WHITE WIDOW #1-4 (Sarah Gailey / Alessandro Miracolo)

Marvel annonce le retour de Yelena Belova dans une mini-série White Widow en 4 épisodes. Le titre sera publié à partir de novembre 2023.

« Superspy. Rogue agent. Shadow of the Black Widow. Yelena Belova has been many things, but striking out as a hero in her own right is new to her. Now that she’s finally free to choose her own path, who will she become? »

Galley said, « I am beyond exhilarated to launch White Widow into her own series! Yelena Belova is an incredible character who deserves independence, community, and the opportunity to kill on her own terms. Getting the chance to work with this team at Marvel is a thrill. I can’t wait for the world to see what Alessandro and I have in store. »

Written by: Sarah Gailey.

Art by: Alessandro Miracolo.

Covers by: David Marquez, Adam Hughes, Leirix, Stanley « Artgerm » Lau, Declan Shalvey.

Description: Yelena Belova returns! Superspy. Rogue agent. Shadow of the Black Widow. Yelena Belova has been many things, but striking out as a hero in her own right is new to her. Now that she’s finally free to choose her own path, who will she become? Sarah Gailey joins forces with Alessandro Miracolo for a groundbreaking new chapter in the life of one of Marvel’s most enigmatic antiheroes.

Pages: 32.

Price: $3.99.

In stores: Nov. 1.

Pas mal, ça.
Sarah Gailey s’empare d’une Yelena qui a l’humour et le décalage de celle du MCU, mais garde la brutalité de celle des comics. Là, on la découvre mentor à distance de jeunes mercenaires et surtout installée dans une petite ville avec son chien. Elle essaye de trouver ce qu’elle aime et déteste dans la vie, alors qu’une entreprise étrange « récupère » des commerces locaux et ses anciennes élèves pour un projet mystérieux.
C’est pas mal, oui. Sarah Gailey gère bien Yelena, son décalage et c’est intéressant de la voir chercher ses goûts. C’est parfois un peu forcé dans le délire, mais ça reste agréable malgré un fond d’intrigue bien basique.
Dommage que les planches d’Alessandro Miracolo ne soient pas à la hauteur. C’est très moyen, voire même faible, et ça gène l’ensemble.

Pas mal mais avec des handicaps.

Written by: Sarah Gailey.

Art by: Alessandro Miracolo.

Covers by: David Marquez, Elena Casagrane, Peach Momoko.

Description: Just as Yelena Belova begins to settle into life in suburbia as a consultant for honest, hardworking assassins, change comes in the form of Armament – a company whose endeavors seem to infiltrate every aspect of life in the tiny town of Idyllhaven. But what exactly is Armament’s interest in Idyllhaven – and what does it have to do with Yelena’s rogue mentees?

Pages: 32.

Price: $3.99.

In stores: Dec. 13.

Agréable pour le personnage, pas pour l’intrigue.
Sarah Gailey montre une Yelena qui se lie à ses voisins et comprend que l’entreprise Armament est derrière des engagements de mercenaires et assassins. Elle décide d’agir quand la société s’en prend à ses voisins et elle.
Yelena est bien écrite. La scénariste trouve un bon équilibre entre le personnage comics et celui du MCU, avec un côté un peu délirant et une approche d’efficacité froide. C’est bien, ça, mais l’intrigue est chiante et longue.
Graphiquement, Alessandro Miracolo a des planches très moyennes voire faibles.

Bien pour le perso’, juste.

(W) Sarah Gailey (A) Alessandro Miracolo (CA) David Marquez
When a shady corporation called Armament threatens Yelena Belova and her neighbors with eviction under suspicious circumstances, she decides to take the problem into her own hands. After all, there’s rarely a problem a little murder can’t solve! But Armament is not quite what it seems - and a single mistake could cost Yelena everything.

Rated T+
In Shops: Jan 17, 2024
SRP: $3.99

Jim

1 « J'aime »

C’est pas fou, hein. Sarah Gailey gère vraiment bien sa Yelena toujours trouble, à fois cool et fun, mais aussi mortelle, brutale et bizarre. Mais son intrigue de bourgade menacée par une corporation machiavélique qui manipule des blessés et paumés n’est pas intéressante, en fait, et ça avance lentement et lourdement.
Dommage, d’autant que les dessins d’Alessandro Miracolo ne font pas de miracle (pardon) et « passent » juste.

Dommage, oui, car cette écriture de Yelena mérite mieux.

(W) Sarah Gailey (A) Alessandro Miracolo (CA) David Marquez

FIGHT FOR THE FUTURE!
When Armament’s leader turns out to have ties to Yelena’s past, the fight gets personal. But will everything Yelena’s learned about herself be enough to protect her present - and Idylhaven’s future?
Rated T+

In Shops: Feb 28, 2024

SRP: $3.99

Bonne fin. Sarah Gailey achève efficacement une mini-série un peu trop longue, avec ici Yelena qui découvre et confronte la méchante, qui veut former et autonomiser des assassins. Elle utilise la petite ville où vit Yelena comme terrain d’entraînement, et veut la recruter… mais elle refuse, tabasse les troupes et fait disparaître l’ennemie, qui est en fait employée de Dario Agger. Yelena accepte de s’ouvrir à ses voisins, pour former une petite équipe qui s’entraide.
C’est bien, oui. La mini-série aurait mérité un numéro de moins, mais cet épisode est bon, se lit bien, avec une Yelena piquante et bien écrite. C’est fluide, et Alessandro Miracolo propose des planches solides, un peu nerveuses. Pas mal.

Une bonne fin d’une mini-série finalement pas si mal.