1939-2019 : BON ANNIVERSAIRE BATMAN !


(Oncle Hermes) #81

C’est qu’il me persuaderait de rejeter un coup d’œil à ce DKIII, ton texte, Benny… Et pourtant j’ai pas bien été emballé à l’époque, c’est le moins de le dire, par les quelques numéros que j’en ai lu avant de lâcher l’affaire.

Alors même que — ou peut-être justement parce que — contrairement au Doc, j’aime beaucoup “Strikes Again”… peut-être même plus, oserais-je le dire, que “Returns”. — D’ailleurs vu ce qu’en dit le Doc justement je me dis qu’il faudra peut-être que je me fende ici d’une défense et illustration de ce deuxième volet, car faudra pas compter sur lui ! Mais ceci est une autre histoire.

Pour en revenir à DKIII donc, l’impression que ce que j’ai lu du titre m’a laissé, était plutôt de l’ordre de la régression, sur le fond et la forme ; quelque chose évoluant entre le pastiche aseptisé et le remake inoffensif :confused: …et dont je soupçonne Azzarello d’être beaucoup plus responsable que Miller lui-même.

La seule (courte) scène à m’avoir vraiment marqué, c’était celle où on voit Bruce Wayne qui ressasse son envie de revenir sur le terrain faire le coup de poing lui-même, mais il sait que son corps ne suit plus. Difficile de ne pas y voir un parallèle, assez touchant, avec la situation médicale de Miller lui-même à ce moment-là.

Mais à lire ton texte, je me dis que peut-être DKIII est porteur d’un vrai message d’assagissement, plutôt que simplement victime d’un effet d’épuisement. Allez, je reglisserai ça quelque part dans la pile à lire, on ne sait jamais…


(FC powaaaa) #82

Faudrait que je m’achète le dernier tome, du coup !


(Lord-of-babylon) #83

Un des trucs que j’adore dans cette histoire c’est l’entrainement entre Steve Rogers et Bruce Wayne où chacun comprend par le combat qui est vraiment l’autre


(Ben Wawe) #84

Je suis flatté. :slight_smile:
*

J’aime bien DKSA, mais… c’est tellement décalé et surprenant que j’ai du mal à l’envisager comme une suite de DKR. Ou l’avant DKIII.
Au-delà de toutes leurs qualités, DKR / DKSA / DKIII sont tellement différents les uns des autres que, même si elles demeurent liées, ces histoires sont plus connexes, parallèles, que des suites. Car tant le fond et la forme changent, à chaque fois.
Maintenant, j’aime bien DKSA, oui. Car, comme je l’ai dit dans l’article, c’est une provoc’ punk, un doit fait à DC et aux fans voulant une suite (comme le Y’All Want A Single de KoRn). Ca a l’air d’un truc bête et méchant, mais c’est plus profond bien que plus choquant et révolutionnaire.

Oui, le message est surtout compréhensible sur la fin. La lecture en un bloc permet de bien comprendre tout ça, mais ça ne m’avait pas marqué quand j’avais lu ça à la sortie.
L’histoire “surprend”, car elle n’a plus la “rage” de DKR ou de DKSA, ni même le principe de l’homme seul qui veut sauver le monde, au-delà des lois et des autres ; on est dans l’inverse complet, en fait, et ça surprend, surtout dans une saga finalement assez classique. Mais c’est ce classicisme, et ce qu’on peut comprendre d’un Miller jouant soudain “collectif” (tant pour son héros, qui demande de l’aide/collabore vraiment, que l’auteur, qui travaille ici avec Azzarello et Kubert), qui sont des sujets de réflexion intéressants.

Je n’ai pas voulu l’écrire dans l’article, car je crois que ça n’a jamais été officiel et je n’aime pas parler d’éléments aussi intimes, mais il me paraît clair que ce Bruce vieux, brisé, incapable de se battre vraiment, et qui semble s’écrouler… mais qui s’en remet et ressuscite via le Puits de Lazare pour devenir un “nouveau” Batman, plus sage, plus patient, plus collectif et moins général - ben, tout ça a du sens avec ce qu’on peut deviner de la situation médicale de Miller ces dernières années.


