ARENA (Peter Manoogian)

REALISATEUR

Peter Manoogian

SCENARISTES

Danny Bilson et Paul De Meo

DISTRIBUTION

Paul Satterfield, Hamilton Camp, Claudia Christian, Marc Alaimo, Shari Shattuck, Armin Shimerman…

INFOS

Long métrage américain/italien
Genre : action/science-fiction
Année de production : 1989

Avant de créer la série Flash de 1990 et de pouvoir enfin concrétiser Rocketeer chez Disney, les scénaristes Danny Bilson et Paul De Meo (qui se sont depuis reconvertis dans l’écriture et la production de jeux vidéos) ont fait leurs classes chez ce grand bisseux de Charles Band, à l’époque d’Empire Pictures. Les deux compères ont créé le personnage de Jack Deth, flic du futur de la saga Trancers (dont les épisodes 4 et 5 ont été scénarisés par un certain Peter David) et on leur doit également le film de guerre mâtiné de science-fiction Zone Troopers (qui a permis à Danny Bilson de faire ses débuts de réalisateurs), le pitch délirant de Decapitron/Eliminators (Mandroid. Mercenary. Scientist. Ninja. Each one a specialist. Together they are ELIMINATORS!) et cet Arena qui a fait partie des dernières productions de Empire avant la faillite du studio (la sortie a même été retardée pour finalement sortir sous la bannière Full Moon).

Arena reprend tous les codes du film sportif et plus particulièrement de ce sous-genre qu’est le “film de tournoi” apparu dans la deuxième moitié des années 80 avec des séries B d’action comme Kickboxer, Bloodsport et Best of the Best. La formule est donc toujours la même : le jeune combattant (au nom prédestiné…Steve Armstrong !) qui s’implique dans un premier temps pour trouver l’argent pour aider son ami avant de prendre goût au combat et de devenir plus ambitieux; le mentor sympathique (un extraterrestre volubile doté de 4 bras); le promoteur véreux; la femme fatale dont la fonction principale dans l’histoire est de piéger le héros et même le vieux champion au bout du rouleau qui sort de sa retraite pour apporter son soutien moral au nouveau challenger.

Rien de neuf sous le soleil donc (et le final est à l’avenant)…l’originalité étant que le récit se déroule en l’an 4030 et des brouettes sur une station spatiale et que la plupart des combattants sont des cyborgs empotés et des aliens caoutchouteux, les humanoïdes ayant été écartés du tournoi depuis 50 ans (jusqu’à ce que Steve BrasForts y gravisse les échelons…à la force des bras).
Les effets spéciaux ont été confiés à John Carl Buechler (Cellar Dweller), le spécialiste attitré des productions Charles Band, qui s’en est visiblement donné à coeur joie tout en tenant compte des limites du budget modeste à sa disposition. Quelques trucages sont donc totalement ridicules (les quatre bras du pote de Steve), mais dans l’ensemble la galerie de créatures est plutôt croustillante. Si certaines ont l’air de sortir tout droit d’un épisode de Power Rangers, d’autres sont plus élaborées comme cette espèce de sauterelle mutante géante de l’espace que Steve doit affronter pour son premier combat.

Le long métrage de Peter Manoogian (Jouets démoniaques) accuse quelques chutes de rythme, la mise en scène des combats use et abuse de cuts un peu trop foireux, mais dans l’ensemble, et malgré l’interprétation passable de l’acteur principal (Paul Satterfield, clone blondinet de Christopher Reeves apparu précédemment dans Creepshow 2 qui arbore ici un croquignolet accoutrement de gladiateur), Arena digère bien ses références (on a même droit à une cantina et un montage de rounds à la Rocky) et propose un bon petit divertissement bien bis.

Les fans de série télévisée de science-fiction reconnaîtront des habitués du genre, qui passeront beaucoup de temps sur les stations spatiales du petit écran dans les années 90. L’entraîneuse de Steve est incarnée par Claudia Christian, alias Susan Ivanova dans Babylon 5 de J.M. Straczynski; Marc Alaimo (Gul Dukat dans Star Trek : Deep Space Nine…mais aussi quelques rôles divers dans The Next Generation) est le promoteur véreux et Armin Shimerman (Quark dans Star Trek : Deep Space Nine) incarne son bras droit. Et même Shari Shattuck, qui joue la chanteuse envoyée pour tenter Steve Armstrong, est apparue dans un épisode de Babylon 5 !