1941-2021 : BON ANNIVERSAIRE WONDER WOMAN !

Cockrum encré par Phil Jimenez, pour une fiche incluse dans Wonder Woman Secret Files and Origins #1, daté de mars 1998 :

image

Et version publiée :

image

Jim

Les héros DC, Wonder Woman en tête, promeuvent le vote et la démocratie en 2020, année électorale marquante :

image

Jim

Si Wonder Woman est connue pour son lasso de vérité, l’objet magique ne fera son apparition qu’après un autre équipement relevant d’une avancée scientifique bien plus spectaculaire, l’avion invisible.

Ce dernier fait son apparition dès la première page de Sensation Comics #1, daté de janvier 1942. L’appareil, pour spectaculaire qu’il soit, éveillant l’émerveillement qu’un avion dont les gens ne voient que la passagère peut légitimement susciter, est réduit dans un premier temps à une fonction d’ambulance, puisque Diana l’utilise afin de ramener Steve Trevor dans « le monde des hommes ».

image

image

Dans Sensation Comics #24, daté de décembre 1983, Diana reçoit un nouveau moyen de piloter son avion, par « radio mentale ».

image

Notons que c’est également un épisode où Moulton déploie ses connaissances et théories sur le cerveau, expliquant certaines capacités (proche du don de l’hypnose) à la disposition de l’Amazone.

C’est dans Wonder Woman #80, daté de février 1956, que l’on en apprend davantage sur l’avion, qui est désormais un jet furtif. Les origines de l’appareil, constitué de pièces que l’Amazone est allée chercher dans une quête dangereuse, sont détaillés. Notons que l’appareil obéit à des commandes vocales : bien élevé, cet avion.

image

Dans le même numéro, Wonder Woman affronte Machino, un artificier qui est parvenu à placer sur son visage un masque piégé. Dans cet épisode, elle chevauche l’aile de son avion, qu’elle dirige à la voix, comme si elle surfait.

image

Jim

Quelques publicités internes aux publications DC (nouvelle fournée) :

image

image

image

image

image

xmas

image

image

image

image

image

Jim

tumblr_moltnpjnED1qa70eyo1_500

Costume design sketch by Donfeld for the “Wonder Woman” ABC/CBS TV series, 1976-1979

Wonder Woman par Ron Frenz :

image

image

image

(Ce dernier, au demeurant, malgré la présence de la signature, ressemble davantage au style d’Ed Benes qu’à celui de Frenz. Je sais qu’il peut imiter plein de styles, mais tout de même, je suis surpris…)

Jim

Faisant partie de la panoplie de Wonder Woman, au point d’en être indissociable, le lasso doré n’apparaît que quelques mois après l’héroïne, dans les pages de Sensation Comics #6, daté de juin 1942. Cependant, il est présent en couverture.

RCO001_1469111197

Dans l’aventure de la Princesse Diana (l’autre), celle-ci est appelé sur son île afin de participer à l’un de ces tournois qui semblaient occuper perpétuellement l’emploi du temps des guerrières (visiblement désœuvrées sans cela). Notre héroïne choisit son « Kanga » préféré, répondant au nom de Jumpa, et se lance dans l’arène.

image

Encore une occasion pour nous refaire le coup du masque, simple loup qui dissimule une identité que tout le monde est supposé reconnaître pourtant.

image

Après le tournoi, la Reine décide de faire fabriquer un lasso dont les fibres aux qualités surnaturelles pourraient aider Wonder Woman dans sa mission de justicier.

image

Et ça ne manque pas, puisqu’elle utilisera le lasso afin de contrer un nouveau plan de la Baronne Paula, espionne nazie qui revient fréquemment dans les premières aventures de l’Amazone.

image

Dans la dernière case, fidèle à l’idée moultonienne du partage pacifique des progrès (techniques ou magiques) pouvant aider l’humanité entière, Wonder Woman insiste sur cette merveille qui l’aidera à guider le monde vers un avenir meilleur. Les dialogues insistent sur l’idée que l’on peut changer les caractères, en écho à bien des considérations dans les épisodes écrits par le créateur.

Jim

De nos jours, voir Superman et Wonder Woman s’embrasser, rêver l’un de l’autre, éventuellement même vivre en couple, au gré des réécritures de continuité, est chose plutôt commune. Mais l’univers DC a longtemps évolué sans que les personnages se rencontrent, à l’exception de missions officielles au sein de la Société ou de la Ligue, ou dans les pages de séries telles que World’s Finest, où Superman et Batman vivaient des aventures communes. Mais il faudra attendre, peu ou prou, les années 1960 pour que les rencontres se fassent de manière moins cérémonieuses, impliquant ainsi l’existence d’un univers partagé. Alors pensez-donc, les deux héros qui s’embrassent !

