X-MEN #1-5 (Gerry Duggan / Pepe Larraz)

En partie oui. Certes elle n’a pas déclencher l,arme mais elle a contribué à ce qu’elle existe. Au contraire de Câble qui en plus n’est pas responsable de l’éducation qu’à pu avoir son clone.

Sidérant ce que tu développes comme psychologie du personnage pour justifier une incohérence d’écriture. :slight_smile:
Et si Duggan - comme d’autres avant lui - était juste aux pâquerettes ?
Où serait le drame, indépendamment de la contrariété de Ben?

C’est tout à fait possible que tu penses ce que tu dis, là.
Mais te voir systématiquement trouver une raison pour dédouaner de leur erreurs ou approximations les auteurs bossant sur le pan mutant, c’est ahurissant.

Syndrome Oppenheimer ?

xmen5a

X-MEN #5

Written by: Gerry Duggan.

Art by: Javier Pena.

Covers by: Pepe Larraz, Iban Coello.

Description: Enter: Doctor Stasis! The X-Men’s new nemesis finally makes himself known to them, bringing his creations to bear. Mutants may have conquered death, but their foes are all too living…

Pages: 32.

Price: $3.99.

In stores: November 24.

xmen51

xmen52

Bon épisode.
Je n’avais été clairement pas convaincu par les quatre premiers épisodes et, si celui-ci n’est pas fantastique, il est bon et agréable.
Gerry Duggan a ainsi plusieurs temporalités, mais pour se concentrer sur Polaris, que j’ai énormément aimé dans le récent X-Factor, et dont on retrouve ici le côté blasé, mélancolique et badass. On la voit notamment face à des Reavers qui ont vaincu ses coéquipiers, et Lorna utilise X-23 inconsciente comme « arme » pour se débarrasser des ennemis, le temps que les copains se réveillent. En parallèle, un des ennemis mystérieux les observe et agit dans l’ombre, alors qu’on apprend surtout que Polaris ne voulait pas intégrer les X-Men. Enfin… elle a « pensé » qu’elle ne doit pas être prise, mais Jean manipule son vote pour qu’elle soit prise ; car, avant, Lorna voulait être intégrée mais n’osait pas. Cela creuse bien Polaris, son courrier à Northstar est touchant. Enfin, Ben Urich vient confronter Cyclope sur ses découvertes sur les résurrections, et le laisse avec cette bombe. Boum !
Ca se lit bien. Ca n’a rien de révolutionnaire, mais ça fait le job. La gestion de Polaris est très bonne, les scènes d’action sont assez classiques et le super-vilain mystérieux est un peu bâteau, mais ça se lit bien. Le subplot avec Ben Urich est bon, et l’ambiance générale, assez positive et souriante, est quand même agréable, surtout dans la sinistrose régulière des titres X-Men.
Javier Pina et Zé Carlos se partagent les dessins, avec des styles très proches. On est loin de Pepe Larraz, mais ça reste efficace, plutôt dynamique avec quelques images assez jolies. Ca fait le job.

Un bon épisode, pour une série qui ne m’a pas emballé jusque-là mais j’espère que ça continuera sur cette nouvelle lancée.