1940-2020 : BON ANNIVERSAIRE CAPTAIN AMERICA !

image

image

la mienne est plus haut…

Quelques planches et commissions trouvées sur le groupe planche de comics sur Facebook. Certains ont des pièces magnifiques.

La pacheco est superbe.

MARVEL UNIVERSE 1-3 :

Busiek à propos du positionnement politique de Cap :

Sans titre

1 J'aime

Magnifique.

Jim

Les versions alternatives de Captain America (suite) :

Le Cap de Earth-X par Alex Ross

Musique !

I don’t want to be a superhero
Never really cared about society
I don’t want to be a superhero
I don’t care so don’t call me

They came from the sea
And they came from the sky
Captain America is going to die
Babies of bastards
Breeding for fun
The fate of Earth is doomed
Get your gun
I’m done

I don’t want be a superhero - Roadrunner United

Les versions alternatives de Captain America (suite) :

Dans la mini-série Bullet Points de J. Michael Straczynski et Tommy Lee Edwards, le Dr Erskine est mort avant d’avoir pu administrer le sérum du super-soldat à Steve Rogers. Le jeune homme a alors participé au « plan de secours » du gouvernement et est ainsi devenu le Iron Man de cette autre réalité.

Steven_Rogers_(Earth-70105)_from_Bullet_Points_Vol_1_1_0001

Est-ce qu’il s’est auto-foutu des bourre-pifs ?

Les visages et costumes de Cap à l’écran :

Dick Purcell dans le serial de 1944 (post #156)

Dicka

unnamed

Aytekin Akkaya dans le nanar turc Dev Adam (1973 - post #72)

280full

3devadam_07

Reb Brown dans les téléfilms de 1979

reb_brown

Captain America

3115590363_1_5_YosNA9ET

Captain America II : Death too soon (post #238)

3117339557_1_15_jTJM3sw2

Matt Salinger dans le film de 1990 (post #66)

matt-salinger-ca4a2bac-bc81-48be-9315-6010142f1b9-resize-750

Et Chris Evans !

MV5BMTU2NTg1OTQzMF5BMl5BanBnXkFtZTcwNjIyMjkyMg@@.V1_UY317_CR6,0,214,317_AL

Captain America : First Avenger (2011)

10evans_span-articleLarge

Avengers (2012)

Thor : The Dark World (2013) (petite apparition quand Loki se transforme en Cap)

Captain America : The Winter Soldier (2014)

41x5TxR-h L.AC

Avengers : Age of Ultron (2015)

94716-1532336916

Captain America : Civil War (2016)

02dc5d2e0c77a4df67a34aacaa4b618a

Spider-Man : Homecoming (2017)

207904d43ec4f7695c743d14cada4fa3

Avengers : Infinity War (2018)

Avengers : Endgame (2019)

293032-1579713132

On le voit aussi en post-générique d’Ant-Man, non ?

Oui, de Captain Marvel, aussi.

Tori.

Yep…mais je ne les ai pas comptées parce que ce sont deux scènes tournées par les Russo pour Captain America : Civil War et Avengers : Infinity War et qui ont finalement été utilisées en scènes post-générique de ces deux films…

Après Cap en live action, place aux dessins animés !

The Marvel Super Heroes en 1966 (post #224), voix par Sandy Becker

MV5BNDgxMzJhMzMtMjhkNS00ODJiLTkzYTUtMGVhOGJhYWJlNTUxXkEyXkFqcGdeQXVyNjgzNDU2ODI@.V1

Spider-Man (1981), épisode « The Capture of Captain America », voix par George DiCenzo

hqdefault

Spider-Man and his Amazing Friends (1981), épisodes « 7 little super-heroes » et "Pawn of the Kingpin, voix par George DiCenzo (post #639)

Captain_America_SMAF

X-Men (1992), épisode « Old Soldiers », voix par Lawrence Bayne (post #511)

x-2

Spider-Man (1994), six épisodes, voix par David Hayter

CapSpidey

The Avengers United they stand (1999), épisode « Command Decision », voix par Dan Chameroy

MV5BMTQzOTc0OTY2M15BMl5BanBnXkFtZTgwMTY4NTM2MjE@.V1

X-Men Evolution (2000), épisode « Operation Rebirth », voix par David Hayter

MV5BMTY5NDM4NTM0N15BMl5BanBnXkFtZTgwNTA3NjM2MjE@.V1

The Super Hero Squad Show (2009-2001), voix par Tom Kenny

Black Panther (2010), le motion comic, voix par Adrian Pasdar

Marvel_Knights_Animation_-Black_Panther-_Episode_1

The Avengers - Earth Mightiest Heroes (2010-2013), voix par Brian Bloom

Captain_America_Synthezoid_AEMH_01

Marvel Disk Wars (2014-2015), voix par Kazuhiro Nakaya

CaptainAmerica-DWA

Marvel Future Avengers (2017-2018), voix par Kazuhiro Nakaya

Avengers Assemble (2013-2019), voix par Roger Craig Smith

À la même période, Cap a également fait des apparitions dans les séries Ultimate Spider-Man, Hulk and the Agents of S.M.A.S.H., Guardians of the Galaxy, Spider-Man, Marvel Rising et trois Lego Marvel, toujours interprété par Roger Craig Smith.

