BATMAN BEGINS (Christopher Nolan)

Je l’ai revu hier sur TMC.
Plus ça va, plus il devient mon film préféré de la trilogie. The Dark Knight Rises reste une déception frustrante, qui aurait dû être divisé en deux films pour être cohérent et agréable, mais j’ai longtemps mis The Dark Knight en avant.
Je crois que j’apprécie de plus en plus les quelques brins d’humour et de légèreté de Batman Begins, trop absents de The Dark Knight. Ce dernier reste le film Batman qui m’a le plus marqué au cinéma, et longtemps « la » définition du personnage pour moi.
Mais Batman Begins a un charme, une légèreté et une envie de référencer les comics qui me sont de plus en plus agréables, alors que The Dark Knight me semble de plus en plus lourd.

Le moins bon est le 3 et le premier n’est pas exempt de défauts. Mais je respecte ton avis.

Je rejoins complètement ton avis.

1 J'aime

Trois films que je ne revois JAMAIS, tant je les déteste autant les uns que les autres.

Jim

Roh, même Batman Begins ?

Bah c’est là où commence sa détestation.

Même Batman Begins.
Plein de bons acteurs qui jouent mal, avec des bastons mal éclairées et incompréhensibles…

Jim

Moi, je n’ai vu que Begins (que je n’ai pas revu).
Il m’a si peu plu que je n’ai pas eu envie de voir les deux autres.

Tori.

Tiens c’est intéressant de lire vos ressentis concernant ces trois films.
Notamment le dernier.
J’y ai vu un film extraordinaire. En sortant de la salle j’avais exprimé la chose ainsi : un film de gauche, déguisé en film de droite. Et ça m’avait pas mal questionné sur la question du Super-héros, moi qui avait presque appris à lire avec les Strange.
J’ai vu Bane comme véritable héros du film porté d’ailleurs par une magnifique performance d’acteur à mes yeux. La brutalité à l’écran est difficile à retranscrire. Là je l’ai vue.
Malgré certaines énormes incohérences, le film m’a emmené ailleurs, dans un monde où le symbole est nécessaire, où la figure du héros se perd mais où chacun a un rôle. L’individu, la société, le héros. Le bien, le mal. Ça a complètement marché avec moi. J’ai trouvé ça autrement plus fin qu’il n’y paraît.
Un film de gauche déguisé en film de droite. :wink:

Je suis d’accord avec toi… sur la première partie du film.
Entre le début et la brisure du dos de Batman, Bane est clairement LE personnage principal, ultra charismatique, ultra troublant par son discours et ses actes. Batman résonne comme la résistance des ultra riches face au changement, avec le vigilantisme et la super technologie pour « fermer la bouche » des réclamations des pauvres.
Mais après…

Après, Bane devient le gérant d’un chaos injuste, et perd peu à peu de sa superbe. Son « Impossible! » quand Bruce fait apparaître son symbole (moche) en flammes sur un immeuble, ça tape à côté. Et le combat final montre un Bane finalement pathétique, car aux ordres de Talia.

Je pense que The Dark Knight Rises aurait dû être divisé en deux films, a minima pour éviter les incohérences et la précipitation. Ca aurait permis de mieux poser les enjeux, les personnages ; de donner plus d’épique, aussi.
Sans rire, la scène du retour de Batman, c’est naze : la première fois qu’on le voit vraiment, il… tire avec son fusil anti-électricité ?! Beuh.
Idem pour la guérison magique, le retour fulgurant à Gotham, les flics bien vaillants après des semaines sous terre.

Je te rejoins sur le fait que, pendant la moitié du film, Bane est formidable et troublant, avec un propos de gauche pertinent.
Mais la deuxième partie fait lourdement chuter Bane, et survalorise la police et l’ordre établi. Dommage.

J’ai pensé précisément l’inverse.

Jim

Je suis d’accord avec toi, d’où ma sensation de déguisement du film.
Bane aurait tout à fait pu être dépeint en méchant moche et abominable, à l’image du gourou dans « Batman The Cult » (qui me paraît être l’une des grosses inspirations du film) et pourtant non.
Après, il y a la dérive terroriste de Bane, mais qui ne me paraît pas impertinente non plus dans la logique du propos.
Bref, ça a fait mouche chez moi.

Et merci pour vos retours.

Oui, mais vu qu’on apprend à la fin que tout ça est du flan (Bane s’en fiche des pauvres et de la révolution, il sert Talia qui veut anéantir Gotham mais surtout briser/punir Batman), est-ce que finalement Bane ne perd pas complètement de sa superbe ?
Le super-vilain demeure très bon et très bien incarné, mais le message de la première partie devient une fumisterie à mes yeux.

Oui j’entends et te rejoins. C’est juste que je vois en cette fin ou deuxième partie, appelons-la comme on veut, une résolution droitière tout à fait Hollywoodienne destinée à contenter les studios. Quelque part, j’y vois une forme de supercherie vis à vis des studios et non du spectateur. Mais sinon, effectivement je comprends mieux le ressenti de Jim. Enfin je crois…

1 J'aime

Ahah, tu ne recules jamais devant la facilité.

Jamais, non plus.

Jim