image

Pourtant, Superman’s Girl Friend Lois Lane #93, daté de juillet 1969, va amener une idée qui, à l’époque, est nouvelle : le baiser des deux vedettes. La couverture, qui représentent Diana et Lois en venant aux mains, dissimule le véritable changement.

image

Nous sommes en 1969, donc. À cette époque, dans la série de l’Amazone, celle-ci a perdu ses pouvoirs en renonçant à son statut de guerrière immortelle. Elle s’est installée dans le monde des hommes où elle vit des aventures que n’auraient sans doute pas renié Modesty Blaise ou Emma Peel, deux modèles évidents. C’est donc une Diana sans pouvoir qui apparaît dans cet épisode. Sans pouvoir ou presque, comme le laisse entendre la première page.

image

Dans ce récit, Lois Lane, journaliste intrépide mais toujours amoureuse transie du protecteur de Metropolis (la modernisation a été progressive, dans son cas : si elle a des fringues à la mode, elle se comporte toujours comme la midinette qu’elle était dans la décennie précédente…), rêvasse toujours d’un éventuel mariage avec son fringant héros, mais le rêve tourne au cauchemar quand elle songe à l’idée que ce dernier pourrait épouser Wonder Woman (qui apparaît en costume d’héroïne dans les songes de Lois. Il se trouve que, dans le même temps, Wonder Woman propose à Superman de participer à un spectacle de charité. Le grand cœur de ce dernier ne fait qu’un tour et il découvre bien vite que son équipière, si elle reste en costume civil, semble avoir récupéré quelques capacités surhumaines, et même gagné des aptitudes inédites.

RCO007_1469546795

Ces pouvoirs multipliés suscitent une proximité nouvelle entre les héros et nourrit les pires craintes de Lois. Mais à force de voir Wonder Woman virevolter dans les airs et faire preuve d’une super-force, la journaliste a quelques soupçons. Dans un premier temps, elle pense que l’amour donner littéralement des ailes à Diana, mais elle écarte bien vite cette idée, qu’elle-même juge fantaisiste.

image

Décidant de mener l’enquête et soupçonnant quelque escroquerie, Lois furète dans les environs du manoir poussiéreux où s’est installée Diana. Elle finit par découvrir que quelqu’un est enfermé dans les sous-sols : la véritable Diana. L’individu qu’elle a croisé est un imposteur !

RCO024_1469546795

En réalité, il s’agit d’une criminelle kryptonienne, Ar-Ual, destinée à la Zone Fantôme et qui est parvenue à échapper à la vigilance de ses gardiens. Une fois la mascarade éventée, Superman survient, privant momentanément sa congénère de ses pouvoirs, et laissant Lois et Diana se rabibocher.

RCO031_1469546795

Ce qui est intéressant dans cet épisode, outre l’excellence de la partie graphique, assurée par Irv Novick au dessin et Mike Esposito à l’encrage, c’est que le scénario est écrit par Robert Kanigher. Ce dernier a longtemps rédigé la série Wonder Woman, succédant à Moulton, travaillant sur de nombreux épisodes illustrés par Ross Andru, et ne cédant la place qu’à l’arrivée de Denny O’Neil, lui-même instigateur de la perte de pouvoirs de l’Amazone. Cette dernière péripétie étant encore assez récente, il n’est pas impossible que le scénario de Kanigher ait été écrit avant le changement, ce qui impliquerait que Kanigher ait dû aménager son script, qui visiblement nécessitait que Wonder Woman possédait ses pouvoirs. Cela étant dit, on peut aussi imaginer que l’écriture ait été faite avec la connaissance du travail d’O’Neil, auquel cas on pourrait lire cet épisode comme un commentaire de Kanigher : l’identité de Diana est usurpée alors qu’elle n’a pas ses pouvoirs (et ne peut pas s’évader de sa cellule), ce qui ne serait pas arrivée si elle les avait encore. Car au final, une histoire de fausse Wonder Woman à une période où celle-ci ne possède plus ses capacités surhumaines, voilà qui est lourd de sens.

Jim

C’est « Laura » lu à l’envers… Un rapport avec Laura Kent ?

Tori.

Après la Crisis on Multiple Earths de Wolfman et Pérez, qui a tellement ravalé la façade du multivers DC que, dès lors, les héros de l’Âge d’Or ne vivent plus sur Terre-2, un monde parallèle, mais appartiennent au passé, à la Seconde Guerre mondiale, et affichent quelques rides qui ne font que renforcer l’aspect générationnel de ce microcosme de papier, il nous est expliqué que Wonder Woman est arrivée sur Terre à l’ère moderne. De là, il a donc fallu justifier la présence de l’Amazone dans les aventures de la Société de Justice, et on a fini par nous dire que la Reine Hippolyte avait endossé le costume durant le conflit mondial (périodes Byrne et Jimenez).
Mais en réalité, l’idée que la Reine puisse prendre l’apparence et la place de Wonder Woman remonte à très loin, bien plus loin que les révisions de continuité des décennies récentes.

