WONDER WOMAN #58-64 (G. Willow Wilson / collectif)


(Le Doc) #1

Après Greg Rucka et James Robinson, G. Willow Wilson (Ms. Marvel) sera la nouvelle scénariste régulière de la série Wonder Woman à partir du #58. La partie graphique a été confiée à Cary Nord (The Unexpected).

Retrouvez-ci dessous un aperçu de leur premier épisode :

Source : www.thehollywoodreporter.com


(Ben Wawe) #2

Pas mal.


(Le Doc) #3

La couverture du #58 par Terry Dodson :


(Jim Lainé) #4

Cary Nord est à nouveau surprenant. C’est sans doute dû à l’encrage de Mick Gray.

Jim


(Hush2 0) #5

Je ne sais plus si Gray l’encrait mais on est dans la mouvance du surprenant The Unexpected que Cary Nord dessinait jadis. On est sacrément loin de son Ultimate Hulk dans le style (la première référence qui me vient).


(Jim Lainé) #6

Je suis resté sur des épisodes de Deathstroke ou de… zut, c’est quoi le nom du Hulk version DC qui est sorti récemment… sais plus… Damage, Rampage, sais plus trop. Bref, j’avais bien aimé ces prestations, parce qu’il avait un style complètement lâché, plus expressif et moins “réaliste” qu’avant, avec un parti pris d’encrage très tranché. Là, avec un encreur limpide du calibre de Gray, c’est à la fois très vivant et très lisse. Peut-être un peu trop, ça manque de matière. Trop propre ? Faut voir avec la colo et le lettrage. Mais ça reste d’un sacré bon niveau, quand même.

Jim


(Le Doc) #7

WONDER WOMAN #58

  • G. WILLOW WILSON (W) • CARY NORD (A)
  • Cover by RACHEL & TERRY DODSON
  • Variant Cover byJENNY FRISON
  • “THE JUST WAR” part one! A new era of Wonder Woman begins as best-selling writer G. Willow Wilson (Ms. Marvel) makes her return to DC with art star Cary Nord (Conan, THE UNEXPECTED) joining the series!
  • Far below Themyscira, Ares, the God of War, has been imprisoned for generations, repenting his past sins. But his new cellmate Grail may have an unexpected effect on him…and the plan they’ve come up with will change Themyscira—and the world— forever! When Wonder Woman rushes to Eastern Europe to rescue Steve Trevor from a mission gone wrong, she’ll find herself face-to-face with a very new, very different God of War!
  • 32 PGS./Rated T+ …$3.99

Source : www.cbr.com


(Oncle Hermes) #8

Ah ça, pour être surprenant, c’est surprenant : d’une case à l’autre on ne sait jamais à quoi un même personnage va ressembler. Et parfois ça confine vraiment à la blague. Enfin je crois, parce que sinon c’est juste du foutage de gueule caractérisé. J’ai pas lu grand chose dessiné par le bonhomme, mais si je n’en avais pas gardé un souvenir particulièrement positif, là ça va quand même très loin, je trouve.

J’ai vraiment essayé de m’intéresser au scénario de cette reprise — pas immédiatement renversant mais plutôt honnête avec quelques pistes intéressantes — mais ça a été une lutte permanente pour faire abstraction du dessin. Et sur la fin du numéro, ça fiche carrément par terre le cliffhanger en le rendant potentiellement incompréhensible ;… et je dis “potentiellement” parce que je n’ai aucune certitude : est-ce censé être le visage de Mars ? celui de Steve Trevor ? ou un nouveau visage inconnu, pas encore apparu dans le numéro ? je n’en sais fichtre rien ! :open_mouth:


(Jim Lainé) #9

Ah, pour ma part, je n’ai vu que les pages ci-dessus, qui me plaisent bien, mais je n’ai pas lu l’épisode…

