X-FORCE #1-9 (Ed Brisson / Dylan Burnett, Damian Couceiro)

Un peu se réjouir … mais aussi relativiser : y a personne en face, non plus !
Merci en tout cas, la franchise semble aller moins pire …

Ho, Age of X-Man me plaît bien et Uncanny X-Men se relance bien.
Mais, franchement, que ça soit la relance X-Men Gold/Blue ou Extraordinary X-Men de Lemire, c’est bien inférieur. Même X-Men Red, que j’ai beaucoup aimé, n’est pas aussi percutant et efficace.

Y a pas de mal que Blue/Gold/Extraordinary soit inférieur à ça !

Ahab has returned to exterminate X-Force! What twisted scheme is Ahab conducting that has attracted the attention of X-Force? The team has begun to put the pieces together, but will they figure it out in time to stop mass genocide?

Written by : Ed Brisson
Art by : Dylan Burnett
Cover by : Pepe Larraz
Page Count : 23 Pages
Release Date : March 13 2019
Age Rating : 12+ Only

Source : www.adventuresinpoortaste.com

Remember:

Bon sang… c’est vraiment bon, ça. Mais vraiment.
Même si je n’avais vraiment adhéré au principe de X-Force, en tout cas dans sa représentation la plus basique et bourrin (les “nettoyeurs” des X-Men depuis une quinzaine d’années), j’ai tenté ici après le très agréable Extermination d’Ed Brisson (qui ramenait les “jeunes” X-Men dans le passé, après que le Fauve ait décidé de récupérer les X-Men fondateurs dans leurs jeunes années pour “montrer” à ses amis du présent les différences et combien ils s’étaient fourvoyés). Et j’en suis franchement ravi !
Oui, il y a de la brutalité dans les personnages ; mais ce n’est pas exacerbé, ce n’est pas gratuit, il y a un propos, il y a une explication pour la colère de X-Force (leur leader, Cable, a été tué par une version plus jeune de lui, qu’ils poursuivent). Oui, il y a de la testostérone, de la vanne facile, une écriture “virile” ; mais ce n’est pas con-con, les punchlines ont du sens avec les personnages, et Domino & Boom-Boom existent clairement avec leurs camarades. Oui, Kid Cable (le jeune que X-Force poursuit d’abord pour se venger, puis qu’ils finissent par aider à sauver des Mutants dans un pays de l’Est violent et agressif) est assez insupportable ; mais tout autant que Damian Wayne chez DC, et son attachement à Rachel Summers est touchante autant que bien vue (les “vrais” savent que c’est une Rachel âgée qui viendra du futur récupérer Nathan Summers/Cable bébé et infecté par le virus techno-organique d’Apocalypse ; ce sera elle aussi qui enlèvera les esprits de Jean & Cyclope lors de leur nuit de noces, pour quelques minutes dans le présent, mais une quinzaine d’années dans le futur, où ils occuperont des corps pour élever Nathan et le faire devenir Cable). Et oui, le tout ressemble à un gros film d’actions, avec explosions, bons mots, rebondissements prévisibles, mort (?) d’un personnage (même si je note au moins une bonne explication à son retour) et retour d’un grand méchant bien connu ; mais, franchement, ça fonctionne bien.
L’interaction entre Kid Cable, Deathlok et X-Force est bonne. Les relations sont bien pensées, les caractères sont bien écrits, la gestion des menaces est bonne. Ahab, qui sera le bourreau de Days of Future Past, attaque dans Extermination et est pisté ici, et il est agréable de voir la suite de cette histoire ici ; d’autant que le propos de torture mutante est rude, et bien traité dans ces pages.
Ed Brisson gère vraiment bien sa série et son casting. Le cliffhanger est prévisible et un peu facile… mais il s’en sort tellement bien que je signe les yeux fermés pour la suite. Le style étrange, déviant et divergent de Dylan Burnett me plaît énormément, et j’adhère complètement ; je suis fan, aussi.
Vivement la suite ! Sûrement l’une des meilleures choses arrivées aux X-Men depuis longtemps.

Spotlight on the kid called Cable! Before EXTERMINATION and before X-FORCE…young Nathan Summers was a mutant messiah warrior fighting against an apocalyptic future. But he wasn’t supposed to arrive in our time until well into adulthood…so what happened? Find out in this issue!

