ALCHERINGA (Alex Nikolavitch / Fred Grivaud)

Alex Nikolavitch sort son premier album en 2000, aux éditions de la Cafetière. Le récit d’Alcheringa, qui suit un aborigène australien vaincu par le modèle occidental, est illustré par Fred Grivaud, qui signe ici son premier opus également, avant de se consacrer essentiellement à l’illustration (mais il signera quand même, par la suite, quelques épisodes d’Ozark chez Semic).

Couv_226183

Le récit parle du « temps du rêve », cette dimension d’avant le monde matériel, mais qu’il est encore possible d’atteindre. Le scénario confronte un modèle d’existence ancestral et le mode de vie à l’occidental, mais au-delà de la figure de l’alcoolique affaibli (qui rappellera celle de l’Indien noyé dans « l’eau de feu »), Alcheringa est également l’occasion de découvrir des concepts et une culture assez rarement représentés dans la bande dessinée. Le dessin de Fred Grivaud donne une dimension particulière, presque fluctuante, à cette confrontation entre deux visions du monde.

PlancheA_226183

Certains commentaires ont suggéré que ce n’était pas vraiment de la BD, mais plutôt du texte illustré, arguant du fait que les personnages ne s’expriment pas et que la voix off domine l’ensemble. C’est sans doute exagéré, puisque justement la recherche formelle du récit passe par l’extinction de la voix de l’aborigène.

Jim

1 J'aime

pour la petite histoire, ce trucs avait commencé, dans ma tête, comme une espèce d’histoire pirate de Sandman, un hommage aux thématiques de Gaiman, tout en évoquant les essais nucléaires UK en Australie, qui avait mis un bazar pas possible (ils avaient été tirés dans le désert, mais il y a eu un cas où tous les aborigènes n’avaient pas été évacués. il en est resté une légende chez eux, celle du « Jour du Nuage »)

Intéressant. Est-ce encore trouvable?

ginevra

faut voir auprès de l’éditeur. on en a généralement en stock en salons.

Infirmière, triplez la dose.

Jim

Doc, tu es vraiment trop rapide. Merci.

ginevra

(Fred Grivaud)

Hahahaha
Très classe !

Jim

Et un autre, aussi de Fred Grivaud :

Jim

Ah oui, pas fait gaffe à la signature (il est bien, celui-ci aussi)

En fait, c’est Fred lui-même qui me l’a signalé, quand je l’ai félicité pour l’autre.

Jim

Tu lui as dit de continuer, bien sûr ?

Gourmand, va !

Jim

Supermatou et Arthur… Fred Grivaud a grandit avec Pif, j’ai l’impression.

Tori.