1941-2021 : BON ANNIVERSAIRE WONDER WOMAN !

Ah, moi, quand il y a beaucoup de photos, ce qui me gêne, plutôt, c’est leur temps de chargement…
Parfois, quand il y en a trop, il n’y a que la première qui se charge.

Tori.

Wonder Woman #231, daté de mai 1977 (ce qui veut dire qu’il est sorti en février), a la particularité d’être le dernier comic book dessiné par l’excellent Bob Brown.

RCO001_1461930967

Sous une couverture dessinée par Mike Nasser (décidément associé au personnage, comme on l’a déjà vu) et encrée par Vince Colletta, le récit oppose la Princesse Diana (l’autre) à une super-vilaine exotique, Osira.

RCO020_1461930967

À l’époque, et sans doute pour coller avec l’actualité de la série télévisée dont la première saison se termine à peu près à la même époque, les aventures de l’Amazone se déroule dans le cadre de la Seconde Guerre mondiale. Ce qui justifie le fait que ses équipiers de la Société de Justice fassent une apparition, eux aussi tombés entre les griffes d’Osira.

RCO029_1461930967

Travaillant dans le monde de la bande dessinée depuis le début des années 1940, Bob Brown était connu pour avoir dessiné les aventures de Batman et avoir co-créé Talia al Ghul avec Denny O’Neil, pour avoir illustré les Challengers de l’Inconnu dans la foulée de Kirby, puis, après son passage chez Marvel, à avoir travaillé sur Avengers avec Steve Englehart puis sur Daredevil avec Tony Isabella puis Marv Wolfman. Il est le co-créateur de Bullseye, ce qui constitue un CV assez conséquent. Bizarrement, alors que j’appréciais énormément son travail sur Daredevil où je trouvais l’illustrateur plus en forme que jamais, il paraît que certains lecteurs se sont plaints d’une baisse de régime, expliquée par Wolfman lui-même, dans le courrier des lecteurs du Daredevil #136 : Brown était malade. La réponse de Wolfman ne précise pas de quoi il s’agit : une leucémie, et c’est la fatigue lié au traitement qui l’a conduit à céder la place, notamment à John Byrne, à John Buscema (pour la conclusion de la saga avec le Jester) et à Sal Buscema.

RCO025_1461930967

(Petit aparté : il a été question, un temps, que John Byrne devienne le dessinateur régulier de Daredevil. Dans les faits, il n’en aura réalisé qu’un épisode, le cross-over avec Ghost Rider (dont il illustre aussi le chapitre), et les détails sont révélés ici. Cependant, un dessinateur aussi rapide et régulier que Byrne sur une série qui se vendait pas si mal à l’époque, ça aurait sans doute donné un run assez long, et peut-être que Frank Miller n’aurait jamais débarqué sur la série : c’est toute l’histoire des comics qui en aurait été bouleversée).

image

À la suite de son traitement, Bob Brown reviendra brièvement sur la série Daredevil, avant de revenir chez DC où il devait reprendre la série Wonder Woman. Mais il décède en janvier 1977, après avoir fini les planches de cet épisode, qui paraît deux semaines après sa mort.
Le résultat est pourtant assez convainquant, l’ensemble étant marqué par une belle énergie et par la présence de deux adversaires sculpturales, que l’encre de Colletta ne parvient pas gâcher (sans doute ce dernier se souvient-il des romance comics qu’il a soit dessinés soit encrés des années plus tôt).

RCO001_1583506491

C’est donc Mike Nasser qui se charge d’illustrer la suite de ce diptyque, à l’issue de quoi la série tombe dans l’escarcelle du scénariste Gerry Conway, qui racontera d’autres histoires de guerre avec les dessinateurs Don Heck et José Delbo…

Jim

Dans un premier temps tu supposes, dans le deuxième, tu affirmes… ~___^
Bon, en cherchant, on voit qu’il serait décédé le 29 janvier 1977 (mais Wikipédia indique ne pas avoir plus précis que le mois de janvier), et le numéro serait sorti le 15 février (d’après GCD). Ces deux dates correspondent à peu près à ton affirmation, donc.

Tori.

Parce qu’il s’est passé du temps entre le début et la fin du texte, et que j’avais envie de lire d’autres messages avant de reformuler. J’ai oublié que plein de gens sont pressés de lire les nouveautés aussi !
:wink:

En continuant à chercher, d’ailleurs, je découvre que Bob Brown faisait des crayonnés assez flous et indicatifs, et proposait parfois plusieurs versions. Par exemple, ce crayonné de la page 1 montre qu’il avait plusieurs idées pour l’amorce de l’histoire, si on la compare avec la version publiée.

image

RCO003_1461930967-1

Les crayonnés qu’on peut trouver donnent l’impression qu’il travaillait d’une manière comparable à John Buscema, à savoir qu’il livrait des découpages précis (ou des crayonnés peu détaillés). Était-ce en lien avec la maladie ?
On remarque en tout cas que Colletta assouplit beaucoup les traits anguleux que le dessinateur donne aux personnages. On y perd un peu en énergie.

image

image

Jim

Convainquant ?

Convaincussant ?

Jim

Au moins

C’est moche,les pieds.

3688

Je fais partie de ceux qui trouvent que Frank Cho était plus intéressant quand il faisait Liberty Meadows que des histoires de super-héros mainstream. Mais ça n’engage que moi.
L’auteur a déjà fait des tas de blagues montrant son héroïne Brandy déguisée (en membre de Starfleet ou, comme ici, en super-amazone…)…

image

… et comme il a fait aussi des blagues sur la confusion entre Wonder Woman et Xena (voir post 6), je ne résiste pas au plaisir de mettre ici un strip qui m’a beaucoup fait rire quand je l’ai lu la première fois (il y a genre quinze ou vingt ans). C’est plus drôle en anglais, je trouve, mais bon, on fait avec ce qu’on a.

image

Jim

Mets-le en anglais pour voir

Je ne l’ai pas sous la main.

Jim

C’est déjà pas mal en VF :yum:

Oui, je crois que c’est simplement parce que je l’ai découvert en anglais que je trouve ce gag plus savoureux ainsi, parce que la VF restitue tout ce qu’il faut. J’aurais bien aimé vous le trouver dans la langue d’origine, mais au moins Soyouz peut le lire et le savourer.
:wink:

Jim

Bah ouais. Mais y a peut être un jeu de mot anglais.

De mémoire, non.
Juste des références. Qui n’étaient pas accompagnées de notes, dans mon souvenir, contrairement à ce que laisse entendre la présence d’astérisques (ah, cette maladie de tout expliquer aux gens).

Jim

Pour Hoover, je suppose qu’il y a une histoire salace.

Bah disons que la rumeur persistante depuis des décennies, c’est que notre ami père-la-pudeur luttant pour une Amérique droit dans ses bottes portait de la lingerie féminine sous son costume trois-pièces. Le détail est évoqué dans toutes les biographies, de manière plus ou moins affirmée ou appuyée, grosso modo… Les rumeurs sur son homosexualité et son goût pour le travestissement ont commencé à circuler alors qu’il était déjà en poste, au demeurant.

Jim

Merci.

You’re welcome.

Jim