Written by Ed Brisson
Art by Damian Couceiro
Cover by Pepe Larraz
Page Count 23 Pages
Release Date March 27 2019

Source : www.adventuresinpoortaste.com

Si Ed Brisson commence son numéro là où il a terminé le précédent, il évacue rapidement le présent pour évoquer le passé de Kid Cable… enfin, le futur ; qui est son passé. Bref. Compliqué, mais c’est très bien fait.
Si le sort de Warpath demeure inconnu (il respire encore, parle et veut se battre), Stryfe ne semble pas connaître Domino et X-Force… et pour cause ; lui aussi est Kid Stryfe. Le scénariste profite de cet épisode pour présenter une origine à ce Kid Cable, expliquer pourquoi et comment il a voulu intervenir. Et c’est bien. Sa colère, sa “rage” sont expliquées par les pertes qu’une tornade temporelle provoque en son temps, et voir ses proches et surtout sa compagne disparaître à cause des divergences temporelles… oui, ça paraît crédible que ça puisse énerver, enrager Kid Cable.
Son attitude dans X-Force et Extermination est expliquée, justifiée ; et ça fonctionne. Le récit est vivant, dynamique, nerveux ; touchant. Brisson maîtrise bien son personnage, et rend la lecture très agréable. Damian Couceiro prend le relais de Dylan Burnett, dans un style moins divergent, mais très efficace. Sa gestion de Kid Cable est bonne, et il caractérise bien le futur.
La série continue sur sa très bonne lancée ; vivement la suite.

Kid Cable wasn’t the only one who’d come back from the future…!

Writer Ed Brisson
Illustrator Damian Couceiro
Cover Illustrator Pepe Larraz
Release Date : April 10, 2019

Source : www.adventuresinpoortaste.com

Ed Brisson a commencé sa série ventre à terre, en balançant X-Force et les lecteurs au milieu d’un conflit entre Kid Cable et le gouvernement de Transia, alors qu’il y a déjà un historique ; depuis le #5, le scénariste explique ce qu’il s’est passé, revient un peu en arrière, et fait le lien avec Extermination.
C’est bien, c’est une bonne gestion du rythme après quatre premiers épisodes rapides et nerveux, où on ne se posait pas ; on se pose, là, et Brisson le fait bien. On découvre Kid Stryfe, qui a quand même son petit charisme qui fonctionne bien, et tous les liens avec Transia. On finit sur des dernières planches classiques, avec X-Force vaincue, Kid Cable qui se soumet, et un futur affrontement dans le futur (haha), où X-Force prendra définitivement le parti de Kid Cable… qu’ils voulaient retrouver pour le tuer, à la base. Bref.
Et bien tout ça se lit très bien, en fait. Brisson maîtrise très bien ses personnages, avec notamment une bonne gestion de ce futur qui a souvent semblé si foutraque chez les X-Men. La gestion de Kid Stryfe est même bonne, et les rebondissements, s’ils sont attendus, fonctionnent très bien. Si on rajoute des planches très correctes et même jolies de Damian Couceiro, cela donne une lecture fort agréable et dynamique, avec de très bons moments.
Une excellente surprise, qui reste sur une ligne très correcte.

Stryfe comes face-to-face with Kid Cable! But which side will X-Force stand with?

Written by : Ed Brisson
Art by : Dylan Burnett
Cover by : Pepe Larraz
Page Count : 23 Pages
Age Rating : 12+ Only
Release Date : May 8 2019

Source : www.adventuresinpoortaste.com

Ed Brisson continue intelligemment sa saga et sa série. Il se lance dans le défi complexe de présenter le futur de Cable, mais connaît sa continuité en citant directement la mini-série Cyclope & Phénix, sur l’éducation de Nathan ; c’est bien, et c’est appréciable.
Ici, Stryfe torture Kid Cable pour révéler la localisation des Askani, tandis que X-Force trépigne en attendant que Deathlok débloque le portail temporel. Alors que Rachel est “soignée” des abus psychiques d’Ahab grâce aux troupes de Stryfe, elle ne fait que changer de maître car elle est utilisée pour attirer les Askani ; bah oui, Rachel est leur prêtresse, dans le futur. Le pire s’avance, tandis que Kid Cable est rongé par son virus… mais X-Force arrive, et Warpath va mieux ! Ca va castagner au prochain.
Un numéro de transition, donc, mais bien exécuté. Ed Brisson l’utilise pour creuser ses personnages, notamment le traumatisme d’un Stryfe qui n’accepte pas son statut de clone, la détermination héroïque de Kid Cable, les doutes de Sam, le rejet de Shatterstar envers Kid Cable, la relation Tabby/Warpath, Warpath lui-même, Domino… non, il y a un vrai travail, ici, pour caractériser les personnages, et ça fonctionne bien. Notamment parce que j’apprécie désormais le trait de Dylan Burnett, qui caractérise très bien la série, son orientation et son ambiance. C’est un plaisir de le retrouver ici, et j’ai hâte de voir la suite… qui s’annonce violente et terrible. L’heure de la revanche a sonné, et ça va me plaire !

