BATMAN : DEATH BY DESIGN (Chip Kidd / Dave Taylor)

[quote]BATMAN: DEATH BY DESIGN
STORY BY Chip Kidd
ART BY Dave Taylor
COLORS BY Dave Taylor
LETTERS BY John Hill
COVER BY Dave Taylor
PUBLISHER : DC Comics
COVER PRICE : $24.99
RELEASE DATE : Wed, May 30th, 2012
In this new, original graphic novel from superstar writer/designer Chip Kidd and artist Dave Taylor, Gotham City is undergoing one of the most expansive construction booms in its history. The most prestigious architects from across the globe have buildings in various phases of completion all over town. As chairman of the Gotham Landmarks Commission, Bruce Wayne has been a key part of this boom, which signals a golden age of architectural ingenuity for the city. And then, the explosions begin.All manner of design-related malfunctions – faulty crane calculations, sturdy materials suddenly collapsing, software glitches, walkways giving way and more – cause casualties across the city. This bizarre string of seemingly random catastrophes threatens to bring down the whole construction industry. Fingers are pointed as Batman must somehow solve the problem and find whoever is behind it all.
[/quote]

Lien:
Le site de l’éditeur : www.dccomics.com

Y a un petit côté Nihei là-dedans !

C’est magnifique.

Classieux, en effet.

C’est la réflexion que je m’étais fait sur le coup, mais bon, en y regardant de plus près, ça vient juste de la représentation des bâtiments vertigineux renforcée par le N&B… Tsutomu NIHEI était architecte à la base, et ça se ressent vraiment dans ses œuvres. Ca me fait penser que j’avais rédigé un truc sur le sujet y a quelques années… Allez hop, je l’ai retrouvé, c’est posté (ça date de 2008 donc).

Megalomania: la folie d’un homme

[size=85]« L’architecture est une science qui embrasse une grande variété d’études et de connaissances ; elle connaît et juge de toutes les productions des autres arts. Elle est le fruit de la pratique et de la théorie. La pratique est la conception même, continuée et travaillée par l’exercice, qui se réalise par l’acte donnant à la matière destinée à un ouvrage quelconque, la forme que présente un dessin. La théorie, au contraire, consiste à démontrer, à expliquer la justesse, la convenance des proportions des objets travaillés.
Aussi les architectes qui, au mépris de la théorie, ne se sont livrés qu’à la pratique, n’ont pu arriver à une réputation proportionnée à leurs efforts. Quant à ceux qui ont cru avoir assez du raisonnement et de la science littéraire, c’est l’ombre et non la réalité qu’ils ont poursuivie.
Celui-là seul, qui, semblable au guerrier armé de toutes pièces, sait joindre la théorie à la pratique, atteint son but avec autant de succès que de promptitude. »

Vitruve, De Architectura, Ier siècle B.C.[/size]

[size=50]Un gratte-ciel aux proportions immenses[/size]

megalomania
la mégalomanie est une psychose consistant en la surestimation de ses capacités, et qui se traduit concrètement par un désir immodéré de puissance et un amour excessif de sa propre personne.

MEGALOMANIA est un recueil d’illustrations du mangaka Tsutomu NIHEI, illustrations qui furent publiées en 2000 dans un magazine japonais d’architecture, et qui furent reprises en 2003 dans l’artbook de l’auteur, Blame! and so on.
**
Megalomania…**

Ce titre en dit long sur les aspirations de l’ancien architecte : ainsi donne-t-il naissance à de nombreuses folies architecturales comme celles qui parsèment ses différentes œuvres. L’homme est-il condamné à donner naissance à des monstres, des structures qui, telle la Tour de Babel, aspireraient à toucher le ciel et à défier Dieu lui-même ? En tous cas, l’œuvre de NIHEI va dans ce sens. De surcroît, quand on voit la propension des hommes à tenter l’impossible, comme l’illustre l’érection de la Tour de Burj Dubaï (817 mètres), de la Al Burj (1050 mètres), ou celle du *Pentominium *(516 mètres) , mais aussi les projets comme la *Murjan Tower *(1022 mètres), ou la colossale *Ultima Tower *(3.180 mètres) d’Eugène TSUI, toutes aux Émirats Arabes Unis, on comprend que la folie de NIHEI reflète uniquement la folie de l’homme.