(FC powaaaa) #85

Je l’ai également ressenti comme ça. Un truc volontairement extrême !


(Le Doc) #86

P’têt bien. Mais même avec cette grille de lecture (et ce n’est pas la première fois que je lis ce genre de chose sur DKSA depuis sa sortie), je n’ai pas du tout adhéré…et graphiquement, ce n’est pas le Miller que je préfère…

Alors même que — ou peut-être justement parce que — contrairement au Doc, j’aime beaucoup “ Strikes Again ”… peut-être même plus, oserais-je le dire, que “ Returns ”. — D’ailleurs vu ce qu’en dit le Doc justement je me dis qu’il faudra peut-être que je me fende ici d’une défense et illustration de ce deuxième volet, car faudra pas compter sur lui ! Mais ceci est une autre histoire.

Mais n’hésite pas. L’année est à peine commencée, tu as le temps…:wink:
Perso, je commence “tranquille” avec les kiosques…mes quelques Sagédition, les hors série Semic…je pense que je passerai aux albums (dont les incontournables comme DKR et Year One bien sûr) vers mars/avril…


(Le Doc) #87

Ouais, j’aime. C’est bien fichu et ça se règle en 2 pages en scellant l’amitié par une poignée de mains virile. Et c’est souriant…Le Batman de cette histoire a aussi un petit côté “Batman des sixties” tant il sourit beaucoup…^^


(FC powaaaa) #88

Moi non plus, mais j’arrive à accepter le choix graphique


(Oncle Hermes) #89

Je suis d’accord avec ça, ce n’est donc pas un reproche de “manque de continuité” dans l’histoire qui me motive. Mais par exemple, TDKR parlait de la télé des années 80 et TDKSA des blogs autour de l’an 2000, — avec, pourrait-on arguer, un certain “nez” sur ce qu’allait bientôt être le phénomène des chaînes Youtube. Du coup voir Miller gentiment en revenir à se moquer d’un talk-show au milieu des années 2010, ça me fait l’effet d’un retour en arrière plutôt que d’une progression ; pas en termes d’avancée ou non d’une intrigue, mais en termes de pertinence du propos.

La question du “collectif” n’était quand même pas absente des volets précédents, avec le final de TDKR et plus largement encore dans la suite.

Je ne me souvenais pas qu’il n’y avait pas eu de communication “officielle”, mais ce n’était pas vraiment un mystère non plus… et on est d’accord que le parallèle est plus que tentant.


(Le Doc) #90

Holy Vocabulary, Batman ! You got it !

Batman apprend aux jeunes spectateurs de Sesame Street la signification de “around”, “up” et “through” dans cette autre pastille diffusée dans les années 70.


(Ben Wawe) #91

Moi, je trouve ça carrément moche. :slight_smile:
Ca ne m’a pas empêché d’aimer, l’acceptant dans cette veine “punk”. Mais Miller livre des choses meilleures sur DKIII, même s’il se perd parfois (de fatigue, sûrement).

Oui, c’était cool. L’épilogue aussi.
Je rebondis sur ce que je disais avant, mais… Generations, c’est bien ?

Pas faux. Mais, en même temps, les blogs sont morts dans les 2010s, et le “coeur” de la communication de masse maintenant ce sont les réseaux sociaux et les échanges en direct… comme les SMS, que Miller utilise aussi dans DKIII. :wink: On y voit la faiblesse du langage et de la pensée de la masse.

Pas entièrement d’accord : DKR voit à mon sens un Batman en représentant du héros seul, solitaire et individualiste qui parvient à vaincre ; DKSA montre un Batman qui manipule la JL pour arriver à ses fins. DKIII le montre au contraire qui collabore avec autrui, notamment Superman qui n’est plus moqué, affronté ou manipulé, mais sur qui Batman fonde tout son plan. Avec confiance et respect.