Ultimate Avengers I & II (2006), films en direct to DVD, voix par Justin Gross

téléchargement

Iron Man & Captain America : Heroes United (2014), film en direct to DVD, voix par Roger Craig Smith.

iroanmancaptainamericascreenshot1

Définitivement la meilleure version.

Je me suis refais les Captain America de Remender et Spencer.
J avais un souvenir un peu fun de la periode Wilson de Remender mais c est un peu plus que cela.
En tout cas deux belles constructions.

Remender s’amuse à rendre à Rogers une blessure profonde.
D’abord, il le renvoie dans un monde qu’il ne connait pas « Le Dimension Z » et lui fait passer 11 ans là-bas puis lui fait perdre « sa famille », Sharon et Ian (Fils de Arnim Zola qu’il a élevé). Certes Romita est pas au top (et même certains épisodes sont ce qu’il a fait de moins bien), mais la saga est solide. cap revient avec Jet Black (fille de Zola) qui devra, elle aussi, s’adapter à un nouveau monde.
On voit en flashback des épisodes de l’enfance de Steve quand son père était alcoolique et sa mère qui l’a façonnée.

Le fond étant la paternité… puisque Rogers et Arnim Zola fuient le modèle de leurs pères respectifs et se battent pour la paternité (inée ou acquis) de Ian. Jet et Ian, eux, cherchant à devenir eux même…

On part ensuite dans une intrigue qui ramène Nuke et dévoile l’arme moins Dr Cérébulles (ou Mindbubble), le supersoldat psychédélique au sérume coupé au LSD) et le Clou Rouge. Ils remettent en cause le SHIELD et utilisent Nuke pour le dicréditer et discréditer un mode de vie individualiste et occidental. Rogers est à la traîne, désorienté par la saga précédente. Falcon est réintroduit et développé à petit pas…
A la fin, Rogers perd son sérum et vieillit. C’est là que Zola revient… Ian aussi (on savait qu’il avait survécu) avec Sharon qui l’a élevée (et a vieilli dans la dimension Z).
Sam devient le nouveau Cap.
Là, on a des ennemis qui ont un objectif que l’on peut comprendre mais le moyen est meurtrier. L’Arme moins est un concept intéressant qui vise à lutter contre le développement de l’arme plus et de trouver un moyen « humain » de tuer. Il emprisonne ses victimes dans un « rêve » qui leur apporte leur plus chers désirs et les tue. Ca rappelle pas mal les créations de Kirby dans les 70’s par le coté foutraque.
Nick Klein donne de belles planches alors que Pacheco est très décevant.

Dans le relaunch, Remender envoie Sam contre l’hydra avec son partenaire Nomad (Ian Rogers). Il est épaulé en tant que back up par Rogers et Sharon.
On est un peu dans une position batmanienne avec Steve en tant que Alfred et Ian Rogers en Damian. En tout cas il y a aussi un aspect familial inédit dans Captain America mais qui fonctionne bien avec le couple Steve/Sharon, leur fils. Remender fouille aussi le rapport de Sam à son père et son frêre.

Les péripéties et les coups de théâtre sont nombreux (peut être trop), ca va hyper vite et ca s’arrête avec la mort supposée de Ian (qui revient dans la une mini Secret Wars mais plus depuis) et la révélation que Hydra a infiltré tous les supergroupes. Mais Secret Wars arrive…



A la sortie du méga event, on revient avec Sam mais Remender est parti (de Marvel même). Nick Spencer reprendre scénario et va se servir de Sam Wilson dans le rôle de Captain America. Notre personnage va subir dans la série les mêmes reproches que dans notre réalité (supposé être un personnage SWJ). Remender avait commencé cette critique méta mais Spencer va la systématiser. Il va aussi faire de la série une série d’actualité où on va suivre notre héros contre:
-Les fils du Serpent qui s’en prennent aux immigrés en attendant la construction du mur séparant USA et Mexique,
-Serpents Solution, sorte de société de conseil criminelle qui permet aix entreprises de prendre/voler/déposer des brevets mais aussi de pouvoir prendre des libertés Randienne sur une société trop collectiviste,
-Pleasant Hill : une prison du SHIELD produite par un cube cosmique vivant Kobik, qui prend la forme et la mentalité d’une petite fille. On est sur une sorte de Prisonners, Wayward Pines où on réécrit la vie des criminels,
-Les Americop, devenus une milice privé mis en place dans partenariat Public/Privé par des instances néoconservatrices dans les quartiers pauvres et donc habités par des minorités,
Mais en fait Sam lutte contre les instances politiques néoconservatrices du pays surtout… une fausse Fox News et des Trumps ou Van Sciver.
Le but est d’abattre ce symbole d’un personnage noir qui devient le symbole des USA.

