1938-2018 : BON ANNIVERSAIRE SUPERMAN !


(Le Doc) #1

Cette année, Superman fête ses 80 ans. Un anniversaire que je célébrerai en chroniques tout au long de 2018, en passant en revue aussi bien les bandes dessinées de ma collection que les différentes adaptations télévisuelles et cinématographiques mettant en vedette l’Homme d’Acier.

En ce qui concerne les comics, je n’adopterai pas un ordre chronologique, je me laisserai plutôt guider par les envies de relecture (et n’hésitez pas à participer !).

Mais puisqu’il faut bien débuter quelque part, autant revenir aux origines.

INDEX (avec les numéros des posts) :

#2 : COMICS : ACTION COMICS #1-13 + NEW YORK WORLD’S FAIR #1 + SUPERMAN #1 (1938-39
#9 : COMICS : SUPERMAN ANNUAL #11 (1985)
#10 : COMICS : LES DERNIERS JOURS DE SUPERMAN (Urban Comics), posté par Oncle Hermes
#14 : COMICS : SUPERMAN FAMILY #200 (1980)
#17 : COMICS : ACTION COMICS #800 (2003)
#18 : VIDEO : Ray Middleton, le “Premier Superman”
#19 : COMICS : HULK vs SUPERMAN (1999)
#20 : CINEMA : THE FLEISCHER SUPERMAN CARTOONS (1941-1943)
#21 : PHOTOS : Campagne publicitaire du “Superman” de Richard Donner, posté par Marko
#23 : COMICS : TRANSILVANE (1999)
#24 : COMICS : SUPERMAN GEANT (Sagédition)
#25 : COMICS : THE LAST GOD OF KRYPTON (1999)
#26 : VIDEO : Macy’s Thanksgiving Day Parade (1940)
#27 : PARODIE : Bicycle Repairman (les Monty Python)
#28 : MUSIQUE : The Kinks - (Wish I could fly like) Superman
#29 : BD : Superman par Gotlib (posté par Marko)
#30 : PSA : Superman contre Nick’O Teen (I)
#31 : MUSIQUE : Donovan - Sunshine Superman
#32 : PUB : Superman Peanut Butter
#33 : CINEMA : SUPERMAN (1948)
#34 : COMICS : SUPERMAN/SAVAGE DRAGON (1999)
#35 : MUSIQUE : Superman par The Clique (1969)
#36 : COMICS : SUPERMAN/FANTASTIC FOUR (1999)
#37 : PUB : Superman Hot Cocoa Mix
#38 : PARODIE : La Vie Quotidienne des Super-Héros (Les Nuls)
#39 : MUSIQUE : What’s next to the Moon par AC/DC (1978)
#40 : COMICS : LE MEILLEUR DE SUPERMAN - SPECTACLE DE MINUIT (1986)
#41 : PUB : Jerry Seinfeld et Superman
#42 : VIDEO : Superman’s Bad Day
#43 : COMICS : SUPERMAN ADVENTURES (1996/1997)
#44 : VIDEO : Superman 75th Anniversary Animated Short
#45 : VIDEO : Superman Classic par Rob Pratt
#46 : VIDEO : Kirk Alyn joue au base-ball
#47 : CINEMA : ATOM MAN vs SUPERMAN (1950)
#48 : CINEMA : SUPERMAN ET LES NAINS DE L’ENFER (1951)
#49 : PUB : Superman & Kellogg’s
#50 : TV : LES AVENTURES DE SUPERMAN (1952-1958)
#51 : TV : LES AVENTURES DE SUPERBOY (1961)
#52 : VIDEO : Les conseils de sécurité de Superman
#53 : TV : LES AVENTURES DE SUPERPUP (1958)
#54 : COMICS : SUPERMAN : FOR ALL SEASONS (1998)
#57 : VIDEO : Superman dans Sesame Street
#58 : TV : LES NOUVELLES AVENTURES DE SUPERMAN (1966-1970)
#59 : MUSIQUE : SUPERMAN par Allison McCallum (1972)
#60 : PUB : Superman Peanut Butter Live Action Commercial
#61 : COMICS : ADVENTURES OF SUPERMAN (2014)
#64 : COMICS : SUPERMAN #141 (1960)
#65 : MUSIQUE : SUPERMAN LOVER par Johnny “Guitar” Watson (1976)
#66 : COMICS : SUPERMAN : PAIX SUR TERRE (1998)
#67 : MUSIQUE : JIMMY OLSEN’S BLUES par Spin Doctors (1991)
