VIENS DANS MON COMIC STRIP


(Jean-Marc Lainé) #521

Je ne parle que de mon expérience personnelle, mais bon, lire avec un dico, selon moi, c’est bon pour une deuxième lecture, quand on est motivé par une approche plus approfondie, par le sentiment qu’on a loupé des trucs et qu’on veut aller plus loin.
Mais pour une première lecture, je suis d’accord avec Fred, il faut se laisser aller au sens général. Les détails, on les zappe, on comprend dans les grandes lignes. Et puis, au bout d’un moment, on s’aperçoit qu’on comprend un peu plus précisément.
Et puis bon, faut pas se leurrer non plus, les traducteurs, en dépit de leur bon niveau d’anglais, bossent aussi avec des dictionnaires. Je ne traduis pas un seul épisode US sans dico. Soit parce que je ne connais pas le mot, ce qui arrive, soit parce que j’ai un trou, je vois ce que ça veut dire mais je ne trouve pas le mot français qui convient, alors je recours à des dicos, papier ou en ligne, afin de m’orienter sur une piste satisfaisante. Donc bon, le dico, faut pas en avoir peur.
Mais c’est vrai que c’est un peu un tue-l’amour.

Avant d’entrer dans la profession, je prenais de la VO afin de lire des séries qui n’étaient pas traduites (beaucoup de DC, par exemple, mais aussi du Marvel des années 1990 qui n’arrivait pas chez Semic…). Il se trouvait donc une période où je lisais beaucoup en anglais, y compris des magazines, comme Comics Interview, Amazing Heroes. Fatalement, à force, on apprend.
Aujourd’hui, je connais des jeunes qui sont bons en anglais parce qu’ils bouffent énormément de séries télé américaines. Ce qui rajoute la dimension sonore à la lecture de comics.
Mais c’est comme tout, faut commencer. Et puis, à un moment, on s’aperçoit qu’on n’a plus de grosses difficultés.
J’ai fait trois semaines d’italien en première année de fac. Et je n’ai jamais étudié l’espagnol, je ne sais que commander mon repas et demander ma route à Barcelone, et encore. Bref, mon niveau n’est pas reluisant. Mais je lis des BD italiennes ou espagnoles. Quand je ne comprends pas, je zappe. Mais dans l’ensemble, je comprends les grandes lignes. Les images, ça aide.

Jim


(とり) #522

Sinon, il y a une technique : lire avec un dico placé suffisamment loin pour qu’on soit obligé de se lever pour aller le chercher (et il faut le replacer à cet endroit à chaque fois)… Du coup, au début on le consulte régulièrement, mais au fil de la lecture, ça se fait de moins en moins fréquent… ~___^
Pour ma part, je n’ai étudié, dans mon cursus scolaire, que l’anglais et j’ai fait deux ans d’allemand (et de latin… ce qui aide pas mal, mine de rien)… Mais je lis des BD en français (!), en anglais (des comics, des BD et des mangas), en japonais (des mangas), en italien (quelques séries Disney et des mangas), en espagnol (des titres de Francisco Ibáñez et des mangas), et j’ai quelques trucs dans d’autres langues (bon, le Naruto en lituanien et les Gwendoline en indonésien, c’était juste pour rigoler un peu)…
Le tout, c’est d’avoir un peu de motivation.
Mon premier comics en anglais était… Astérix in Britain ! ~___^
Bon, mon premier “vrai” comics en anglais, je crois que c’était du Disney, des aventures de Picsou (dans une édition portugaise, étonnamment)…

Tant que ça reste pour trouver le terme juste, ou vérifier une nuance (voire du vocabulaire spécifique, comme un jargon), ça paraît normal.
Un traducteur n’est qu’un être humain, on ne peut pas connaître tout le lexique d’une langue… encore moins de plusieurs !

Tori.


