BALTIMORE - David Simon (Sonatine)

PUTAIN NON, NON ET NON !!!

Ca me gonfle putain. Oui The Wire est une grande série, oui c’est génial, c’est bien écrit et ca transforme le plomb en or mais bordel !

C’est la série Homicide, Life in the Street qui est née de cet ouvrage. C’est parce qu’il la lu et aimé que Tom Fontana a contacté David Simon pour élaborer l’une des deux meilleures séries policière des années 90.

Et c’est parce que Simon s’est révélé doué que Fontana et les autres l’ont encouragés à continuer dans cette voie qu’il a crée The Wire.

Putain ce genre de raccourci a le don de me foutre en pétard.

oui je vois ça :wink:

mais comme tu le dis c’est un raccourci ce n’est donc pas complétement faux.
sans Baltimore sans doute pas d’Homicide, Life in the Street et de The Wire non plus

Prends pas feu, Lord !!
En fait, « Baltimore » a bien servi de matrice à « Homicide » et ce sont plutôt ses articles au Baltimore Sun qui auraient inspiré « The Wire », même si on imagine que tout ça est peut-être un peu « mixé ». Quant à la mini-série « The Corner », elle est adaptée d’un autre livre de Simon, plus récent.

Pour en revenir au livre, on me l’a offert il y a quelques temps, et la taille imposante du pavé m’a pour l’instant un peu retenu de me plonger là-dedans, mais va falloir que je me jette à l’eau un de ces quatre…surtout que je n’ai pas vu « Homicide » !

j’étais comme toi,je l’ai acheté le jour de sa sortie,j’adore ce qu’il fait etc etc et je repoussais toujours le moment de m’y mettre de peur que ce soit laborieux,que je traine dessus

j’en suis à grosso modo 300 pages et c’est passionnant

Désolé

(mais putain prout quand même)

Non mais c’est surtout que pour ériger The Wire il y a du monde (et je dis pas hein c’est mérité) mais alors pour ce qui est d’Homicide il n’y a plus personne.

Ca aide pas que la série ne soit plus diffusé ou édité en DVD chez nous.

mais merde quand même

(c’est mon Squadron supreme de la télé à moi)

c’est vrai tu as raison. une intégrale serait le top

sinon pour rester sur The Wire,faudrait que je zyeute ce que valent ces 2 bouquins

Le second a très bonne réputation, si je ne confonds pas.

impec
je vais aller voir ça

Baltimore rejoint mon club très fermé des livres pour lesquels je dois me freiner pour ne pas le finir trop vite tant je prends du plaisir à le lire.
c’est un livre monumental qui raconte une année,1988,de la brigade criminelle de Baltimore.Une année d’une fabuleuse enquête du journaliste David Simon qui pour suivre des hommes qui appartiennent à une caste à part: la crim’.
quasiment au jour le jour,on passe d’une affaire et d’un crime à l’autre,d’une personne à l’autre avec pour fil rouge le cas Latonya Wallace. c’est passionnant,c’est cru et pudique à la fois,c’est fort et c’est un fabuleux hommage plein de justesse à ces hommes qu’ils soient à la hauteur de leurs tâches ou non.
si vous avez aimé les séries Homicide et bien entendu The Wire,ainsi que les autres séries de David Simon pour HBO, vous allez vous régaler avec Baltimore

Cette affaire devint d’ailleurs un des fils rouges de la première saison d’Homicide (en changeant de nom au passage, elle devint l’affaire Adena Watson) et un des éléments principaux dans l’évolution du personnage de Tim Bayliss tout au long de la série. Bayliss est un jeune inspecteur qui arrive dans la brigade quand commence la série (de la même manière qu’arrive John Carter dans E.R pour vous faire une idée). L’affaire Adena est sa première enquête et le marquera profondément.

Cette affaire donne lieu à un épisode, Three Men and Adena, où toute l’action se déroule dans la salle d’interrogatoire avec les inspecteurs Bayliss et Pembleton et le suspect dans le meurtre de la filette.

Il est écrit par Tom Fontana et réalisée par Martin Campbell et reçu l’Emmy du meilleur scénario.

De part son écriture, sa tension incroyable, son choix narratif (45 minutes dans la salle d’interrogatoire), son rapport de force basculant sans arrêt entre les deux parties, la grande performance des trois acteurs et de part son final tétanisant il représente, à mes yeux, l’un des plus grands épisodes de séries télévisée jamais tournée

Il a peut-être servi de source d’inspiration à un des épisodes de la saison 2 (je crois) de « Homeland », alors, qui est structuré exactement de la façon que tu décris…

Sinon, Barney, tu donnes grave envie, là. Dès que j’ai un peu fait le ménage dans ma pile de lecture, je vais attaquer ça je crois.

même si je pense que nous n’aurons jamais la suite en vf, et c’est en grande partie pour ça que je me le gardais sous le coude,je vais d’ailleurs vite remonter The Corner T1 dans ma pal.

Il existe d’autres séries proposent des épisodes de ce type (avec unité de lieu très restreinte si je puis dire). Là comme ça je pense à Babylon 5 et son épisode *Intersections in Real Time *qui se passe entièrement dans une salle d’interrogatoire/torture dans laquelle des fonctionnaires de L’alliance Terrienne tente de briser le capitaine Sheridan afin qu’il reconnaisse que sa révolte envers la Terre fut dictée par les autres races.

Philippe Squarzoni (Saison brune) s’apprête à sortir le 25 mai prochain aux éditions Delcourt le premier tome (sur cinq) de son adaptation en bande dessinée du livre Baltimore de David Simon :

[size=200]ENTRETIEN AVEC PHILIPPE SQUARZONI[/size]

j’ai hâte de voir ce que ça donne

Il est pas mal, Squarzoni ! A voir ce que ça peut donner quand il n’est pas à l’origine du matériau !

Pour ceux que cette adaptation intéresse j’en parle sur mon blog (Pour en savoir +).

Et pour les lecteurs qui auront lu l’adaptation de Philippe Squarzoni, dont ils apprécieront la méticulosité, et la prouesse de rendre des scènes pourtant « routinières », jamais ennuyeuses ; voici un extrait du livre de David Simon (pour mieux s’en rendre compte).

Traduction de l’anglais (États-Unis) par Héloïse Esquié, Éditions Sonatine. BALTIMORE : UNE ANNÉE DANS LES RUES MEURTRIÈRES.

je ne suis pas fan du format: mi soft mi hardcover. j’avais peur de l’ouvrir pour le feuilleter

Pour ma part je ne m’arrête pas à ce genre de considération, et bien m’en a pris puisque j’ai été comblé par ma lecture, qui outre l’envie de lire la suite m’a donné tout aussi impérativement l’envie de lire le livre de Simon.

Ce que j’appelle une bonne affaire. :wink: