X-MEN : L'INTÉGRALE 1963-1995

J’ai adoré les premiers. Le vol de Scott et Madelyne, le retour des Secret Wars, la séparation de Piotr et Kitty, la bagarre dans le bar, Rogue qui va chercher le mec de Carol Danvers, la perte des pouvoirs de Storm… En gros, jusqu’aux épisodes avec Kulan Gath, qui montrent déjà que Romita Jr essaie de trouver des astuces pour aller plus vite. Par la suite, les épisodes que j’aime beaucoup, c’est ceux avec les membres du Hellfire Club contre Nimrod (et j’aime bien le diptyque avec la Brotherhood et les Morlocks, aussi…). Mais les tout tout premiers de Romita Jr, où il reluquait beaucoup en direction de Frank Miller et Paul Smith, wahou, j’adore.

Jim

1 J'aime

Il faudra attendre encore longtemps pour avoir les Grant Morrison dans cette série d’integrale ?

Le premier X-Men par Morrison, c’est 2001. Comme il y a plusieurs volumes par année, je dirais un peu plus de 10 ans…

Oui, je sais que c’est à partir de 2001, c’est juste que c’est les seuls X-Men que je n’ai pas lu… Il existe des volumes (d’abord en 4 volumes intégrales, puis en deux volumes intégrales) - mais si cette collection (X-Men, l’intégrale) ajoute, parfois, des inédits… Et comme je n’ai plus suivi X-Men depuis cette année (trop d’achats et puis j’étais au chômage toute l’année…) J’ai pas mal loupé des épisodes et ne sait même pas s’il existe des parties inédites en France… Je suis complètement ignorant. J’ai repris X-Men avec Power of X, House of X et Dawn of X que je continuerai jusqu’à la fin.
Mais on m’a dit que j’avais énormément raté cette partie qui est, paraît-il, excellent malgré le côté sombre… (De toute façon, X-Men, c’est rarement joyeux et loufoque…). Donc je me tâte, j’hésite… Je ne sais pas prendre la décision au vue de ces versions d’édition… (Est-ce vraiment au complet ou mieux de prendre la version kiosque ? Le temps me manque pour faire des recherches voir si c’est bien en intégralité les deux volumes de Marvel Icons…)

Tu as bien l’intégralité du run de Grant Morrison sur New X-Men dans les deux tomes de la collection Marvel Icons. Auparavant tous ces épisodes étaient parus en quatre Marvel Deluxe, le quatrième contenant en plus les épisodes écrits par Chuck Austen en attendant le relaunch général des titres X (le ReLoad qui n’a marqué finalement les esprits que pour le lancement d’Astonishing X-Men) qui a suivi le départ de Morrison. Les quatre tomes en Marvel Select reprennent collent aux Deluxe mais omettent les épisodes d’Austen dans leur quatrième volume (s’ils sont peut-être dans le haut du panier de la piètre prestation d’Austen sur les X-Men, ils ne sont pas indispensables). Si tu as une médiathèque près de chez toi qui possède n’importe lesquels de ces volumes, fonce !

Je pense qu’à partir de 2001 on aura vraiment des volumes pour chaque série, car durant les années qui précèdent les titres sont très liés (le run avorté de Kelly et Seagal qui écrivaient chacun son titre en tenant compte de l’autre), voire était écrits par un auteur (Alan Davis, la Révolution de Chris Claremont, l’intérim de Lobdell), mais à partir de 2001 on a véritable volonté de bien séparer les titres sans qu’ils interfèrent les uns sur les autres (Momo sur New X-Men, Joe Casey puis Chuck Austen sur Uncanny X-Men, Claremont sur X-Treme X-Men) avec juste une ligne générale à suivre en matière de costumes (la période cuir-cuir (mais pas moustache) post-premier film) et d’utilisation avec parcimonie de la continuité passée (faut que ça parle aux nouveaux lecteurs, tout ça, tout ça…), et aussi très peu de mini-séries annexes, et quand il y en a elles n’ont aucune incidence sur les séries où apparaissent les persos (je pense à toute la série de mini X-Men Icons qu’on a eu dans des Marvel Extra). C’est vraiment avec le ReLoad, et encore plus ensuite avec House of M et la Decimation qu’on aura le retour de titres beaucoup plus interconnectés, avant le vrai retour à l’ancienne lors des crossovers liés à Hope Summers.

Si tu es vraiment complétiste, que tu as beaucoup plus d’argents à y dédier et que tu es prêt à prendre ton temps pour tout avoir sans trous, dans ce cas tu peux envisager le kiosque. Mais si tu veux vraiment lire l’essentiel, rabats-toi sur les Icons du run de Morrison ! :wink:

1 J'aime

C’est marrant, j’étais en train de lire ses travaux sur l’année 85 le soir avant que tu fasses cette réflexion et je me disais aussi justement qu’on commencer a retrouver certaines choses qui me déplaise dans son trait, je crois que son style commence a se forger dans cette série.
Néanmoins, je classe encore les X-mens dans ses bons travaux.

Son retour sur x men avec lobdell souffre de l ininteret a mon goût des scenarios de lobdell, mais son tres solides graphiquement.

C est son epoque massive, cubique, comme dans la mini cable mais un cran au dessus.