#68 : PUB : Kellogg’s Flying Superman Toy
#69 : COMICS : SUPERMAN/TARZAN (2001)
#70 : CINEMA : SUPERMEN DÖNUYOR / TURKISH SUPERMAN (1979)
#71 : COMICS : SUPERMAN POCHE (1981)
#73 : TV : IT’S A BIRD…IT’S A PLANE…IT’S SUPERMAN ! (1975)
#74 : MUSIQUE : SUNSET SUPERMAN par Dio (1987)
#75 : COMICS : SUPERMAN : LA CHUTE D’UN DIEU (2004)
#76 : MUSIQUE : SUPERMAN’S SONG par Crash Test Dummies (1991)
#77 : PUB : Figurines Mego 1979
#78 : COMICS : SUPERMAN CONTRE SPIDER-MAN (1976)
#79 : COMICS : SUPERMAN/GEN 13 (2000)
#87 : COMICS : SILVER SURFER/SUPERMAN (1996)
#88 : MUSIQUE : Superman par Bush (2001)
#89 : PSA : Dites non aux drogues !
#90 : Affiches de conventions de comics
#92 : MUSIQUE : Superman par Lazlo Bane (2000)
#93 : PSA : Superman contre Nick O’Teen (II)
#95 : PSA : Superman contre Nick O’Teen (III)
#100 : COMICS : SUPERMAN : KRYPTONITE (2007)
#101 : COMICS : SUPERMAN : FIN DE SIECLE (1999)
#102 : MUSIQUE : Kryptonite par 3 doors down (2000)
#103 : PUB : Man of Steel Potholes Carl’s Jr Hardee’s Commercial
#104 : COMICS : SUPERMAN : THE WORLD OF KRYPTON (1987-1988)
#105 : COMICS : SUPERMAN #166 (1964)
#106 : COMICS : Couvertures des “Histoires Imaginaires”
#109 : CINEMA : SUPERMAN (1978)
#110 : PSA : Superman Anti-Smoking PSA
#111 : VIDEO : Teaser ciné et pub TV du “Superman” de Richard Donner
#112 : COMICS : ACTION COMICS #252 (1959)
#113 : MUSIQUE : Waitin’ for a Superman par The Flaming Lips (1999)
#114 : PUB : Superman 1978 Viewmaster Viewer
#115 : WHAT THE F…? : Superman’s Girl Friend, Lois Lane #59
#116 : CINEMA : SUPERMAN II (1980)
#117 : CINEMA : SUPERMAN II : THE RICHARD DONNER CUT (1980/2006)
#118 : WHAT THE F…? : World’s Finest #201
#119 : WHAT THE F…? : Action Comics 457 (posté par Lord-of-Babylon)
#121 : CINEMA : SUPERMAN III (1983)
#122 : MUSIQUE : Superman, par Enrique (1978)
#123 : CINEMA : SUPERMAN IV (1987)
#124 : MUSIQUE : Rapper’s Delight par The Sugar Hill Gang (1979)
#125 : PUB : AT&T Superbowl XXI
#126 : VIDEO : Robot Chicken DC Comics Special
#127 : ARTICLE : Superman 80 ans par l’Archer Vert (I)
#128 : ARTICLE : Superman par Nikolavitch
#129 : ARTICLE : Superman 80 ans par l’Archer Vert (II & III)
#130 : BD : “Super-Spirou” par Philippe Briones (posté par Tori)
#134 : ARTICLE : Superman 80 ans par l’Archer Vert (IV)
#135 : ARTICLE : Superman, un octogénaire impérissable (posté par Soyouz)
#136 : COMICS : SUPERMAN #4 (SAGEDITION)
#137 : COMICS : SUPERMAN POCHE #102-103 (SAGEDITION)
#138 : COMICS : SUPERMAN UNIVERS HORS SERIE #1 (URBAN)
#139 : COMICS : SUPERMAN - THE MAN OF STEEL (1986)
#140 : WHAT THE F…? : Action Comics #243
#141 : WHAT THE F…? : Superman #125
#142 : PUB : Toyota Prius Commercial avec Matt Bomer
#143 : VIDEO : Robot Chicken - Superman CPR
#144 : WHAT THE F…? : Action Comics #289
#145 : MUSIQUE : Waiting for Superman, par Chris Daughtry (2013)
#146 : WHAT THE F…? : Superman’s Girlfriend Lois Lane #5
#147 : VIDEO : Robot Chicken - Lois Lane Crime Scene (posté par Marko)
#148 : PSA : Superman Air Force Commercial
#149 : VIDEO : Superman à Bollywood