(tsouin) #523

Qu’est ce que tu n’aimes pas dans les batgirl version Cassandra cain


(Jean-Marc Lainé) #524

Au départ, je n’aimais pas le dessin (et je n’aime toujours pas). Et le principe du personnage muet, ce qui induit des épisodes lus en deux minutes avec un personnage creux, ça m’ennuie.
J’ai bien conscience que c’est le scénariste qui parle ici, celui qui défend l’idée qu’un personnage de bande dessinée existe parce qu’il s’exprime. Et que sinon, les personnages ne sont que des images fixes. Les récits auraient dû selon moi être compensés par la présence d’autres personnages par qui faire passer les choses, et pas focalisé autour d’elle (un peu comme le Punisher mutique de Rucka, qui me semble également foiré, malgré la tentative de construire quelque chose à partir des impressions des autres personnages).
Faudrait que je m’y replonge (j’ai tous les TPB), mais ça m’emmerde quand même pas mal, dans l’idée. Je n’ai jamais eu d’affection pour ce personnage, je déteste ces histoires de jeunes élevés pour devenir des machines à tuer, et j’exècre le dessin. Donc bon, si un jour je rouvre ces bouquins, c’est que j’aurais une bonne raison, sans doute professionnelle. Mais c’est pas pour aujourd’hui.

Jim


(Lord-of-babylon) #525

C’est totalement ça.

J’étais mauvais en cours d’anglais, j’en foutais pas une et ca me gonflais*. Mais voila au fil du temps avec les passions qu’on a on se sent obligé de s’y mettre plus sérieusement pour assouvir sa soif. Jim parlait des séries télévisés qui ont amené du monde à se mettre plus “sérieusement” à l’anglais. Je pense qu’il ne faut pas oublier aussi le jeux vidéos.

Pour les gens de mon age qui ont usés des manettes sur les consoles 8 bits, 16 bits et les Amiga/Atari et Amstrad, l’anglais était un passage obligatoire. Les jeux était peu traduit et puis on voulais les derniers trucs et pas attendre 5 ans avant de les avoirs.

Perso j’avais ce même blocage mais bon. De la même manière que je redécouvre des histoires en les lisant de nouveaux* je vois pas ce qui m’empêche de relire des trucs en VO et voir que je comprend plus de choses.

Le truc en fait c’est pas de vouloir tout comprendre mais d’appréhender une sorte de tout et l’atmosphère (un peu si tu te retrouve en plein Londre). Après ca vient peu à peu et rapidement. Perso je conseillerais surtout des œuvres avec des bons dessinateurs où tu pourrais ne pas les lires les cases et comprendre quand même l’histoire (tiens d’ailleurs fut un temps je prenais quelques mangas en VO)


(Franck from Mars) #526

Je vais ajouter ma pierre à l’édifice d’encouragement pour ceux qui hésitent à se mettre à la VO. Perso, je m’y suis mis à 20 ans, alors que j’avais un niveau d’anglais scolaire correct mais largement insuffisant pour être à l’aise. Je faisais systématiquement deux lectures, une première sans dico pour apprécier le storytelling, même si la compréhension était approximative, puis une seconde avec le dico pour boucher les trous. Comme c’est une très bonne méthode d’apprentissage de l’anglais, je me suis progressivement passé du dico. Maintenant, ça doit m’arriver 10 fois par an, pas plus, parce que, même lorsque je ne connais pas un mot, la plupart du temps, j’en comprends le sens en contexte.

Ca peut être un peu laborieux au départ, c’est certain, mais ça reste une façon agréable d’apprendre, et le jeu en vaut la chandelle. Certains auteurs gagnent à être lu en VO et tu as accès à du matériel inédit. En plus, cerise sur le gateau, c’est quand-même vachement utile dans la vie. Moi, ça m’a beaucoup servi pour le boulot et c’est appréciable d’avoir du vocabulaire quand tu voyages. A noter quand-même que ça n’a pas rempli tous les trous de mon vocabulaire. Pour tout ce qu’on voit rarement mis en scène, y compris des choses du quotidien, comme manger, la progression est faible. Malgré tout le vocabulaire emmagasiné en plus de 20 ans de lecture, je me surprends toujours à être sans voix pour désigner des aliments, par exemple.

