A.X.E. : DEATH TO THE MUTANTS #1-3 (Kieron Gillen / Guiu Vilanova)

La mini-série A.X.E. : Death to the Mutants sera publiée à partir de juillet.

Gillen will also team up with artist Guiu Vilanova to explore the root of the Eternals’ fury against mutantkind and the schism it’s causing in their society in a three-issue limited series beginning in July titled A.X.E.: Death to The Mutants. The mutants are Deviants. Eternals are coded to correct excess deviation. The mutants are eternal, Mars colonizers, ever-spreading. Eternals know what they should do. Our heroes don’t want to, but can they resist the murderous designs coded into their body as surely as any Sentinel? And if they can’t, can anyone survive the coming judgment?

(W) Kieron Gillen (A) Guiu Villanova, Dikko Lima (CA) Esad Ribic, Leinil Francis Yu
The mutants are Deviants. Eternals are coded to correct excess deviation. The mutants are eternal, Mars colonizers, ever-spreading. Eternals know what they should do. Our heroes don’t want to, but can they resist the murderous designs coded into their body as surely as any Sentinel? And if they can’t, can anyone survive the coming judgment?
RATED T+
In Shops: Aug 17, 2022
SRP: $3.99

Un tie-in qui s’intègre très bien à la saga principale, en explicitant un peu des dessous quand même importants.
Ici, Kieron Gillen (qui semble scénariser tous les numéros principaux, ce qui est quand même épatant) montre, en gros, comment « nos » Eternels (les plus connus / sympathiques, qui rejettent désormais le système des Eternels) aident les Mutants de Krakoa à repousser les giga-monstres Eternels lancés sur l’île par Druig. D’abord, ils passent chez les Déviants récupérer des données pour leur création d’un nouveau Céleste ; ensuite, ils vont dans la cité éternelle, uniquement accessible par des Eternels, par un blocage. Ils coupent ainsi ces boucliers, mutilent les Eternels lancés dans la bataille mentale contre les Mutants télépathes (car, s’ils tuaient les Eternels engagés, des Humains mourraient pour les ramener). Et, ainsi, les Mutants peuvent venir couper l’alimentation des giga-monstres, avec le numéro qui s’achève comme le #2.
C’est efficace. Ca fait un peu « making-of » du #2, mais c’est très lisible et agréable. Kieron Gillen s’attache surtout à caractériser comment Druig perd un peu pied, et c’est bien fichu et prenant. Guiu Vilanova propose des planches solides, pas « jolies » mais très efficaces.
Rien de mauvais ici, un bon élément de complément.

Pas « indispensable » pour suivre, mais agréable et intéressant pour ceux bien embarqués dans la saga. J’en fais partie, je suis content !

1 « J'aime »

(W) Kieron Gillen (A) Guiu Villanova, Alex Guimaraes (CA) Esad Ribic, Humberto Ramos
The Celestials said « Correct excess deviation. » Now the hour of judgment is upon the Eternals. Have they done enough? And does overcompensating at this late hour make it better, or make it worse?
RATED T+
In Shops: Sep 07, 2022
SRP: $3.99

La mini-série tie-in à la saga principale continue agréablement.
Kieron Gillen montre les à-côtés, avec notamment l’action des Déviants, qui interviennent pour aider les Krakoans. On voit aussi les réactions du monde aux jugements, avec une « personnalité » des armes éternelles qui attaquent Krakoa.
Ca n’est pas indispensable, mais ça fonctionne bien et c’est un bon complément.
Guiu Villanova propose de belles planches, avec un style un peu européen. C’est sympa’, c’est joli, c’est efficace.

C’est réussi.

1 « J'aime »

(W) Kieron Gillen (A) Guiu Villanova, Alex Guimaraes, Erick Arciniega (CA) Esad Ribic, Simone Bianchi
It looks like the end of the world. The world is taking it personally. The Machine That Is Earth is having a very bad day.
Rated T+
In Shops: Oct 12, 2022
SRP: $3.99

Le nombre de scenars ecrits pas gillen sur cet event est juste hallucinant.

Il va finir rincé, c est pas possible autrement.

C’est clair. Et c’est très bon sur l’essentiel des scripts.

Pas mauvais disons.

Mais pas nécessaires pour beaucoup.

Ce qui interroge : pourquoi se mettre sur le dos une telle charge de travail alors qu il ne fait pas de ces numéros des éléments essentiels à son histoire ?

Parce que Marvel a voulu un tel volume ? Soit Gillen a été attiré par l’argent pour écrire autant, soit il s’est tellement impliqué dans l’histoire qu’il ne veut pas partager son bébé.

C’est à San Antonio ?

Grand final de cette mini-série, qui aurait dû sortir avant d’autres numéros car les événements sont en « retard » de ce qu’on sait déjà. Mais, bah, ça se lit bien quand même, surtout avec deux gros événements dedans.
On voit ainsi comment Progenitor « lutte » contre la Machine, qui est liée directement à la Terre. Plusieurs choses interviennent, mais deux sont particulièrement importantes : le dispositif de résurrection des Eternels est anéanti par Progenitor et surtout Progenitor s’en prend violemment à la Machine. La Machine, qui est le narrateur souvent piquant de la série Eternals de Gillen et de A.X.E., le « provoque » et se place en « victime » pour faire gagner du temps aux héros (qui décident ici que les Mutants télépathes « piloteront » les Eternels pour attaquer Progenitor, car leurs cerveaux les en empêchent en principe). Et Phastos agit aussi, en accord avec la Machine. Pour bloquer l’attaque de Progenitor, qui allait corrompre la Machine, Phastos la reboote entièrement. Ca la purge de Progenitor… mais la Machine revient à sa programmation de base ; sans sa mémoire et sa personnalité.
Je l’admets : pour avoir lu et aimé la série Eternals et A.X.E., avec notamment la narration par la Machine, « ça fait quelque chose ». Kieron Gillen prouve encore son talent de caractérisation et de gestion des émotions, même avec une entité en principe « neutre » comme la Machine. Le reste des événements est classique, plus explicatif que vraiment intense, hormis l’élément sur la résurrection. Cela peut confirmer mon hypothèse, selon laquelle tout A.X.E. vise à « supprimer » les dispositifs de résurrection, des Eternels et des Mutants.
A voir, en tout cas c’est agréable, prenant et émouvant. Guiu Villanova gère bien le graphisme, c’est efficace et solide même si ce n’est pas « beau ».

Un numéro touchant et intense. Dommage qu’il soit sorti en retard.

1 « J'aime »