Jim


(Ben Wawe) #10

G. Willow Wilson livre son premier numéro sur le titre… et, franchement, si elle maîtrise bien sa Diana, le reste fait beaucoup réchauffé, et semble être assez vide.
En fait, tout l’épisode est ultra-classique, anti-original : introduction mystérieuse et mystique, sur Themyscira avec la prison des dieux et la décision/avancée d’Arès ; focus sur Diana, avec un rêve actant son lien avec Steve (pratique, pour expliquer ce qu’ils sont l’un pour l’autre, vu l’imprévisibilité de leur romance), qui se transforme en cauchemar, évidemment en lien avec le réel ; arrivée brutale au coeur des opérations, quelques moments pour acter que Diana est au-delà de la géopolitique, petit élément mystérieux sur l’Olympe… et final “surprenant”, qui a pour objectif de “tout remettre en question”. Sauf que bof.
G. Willow Wilson ne livre rien de honteux, mais rien d’original ou de passionnant. C’est sympathique, sans plus, même si sa Diana est bien caractérisée. Le reste… ben le reste est franchement vide, et vient le sujet de Cary Nord, oui.
Qui est bien loin de ses productions habituelles, et livre… des planches étranges ; au minimum. Son trait est très peu cohérent entre les cases, il évolue mais du coup ça m’a surpris, c’est parfois d’une simplicité totale et désarçonnante (me rappelant le Frank Miller d’il y a quelques années), parfois fort joli et construit (notamment la planche finale. Quasi schizophrène (franchement, le design de Grail m’a choqué par sa pauvreté), le graphisme m’a choqué, pas dans le bon sens.

En bref, que dire ?
C’est agréable à lire, mais complètement “déjà vu”, et avec un graphisme… “étonnant”.
A voir la suite. G. Willow Wilson m’avait plu dans la caractérisation de l’aspect civil de Miss Marvel, mais m’a ennuyé complètement sur le “fond” du super-héroïsme. J’espère qu’elle aura ici plus de réussite, et d’originalité !


(Le Doc) #11

WONDER WOMAN #59

(W) G. Willow Wilson (A) Cary Nord (CA) Terry Dodson, Rachel Dodson

“THE JUST WAR” part two! It’s true, Ares has been reborn on Earth-but has he changed for the better? Of all the role models in the world, he seems to have chosen…Wonder Woman?! Diana and Steve Trevor better watch their backs, because Ares isn’t the only creature of myth to find his way to Man’s World…and he’s not the only resurrected Olympian either!

In Shops: Nov 28, 2018

SRP: $3.99

Source : www.screenrant.com


(Ben Wawe) #12

Ho purée, ça ne s’arrange pas.
G. Willow Wilson propose un récit d’une pauvreté quasiment sidérante, avec un affrontement entre Diana et Arès qui n’a pas beaucoup de sens. Si je pensais initialement que Arès avait pris le corps de Steve Trevor, il n’en est rien, et la ressemblance entre les deux épaules ne serait donc qu’une coïncidence ? Personne ne s’est dit que les lecteurs y penseraient, avec deux personnages blonds ?
Et pourtant, ce n’est pas le cas, et personne n’en parle. L’héroïne et le dieu s’affrontent, physiquement et psychologiquement, mais autant les scènes d’action que les discours sur la morale et les valeurs tombent à plat. Pire encore, l’hésitation de Wonder Woman n’a pas de sens, après la terrible scène d’Arès, et… ben c’est proche du naze, quand même.
Le sort de Trevor se précise, mais ces passages n’apportent ni dynamisme, ni intérêt. Deux épisodes et j’ai l’impression que la scénariste se perd déjà, dans une saga qui paraît si lente et tant déjà vue. Ce n’est pas un Cary Nord, au trait si différent, très Miller dans la démarche mais sans sa narration et sa folie, qui va aider dans l’appréciation de l’épisode.
Ca se lit, mais ça n’a franchement aucun intérêt à ce jour. C’est très surprenant qu’une supposée relance tape tellement à côté, et ne semble n’avoir rien à raconter !


(Hush2 0) #13

Oh oui que c’est naze. Je ne m’attendais pas à autant d’absence, je dois dire.
Pour en enfant de deux ans, ça passerait mais là, c’est pauvre voire miséreux.

Difficile d’écrire quelque chose.


(Oncle Hermes) #14

Pas encore lu ce deuxième numéro du run, mais je rebondis juste sur un point qui fait écho à ce que je disais à la fin de mon avis sur le premier (dans la partie “floutée” que la mécanique du site m’empêche de citer) :

Là, faut quand même dire : c’est pas tant la faute de la scénariste, mais bien celle de Cary Nord. Logiquement, y a moyen de faire en sorte que deux personnages avec la même couleur de cheveux ne prêtent pas à confusion. Sinon, on se retrouverait très vite bloqué !