#150 : VIDEO : Superturk !
#151 : WHAT THE F…? : World’s Finest 14
#154 : WHAT THE F…? : Action Comics #260
#156 : WHAT THE F…? : Action Comics #469
#157 : WHAT THE F…? : Action Comics #434
#158 : COMICS : SUPERMAN : BRAINIAC (2008)
#159 : COMICS : SUPERMAN : ORIGINES SECRÈTES (2009/2010)
#160 : WHAT THE F…? : Superman’s Girl Friend Lois Lane, The Witch of Metropolis
#161 : COMICS : SUPERMAN : RED SON (2003)
#162 : COMICS : ALL-STAR SUPERMAN (2006/2008)
#183 : COMICS : SUPERMAN AND SPIDER-MAN (1981)
#184 : WHAT THE F…? : Superman’s Girl Friend Lois Lane #39
#185 : MUSIQUE : Superman, par Love Spit Love (1994)
#186 : VIDEO GAME : Superman sur Atari 2600 (1979)
#187 : VIDEO GAME : Superman The Game sur Commodore 64 (1985)
#188 : COMICS : WAR OF THE SUPERMEN (2010)
#189 : COMICS : SMALLVILLE (2003)
#190 : MUSIQUE : Superman (It’s Not Easy), par Five for fighting (2001)
#191 : VIDEO GAME : Superman sur NES (1988)
#192 : COMICS : SUPERMAN - BIRTHRIGHT (2003/2004)
#193 : COMICS : SUPERMAN - POUR DEMAIN (2004/2005)
#194 : WHAT THE F…? : Superman’s Girl Friend, Lois Lane #10 (1959)
#195 : MUSIQUE : Superman, par Serge Lama (1971)
#196 : VIDEO GAME : Superman, jeu d’arcade Taito (1988)
#197 : VIDEO : 2018 A Capital 4th - Le thème de Superman joué par le National Symphony Orchestra (posté par Marko)
#200 : Quand la série animée Superman TAS rendait un très bel hommage au défunt Jack Kirby (posté par Marko)
#205 : VIDEO : Un drone grimé en Superman s’écrase sur un site nucléaire (posté par Jim Lainé)
#206 : WHAT THE F…? : Superman’s Girl Friend, Lois Lane #57 (1965)
#207 : VIDEO GAME : Superman The Man of Steel par Tynesoft (1989)
#208 : MUSIQUE : Something just like this, par Coldplay & the Chainsmokers (2017)
#209 : PUB : Superman Action Figure 1996
#210 : PSA : Superman Air Force Commercial (II)
#211 : PUB : Superman et Action Comics par Brian Michael Bendis
#212 : Superman prône la tolérance auprès de jeunes américains (une illustration de Wayne Boring postée par Marko)
#213 : ARTICLE : Superman et John Fitzgerald Kennedy (posté par Marko)
#214 : ARTICLE : Man of Steel, Woman of Kleenex par Larry Niven et Curt Swan (posté par Marko)
#215 : WHAT THE F…? : Superman Family #196, 1979
#217 : SUPERMAN BLUE, posté par Jim Lainé
#218 : PUB : Les Hostess Fruit Pies (I)
#219 : VIDEO GAME : Superman de Sunsoft pour Sega Mega Drive/Genesis (1992).
#220 : MUSIQUE : Metropolis , par Owl City (2012)
#221 : COMICS : SUPERMAN - NO LIMITS (1999)
#222 : PUB : Les Hostess Fruit Pies (II)
#223 : VIDEO GAME : The Death and Return of Superman (1994) par Blizzard et Sunsoft
#224 : COMICS : SUPERMAN - ENDGAME (1999/2000)
#226 : VIDEO GAME : Superman Game Boy/Superman Activity Center/Superman : The New Adventures (Nintendo 64)
#227 : MUSIQUE : You don’t mess around with Jim , par Jim Croce (1972)
#231 : COMICS : SUPER SOLDIER (1996/97)
#232 : COMICS : SUPERMAN 2 à 4 (Semic)
#233 : VIDEO GAME : SUPERMAN - SHADOW OF APOKOLIPS (2002)
#234 : COMICS : BLACKEST NIGHT - SUPERMAN (2009)
#235 : MUSIQUE : Metropolis Symphony, par Michael Daugherty