Bref, il faut essayer, en commençant par des trucs simples, sans trop de texte, et puis laisser faire le temps.


(Jean-Marc Lainé) #527

Comme souligné plus haut, c’est un tout, une approche globale. On ne sait pas trop ce qu’on comprend, ce qu’on assimile petit à petit. C’est parfois du vocabulaire, parfois des tournures argotiques, parfois des expressions idiomatiques, parfois des références culturelles, on sait pas, mais petit à petit, ça rentre et ça complète des connaissances plus “académiques”. Sur ce genre d’apprentissage, il est difficile de se dire “bon, je vais apprendre plus de mots”, parce que là, c’est peut-être des points de grammaire qui seront assimilés.

Quant aux conseils de lecture, pour ma part, je dirais que c’est la motivation qui compte. Par exemple, si vous voulez lire les aventures d’un héros qui n’est pas traduit en France, c’est une bonne motivation. Si vous avez un auteur fétiche dont une des œuvres reste inédite, c’est aussi une bonne motivation.
Après, effectivement, une narration assez dense, qui propose beaucoup de cases afin que les personnages aient de la place pour parler et se comporter, échanger des dialogues, tout ça, c’est bien aussi. Des bulles pas trop longues, c’est bien. Les grosses bulles de blabla chez Bendis ou chez Kirkman me semblent un peu épaisses, susceptibles de décourager la lecture. Des bulles plus fragmentées permettent de s’accrocher à certains mots, certaines expressions. Les X-Men de la grande époque Claremont, avec les chapelets de bulles courtes tracées par Orzechowsky, c’est pas mal, ça a un côté rassurant. D’une certaine manière, les boulots de Frank Miller, avec les petits récitatifs serrés, c’est bien aussi. L’Amazing Spider-Man de Slott me semble un bon exemple, y a beaucoup de cases, des bulles qui mettent en situation, et c’est en général bien raconté, donc facile à suivre. Mais c’est un exemple parmi d’autres. Le Batman de Tom King est pas mal aussi : pas de récitatifs blablabla, seulement des dialogues, c’est très accessible.

Jim


(Old Tiger) #528

Vu la prolifération des parutions, ces titres plus confidentiels (?) seront eux aussi traduit comme les runs les plus attendus : Thor de Simonson, Captain Britian d’Alan Moore, et autres: Howard the Duck.

Il faut juste être patient :unamused:


(Franck from Mars) #529

Je suis d’accord avec le fait que ça permet une forme d’apprentissage holistique. Au-delà du vocabulaire, de la grammaire, des idiomatismes, de tout ce qui relève du domaine de la règles et des exceptions consacrées, il y a le “sens” de la langue qu’on peut acquérir avec la répétition. L’anglais ne se construit pas de la même façon, il n’a pas le même “flow”, un même mot ne va pas percuter de la même façon en anglais et en français. Je ne sais pas vraiment comment qualifier tout ça. Au final, perso, c’est ce qui me motive le plus à lire en VO, parce que ça englobe tout ce qui ne peut pas se rendre en traduction, même si la trad est bonne. Pour la peine, ce sens de la langue, ça ne vient pas tout de suite. Il faut en bouffer.

C’est effectivement un très bon conseil. D’ailleurs, je me souviens que ça a été mon cas. J’ai commencé la VO parce que je me suis installé dans une ville où il y avait des comics shop, déjà, mais aussi parce que c’était l’époque où tout le monde foutait le camps de chez Marvel pour aller faire son truc ailleurs. Les dessinateurs stars qui fondaient Image, d’une part, Byrne, Miller, Mignola qui créaient Legend chez Dark Horse. C’était inconcevable pour moi de ne pas avoir accès à tout ça. Aujourd’hui, c’est moins vrai, bien-sûr. Beaucoup de choses sont traduites, et vite en plus, mais il reste pas mal de pépites à glaner.


(Fred le Mallrat) #530

[quote=“Old Tiger”]

Vu la prolifération des parutions, ces titres plus confidentiels (?) seront eux aussi traduit comme les runs les plus attendus : Thor de Simonson, Captain Britian d’Alan Moore, et autres: Howard the Duck.

