WOLVERINE : INFINITY WATCH #1-2 (Gerry Duggan / Andy McDonald)


(Le Doc) #1

WOLVERINE: INFINITY WATCH #1

Written by: Gerry Duggan.

Art by: Andy MacDonald.

Cover by: Steve McNiven, Jee-Hyung Lee.

Description: Wolverine has finally returned, disentwined from the evil clutches of Soteira…but hang on, didn’t he have an Infinity Stone? How did that happen?! And wasn’t he popping up all over the place for a little while? The answers you seek are finally revealed as Logan goes cosmic alongside everyone’s favorite god of lies and stories, Loki Laufeyson!

Pages: 32.

Price: $3.99.

In stores: Feb. 20.

Source : www.comicscontinuum.com


(FC powaaaa) #2

J’aime bien le dessin.


(Ben Wawe) #3

J’ai dit hier que je ne lirais pas cet épisode ; mais je suis faible.
Et, en fait, je suis content de l’être… car, en un numéro, Gerry Duggan parvient à donner une explication à toutes les incohérences des apparitions de Wolverine durant Infinity Countdown, à résumer Infinity Wars, à donner du sens à tout ça - et surtout à écrire un Wolverine bien meilleur et bien plus convaincant que celui de Charles Soule !
Duggan m’avait plu dans quelques choses lues çà et là, mais les retours sur la fin de sa saga cosmique m’ont refroidi. J’ai cependant cédé, et j’en suis franchement ravi : la fin de Return of Wolverine prend enfin un sens, la réutilisation du Wolverine-Phoenix est pertinente bien qu’un peu facile pour tout expliquer, les dialogues avec Loki sont drôles… et, franchement, le simple fait qu’un auteur veille à expliquer le non-sens des apparitions de Wolverine, bref à faire un bon travail de continuité, ça fait plaisir !
Bien entendu, tout cela est fort explicatif, il y a des tunnels de dialogues, mais ça a du sens et ça fonctionne. Le fana de continuité que je suis en est ravi, et quel plaisir surtout de retrouver un “vrai” Logan ! C’est vraiment extrêmement bien agréable, et surtout très cohérent. Bien entendu, Wolverine va sûrement “devoir” gérer les porteurs anonymes des Pierres, mais… tout semble sensé, tout fonctionne vraiment, alors que tout ce qui lui est arrivé depuis des années n’a pas de sens.
Quelle excellente surprise. Quel travail appliqué de continuité. Quelle bonne caractérisation.
Avec, en outre, des dessins très solides et même plutôt jolis d’Andy McDonald. Vivement la suite… et je ne pensais vraiment pas dire ça ! Mais c’est rafraîchissant de découvrir un tel produit, avec un Logan aussi cohérent !


(FC powaaaa) #4

C’est le Zero Hour de Wolvie ?
(avec un tel don d’ubiquité, c’est presque normal qu’il faille ça rien que pour lui)


(Ben Wawe) #5

En tout cas, il y a la même volonté de corriger la continuité que Busiek dans Avengers Forever !
(ouais, j’ai peur de rien)


(Le Doc) #6

Wolverine is the best there is at what he does. But how is he at protecting the universe from cosmic disaster? Would you guess better or worse than Loki, the admitted god of lies? We’re about to find out.

Writer
Gerry Duggan
Illustrator
Andy MacDonald
Cover Illustrator
Giuseppe Camuncoli
Release Date: March 20, 2019

Source : www.adventuresinpoortaste.com


(Ben Wawe) #7

Le nom de cette mini-série est risible. Le principe de cette mini-série, tenter d’expliquer l’incohérence totale des apparitions de Wolverine ces derniers mois car les éditeurs n’ont pas su gérer, est risible. Et rien que le fait de lier Loki à Wolverine, face à un super Chitauri, à la poursuite des Gemmes de l’Infini, ça aussi, c’est au fond risible.
Mais.
Mais, franchement… c’est quand très bon, en fait. Si, si.
Gerry Duggan s’amuse avec ses personnages en les maîtrisant, et ça se sent. Loki est écrit comme ce que Tom Hiddleston a fait du personnage depuis Avengers, et ça fonctionne très bien ; le personnage s’amuse, se moque, et parvient à rendre tout ça léger, tranquillement. Surtout, Wolverine est ENFIN bien écrit, avec des réactions, des dialogues et des postures crédibles, pertinentes, cohérentes ; enfin, oui. Charles Soule, lis ça, et arrête d’écrire, merci.
Bien entendu, cette mini-série sert à se rattraper, c’est un récit “prétexte”, comme l’ont été la résurrection de Jean Grey ou le retour de Wolverine, ou le Man Without Fear récent. Mais Duggan fait plus qu’un bête récit : il s’implique, il ne révolutionne rien mais respecte les personnages, les sert, les gère bien. Et ça fait un bien fou.
Andy McDonald livre des planches solides, assez sèches mais bien jolies ici. Tout fonctionne, en fait. Cette mini-série est un petit miracle, tant ça semblait complètement merdique - mais c’est finalement une superbe surprise, qui ne révolutionne rien mais fait très bien ce qu’on lui demande.
Quel plaisir de retrouver un peu de sens dans tout ça.