(Le Doc) #2

ACTION COMICS #1-13 + NEW YORK WORLD’S FAIR #1 + SUPERMAN #1 (1938-39)

https://www.comics-sanctuary.com/comics-superman-chronicles-vol-1-tpb-softcover-souple-s25232-p139903.html

superman-chronicles-comics-1-tpb-souple-56531


(Oncle Hermes) #3

Bonne idée, très bonne idée que ce topic !


(soyouz) #4

Ce qui est con, c’est que pour leur anniversaire, on ne dit jamais de mal des gens !


(Jim Lainé) #5

Mais tu es là pour rompre la tradition, non ?

Jim


(soyouz) #6

Après, le Doc, dans sa chro, il dit bien que le premier épisode n’est pas terrible. Vais attendre un peu …


(Oncle Hermes) #7

Et je suis tout à fait d’accord avec lui, soit dit en passant. (Et ce n’est pas qu’une question d’époque…)


(Le Doc) #8

Le Superman des débuts n’est pas mon préféré. Bon, je suis loin d’avoir tout lu, hein (surtout les épisodes des années 30 et une sélection d’histoires des années 40), mais je préfère quand l’univers du kryptonien a commencé à être enrichi à partir du milieu des années 50 (la Forteresse de la Solitude, La Légion des Super-Héros, Supergirl, Krypto…). C’est loin d’être parfait (les histoires sont un poil répétitives et Lois Lane est une peste insupportable), mais c’est bourré de concepts délirants et j’aime beaucoup les planches de dessinateurs comme Curt Swan et Wayne Boring…


(Le Doc) #9

SUPERMAN ANNUAL #11 (1985)

https://www.comics-sanctuary.com/comics-collection-super-heros-vol-10-tpb-hardcover-cartonnee-s40576-p95567.html

collection-super-heros-comics-volume-10-tpb-hardcover-cartonnee-95567


(Oncle Hermes) #10

Mais c’est qu’on ne l’arrête plus le Doc ! S’il nous tient ce rythme-là sur toute l’année ça va être spectaculaire ! :smiley:

Pour la peine, je vais me permettre une réaction un peu fouillée (hum !) sur ce titre et sur les deux autres incursions de Moore dans la geste de l’Homme de Demain, même si je ne doute pas que tu aies prévu d’en parler aussi (ou au moins de la troisième). Il y a deux ans, la relecture, directement à la suite les uns des autres, et dans leur ordre chronologique d’origine, de ces trois histoires dans le volume Urban Les Derniers Jours de Superman m’a, pour le moins, fait une drôle d’impression – que je n’avais pas eu spontanément à l’époque de mes premières lectures (espacées et dans le désordre) de ces récits-cultes, et que je vais essayer de développer ici.

SUPERMAN PAR ALAN MOORE, UN “HOMMAGE” PARADOXAL

Si aujourd’hui les noms “Alan Moore” et “DC Comics” ont toutes les chances, s’ils se retrouvent ensemble, de le faire dans le cadre d’une formulation évoquant avant tout un mépris mutuel assez féroce, il n’en reste pas moins que l’association fut, pendant une poignée d’années (entre deux claquements de portes, d’un côté et de l’autre de l’Atlantique, avec cris obligés au Génie Outragé), la matrice de quelques très grandes œuvres, de la Saga de Swamp Thing à la reprise et l’achèvement de V pour Vendetta en passant, bien sûr, par Watchmen. Ce fut aussi l’occasion pour le natif de Northampton (pas encore sorcier mais déjà fort barbu et chevelu) de signer quelques récits courts sur des personnages plus ou moins emblématiques de l’écurie DC, certains relativement obscurs comme le Vigilante ou les Omega Men, d’autres plus proéminents comme les membres du Corps des Green Lanterns, Green Arrow et Black Canary, et bien entendu les deux plus grandes “stars” du catalogue : Batman et Superman.

