BATMAN CONTRE LE FANTÔME MASQUÉ (Eric Radomski et Bruce Timm)

V1

REALISATEURS

Eric Radomski et Bruce Timm

SCENARISTES

Alan Burnett, Paul Dini, Martin Pasko et Michael Reaves, d’après les personnages créés par Bob Kane et Bill Finger

VOIX V.O.

Kevin Conroy, Dana Delany, Mark Hamill, Efrem Zimbalist Jr, Hart Bochner, Stacy Keach, Abe Vigoda, Dick Miller…

INFOS

Long métrage américain
Genre : animation
Titre original : Batman: Mask of the Phantasm
Année de production : 1993

L’Ange de la Mort t’attend…

Aux origines du projet, Batman contre le Fantôme Masqué était un film destiné directement au marché de la vidéo. Impressionnés par le succès de la première saison de la série animée Batman, les responsables de Warner Animation ont demandé à Alan Burnett, l’un des principaux producteurs et scénaristes du dessin animé, de réfléchir à une histoire pour un long métrage d’animation. La première idée de Burnett a été mise de côté, avant d’être réutilisée pour l’épisode Procès dans la saison 2 de Batman. Pour Mask of the Phantasm, les auteurs ont alors décidé de s’inspirer librement des débuts de Batman racontés dans Batman : Year One et Year Two avec un récit qui se déroule sur deux périodes, une histoire d’amour tragique car vouée, on le sait dès le début, à l’échec.

Une silhouette fantomatique s’en prend aux principaux chefs de la pègre de Gotham City. Certains (dont Arthur Reeves, conseiller municipal corrompu) accusent Batman (Kevin Conroy en V.O., Richard Darbois en V.F.) de ces crimes. Alors que le Chevalier Noir mène l’enquête, Bruce Wayne découvre que son ex-fiancée Andrea Beaumont (interprétée par Dana Delany…une performance qui lui a valu d’être choisie pour la voix de Lois Lane dans la série animée Superman) est revenue d’Europe après dix ans d’absence…

Le scénario est très bien construit. Après un générique sublimé par le beau thème musical signé Shirley Walker, l’action démarre sur les chapeaux de roue grâce à une entrée en matière d’une redoutable efficacité. Les flashbacks sont bien amenés dans la progression de l’histoire, avec dans un premier temps une tonalité lumineuse qui contraste avec le combat intérieur de Bruce Wayne. Le jeune homme a fait une promesse à ses parents, il est bien décidé à mener cette guerre contre le crime, mais sa rencontre avec Andrea Beaumont le fait douter : a-t-il droit au bonheur ? Comme on s’en doute, les événements vont en décider autrement. Il y a une progression implacable dans ces scènes surgies du passé et l’ensemble est sacrément bien ficelé, avec des moments forts, des ambiances soignées, à l’impact visuel indéniable.

Pendant la première moitié, l’accent est mis sur la nouvelle menace, Phantasm (librement inspiré par le Reaper de Year Two, comme je l’ai souligné plus haut). Bruce Timm et ses équipes ont eu la bonne idée de faire intervenir le Joker (Mark Hamill en V.O., le regretté Pierre Hatet en V.F.) dans la deuxième moitié du métrage. L’emblématique vilain joue tout de même un rôle important car le film sert aussi à lui donner une origine dans cet univers télévisuel et sa folie donne encore plus d’ampleur à l’explosif climax…avant de touchantes dernières minutes.

Batman contre le Fantôme Masqué était donc destiné à la vidéo…avant que la Warner change d’avis et décide de le sortir au cinéma le jour de Noël 1993. Une décision qui a pris de cours les équipes du film qui ont notamment du revoir son format pour l’adapter au grand écran. La production a été par la force des choses plus rapide qu’un long métrage d’animation habituel, ce qui n’a jamais satisfait Bruce Timm pour qui le résultat final ressemble plus à un long épisode de la série TV qu’à un film pour le cinéma avec les moyens que cela implique. Mais pour la majorité des Bat-Fans (dont je fais partie), Batman contre le Fantôme Masqué fait toujours partie des meilleurs films consacrés au Chevalier Noir.

La décision de sortir Batman contre le Fantôme Masqué sur grand écran a également eu un impact sur son exploitation. La promotion fut jugée trop tardive et malgré l’excellent accueil critique, le succès financier ne fut pas au rendez-vous. Il n’arriva que quelques mois plus tard…pour la sortie en vidéo !

Un chef d’oeuvre.

La plus grande scène du film et la plus belle naissance de la chauve-souris

(a égalité avec le réveil du chevalieur dans Batman Returns)

Hum … me souviens pas l’avoir vu, celui-ci !

Alors que c’est le meilleur !

1 J'aime

Bah ouais … sûrement, mais comme je prenais comme ça venait sans faire attention …

Je plussoie.