X-MEN #1-12 (Jonathan Hickman / Leinil Francis Yu)

Dernier numéro de Yu non ?

1 J'aime

Yep. À partir du #13, ce sera Mahmud Asrar…

Ce numéro est littéralement le prélude à X of Swords, et grosso-modo une explication générale des dessous de Krakoa et Arakko, son île jumelle.
Jonathan Hickman utilise un dialogue entre Apocalypse et le Summoner pour expliquer ce qu’il s’est passé il y a des milliers d’années. Comment l’île unique des mutants a été attaquée par la nation maléfique d’Amenth, comment elle a été séparée, comment Arakko a disparu dans sa dimension, sans qu’Apocalypse puisse l’empêcher ou parce qu’il l’a voulu, pour sauver ce qui pouvait l’être. Summoner explique comment les survivants se sont organisés et ont lutté, mais n’y arrivent plus et demandent de l’être.
C’est objectivement bien et intéressant. Jonathan Hickman bâtit ici un nouveau pan de l’univers Marvel, c’est surprenant mais prenant, avec une approche décomplexée qui est agréable. Un souffle épique se met en place ici, et Leinil Francis Yu livre des planches qui, pour une fois, me plaisent assez dans cette illustration de tant de siècles.
J’aime bien ; mais je ne vois pas le lien avec les X-Men, en fait. Tout ça me semble tellement plus proche du SHIELD de Hickman, en fait, que des X-Men. Ca se lit bien, mais je perds le lien avec la franchise de base.

M’enfin, X of Swords s’annonce épique, c’est déjà ça.

Yu met les voiles juste avant X of Swords (c’est Soy qui va être content) :

Il ne va pas me manquer, c’est sûr !

Dans mes bras.