Ce dernier fait l’objet de trois récits, publiés sur une période d’un an environ : “For the Man Who Has Everything” (Superman Annual #11, juin 1985, dessiné par Dave Gibbons, et dont le Doc nous parlait plus haut), “The Jungle Line” (DC Comics Presents #85, septembre 1985, dessiné par Rick Veitch) et “Whatever Happened To The Man Of Tomorrow?” (Superman #423 / Action Comics #583, septembre 1986, dessiné par Curt Swan) – respectivement traduits sous les titres “Pour celui qui a déjà tout”, “Aux frontières de la jungle” et “Les derniers jours de Superman” dans le volume publié par Urban début 2016. Le premier et le troisième, au moins, de ces titres continuent encore à être régulièrement cités dans nombre de classements des meilleures histoires consacrées au personnage, avec une importance tout spéciale généralement accordée à “Whatever Happened…” du fait de son statut d’histoire conçue comme un adieu au Superman pré-Crisis On Infinite Earths et Man of Steel (version Byrne).

Sans aucunement vouloir nier la qualité de ces récits, qui constituent indubitablement une lecture incontournable pour les fans de l’Homme de Demain, d’Alan Moore, et de comics en général, je vais toutefois me permettre ici d’essayer de tempérer la vision un peu trop “heureuse” que tous les commentateurs que j’ai croisés jusqu’ici y accolent, en les présentant immanquablement comme un chaleureux hommage à l’imaginaire débridé de l’Âge d’Argent…


~ Alan Moore en 1985, devant un Jack Kirby à l’air un peu interloqué. ~

Remettons d’abord les choses en contexte. Les deux premiers récits sortent en parallèle des numéros de Crisis… (avril 1985 à mars 86) et le troisième, alors même que s’achève la mini-série Man of Steel (juillet-septembre 86) inaugurale du run de John Byrne sur les titres Superman et Action Comics. C’est la fin d’une ère (l’Âge de Bronze, fin également marquée par les publications de Watchmen et de The Dark Knight Returns) et le début d’une autre (l’Âge Moderne). De tous les personnages de super-héros affectés par le grand changement de ton qui s’instaure, cette “cassure” que représente l’entrée dans la “modernité” (pour le dire très très vite et de façon très tarte à la crème) est particulièrement nette pour le personnage de Superman.

En effet, celui-ci avait été relativement tenu à l’écart, avant cela, des transformations de l’Âge de Bronze pour rester, par bien des points, dans la continuité de ce qu’il avait été durant l’Âge d’Argent – soit la période allant, à peu près, du milieu des années 50 au début des années 70. Les tentatives, à ce moment-là, de bouleverser le statu quo du personnage, principalement sous l’impulsion de l’éditeur Julius Schwartz, avaient fait long feu, et DC avait rapidement fait marche arrière, privant le personnage d’une évolution aussi nette que celle qu’avait connu, typiquement, un Batman, avant le début des années 80. Crisis on Infinite Earths et Man of Steel font donc office de révolution violente, et, cette fois, réussie : la “super-famille” est impitoyablement élaguée, les supers-pouvoirs se voient diminués (de même que l’attachement à la civilisation kryptonienne disparue), concepts et personnages “survivants” sont retravaillés dans une approche se voulant plus “réaliste”…

For the Man Who Has Everything” nous offre donc, par l’intermédiaire des visions octroyées à Superman par la “Miséricorde Noire”, un dernier voyage dans la civilisation kryptonienne telle qu’elle était dépeinte dans sa version “classique”, avant son relooking extrême (dans le fond plus encore que dans la forme, d’ailleurs) par Byrne, tandis que “Whatever Happened to the Man of Tomorrow” est un véritable passage en revue, pour un baroud d’honneur, de tout un casting de personnages dont la disparition (au moins pour un temps…) ou la transformation radicale avaient été actées alors dans les titres “principaux” de l’éditeur. Les dessins de ce dernier titre sont confiés à Curt Swan (1920-1996), LE dessinateur emblématique de Superman et de son entourage depuis les années 50, qui se voit ainsi offrir son dernier travail d’envergure pour DC. On notera au passage que Swan se voit pour l’occasion encré (pour le premier des deux numéros concernés) par George Pérez, le dessinateur des New Teen Titans, de Crisis on Infinite Earths (et, à partir de l’année suivante, de Wonder Woman), soit une assez intéressante alliance de la Tradition avec un grand T et d’une des forces vives de la rénovation en cours.

