VIOLENT LOVE (Frank J.Barbiere / Victor Santos)

9782344038024-001-T

Violent Love

L’amour, c’est jamais bon pour les affaires…

Au début des années 1970, Daisy Jane et Rock Bradley étaient deux des plus célèbres braqueurs des États-Unis, dévalisant banque après banque dans tout le sud-ouest du pays. Ils n’avaient qu’un seul amour : celui des billets verts. Mais petit à petit, une véritable idylle est née entre les deux…

Frank J. Barbiere ( Five Ghost ) et Victor Santos ( Polar ) lancent une nouvelle série d’action pulp mêlant le frisson du crime à la passion de la romance. Une histoire d’amour sur fond de braquage de banques au cœur de l’Amérique des années 1970, version disco de Bonnie & Clyde !

Scénariste

Frank J. Barbiere

Coloriste

Victor Santos

Dessinateur

Victor Santos

Parution :

05.02.2020

Collection : Glénat Comics

Présenté comme un « Bonny & Clyde » moderne, ce titre en fait un peu autre chose. Alors, c’est vrai qu’il y a des braquages réalisés par couple, c’est vrai qu’il y a des flingues et des morts violentes, mais le contexte est tout de même autre, parce qu’il n’y a pas que ça. Il y a une histoire de vengeance, au milieu de différents cartels. Et c’est ça le moteur de l’histoire. et le côté « love », je ne l’ai pas trouvé très prégnant !
Alors, pour autant, ça n’apporte pas vraiment une grande originalité, mais les différents retournements de situation (dans le genre tous pourris") apportent leur lot de surprise (même si le twist au milieu de la série est visible quasiment dès le début). la forme aussi est plutôt sympa, avec ses différents flashbacks, qui sont plutôt bien maîtrisés par Barbiere parce qu’on ne se sent jamais perdus.
Et j’ai beaucoup aimé le dessin de Santos, qui me semble être un mix digéré entre Risso, Miller, JR², Zeck et a fortiori, Kirby, tout en ayant sa touche perso, notamment dans les différents effets de mise en page (cela dit, celle qu’il a copié au Bendis des dernières années de Marvel, il aurait pu l’éviter). En tout cas, c’est l’impression que ça m’a donné à la lecture. Y a de l’énergie, les gueules, de l’expressivité.

Donc, sûrement pas l’histoire la plus originale (avec une fin où tout le monde ne meurt pas à la fin même ceux qui ont des choses à se reprocher), mais elle reste très dynamique, avec suffisamment de suspense et j’ai beaucoup aimé la forme.

Bonnie & Clyde…
Tu as dû confondre avec Ann Bonny.

Tori.

Ou Ebony …

Merci Tori.