X-FORCE #1-3 (Benjamin Percy / Joshua Cassara)

Le panel Marvel Next Big Thing se déroule en ce moment même au San Diego Comic Con. C.B Cebulski, le scénariste Jonathan Hickman et les responsables éditoriaux Jordan White et Nick Lowe détaillent la prochaine phase de comics X-Men qui seront publiés dès la fin des mini-séries House of X/Power of X . Six titres sont prévus.

X-Force est écrit par Benjamin Percy (Green Arrow) et dessiné par Joshua Cassara (Falcon).

image-from-ios-33-1

La composition de l’équipe :

image-from-ios-34-1

Source : www.bleedingcool.com

La couverture du premier numéro par Dustin Weaver :

Source : https://www.cbr.com

La jhesite mais plus à cause du dessinateur.

Moi je n’hésite pas, je trouve le casting pas cohérent du tout, le logo pas joli et la team m’inspire pas. Si les premiers retours sont bons, je prendrais, sinon sans moi.

X-FORCE #1
Written by BENJAMIN PERCY
Penciled by JOSHUA CASSARA
Cover by DUSTIN WEAVER
On sale November 2019
THE COST OF THE FUTURE ISN’T CHEAP.
X-Force is the CIA of the mutant world—one half intelligence branch, one half special ops. Beast, Jean Grey and Sage on one side, Wolverine, Kid Omega and Domino on the other. In a perfect world, there would be no need for an X-Force. We’re not there… yet.

Finalement pas si incohérent que ça comme composition d’équipe.

Pourquoi pas.

Je tique surtout sur Jean. Le reste why not.

je me suis dit pareil… enfin j’ai aussi tiqué sur le fauve.

Au vu du pitch, je me dit qu’une télépathe de haut niveau se justifie. Mais Jean grey je ne suis pas sûr. J’y aurait plutôt vu Psylocke ou à la rigueur Frost ou Kwannon.

Mais visiblement on ne peut pas être à la fois Captain Britain et espionne télépathe (bon sauf dans la série Captain Britain d’Alan Moore mais chuuuuut) et les autres sont prise aussi dans d’autres séries.

En y re-réfléchissant le personnage idéal de télépathe / espionne (et libre en plus) pour remplacer Psyclocke, qui reste mon premier choix, aurait été Mastermind (la version de Mike Carey était géniale).

We are building a story that functions like a procedural. There is an intelligence unit and a field unit. A CIA and a Delta Force. A two-fisted defense of the new normal for mutants. And let me tell you: some bad shit is coming their way.

The head of the intelligence unit is Beast. The head of the field unit is Wolverine. You can see already where we’re going. The head and the hand — they don’t always agree

Source : le compte Twitter de Benjamin Percy.

Finalement j’en serais aussi.

La vache, on se croirait dans les années 90. Il va y en avoir sur le carreau !

La couverture du #2 par Dustin Weaver :

Les Nouveaux Mutants, c’est pré–Bac, et X-Force, c’est post-Bac !

Un autre aperçu des intérieurs.

X-Force #1

X-Force is the CIA of the mutant world-one half intelligence branch, one half special ops. Beast, Jean Grey and Sage on one side, Wolverine, Kid Omega and Domino on the other. In a perfect world, there would be no need for an X-Force. We’re not there…yet.

Writer Ben Percy
Illustrator Joshua Cassara
Cover Illustrator Dustin Weaver
Release Date: November 6, 2019

XFORCE2019001_Preview-3

Source : www.adventuresinpoortaste.com

La Cour des Hiboux s’invite chez Marvel?

Deux sorties mutantes cette semaine sous la bannière Dawn of X. J’irai parler plus tard, dans le topic dédié, de New Mutants #1, plus problématique.

Intéressé par le pitch de la présente série, n’ayant pas été outre-mesure enthousiasmé par le boulot de Benjamin Percy chez DC (Green Arrow, Teen Titans), et ne connaissant pas le dessinateur, c’est finalement sans idée préconçue que j’ai abordé ce numéro et… le verdict est plutôt positif, même s’il ne va pas sans quelques bémols.

Percy nous refait le coup de la société secrète masquée, une carte qui donne l’impression d’avoir été souvent vue et qu’il avait déjà tirée en ouverture de son run sur Green Arrow. J’aime plutôt bien, cela étant, les effets qu’il en tire avec cette impression que l’organisation en question représente une vraie menace internationale, capable de s’infiltrer un peu partout. Mais il faut quand même en passer par plusieurs moments de suspension de l’incrédulité : si la méthode de détournement d’avion peut encore rentrer dans les clous de « l’espionnage version comics » avec la dose d’irréalisme que ça suppose, on peut se demander comment le plus puissant télépathe du monde ne se rend pas compte qu’il marche droit dans un piège et qu’on lui sert une boisson trafiquée (alors qu’il suffit de lire les dialogues pour se rendre compte qu’ils sonnent faux), et je me suis tout de même bien gratté la tête pour comprendre pourquoi tout le monde continue gentiment ses conversations alors qu’une intrusion sur l’île est repérée, et ne réagit que quand les envahisseurs commencent à ouvrir le feu ; quant au cliffhanger, il est tellement « gros » que je trouve tout simplement impossible d’y croire…

Je reste donc en partie à convaincre et j’attends de voir comment Percy entend transformer l’essai au prochain numéro. Si le diable est dans les détails, l’ambiance, dans l’ensemble, est bonne, la montée de la tension globalement plutôt bien entretenue, et je suis assez client des dessins de Joshua Cassara ainsi que la mise en couleurs de Dean White. Le scénariste n’a pas encore révélé tout son jeu — de fait, il n’a même pas encore introduit tous les personnages présentés en couverture, ni ne les a, a fortiori, rassemblés en équipe —, on a donc de la marge de progression.

Je note au passage qu’en quelques planches et une demi-douzaines de répliques, il donne un portrait qui me semble bien plus convainquant de Kitty Pryde et de son rôle avec les Maraudeurs que Duggan ne l’a fait avec tout un numéro qui lui était censément consacré…