X-FORCE #8

Written by: Ed Brisson.

Art by: Dylan Burnett.

Cover by: Pepe Larraz.

Description: X-Force is trapped in the future! But what kind of future is it?

Pages: 32.

Price: $3.99.

In stores: May 22.

Source : www.comicscontinuum.com

X-Force arrive dans le futur, pour retrouver Kid Cable ; mais ni le contact avec les autochtones (dont Blaquesmith, qu’il est plaisant de retrouver), ni la reprise des festivités avec les troupes de Stryfe (contrôlées par Stryfe, en fait, et les sbires chargés de ça fatiguent, après avoir maîtrisé Rachel) ne se passent bien. Ca tape, ça tape de tous les côtés, tandis que Kid Cable ne maîtrise plus son virus techno-organique… et sa compagne, emprisonnée aussi, est en danger à cause de l’explosion du virus dans les cellules.
Ed Brisson continue de bien gérer sa série et ses personnages. La plongée dans le futur Askani est bien faite, et l’auteur caractérise très bien l’équipe ; chacun a sa voix, a une place, et les échanges sont autant pertinents que drôles, souvent. C’est vraiment bien fait, et j’en viens à apprécier ce Kid Cable et les liens qui s’organisent avec X-Force.
Une réussite, encore. Ce titre, lancé après Extermination, voyait d’abord X-Force pour retrouver et tuer Kid Cable, car il a tué le Cable classique ; mais ils se sont pris d’amitié pour le gamin, et Ed Brisson a pris le temps pour créer ça. Ca a du sens, c’est pertinent, et c’est autant cohérent que très plaisant. Il est aidé par un Dylan Burnett très efficace, dont le style surprend mais est finalement très adapté au propos et à l’orientation ; j’en suis venu à beaucoup, beaucoup aimer ce qu’il produit, l’allure de ses personnages, et le dynamisme de ses pages.
Encore un très bon numéro. Au vu de la future réorganisation de la franchise, il paraîtrait logique qu’il n’y ait plus que deux numéros… et je vais regretter ce titre, comme Mr & Mrs X et X-23. Si Uncanny X-Men a mal redémarré et si Matthew Rosenberg me lasse dessus, la franchise X-Men a disposé ces derniers mois de très, très bonnes séries annexes ; espérons que la relance de Jonathan Hickman en amènent d’aussi bonnes, car ce serait sinon très dommage.

xf9_0

X-Force #9
(W) Ed Brisson (A) Dylan Burnett (CA) Valerio Schiti
• X-Force is split between a Stryfe and a hard place!
• The clock is ticking!
• Plus: The return of Rachel Summers!
Parental Advisory
In Shops: Jun 12, 2019
SRP: $3.99

Source : www.bleedingcool.com

Avant-dernier numéro de cette série fort agréable, que je vais regretter.
Ed Brisson gère très bien ses personnages et son intrigue, dans un style dynamique et nerveux. X-Force lutte contre les troupes de Stryfe, tandis que Rachel tente de se libérer. Blaquesmith aide le groupe, qui se sépare - certains libèrent un Cable ravagé par le virus techno-organique, et inquiet pour sa campagne. Tandis que Stryfe compte ses troupes, et Rachel Summers se libère de l’influence ennemie via l’esprit de Mother Askani (elle-même du futur), et semble bien énervée.
Simple, rapide, efficace, bien dialogué, bien dessiné. Pas grand-chose d’autre à dire, Ed Brisson maîtrise complètement son casting et livre des caractérisations et dialogues vraiment bien fichus. Dylan Burnett illustre tout ça avec talent, dans son style particulier surprenant mais très frais. L’ensemble est très dynamique, très nerveux, mais avec de vraies bonnes approches de personnages trop souvent cantonnés à des clichés.
Une série que je vais regretter, oui. Dommage qu’elle disparaisse bientôt !