Tout ceci contribue évidemment à l’aura de ces récits comme un hommage, vibrant, forcément vibrant, à un imaginaire en train de disparaître – aura par ailleurs renforcée, on peut le suspecter, par les positions prises plus tard par Moore, professant (…au moins pour un temps, bis) une certaine nostalgie de la fantaisie débridée des comics des Âges d’Or et d’Argent, en réaction à la vogue de l’approche grim and gritty (“sinistre et glauque”), pseudo-réaliste – due en bonne part à des tentatives d’émuler Watchmen. Qui plus est, en 1996-97, Alan Moore signera chez Image un run marquant sur Supreme, quasi-clone de Superman pondu par Rob Liefield, dont il fera le véhicule d’une réflexion sur l’évolution du genre, et la validité des différentes visions d’un même personnage au cours du temps, en dépit du défilement des modes. Une vision qu’il est bien sûr tentant d’appliquer rétrospectivement à son travail sur l’authentique Superman.

Seulement, il me semble qu’il faut se méfier des effets rétrospectifs justement, et ne pas tout lisser indument sous un même éclairage. Le Moore de 96-97 n’est pas celui d’une décennie plus tôt, celui pour qui la modernisation des comics de super-héros passait par une approche fortement (et violemment) critique, bref celui de Marvelman/Miracleman (1982-89), de Watchmen (1986-87) ou encore de The Killing Joke (1988). Certes, je ne dis pas que le triptyque “supermanien” est en tout point comparable à ces titres, n’exagérons pas, mais c’est dans ce contexte qu’ils sont écrits, et il n’est pas dit non plus qu’ils en soient l’antithèse… À la lecture enchaînée des trois récits, le parcours dessiné a tout de même des allures de marche au supplice.

For the Man Who Has Everything” ouvre cette progression avec un Superman confronté à un traumatisme psychologique majeur, auquel, une fois libéré de l’emprise hypnotique de la Miséricorde Noire, il réagit avec une violence et une rage rarement vues jusque-là chez le personnage. Qui plus est, la vision proposée de Krypton, si elle est, sur la forme, tournée vers les représentations de l’Âge d’Argent, s’avère beaucoup moins “aimable” sur le fond, notamment lors de la scène de la manifestation de fanatiques religieux menés par Jor-El et violemment réprimés par de non moins inquiétantes forces de sécurité.

The Jungle Line” enchaîne avec un Clark Kent roulant hagard au volant d’un pick-up, fiévreux, mal rasé, dont on nous annonce dès la première page qu’il “va au sud pour y mourir”. Contaminé par un champignon kryptonien, soumis à d’inquiétantes fluctuations de ses pouvoirs, et bientôt sévèrement délirant, Superman agonise page après page : il ne devra son salut qu’au fait de croiser (sans en avoir conscience ni en garder le souvenir) la route de Swamp Thing / la Créature des marais, soit le héros de la première grande œuvre de Moore chez DC et incidemment un représentant majeur de ce nouveau courant qui revivifie le monde des comics, mais auquel l’Homme de Demain était resté fondamentalement étranger. Le style graphique de Rick Veitch, l’un des dessinateurs emblématiques des épisodes de Swamp Thing de Moore, tranche avec ceux de Gibbons et de Swan dans les deux autres titres.

