AQUAMAN : SUB-DIEGO t.1-2 (Pfeiffer, Ostrander, Arcudi / Gleason, Batista)

aquaman-sub-diego-tome-1

Aquaman sub-diego tome 1
Après un violent raz de marée qui a dévasté les côtes californiennes, la ville de San Diego se retrouve totalement engloutie sous les flots.
Mais, miraculeusement, ses habitants parviennent à développer des branchies et survivre sous l’océan ! En enquêtant sur les raisons d’une telle mutation, Aquaman, destitué de son titre de roi de l’Atlantide, a peut-être trouvé un nouveau peuple à guider et surtout… à protéger !
INFOS
SCÉNARISTES : ARCUDI JOHN, COLLECTIF - DESSINATEUR : GLEASON PATRICK
Public : 12+
Collection : DC Classiques
Date de sortie : 31 août 2018
Pagination : 320 pages
EAN : 9791026815273
Contenu vo : Aquaman (2003) #15-27
Prix : 28 EUR

aquaman-sub-diego-tome-2

Aquaman sub-diego tome 2

Aquaman et Lorena Marquez continuent d’enquêter sur les raisons qui ont conduit la ville de San Diego à être submergée.

Mais alors que les habitants de Sub-Diego s’habituent à leur nouvelle existence, Black Manta débarque avec ses propres plans pour la cité sous-marine. Et histoire de compliquer la situation, les forces de l’Atlantide sont également en route, bien décidées à faire valoir leurs droits dans ce nouveau statu quo.

INFOS

SCÉNARISTE : ARCUDI JOHN - DESSINATEUR : GLEASON PATRICK
  • Public : 12+
  • Collection : DC Classiques
  • Date de sortie : 23 novembre 2018
  • Pagination : 296 pages
  • EAN : 9791026829331
  • Contenu vo : Contenu : Aquaman #28-39

Ce 1er tome peut être décomposé en 3 parties :
La 1ère écrite par Will Pfeifer (scénariste que je ne connaissais pas) est rondement mené, l’action et les personnages bien caractérisés. Le dessin du jeune (?) Gleason a encore quelques lacunes (par rapport à maintenant) mais tient la route. La 2ème partie, c’est le vétéran John Ostrander, avec Chris Batista aux crayons, qui s’y colle pour 2 épisodes, parfaitement oubliables et déstabilisant en terme d’ambiance. La dernière partie, voit l’arrivée de John Arcudi et le retour de Gleason aux dessins. Retour à la thématique de Pfeifer mais ça patine un peu en terme d’histoire… mais je suis curieux de voir comment Arcudi s’en sort. Donc j’en serais pour le tome 2.

Je crois que je l’ai découvert sur cette série. Et pour moi, c’était le pitch de l’année, voire de la décennie. J’ai adoré cette série.

Ostrander n’a été appelé par les responsables éditoriaux que pour faire des remplacements quand les équipes changeaient ou étaient en retard. J’aime bien ses épisodes (ces deux-là, mais aussi les autres fill-ins qu’il a signés à l’époque), mais c’est clair qu’il avait pour consigne de ne pas faire de vague, si j’ose dire. Du coup, il n’a pas grande latitude.

Tu verras, Arcudi s’en sort plutôt bien, malgré l’ingérence de l’éditorial (période de gros cross-overs, ce genre d’âneries). La fin est moins puissante que le début, mais ça reste chouette. J’ose pas imaginer la qualité qu’ils auraient atteinte si les auteurs n’avaient pas été obligés de tenir compte de choses extérieures.

J’avais évoqué ma lecture VO ici :

Jim

C’est vraiment très ben, j’ai le TPB US suite aux lectures de Jim et j’ai adoré aussi.

Je te fais confiance sur la qualité de la suite. Mais c’est marrant de voir que l’on peut “sentir” les changements imposés, avec une simple lecture des comics en recueil.

Je ne sais plus trop pourquoi Pfeiffer est parti du titre. Mais j’imagine que ça a été houleux et qu’ils n’ont pas trouvé tout de suite l’équipe qui allait bien. Personnellement, j’aurais bien aimé qu’Ostrander reste : il fait toujours du meilleur boulot sur le long terme qu’en jouant les remplaçants (un peu comme Roger Stern).

