X-FACTOR : LA FIN (Peter David / Kirk, Davidson, Edwards)

[quote]MARVEL MONSTER EDITION : X-FACTOR - LA FIN

328 pages, 29,95 EUR, en librairie seulement

Auteurs : Peter David, Leonard Kirk, Neil Edwards, Paul Davidson, Carmen Carnero

Retrouvez l’équipe d’X-Factor dans ce volumineux album qui marque la fin de la série. Alors que Madrox et Layla partent en lune de miel, un sombre individu décide de faire venir l’enfer sur Terre ! Strong Guy, M, Rictor et leurs alliés sauront-ils mener à bien leur ultime combat ? Réponse dans ces seize derniers épisodes !

(Contient les épisodes US X-Factor (1986) 247-262)

SORTIE LE 14 MAI ![/quote]

Toujours un peu cher, mais je vais surement le prendre. :wink:

Un achat incontournable !

J’en serai, pas de doute. J’ai hâte de me plonger dans ce pavé. Et pas qu’un peu !!

Sans moi.

moi oui :smiley:

itou !

On pourra dire bravo a Panini qui a trimballé une des meilleures série que Marvel nous a proposé depuis dix ans un peu partout dans un beau bordel.

J’espère que ça sera plus clair pour All New X-Factor.

(Et moi, je me le prendrai en V.O., du coup, avec le reste de la série)

[quote=“Guy Gardner”]On pourra dire bravo a Panini qui a trimballé une des meilleures série que Marvel nous a proposé depuis dix ans un peu partout dans un beau bordel.

J’espère que ça sera plus clair pour All New X-Factor.
[/quote]

Ils auraient aussi bien pu l’arrêter. :wink:

Excellente, évidemment, cette conclusion (avant reboot) du titre de Peter David. Dans le précédent volume Panini, le scénariste avait plus ou moins bouclé toutes les intrigues en cours : il préparait en fait ce final, “dantesque” au sens premier du terme (on y visite les Enfers…).
Humour, tragédie, action à gogo, les qualités du titre ne se sont pas mystérieusement évaporées pour cette conclusion, heureusement. David saupoudre même le tout de twists couillus (Guido) et de révélations bien senties, en s’amusant au passage avec le bestiaire Marvel (ça fait longtemps qu’on avait pas vu Pluton, et il en impose le bougre).

Avec ce titre (même si sa carrière antérieure en attestait déjà), Peter David se positionne comme le digne (et seul ?) héritier de Chris Claremont, capturant comme personne le feeling propre aux titres mutants, avec ce mélange d’ésotérisme et de SF, mâtiné d’humour, de soap, de drames.
Chapeau, chapeau bien bas !! C’était excellent, vraiment.

Ouaip, j’ai beaucoup aimé (avalé ça goulument comme du gaspacho au cœur d’une Espagne estivale), même si je suis déçu que le petit soit mort. Même s’il y a des twists couillus, les twists concernant tout ce qui a trait à la maternité ne durent pas avec David !

Après, faudrait regarder les dates, mais je me demande si la fin ne fait pas écho à ses problèmes de santé !

Ses problèmes de santé sont probablement antérieurs (de pas beaucoup peut-être) à l’écriture de ces tout derniers épisodes (Noël 2012 pour ses soucis, novembre 2013 pour la publication du numéro 262 conclusif).