Tout cela va s’accentuer quand Kobic, bercée par les histoires du Skull sur une Hydra respectable, va rajeunir mais aussi recréer Steve Rogers comme son meilleur agent. Stevil sera alors le pire ennemi de Sam et en plus celui de l’ombre. Dans la série Steve Rogers, on suit Stevil dans ses plans pour amener Hydra au pouvoir, quitte à tuer ses anciens amis (Jack Flag, Bucky…) ou créer des dissensions (il est derriere la réactivation de Hulk qui mène à Civil War II). Il utilsera les egos de Stark ou Danvers, leurs besoins de tout controler pour prendre le pouvoir… alors que Sam baissera les bras… suite à la mort de Rage.

Ces deux séries sont un journal de l’air du temps social et politique remarquable. Si Certains méchants sont bien méchants… d’autres sont mu par le fait de poursuivre une idée par tous les moyens mais n’est ce pas ce que font aussi Stark ou Danvers? Ou Emma Frost? Ils ont l’impression d’avoir été dépossédé de leurs vies… et Stevil en est le grand représentant… à coup de flashbacks on revoit sa vie et on est au plus prés de ses idées… Lui aussi se bat de manière désintéressée pour un rêve.

Bref si certains passages sont clairement à charge contre le néoconservatisme (et? c est mal?), Spencer donne aussi à pas mal de personnages opposés des motivations qu’on peut comprendre. ceux qu’on pourrait qualifier de caricaturaux sont les assoiffés de pouvoir où mu par le besoin de richesse…

Il utilise aussi très bien le passé du personnage avec une prédominance pour la période Gruenwald. On voit revenir D-Man, US Agent, Jack Flag, FreeSpirit, Diamondback, les serpents, Americop, Malus, Quasar et … Capwolf mais on retrouve des clin d’oeil au « reve » de Miller ou au combat à Miami de Englehart (dans Secret Empire que j’ai pas encore relu).

Je reste scotché par la prouesse du Cap, agent de l’Hydra.
Au fond il reste quand même en grande partie le Rogers que l on connait… Il reste fidèle au rêve mais pas le même…
Le fait de le reconnaître me parait essentiel…

La question qui relie les deux runs est celui de la confiance. La confiance entre un enfant et ses parents, la confiance en les institutions (les deux runs décrivent la longue agonie du SHIELD) et entre nous tous en fait…

Si Acuna et Renaud fournisse un excellent travail ainsi que Saiz et quelques autres, il est quand même dommage que les dessinateurs ne restent pas et qu’un nombre incroyable (pour notre époque) de dessinateur fill-in soit appelé sans être tout a fait au point.
Marvel lance un event mais les séries qui le lance ne sont pas au top graphique au moment final.

Une belle periode que ces runs qui se sont retrouvés à devoir suivre Brubaker et coincés dans des polémiques…

Au moment de Secret Empire, ce qui me fascine est cette idée que la recréation de Kobik soit peut être un décréation d’une première recréation (Les Alliés ont ils utilisés le Cube pour gagner la guerre?).
Il y a pour sur l’image de la difficulté à lutter contre les fakes news… mais dans l univers Marvelien, je trouve cela fascinant.

Bizarre que Hydracap ait eu tant de détracteurs alors que ce tait bien écrit là où on célèbre des runs avec des gens méconnaissables…
Ben oui si tu es Spencer, tu es moins crédible et puis ca se passe que dans Captain America… il y a des séries plus crédibles …Qu aux USA on préfère des sectaires à un Captain America Noir… Ok… mais bon peut être que tout le monde ne mérite pas Captain America.

1 J'aime

Oui, comme d’hab : les héros de Remender doivent souffrir. Et ils courent dans tous les sens pour oublier, parce qu’ils n’assument pas.

Mais trop longue.

Étonnant, chez Remender. Vraiment le truc qu’il n’a jaaammmmmmmaaaaaiiiis abordé.

C’est là que la série devient vraiment intéressante pour moi. On sort du schéma course-poursuite que Remender affectionne pour avoir des vilains intéressants et des héros proactifs. C’est plutôt pas mal, avec des idées frappadingues comme tu le soulignes.

Les flash-backs systématiques, c’est super lourdingue, quand même.

Ça aura bien foutu la merde, quand même, cette ânerie-là. Parce que c’est comme pour ses Uncanny Avengers : Remender envoyait du bois question idées, il commençait à bien tenir son groupe. Là, c’est pareil, il tient bien Sam, il a repositionné l’ensemble des personnages, ça devient chouette. J’aurais aimé savoir ce qu’il en aurait fait à long terme, même si je trouve des défauts à ces deux séries.

Jim