : Élisabeth Campos & Richard D. Nolane
ISBN 978-2-36183-039-7 | broché, 17 x 21 cm, 340 pages, paru le 18 novembre 2010 | prix 25.40 €

Né il y a très longtemps, le démon buveur de sang n’a cessé de poursuivre son chemin dans notre imaginaire. Sous le nom de vampire, il est devenu un des personnages favoris du genre fantastique et présente le cas unique d’une superstition ayant acquis le statut de mythe mondial par l’intermédiaire des arts populaires. Une superstition dont les racines, pas toujours bien connues, sont examinées ici en détail.

Pour la première fois, un ouvrage qui présente un panorama complet du vampirisme, sans se cantonner comme ses prédécesseurs à ses seuls aspects légendaires, artistique et historique. En effet, il aborde aussi en profondeur ce que l’on peut appeler la « réalité vampirique », incarnée par des personnages convaincus d’être d’authentiques vampires.
Un livre de référence, largement illustré, destiné à tous ceux qui s’intéressent à l’imaginaire fantastique, aux ombres de l’histoire et à la criminologie.

Compagnons de route des vampires dont ils observent les faits et gestes depuis longtemps, Élisabeth Campos, criminologue et collaboratrice de longue date à L’Écran Fantastique, et Richard D. Nolane, écrivain, scénariste de BD et grand spécialiste du fantastique, proposent ici un panorama complet des activités variées et suspectes des Seigneurs de la Nuit, dont l’univers voit étrangement s’entrelacer réalité et fiction, bien plus souvent que la tranquillité d’esprit ne le souhaiterait…*[/quote]

Liens :
Le site de l’éditeur : www.moutons-electriques.fr
Le blog de l’éditeur : blog.moutons-electriques.fr

Je l’ai fini ce matin et j’ai trouvé ce livre très intéressant.
J’ai découvert pas mal de choses dans les racines du mythe, moins sur Vlad Tepes, beaucoup sur les criminels vampires.
Ce chapitre en particulier est assez abominable et j’ignorais qu’il y avait tant de fous criminels qui agissaient en vampires. Je croyais que l’usage du mot vampire dans ces affaires criminelles relevait plus de l’emphase journalistique.

La partie sur les vampires en littérature, cinéma et télévision est très exhaustive même si chaque lecteur trouvera forcément un livre ou un film aimé qui n’y apparait pas.

Ma bibliothèque risque d’augmenter encore car cela m’a donné envie de découvrir quelques titres… mais pas Twilight au vu de ce qui en est dit. Pour en citer quelques uns : Nécroscope de Brian Lumley, *les vampires de l’espace *de Colin Wilson, *Salem *de Stephen King (eh oui je ne l’ai pas encore lu). Et il va falloir que je relise *Dracula *de Stocker et les histoires de vampires de Vadim.

Une petite déception pour moi est la non citation de la série BD Requiem, chevalier vampire… pourtant une histoire très sanglante :wink:

J’ajoute un livre que j’aime beaucoup (même si c’est soit disant un livre jeunesse) : La solitude du buveur de sang d’Annette Curtis Klause. Toutes les personnes à qui je l’ai fait lire l’ont aimé quelque soit leur âge.

Et je conteste la phrase “il n’existe pas de véritable tradition vampirique dans le folklore japonais” : il y a tout de même l’histoire du chat vampire de Hizen qui avait pris la place de O Toyo, la favorite du prince Nabeshima. C’est la plus connue, mais je crois qu’il y en a d’autres dans les recueils de Lafcadio Hearn.

En résumé, un livre que je recommande aux amateurs de fantastique.

Le truc que j’ai un peu reproché (notamment sur le précédent forum…) au bouquin, c’est peut-être qu’il se veut une liste assez complète, mais que, fatalement, il arrive à privilégier le name-dropping au détriment de l’analyse. Et les deux auteurs, qui sont spécialisés aussi dans les serial killers et ce genre de thématiques, ont sans doute accordé trop d’importance aux tueurs. Et je trouve ça dommage d’une part parce que ce hors-sujet me semble un peu envahissant, d’autre part parce que c’est potentiellement un autre bouquin, aussi, qui ne demande qu’à être écrit, je crois.

Jim