image

En effet, dans Sensation Comics #26, daté de février 1944, Moulton et Peter nous proposent un épisode commençant en pleine action, à l’occasion de quoi la Reine Hippolyte, utilisant la « magic sphere » qui dépanne les auteurs dès qu’il s’agit d’expliquer l’inexplicable ou de justifier le saugrenu, découvre qu’un sort funeste attend sa malheureuse fille.

image

N’écoutant que son cœur de mère, la souveraine prend son avion et se rue dans le monde des hommes, décidément mal fréquenté. En chemin, elle songe que la ressemblance physique entre elle et sa fille est telle qu’elle pourrait endosser son identité et affronter les dangers à sa place. Elle porte le costume de Wonder Woman sur les genoux (ce qui laisse entendre qu’il s’agit d’un uniforme, en plusieurs exemplaires). Arrivée en Amérique, elle prend l’apparence de Diana Prince, et quand Wonder Woman arrive, la rencontre vire rapidement à l’altercation et au crêpage de chignon. Le trait faussement naïf (et assez juste) de Harry G. Peter rend savoureux ce cat-fight mère-fille. Précisons que les auteurs, une fois de plus, nous ressortent l’astuce du loup dissimulant les traits et empêchant que la fille reconnaisse sa mère. Ah, quelle naïveté, en ce temps-là.

image

Mais la Reine, plus expérimentée, l’emporte et saucissonne sa fille de son lasso, la contraignant mentalement à accepter d’être remplacée. Mais tandis que la Reine redevient Diana Prince aux yeux de Steve Trevor et des autres militaires, Diana se précipite dans le bureau où elle la croisée précédemment, espérant découvrir des indices sur son identité (ce qui en dit long sur son regard filial, mais n’épiloguons pas). Diana se retrouve donc dans la position que sa mère avait observée sur l’écran de la sphère magique, face à son agresseur (une boucle temporelle ? Mazette !), mais ce dernier ne tire pas une balle, mais un jet de gaz qui endort l’héroïne. Celle-ci se réveille amnésique, manipulée par des bandits qui veulent l’utiliser contre les militaires américains.

image

Cependant, si Diana n’a pas de souvenir de sa mission, sa mère veille. Utilisant ses dons mentaux, elle convainc sa fille qu’elle a la force de briser le lasso et de se libérer avant d’être écrasée par un train. Avec l’assistance de Steve Trevor, d’Etta Candy et des Holliday Girls, elle parvient à arrêter les comploteurs. À la fin de l’histoire, Diana retrouve son lasso, accompagné d’une lettre signée de la mystérieuse « Masquerader », dont l’héroïne se demande encore qui elle peut bien être.

image

La candeur de cette histoire, dans laquelle Moulton glisse à nouveaux quelques prouesses mentales démontrant la supériorité spirituelle des femmes, ne doit pas faire oublier qu’elle apporte de nombreux éléments au mythe : l’idée que le costume de Diana n’est pas unique, la possibilité que l’héroïne puisse être remplacée et enfin la Reine Hippolyte endossant le rôle de Wonder Woman, autant de développements qui prennent racine notamment dans cet épisode.

Jim

Spontanément, je dirais que non.
Laura Kent apparaît dans Superman Family #200, qui date de 1980, donc onze ans après (l’une de ces magnifiques couvertures de Ross Andru qui m’ont marqué gamin). Et je ne vois qu’elle, mais je peux passer à côté d’une homonyme dans cette vaste famille.
Cela dit, peut-être que Laura est une référence à Ar-Ual, mais je ne pense pas. Je dirais plutôt que le prénom « Laura » s’inscrit dans la continuité des prénoms féminins en « L », héritière de Lois, de Lana… Mais là encore, ce n’est que mon interprétation.

Jim

Photos promotionnelles 70’s avec Lynda Carter.

tumblr_n6ll03R1uO1qa70eyo1_500.png

tumblr_n6ll03R1uO1qa70eyo2_500

tumblr_n6ll03R1uO1qa70eyo3_500

Lynda Carter au Muppet Show en compagnie de Wonder Piggy (ou Miss Woman ?).

shutterstock_76455d

tumblr_60e7a0655de976078602857d9dc80816_7013150f_540

tumblr_14657c22c6d77fd8fe6e4e0e27200d38_d64bb796_640

La worthy Diana soulève le marteau Mjolnir sans effort, pour mieux le rendre à son propriétaire (page de Castellini extraite d’Amalgam, 1996).

Ah, je pensais le personnage plus ancien…
Bon, peut-être un hommage à une Laura réelle, alors.

Tori.

Un vrai cosplay de Wonder Woman, dans la dernière saison de Gilmore Girls (elles attendent devant un magasin de comic books)

image

Une des séries favorites de Bendis à ce que j’ai cru comprendre (voire même une influence au niveau de la rythmique des dialogues).