(Le Doc) #92

Je ne sais pas, je ne les ai pas encore lus…:wink:


(Le Doc) #93

MUSIQUE !

Voici une curiosité en provenance des swinging sixties. Miranda, chanté par Batman (Adam West) lui-même, avec quelques interventions de Robin (Burt Ward).

Et ça mérite bien l’intégralité des paroles :

Will tonight be the night that Bruce reveals himself to…the magnificent Miranda?

[Verse 1: Adam West as “Bruce” (Backup singers)]
(Knock knock)
I never met a girl like you before, Miranda (Miranda)
And I’d do anything for you if you’d just ask (Miranda)
Ask me to do anything for you, Miranda (Knock knock)
But please don’t ask me to remove my mask!

It’s against the code of heroes!
But you know how much I love you, darling
So…come into my cave?

KNOCK KNOCK KNOCK KNOCK KNOCK

Boy Genius, what are you doing here?

[Burt Ward as “Boy Genius”]
Bruce, come right away;
There’s a job to be done!
A giant octopus has run amok in Washington!

[Adam West as “Bruce”]
Hmmm…
Boy Genius, this is one time you’ll have to go out alone

[Verse 2: Adam West as “Bruce” (Backup singers)]
(Knock knock)
Would you like to see me make my muscles dance, Miranda? (Miranda)
For someone powerful as me, it’s no big task (Miranda)
Ask me to do anything for you, Miranda (Knock knock)
But please don’t ask me to remove my mask!

It’s attached to my special super thermo-beam nuclear long underwear
But don’t think I’ve forgotten my promise;
Tonight, I’m going to kiss you-
KNOCK KNOCK KNOCK KNOCK KNOCK
Oh…

[Burt Ward as “Boy Genius”]
Bruce, something terrible has happened!
Mr. AC/DC the Electric Brain has threatened to turn off the electric current all over the-
sound cuts off briefly, then cuts back on
See what I mean?

[Adam West as “Bruce”]
Holy Sherlock Holmes, Boy Genius, you’re becoming a real stick in the mud!
You better…zoom-zoom right out of here

[Verse 3: Adam West as “Bruce” (Backup singers) {Miranda}]
(Knock knock)
Oh, I can see the hurt look on your face, Miranda (Miranda)
So I’m going to do the little thing you ask (Miranda)
Come take a peek, a teeny-weeny peek, Miranda (Knock knock)
Get ready now while I remove my mask!

There, darling
What do you think?
{Oh, please, put it back.}
DRAT!

[Outro: Adam West as “Bruce” (Backup singers)]
I never met a girl like you before, Miranda (Miranda)
And I’d do anything for you if you’d just ask (Miranda)
Ask me to do anything…
fade out to end


(Le Doc) #94

whathisis

  • Maître Bruce ?
  • Hum ?
  • Ca vous fait penser à quoi ?
  • T’es con, Alfred…

(Oncle Hermes) #95

Un article du Monde sur le personnage en marge de la célébration de l’anniversaire au festival d’Angoulême. Malheureusement l’accès à l’intégralité de l’article est réservé aux abonnés.


(Le Doc) #96

DC Nation Shorts : Batman of Shangaï !


(Le Doc) #97

WHAT THE F…!?!

7Xy6iGX


(Le Doc) #98

WHAT THE F…!?!

Le poing dans la tronche…et la tête dans le cul ! Une équipe gagnante ! ^^

84936190


(Le Doc) #99

VIDEO GAME :

Après les différentes versions du jeu inspiré par le film de 1989, il y a eu en 1991 le jeu Batman : Return of the Joker, développé par Sunsoft pour Game Boy, Sega Genesis et Nes.

Batman_Return_of_the_Joker_NES


(Le Doc) #100

Encore une curiosité enregistrée par Adam West, cette fois-ci en 1976 : Batman et Robin contre le Tickler (que l’on pourrait traduire par le Chatouilleur…ou le Fouet à Plumes) !