Il faut juste être patient :unamused:[/quote]

Ce dépend… On sent aussi que certains titres n arriveront peut etre jamais en version complete genre Dracula, Master Of Kung Fu…
Pour le moderne: ca va mais on voit que certaines intégrales sont bouclées au forcepts (Nick Fury de Steranko avec 2 ans d attente… je pense pas qu ils iront plus loin)… Les intégrales FF commencent a prendre du temps (pas de volume cette année)…
Il faut voir que le Captain america de Stern et Byrne ou les FF de Byrne ont été des echecs commerciaux…
donc… même avec de al patience… certains comics pourtant réputés ne seront pas traduits sans un film ou une série TV pour les booster.


(Old Tiger) #531

Tu as sûrement raison… mais je suis de nature optimiste et très patient [size=50](uniquement pour les comics)[/size] :mrgreen:

De plus les goûts et les couleurs changent avec le temps. Rappel toi :
Deadpool a été traduit en Monster Edition, collection dévolue aux séries peu marchande.
Le 1er titre “Avengers” de Panini s’est arrêté au bout de 12n°.
Le titre “Punisher : Year One” vient de paraître 22 ans après sa sortie US…
Donc il y a toujours de l’espoir :wink:


(Jean-Marc Lainé) #532

Plein de choses sont rééditées en VO, et le marché VF est toujours demandeur, il y a donc des runs de Fantastic Four et Avengers et autres qui ressortent, y compris des cross-overs comme “Evolutionary War” ou “Atlantis Attacks”, ce qui relève quand même de l’improbable. Donc ouais, on en aura plus, encore, des “vieux” comics. La période est propice. Après, la sortie de certains films favorise la parution de certains trucs. Si un nouveau film Hulk se faisait, peut-être que les trois tomes de la saga du Hulk intelligent, par Mantlo et Buscema, seraient traduits. Etc etc…

Jim


(Old Tiger) #533

C’est le run que j’avais espéré lors de la reprise de l’intégrale de Hulk par Panini. Il faut que je patiente encore…


(Fred le Mallrat) #534

[quote=“Jim Lainé”]Plein de choses sont rééditées en VO, et le marché VF est toujours demandeur, il y a donc des runs de Fantastic Four et Avengers et autres qui ressortent, y compris des cross-overs comme “Evolutionary War” ou “Atlantis Attacks”, ce qui relève quand même de l’improbable. Donc ouais, on en aura plus, encore, des “vieux” comics. La période est propice. Après, la sortie de certains films favorise la parution de certains trucs. Si un nouveau film Hulk se faisait, peut-être que les trois tomes de la saga du Hulk intelligent, par Mantlo et Buscema, seraient traduits. Etc etc…

Jim[/quote]

Oui mais tout ne fonctionne pas.
Et pour un omnibus a petit tirage et cher… on a toujours pas Galactic Storm par exemple.
Et clairement, je crois que le Thor de Simonson a pas été un succes… le DD de miller en intégrale non plus… ni le hulk de kirby… Les FF sont en pause…
Je pense que Nick Fury a été terminé car il n y avait qu un tome (on aura rien d autre à mon avis avant un moment même pas Vs. SHIELD)…

Pour moi un des points est vraiment cette collection hachette…
Panini essaie souvent de publier avant ce qu ils font et j ai l impression que les séries de Starlin (Cap Marvel, Warlock) n en feront pas partie par exemple ni deathlok (qui ne sera pas complet donc comme Howard The duck de Gerber)…
Alors je parle pas de DC…

Et le peu que j ai discuté avec des gens dans la profession a anéanti tous mes espoirs de lire America Flagg en VF un jour par exemple.


(Vik) #535

[quote=“Fred le Mallrat”]
Et clairement, je crois que le Thor de Simonson a pas été un succes… le DD de miller en intégrale non plus… [/quote]

Filez du caviar aux gens tiens… Pffff!

On les a pas assez éduqués à la qualité.
C’est pas des émissions culinaires qu’il faudrait sur M6, c’est des émissions sur les comics.

