VINLAND SAGA t.1-25 (Makoto Yukimura)

La critique de Vinland Saga T.17 (Française - Kurokawa) par Skeet est disponible sur le site!

Lire la critique sur Manga Sanctuary

Un régal de lire un nouveau tome de Vinland. 100% d’accord avec la critique. C’est un peu mou, il serait temps d’accélérer sinon nous ne verrons pas la Grèce avant longtemps …

Encore un exellent tome, vivement la suite. ^^

Hâte de voir arriver l’intrigue en Grèce également…

Est ce que le tome 22 sort le 5 décembre ou est ce une erreur ? Sur le planning des sorties il est mis dans les coffrets !

C’est bon : je l’ai remis dans la bonne édition.
Merci de l’avoir signalé.

Tori.

Cool merci !

Un tome que je vais m’empresser d’acheter !

Et voilà ça devait arriver, le couperet est tombé. Ce volume est en deçà des précédents. Foncièrement et techniquement parlant, on est sur le même rythme que les autres tomes, n’allons pas nous tromper.

image

Seulement, le thème abordé ici c’est la prise en chasse, ou plutôt devrais-je dire la fuite. Autrement dit on passe des pages et des pages à lire le jeu du chat et de la souris, entrecoupé de quelques scènes de révélations sur le tuteur et néanmoins ennemi juré de Thorfinn, j’ai nommé Askeladd.

La pression monte, elle est presque palpable à la fin de ce tome. Cela laisse présager des retrouvailles pour le moins dantesque dans un proche avenir.

De quoi donner satisfaction à notre jeune héros? En l’occurrence de quoi raviver le brasier que l’auteur a laissé délibérément se calmer?

La montée en puissance annoncée à la fin du volume 4 continue dans cette cinquième itération de Vinland Saga.

image

Dans un premier temps, l’auteur insiste sur la relation entre le prince et son précepteur, à mesure des cases, une seule issue se dessine pour que son altesse s’émancipe.

Sur ces entre-faits, trahison et remise en cause du pouvoir sont au goût du jour. Tout s’enchaîne très vite, comme pour montrer que la vie ne tient qu’à un fil, qu’à un choix, qu’à une attitude mais que pour autant rien n’est prédestiné malgré toute la bonne volonté et la foi en soi que l’on puisse avoir.

Le sol ne demande que du sang, les armes aussi, qu’à cela ne tienne, les Vikings aussi ont soif!! Et ce n’est pas près de s’arrêter, pour n’autre plus grand bonheur.

image

La deuxième partie de ce manga se révèle quand même bien moins passionnante que la première. C’est fini le Thorfinn sombre, sans pitié et fascinant, c’est fini les scènes de batailles dantesques où l’intensité était à son summum. Place à la rédemption et aux prises de consciences… Je trouve, objectivement, la manœuvre excellente. Le graphisme et la narration restent très bons, et la maturité du traitement rend le manga authentique et poignant. De plus, l’idée est bonne : après les meurtres, les pillages, les viols, montrer l’inanité de la guerre est une manœuvre d’une profondeur incontestable. Mais cette partie souffre de la comparaison avec la précédente, voilà tout…

Le dessin est toujours très réussi, mais je m’ennuie de plus en plus en lisant les derniers tome.
Voir thorfinn plein de remord, c’est sympa au début mais la ça fait presque 5 tomes qu’il est amorphe et qu’il joue au paysan.

Y a pas que la boucherie dans la vie, mais je pensais pas que le manga prenne cette tournure, Je continue d’espéré un retour vers un peu plus de dynamisme

Euh, c’est le deuxième tome de ce cycle…

Tori.

ha oui, bah ça me parait vachement plus long ^^

Je trouve aussi que ça devient long, mais c’est pas du tout désagréable pour autant. J’ai eu un petit espoir de retour vers l’action à un moment dans ce tome 10, mais non…

C’est bientôt fini cette période « paysan », ne vous inquiétez pas. Il y a tellement de choses encore en suspens dans l’histoire que je pense que l’auteur ne vas pas faire un tome de plus sur « Thorfinn le paysan ».
J’ai bien aimé ce tome personnellement, l’histoire s’est posée et on en a plus appris sur Thorfinn, qui petit à petit, difficilement, redevient humain.

Le cycle était connu, un manga pour mettre en place une nouvelle intrigue, un manga pour conclure et tout faire voler en éclat.

Le précédent tome nous mettait dans la peau d’un Thorfinn perdu et finalement vide de toute raison de vivre, devenu esclave à la solde d’un maître avide de toujours plus de terre céréalière.

C’est tout juste si la promesse de son dur labeur comme clef de sa liberté lui donne une raison valable d’exister en ce monde. Affrontant les tourments d’une vie d’esclave accompagné de Einar, un homme dont tous les opposes, Thorfinn se voit proposer le rachat. Trouvera-t’il le pardon de son confrère de travail forcé, et accédera-t’il à une quelconque ambition?

Les deux hommes se retrouvent finalement « aidés » par le père du maître des lieux et accessoirement l’homme qui a fait naître ce domaine à la force de ses mains ne cherchant nul autre profit que de mener une existence paisible en harmonie avec la nature. Le vieux maître est dur, mais n’en suscite pas moins l’admiration. Être son disciple relève d’un honneur, ce à quoi les autres hommes du domaine viennent à haïr encore un peu plus Thorfinn et Einar… De quoi déclencher toute une suite d’évènements improbable qui conduiront inéluctablement notre héros vers un nouvel horizon?

Encore un très bon volume placé sous le signe de la rédemption et de la recherche du but d’une existence.