Enfin, “Whatever Happened to the Man of Tomorrow?” se situe dix ans après la mort de Superman, alors qu’un journaliste vient interviewer Lois sur les derniers jours du héros. Quasiment dès les premières lignes de dialogue, Lois nous avertit que le récit qui va suivre sera celui d’un “carnage”… et l’expression n’est pas trop forte. Les morts ne tardent pas à s’enchaîner dans les rangs des amis et alliés de Superman comme dans ceux de ses opposants, avant de conduire à la disparition de Superman lui-même. L’impression est moins celle d’un tour d’honneur pour saluer la foule que d’un remake d’On achève bien les chevaux. En cours de route, l’Homme d’Acier perd son identité secrète, doit se replier avec ses proches dans une Forteresse de Solitude assiégée, reçoit la visite (voyage dans le temps aidant) de la Légion et d’une Supergirl plus jeune, à qui il ne peut révéler que dans son futur à elle / son passé récent à lui, elle est destinée à mourir lors de la Crise des Terres Infinies. Quand il ne sanglote pas tout seul dans sa salle des trophées, il se confie à Perry White sur son indécision amoureuse entre Lois et Lana avec des phrases comme : “J’ai GÂCHÉ LEURS VIES à toutes les deux. L’une ou l’autre aurait pu trouver l’amour AILLEURS si je n’avais pas été si INDÉCIS et CACHOTIER. J’aurais dû tout leur dire, au lieu d’être une telle LAVETTE…”*

Enfin, il convient de s’arrêter sur l’épilogue du récit. Ce final est, à ma connaissance, toujours décrit comme une happy end offerte à cette version du personnage. C’est ainsi, notablement, qu’il est qualifié en 86 par E. Nelson Bridwell à la fin du texte qui accompagnait les numéros originaux de Superman et Action Comics et reproduit par Urban en postface des Derniers Jours de Superman. Et, je dois le dire, c’est bien ainsi que je l’avais lu spontanément, à l’époque de mes premières lectures. Pourtant, à y réfléchir un peu, cette fin n’est rien moins que problématique. Comparons-là brièvement à deux autres itérations, aussi “hors continuité” que celle-ci, de la fin du personnage.

The Death of Superman!” (“La mort de Superman”), telle que contée en 1961 par Jerry Siegel, le co-créateur du personnage, et, déjà, Curt Swan au dessin (Superman #149, traduit et disponible chez Urban dans le volume Superman Anthologie), est une “histoire imaginaire” comme les affectionnait l’Âge d’Argent – une tradition dans laquelle “Whatever Happened…” s’inscrit, ou fait au moins mine de s’inscrire, en ouverture (“Ceci est une HISTOIRE IMAGINAIRE… mais ne le sont-elles pas toutes ?”*). Dans cette version, il est à noter que la mort de Superman est due à la confiance qu’il accepte d’accorder à Lex Luthor lorsque celui-ci parvient à lui faire croire qu’il s’est amendé, avant, inévitablement, de le trahir. Même si cela le mène ultimement à sa perte, on retrouve ici l’un des traits qui en sont venus à définir le personnage, sa volonté de toujours chercher à voir le meilleur en chacun. La mort de Superman est ensuite vengée par Supergirl, qui veille à ce que Luthor soit traduit en justice, avant de reprendre à son tour la croisade de son cousin.

Quant à la mini-série All-Star Superman (2005-2008) signée de la némésis officielle de Moore, Grant Morrison, et de Frank Quitely, elle fait le choix de montrer un Superman occupant ses derniers jours à des “travaux” de mythiques proportions, avant de se transformer presque littéralement en une figure de dieu solaire (ce que le personnage était déjà symboliquement, selon Morrison), le tout non s’en s’être assuré auparavant qu’il y aurait bien, après sa disparition, une relève pour veiller sur la Terre. Du reste, quelques éléments et clins d’œil glissés à destination des lecteurs de longue date les plus attentifs tissent entre ce récit et le run de Morrison sur la Justice League dans les années 90, et plus spécifiquement l’event DC One Million, des liens qui demanderaient à être détaillées dans un post au moins moitié aussi long que celui-ci, mais qui, pour la faire courte, nous assurent d’un avenir lointain mais aussi glorieux qu’heureux pour le personnage lorsque celui-ci aura mené à bien sa dernière tâche.