Et après ça aime les Batman de Nolan, les Wolverine Origins, ou les Batman vs Superman… ^^


(Old Tiger) #536

[quote=“Fred le Mallrat”]… on a toujours pas Galactic Storm par exemple.
Et clairement, je crois que le Thor de Simonson a pas été un succes… le DD de miller en intégrale non plus… ni le hulk de kirby… Les FF sont en pause…
Je pense que Nick Fury a été terminé car il n y avait qu un tome (on aura rien d autre à mon avis avant un moment même pas Vs. SHIELD)…[/quote]

Pas de succès pour le DD de Miller et pourtant des rééditions dans d’autres collections. Le Hulk de Kirby a peut-être “échoué” (ce qui est paradoxal, vu le succès et l’attente de ses titres chez la concurrence) ainsi que d’autres intégrales mais les ouvrages sont bels et bien parus et disponible.
Pour “Galactic Storm”, patience… comme le dit Jim, “Evolutionary War” & “Atlantis Attacks” sont bien parus.


(Jean-Marc Lainé) #537

[quote=“Old Tiger”]

C’est le run que j’avais espéré lors de la reprise de l’intégrale de Hulk par Panini. Il faut que je patiente encore…[/quote]

Ou que tu lises en VO.
:wink:

Plus sérieusement, ma conversion à la VO tient aussi à de telles constatations. Le fait que je voulais lire des séries indés (Grimjack, Nexus, Jon Sable, c’est comme American Flagg!, pas de VF. Bon, alors direction VO, quoi) ou des runs passés sous silence (les Doctor Strange de Stern, les Wonder Woman de Pérez, etc etc), tout cela m’a motivé à acheter de la VO. Je me souviens avoir trouvé des Avengers de Stern (les trois numéros avec Kang) puis de Simonson et Buscema, et de ne pas avoir hésité, alors qu’à l’époque je n’avais pas beaucoup de ronds, parce que je tenais à les lire, et que les éditeurs visiblement n’y tenaient pas autant que moi.

Après, que tout ne fonctionne pas, c’est clair. Il y a des choix qui me dépassent (ouais, “Atlantis Attacks”, mais pas “Galactic Storm”, c’est con, mais sait-on jamais, ça pourrait finir par sortir), et on peut imaginer que tout ne se vende pas et que les seuils de rentabilité peuvent parfois être assez durs à atteindre, mais bon, vous venez de citer plein de choses qui ont été publiées, et même si ça prend du temps, ça a été bouclé.
On peut en dire autant chez Urban, concernant DC. Ils y vont au ralenti pour Kirby, mais c’est en route. De même, ils ont fait deux tomes des Brave and the Bold d’Aparo (j’aurais pas commencé par ça, personnellement, mais ils l’ont fait quand même…), ils ont fait la seule compilation française des Green Lantern / Green Arrow, ils ont fait les Batman d’Englehart, ils ont des compilations “historiques”. Ils reprennent les Suicide Squad d’Ostrander et les Justice League de Giffen et DeMatteis. Ils annoncent Batman: The Cult ou les Superman d’O’Neil. Et ils ont d’autres projets en route.
On n’aura de toute façon pas tout (et, pour reprendre un argument évoqué en discutant avec Artie Dada, avoir tout, lire tout, à quoi bon ?), mais on aura des choses.

Après, la forme est parfois discutable : trop grand, incomplet, en trop de volumes, blabla blibli. Personnellement, voilà une raison supplémentaire pour laquelle je préfère m’orienter vers la VO. Il arrive parfois que les collections ne dépassent pas le premier tome (le Spider-Man Visionaries: Roger Stern, le Quasar Classic…), mais bien souvent, les projets aboutissent, ou en tout cas couvrent pas mal de numéros (je suis les rééditions de Martian Manhunter et de Spectre par Ostrander et Mandrake, j’espère qu’ils iront au bout…), et il y a une unité de format et de design, ce qui est agréable.