X-Men, c’est le moment où il doute, il cherche, il doit sans doute aussi être confronté à la pression du titre phare de l’éditeur, etc. Il sort donc des épisodes superbes à côté de navets insipides. Rajoutons à cela Claremont qui a du mal à se dépêtrer des injonctions beyonderesques de Shooter, qui doit gérer le sort de Cyclops qui lui est imposé à cause de la création de X-Factor, et qui doit retoquer en urgence la saga avec James Jaspers qui envisage un temps, et l’on obtient une série qui perd toute direction, qui accumule les histoires courtes sans grandes conséquences, et qui se vide de son ambition et de son élan.
On peut comprendre que Romita Jr soit en proie au doutes ou démotivé. Ou les deux. Effectivement, la rencontre avec Williamson, qui sera confirmée via Starbrand puis Daredevil, va lui redonner du peps. Il se passe un truc. Le dessinateur cherche à la fois l’épure et une nouvelle manière de traiter les formes. Ça donnera sa période kirbyenne, palpable dans Cable et bien entendu dans Thor, qui reste très agréable.
Et bizarrement, quand il revient sur X-Men (période que j’aime beaucoup pour ma part), il contribue à donner cette sensation que la série retrouve un cap (elle l’avait à nouveau perdu avec le départ de Claremont).

Jim

Ah merci pour la précision car j’ai toujours cru que le départ de Cyclope n’avait pas de lien direct avec la formation d’Xfactor.

De ce que j ai lu, cyclope devait resté dans les parages, comme hurleur, ayant pris sa retraite et vivant tranquillement avec madelyne.

Tout n est pas a jeter. Le traitement de xavier est bien fait, notamment ces deux épisodes dans ses rêves où il discute avec magnéto.

Mais cette periode c est beaucoup d épisodes solo, centrés sur un ou deux persos, sans jamais voir l equipe reunie, et ou de plus l histoire n avance pas spécialement entre deux crossovers

Le titre se dynamise avec l arrivée de madurera et l introduction de bastion et des amis de l humanité. Les histoires sont toujours sur un ou deux episodes maxi, sans que l equipe soit reunie mais au moins un fil conducteur se dégage.

C est vraiment a la toute fin de sa prestation où je trouve que lobdell trouve le bon dosage avec l aventure des shiar d un côté et de l autre le voyage a madripoor puis zero tolerance. Dommage vraiment que ce soit le moment où il est débarqué.

Leq titres x se retrouvent sans direction. Le second retour de claremont laisse espérer un temps, mais il se perd dans un énième voyage en terre sauvage et un sage sans punch sur le hellfire club. Dommage, davis livrait des planches magnifiques.

Morrison dynamitera tout ça mais malheureusement a son depart c est un reset généralisé de ses,apports auquel on assiste.

Faudra attendre hickmann pour esperer a nouveau qu il y ai du nouveau

Romita ne démérite pas lors de ce second passage, mais a vrai dire, hormis son episode d,arrivée il ne dessinera jamais l equipe reunie.

D’accord avec Serge.

Voilà. J’aime beaucoup son 2nd passage sur les X-Men, c’est plus spectaculaire en terme de mise en scène et de caractérisation (là où sa 1ere prestation se concentrait sur la narration et un forme d’épure). Mais je ne retiens pas grand chose de sa prestation. Le #300, le #304, et quelques images de ci, de là, mais malheureusement rien qui ne soit à la hauteur de son nouveau style « massif » (j’ai même une préférence pour ses Cable, qui pour le coup, sont bien bourrins !)

J’avais reproduit un de ses Cable d’une couv’ (je crois), pour m’amuser. J’ai également aimé cette période graphique, qui me rappelle un peu ses Pupu.

Quand on regarde les dates, ça semble correspondre.
Uncanny X-Men #201, avec le second duel Storm / Cyclops (le premier, plus amical, c’était dans un épisode de Cockrum), est daté de janvier 1986. X-Factor #1 de février 1986. On sent bien que Marvel pousse Claremont à ranger les jouets avant de les prêter aux copains. Et comme je soupçonne le scénariste de déjà planifier son histoire de code génétique des Summers avec Madelyne et Sinister, je pense que l’absence de Cyclops a bien retardé ses plans, l’obligeant à se rabattre sur d’autres choses.
D’ailleurs, on sent bien, quand il commence à reprendre un peu le contrôle, il s’empresse de faire deux choses : récupérer une partie de l’intrigue avortée de James Jaspers (ça donnera la saga contre l’Adversary à Dallas) et poser ses pions avec Sinister et Madelyne. Entre-temps, il gère comme il peut avec les demandes extérieures, et tente de redonner de la cohérence (avec la Freedom Force, tout ça…).

Je crois que l’ambition de Claremont c’était de petit à petit remplacer les héros, les garder sous la main quand le besoin se présente, mais ne plus les mettre en vedette. Kitty Pryde devait être la première d’une nouvelle génération qui, à terme, aurait pris la place de l’ancienne. Mais le succès de la série a fait que Marvel voulait des déclinaisons mutantes, et donc les personnages que Claremont avaient en tête se sont regroupés dans New Mutants. Claremont avait déjà entamé le processus en amenant Karma dans Marvel Team-Up #100, par exemple.

J’adore ça.
J’aime aussi beaucoup les discussions entre Emma et Bobby, quand la première explique au second qu’il pourrait être le X-Man le plus puissant, si seulement il en prenait conscience.

Jim