WISHER t.1-4 (Sébastien Latour / Giulio De Vita)

La critique par Tzara est disponible sur le site!

Lire la critique sur BD Sanctuary

Le peuple féérique perd une guerre menée par le gouvernement britannique depuis des décennies, voire des siècles. Réfugié dans une cachette à laquelle on accède par les souterrains du métro, il cherche un sauveur. Plus précisément, un Djinn, c’est-à-dire un “souhaiteur”. Et leur attention se porte sur Nigel, un homme spécialisé dans la recherche d’objet précieux, et dont les clients sont aussi riches que peu regardants.

Wisher1-cover

J’avais lu le premier tome à sa sortie, et je n’avais pas été emballé. Je n’en avais apprécié que le dessin, aussi splendide qu’énergique. Mais l’intégrale a été l’occasion de me replonger dans ce récit, et en fait, c’est vachement mieux que dans mon souvenir.

WisherIntegrale

Sébastien Latour, le scénariste, se revendique de Neil Gaiman. Si l’on retrouve le type de personnages que l’auteur anglais affectionne, on ne renoue pas avec sa poésie. Le récit est plutôt concentré sur l’action, sur la course-poursuite et l’atmosphère paranoïaque qui en découle. C’est excellemment rythmé, les cases sont très bien cadrés, les personnages sont élégants, et on ne lésine pas sur les décors.

Wisher1-planche1

En plus, il y a plein d’idées astucieuses. Un Djinn qui souffre de claustrophobie, c’est par exemple très bien vu. La perception que les gens (policiers, médias) ont des protagonistes est assez bien rendue, avec les décalages d’interprétations qui accompagnent le fait que des personnages “modernes” aient du mal à accepter l’idée de créatures féériques dans le monde d’aujourd’hui.

Whiser1-planche2

Le seul gros bémol, c’est la couleur. Sur quatre tome, il y a trois coloristes. Emanuele Tenderini fait un boulot formidable sur le premier tome, rajoutant de la matière, des modelés, et créant une atmosphère à chaque scène (ce qui permet de bien distinguer les transitions et de créer de belles ambiances), mais Christian Favrelle et Federico Pietrobon se partagent les trois tomes suivants, et c’est nettement en dessous. On y perd en détail, le trait semble plus vide, plus nu, là où le travail sur le premier volume rajoutait en densité.
Si la qualité des couleurs avait été maintenue, ça aurait été formidable.

Jim

Ma femme a bien aimé le tome 1 et donc on a continué et fini … je te dirais ça …

Alors que le troisième tome montrait de quelle manière les “féeriques” organisaient la contre-attaque, avec son lot d’alliances et de trahisons, le quatrième marque la conclusion du cycle.

Wisher3-couv

Et autant dire que l’ensemble donne l’impression d’un rangement de jouets un peu brutal.

Wisher4-couv

D’une part, l’action s’accélère, et les clins d’œil et référence se font moins nombreux, au profit du rythme. D’autre part, certaines scènes donnent vraiment l’impression d’un collage saccadé, comme si l’on avait sacrifié des séquences afin de faire rentrer l’ensemble dans la pagination. Cela est-il le signe qu’un autre tome était prévu, et qu’il a été décidé de conclure plus tôt, et donc de tasser l’action prévue ? Ou bien est-ce simplement l’indice d’une relecture et d’un contrôle éditorial pas assez présents ?

wisher3planche

Toujours est-il que certains personnages sont sacrifiés à la narration, et que certaines articulations d’une scène à l’autre ne sont pas claires. Pour résultat, on prend un méchant pour un autre sans avoir de séquence les montrant dans le même endroit, ou encore un personnage apparaît dans une scène qui, normalement, aurait dû se conclure par une arrestation, une mort ou une fuite. Mais on ne voit rien de tout cela et on revoit le personnage plus tard, rangé dans le camp des méchants, mais disposé dans des coins de cases, comme s’il avait été rajouté après coup afin de le faire réapparaître une dernière fois dans le récit. Cela sent les acrobaties de rattrapage, soit à la suite d’une maladresse, soit en conséquence d’une compression de la série.

Whisher4-planche

C’est dommage : couplé aux problèmes de couleurs, cela donne une fin un peu médiocre à une série qui démarrait de la meilleure manière qui soit.

Jim