Dire que “Whatever Happened to the Man of Tomorrow?” se situe aussi loin de l’une que de l’autre alternative relève du doux euphémisme. Certes Alan Moore ne tue pas littéralement Superman… mais aurait-il voulu tuer tout ce qu’il représentait qu’il ne s’y serait probablement pas pris autrement. Dans les dernières pages du récit, il lui fait ainsi, successivement : enfreindre sa règle n°1 (ne pas tuer), renoncer, en conséquence, à son rôle, et renoncer à son idéal, en lui faisant refaire sa vie avec l’idée que finalement le monde se passe très bien de Superman : “Oh, lui, il était super-SURFAIT ! Et avec un de ces MELONS… Il croyait que le monde ne pourrait pas TOURNER ROND sans lui.”*

Étrange hommage, vraiment, au Superman de l’Âge d’Argent, que le parcours dessiné par ces trois titres d’Alan Moore, qui non seulement accumule les épreuves de plus en plus pénibles pour le personnage jusqu’à sa fin, mais s’ouvre par l’oblitération d’une Krypton trop “irréelle”, se poursuit par une rencontre “ratée” avec une figure de la modernité, et s’achève, après un massacre méthodique, par l’anéantissement souriant de son legs symbolique et la proclamation de son inutilité.


  • *Toutes les citations empruntent à la traduction de Jérôme Wicky, édition Urban, 2016.

(Le Doc) #11

Elle est très forte, cette scène. Comme tu le soulignes, on avait pas souvent l’habitude de voir Superman laisser libre cours à sa colère à l’époque. Son regard lorsqu’il sort de sa transe (case reprise par Comics USA en couverture de l’album), ses yeux rouges lorsqu’il dit “Burn”…ça fait toujours son effet. Un effet renforcé par la traduction de l’époque car “burn” (brûle !) a été traduit par “meurs” (je ne sais pas quel est le terme employé dans la traduction Urban). Quand tu lis ça gamin, tu te dis que même Superman peut péter les plombs et ça impressionne…et puis, la vision de la statue de ses parents soutenant Krypton le fait sortir de sa torpeur et il redevient le Supes qu’on connaît. Très beau travail de la part de Dave Gibbons…
Par l’intermédiaire de la Miséricorde Noire, Mongul a offert l’impossible à l’homme qui a tout…une impossibilité qui s’est heurtée à l’illusion offerte par la plante extraterrestre pour dévoyer ce monde parfait…


(Le Doc) #12

:wink:
Je compte bien être régulier en tout cas. Même les semaines où j’aurais moins de temps, je tâcherai de poster au moins une chronique, un petit article ou une vidéo.
Pour les adaptations, je vais suivre un ordre chronologique par contre…j’ai commencé à revoir les dessins animés des Fleischer des années 40…


(Oncle Hermes) #13

La traduction de Wicky est littérale, “Brûle.”

(Sinon, joli commentaire de la scène, je dois dire. :slight_smile: )

Miam.


(Le Doc) #14

SUPERMAN FAMILY #200 (1980)

https://www.comics-sanctuary.com/comics-superman-batman-vol-8-kiosque-1967-1968-s23541-p107147.html

superman-batman-comics-volume-8-kiosque-107147


(Le Doc) #15

Très intéressante analyse ! On en reparle quand j’aurais relu les deux autres histoires…


(Photonik) #16

J’aurais dit pour ma part qu’il a l’air admiratif, un peu. Comme quoi…

Super idée que tous ces posts, les gars !! Je vais me dépiauter ça tranquillou.


(Le Doc) #17

ACTION COMICS #800 (2003)

https://www.comics-sanctuary.com/comics-superman-vol-1-kiosque-2003-2005-s23858-p92250.html

superman-comics-volume-1-simple-2003-24275


(Le Doc) #18

Avant Kirk Alyn dans le serial de 1948, le premier acteur à avoir porté le costume de Superman pour un événement public officiel (et pas pour une fête costumée) fut l’acteur Ray Middleton, à l’occasion du défilé du “Superman Day” de l’Exposition Universelle qui s’est tenue à New-York entre 1939 et 1940.

Des images de cette journée circulent sur YouTube depuis plusieurs années. Sur cette vidéo, on peut voir aussi Harry Donnenfeld, l’un des big boss de DC, faire le zouave sur un éléphant , ainsi que Jerry Siegel, le co-créateur de l’Homme d’Acier (à 2:25…c’est le jeune homme avec les lunettes).


(Le Doc) #19

HULK vs SUPERMAN (1999)

https://www.comics-sanctuary.com/comics-marvel-crossover-vol-13-simple-s23324-p88116.html

marvel-crossover-comics-volume-13-simple-28510


(Le Doc) #20

THE FLEISCHER SUPERMAN CARTOONS (1941-1943)

V1