Jim

La critique du tome 1 par Blackiruah :

https://www.comics-sanctuary.com/comics-aquaman-sub-diego-vol-1-tpb-hardcover-cartonnee-s53067-p307011.html

Lu ce 2ème tome et… je suis très mitigé !
J’ai l’impression que John Arcudi a été obligé de composer avec 'The OMAC Project", “Infinite Crisis” et son départ avant le “One Year Later”. C’est pas l’histoire soit inintéressante mais on sent les intrigues bâclées ou abandonnées afin des rester dans les délais. Dommage.
En même temps, je ne connais pas l’univers d’Aquaman et là c’est le grand déballage : les sorciers d’Atlantis, l’ensemble des personnages proches connus (Vulko, Aqualad, Dolphin… ) et même un fils illégitime (non ? quel cachotier cet Arthur !). Bref, en sachant qu’ensuite c’est le tandem Busiek / Guice qui s’y collent, cela donnerait envie qu’Urban nous gratifie d’un 3ème tome.

C’est clairement ça : c’était l’impression que j’ai eue quand j’ai suivi la série au moment de la sortie, et que j’ai ressentie à nouveau lors de ma relecture en TPB.

La période Busiek part dans une toute autre direction (son Aquaman est considéré par les autres personnages comme un imposteur, et l’ensemble lorgne vers la fantasy). Et l’idée de Sub-Diego, à ma connaissance, n’a jamais été reprise, les citoyens doivent toujours y croupir en attendant qu’on les aide.

Jim

Bon tant pis pour Busiek :open_mouth:
Pour Sub-Diego, les habitants sont simplement devenus des Atlantes, non ?

Ce qui résout le truc à l’aide d’une pirouette, je trouve.
Parce que ça aurait été intéressant de voir évoluer cette espèce de “principauté” mêlée de “no man’s land”, dont les habitants n’appartiennent vraiment à aucune nation…

Jim

Lorena Marquez mon nouveau personnage préféré.

Dans l’ensemble une très bonne découverte pour moi. À lire les avertissements répétés sur la façon dont les épisodes les plus tardifs souffrent de son implication dans différents crossovers, je craignais la déception dans la dernière ligne droite, et même là, j’ai trouvé les choses plutôt bien gérées. Seul vrai regret, une fin en queue de… poisson, forcément.

Sur l’idée de départ, j’ai parfois eu l’impression qu’on essayait de nous vendre un Aquaman qui tenait plus d’une versions sous-marine de Batman, ce qui n’est pas forcément la meilleure chose à faire avec le perso, mais a le mérite d’une certaine originalité et fonctionne en fait très bien, grâce notamment à l’introduction de tout un casting secondaire bien réussi. Et puis au moins, on a là un Aquaman qui aux yeux de tous a clairement une vraie stature en tant que pilier de la JLA et (ex) roi des mers, loin de la piètre idée du “personnage peu populaire auprès des lecteurs, donc méconnu dans son monde aussi” par laquelle Geoff Johns et même Dan Abnett ont cru bon depuis de commencer leurs runs successifs.

Les tie-ins avec les gros events de la maison, vers la fin, sont, comme je l’ai dit, plutôt adroitement gérés (à mon avis), avec cette tactique de montrer comment la vie de “Sub Diego” ou la situation en Atlantide sont impactés par des évènements qui les dépassent fondamentalement. Ce qui fait que cela n’entrave pas la lecture. Ça nous vaut même quelques-uns des moments les plus émouvants de l’ensemble. Malheureusement, la série s’est tout de même fracassée au bout du compte sur le mur d’Infinite Crisis, Arthur/Orin se retrouvant mis sur la touche par l’éditeur au profit d’un nouveau tenant du titre, plus jeune, sous la plume de Busiek et la banière “One Year Later”… et l’on n’a quasi plus jamais entendu parler de Sub Diego, de Lorena Marquez, d’Alonzo Marley ou d’Esther Marris. Dommage, la chose étant d’autant plus frustrante que le dernier volume se clôt ainsi sur une fin qui n’en est pas une, plusieurs sous-intrigues restant en suspension dans les eaux du Pacifique, ce qui rend la chose d’autant plus frustrante.

Malgré ce tout petit bémol final, féloches à Urban de faire découvrir au public francophone cette séquence vraiment de bonne facture de l’histoire du personnage.

J’avais beaucoup aimé le premier. Il faut que je me prenne le second.