Jim


(Fred le Mallrat) #538

[quote=“Old Tiger”]

[quote=“Fred le Mallrat”]… on a toujours pas Galactic Storm par exemple.
Et clairement, je crois que le Thor de Simonson a pas été un succes… le DD de miller en intégrale non plus… ni le hulk de kirby… Les FF sont en pause…
Je pense que Nick Fury a été terminé car il n y avait qu un tome (on aura rien d autre à mon avis avant un moment même pas Vs. SHIELD)…[/quote]

Pas de succès pour le DD de Miller et pourtant des rééditions dans d’autres collections. [/quote]

Grace à la série TV
Le DD de miller a été indisponible en VF pendant 10 ans…
Sur qu avec l attente on obtient de plus en plus…
Mais en VO tu as plus de choix…
Ex les DD de Kelly que panini avait sauté en VF sont sortis recemment.
A mon avis en VF… c est pas gagné.
Jim parlait d Heroes For hire de Ostrander, de quicksilver… que dire d agent of atlas, incredible hercules…
Même eux USA des trucs comme les Hellstorm et Druid de Ellis et Manco, le werewolf de Jenkins et Manco ou le Man-Thing de Dematteis/Sharpe, les new invaders de Jacobsen… sont pas reedités… tu n as que le singles VO

Là tu veux les FF de Kirby en VF… ben c est en occase à des prix prohibitifs… en VO tu as le choix du format.

et je suis fan de VF…
je rachete des VF pour vendre mes VO (hellblazer, doc strange, JLI, Suicide Squad, Nick Fury…) (et la VO ca se vend mal)


(とり) #539

Il y a tout de même quelques freins à l’achat de comics en vo : Le prix des numéros unitaires (pour ça, on a de la chance en France) et savoir où les trouver (il faut avoir un comic-shop faisant de la VO ou les acheter en ligne… mais je n’achète pas en ligne).
C’est pour ça que je n’achète pas beaucoup de comics en VO (et moins de mangas en VO depuis que le book-off qui en faisait a fermé). Mais comme je n’achète pas énormément de comics, l’offre VF me suffit pour l’instant (en VO, je n’achète pratiquement que les coffrets de Mickey par Gottfredson, chez Fantagraphics).

Tori.


(Jean-Marc Lainé) #540

Tiens, voilà des trucs que je crois n’avoir jamais lus, ou alors par bribe. Le Werewolf dont tu parles, je crois que je n’en connaissais même pas l’existence.

Moi, c’est l’inverse : je prends des VO et j’offre des VF.
C’est dommage que tu sois si loin, sinon je passerais te voir et reluquer ce que tu revends.

Moi non plus, je n’achète pas par correspondance.
J’ai longtemps vécu à Paris et j’ai pris des habitudes là-bas, alors j’y repasse de temps en temps, afin de rafler quelques trucs. Le prix peut être un frein, je le reconnais.
L’autre plan, c’est qu’il m’arrive de passer par des potes pour des commandes. Des services comme Amazon ou d’autres permettent parfois de mettre une adresse de livraison qui n’est pas celle du commanditaire (genre, je commande mais je donne ton adresse afin que tu le reçoives chez toi directement). Et ensuite, quand le bouquin arrive, je fais un chèque.

Y a un truc, en revanche, qui m’attriste, c’est que le marché des back issues s’est considérablement effondré au fil des décennies. Vers 1992, quand j’ai commencé à fréquenter les comic shops parisiens, il y avait encore plein de back issues partout (chez Tonkam, ils avaient même des Strange Sport Stories d’Infantino, c’est dire…), mais j’étais étudiant et je n’avais pas de ronds, donc j’ai pris des choses qui me tentaient sur le moment, j’ai fait des choix liés aux finances, et j’ai renoncé à plein de choses.
Et aujourd’hui, dans les comic shops, on trouve très peu de back issues, et ça ne remonte pas réellement loin. Par exemple, pour compléter les quelques épisodes de Quasar qui me manquent, je sais que je mettrai des lustres avant de les trouver. Alors qu’à l’époque où je n’avais pas de pognon, c’était nettement plus faciles.
Saloperie de marché de TPB.
:wink:

Jim