(Le Doc) #15

Wonder-Woman-60-1-600x911

WONDER WOMAN #60

(W) G. Willow Wilson (A) Cary Nord, Mick Gray (CA) Terry Dodson, Rachel Dodson

It’s a standoff of mythological proportions when Wonder Woman combats the resurrected God of War, Ares! While trying to stop a war, Wonder Woman appeals to Ares to intervene with her, but he thinks the two parties should fight it out and resolve it themselves. Guess dying and coming back didn’t do much to soften Ares’ M.O. Meanwhile, Steve Trevor’s been kidnapped and confronts his captor: the Goddess of Love, Aphrodite, who’s extremely pissed. Let’s see Steve schmooze his way out of this one!

In Shops: Dec 12, 2018

SRP: $3.99

Wonder-Woman-60-3-600x922

Wonder-Woman-60-4-600x922

Wonder-Woman-60-5-600x461

Source : www.dccomics.com


(Ben Wawe) #16

Bon sang, ça ne s’améliore pas.
G. Willow Wilson s’enfonce dans des passages déjà-vus et mieux vus en d’autres temps, par d’autres créateurs. Ses personnages semblent empruntés, bêtes, perdus au milieu d’un champ de bataille vide et creux. J’ai l’impression de voir de mauvais acteurs déclamer de mauvais textes, sans y croire, mais en essayant d’y aller à fond, pour gagner leur pitance ; quelle tristesse.
C’est chiant, long, mais ça se lit vite car il n’y a rien de bien, là-dedans. Rien n’a de sens, Diana va et vient en changeant constamment d’avis, elle a l’air d’avoir trois jours d’expérience dans ses combats, et Arès est une pleurnicheuse qui fait de grands gestes. Les discussions sont navrantes, et il y a quantité de moments gênants pour les personnages.
Ha, et Cary Nord est une catastrophe. C’est laid, et il n’y a pas de décor.
Rien ne fonctionne. C’est une catastrophe définitive. J’arrête là.


(Hush2 0) #17

… ça me pose des questions tout de même. Comment un éditeur peut accepter une telle copie?

Intrinsèquement, c’est une bonne équipe. Pas de doute. Le style de Cary Nord ne plaît pas à tout le monde. OK. Mais l’histoire n’a ni queue ni tête. Même les minotaure tourne moins en rond que la scénariste…

Je me lève comme Ben en clamant “j’ai sauté au dessus du requin”. :slight_smile:


(Le Doc) #18

WONDER WOMAN #61

(W) G. Willow Wilson (A) Xermanico (CA) Jenny Frison

Love is dead-according to the Goddess of Love! A furious Aphrodite holds Steve Trevor captive in the middle of a war zone and tries to convince him of that very proclamation, but the hopeless romantic refuses to abandon his feelings for Wonder Woman. Meanwhile, Diana, the object of his affection, gets trapped in the bombed-out capital, where she finds the remnants of the local government and uses all her diplomatic prowess to convince them to end the conflict. Can Diana, Steve and Aphrodite end this war, or will Ares end up dancing on all their graves?

In Shops: Jan 02, 2019

SRP: $3.99

Source : www.comicsverse.com


(Le Doc) #19

Wonder Woman #62

(W) G. Willow Wilson (A) Xermanico (CA) Terry Dodson, Rachel Dodson

It’s the final knock-down drag-out battle between Ares and Wonder Woman-but is there still any hope of changing the young god’s ways before he hardens into the worst possible version of himself? And if he does…is Wonder Woman to blame?

In Shops: Jan 16, 2019

SRP: $3.99

Source : www.nerdist.com


(Le Doc) #20

Wonder-Woman-63-Comic-Variant-Cover1-600x915

When Themyscira and the remnants of Olympus fell, the Gods weren’t the only refugees to come to Earth. A small horde of mystical creatures have found their way here, and they’re determined to start new lives…but what happens when the people of our world are equally determined not to let them? Can Diana open their minds and show them that a centaur is more than half a person?

Wonder Woman #63 is out on January 30th, priced $3.99.

Source : www.screenrant.com