[size=50]Une gigantesque tour reliant la Terre à la Lune[/size]

On peut ainsi remarquer son travail incroyable à travers des exemples tels qu’une tour reliant la Terre à la Lune ou une autoroute traversant le Pacifique, et ce, parmi les nombreuses représentations de mégalopoles anarchiques aux structures tentaculaires qui servent de cadre à* Blame!, Noise, Abarra, Digimortal, ou encore Biomega*. Ainsi, dans ces titres, on note que l’environnement ne se limite pas à un cadre, mais devient toujours un acteur : dans Blame !, ces structures sont en perpétuelle évolution, tant et si bien que des robots bâtissent sans jamais s’arrêter, et que la Terre s’efface derrière ces tours de milliers d’étages qui naissent dans des abîmes oubliées. Dans Abarra, les gôsabyô dissimulent un mystère fondamental pour l’histoire.
[size=85]
« Comme ces édifices existent depuis très longtemps, la plupart des gens pensent qu’ils font partie du paysage. Personne ne sait ce qu’ils cachent. »
NIHEI Tsutomu, Abarra, Shueisha, 2005[/size]

[size=50]Un chef d’œuvre du génie civil : un pont reliant le Japon aux Etats-Unis, dans Biomega[/size]

Son œuvre la plus récente, Biomega, reprend dès son premier chapitre le concept de l’autoroute établissant un pont sur le Pacifique, reliant ainsi l’archipel nippon au continent américain. Une autoroute improbable que le héros traverse sur sa moto à toute allure. Les exemples sont nombreux, et NIHEI a réussi ainsi à donner naissance à un univers propre, où le décor vit et évolue au même titre que les personnages. C’est là l’une de ses particularités, l’un des composants majeurs de ses œuvres incroyables.


[size=50]Une gigantesque tour reliant la Terre à la Lune[/size]
**
A VOIR**
NIHEI Tsutomu, Megalomania, dans Blame! and so on, Kodansha, 2003

Tiens, je pensais plutôt au Metropolis de Kaluta.

Je pense aussi au design du film Metropolis.

Ben moi j’aime pas du tout…

Hmm, je crains un début d’hypertension de l’oeil ou un décollement de la rétine… :frowning:
Faut vite consulter l’ophtalmo le plus proche de chez toi ([size=85]et vraiment trèèèèèès vite, car c’est dur de choper rapidement un rdv[/size]) ! :wink:

[size=85]C’était un message préventif du Dr Zombie.[/size]
:mrgreen:

[quote=“Zombie”]Hmm, je crains un début d’hypertension de l’oeil ou un décollement de la rétine… :frowning:
Faut vite consulter l’ophtalmo le plus proche de chez toi ([size=85]et vraiment trèèèèèès vite, car c’est dur de choper rapidement un rdv[/size]) ! :wink:

[size=85]C’était un message préventif du Dr Zombie.[/size]
:mrgreen:[/quote]

Ah, mais vous aimez vraiment alors ? C’était pas un poisson d’Avril ???

:mrgreen: :mrgreen: :mrgreen:

Oui, oui, c’est pour de vrai ! :wink:
[size=50]Mais fais gafe, on sait jamais ! ;-p[/size]

ah ben oui je serais curieux de savoir ce que tu n’aimes pas par contre.

Ben écoutez, je vais me prendre une volée de bois vert, mais je trouve le style “enfantin” genre j’ai fait ça quand j’étais au lycée et que je m’emmerdais en cours… Pourtant, y’a indéniablement du boulot, niveau ombrage, mais ça manque de netteté je trouve.

En fait, j’accroche pas du tout !

A ce niveau là, ce n’est plus de l’emmerdement ! :mrgreen:

Si tu arrivais à faire ça ne cours je te conseil de reprendre tout de suite le dessin tu arriveras à bien bosser et rapidement.

Le travail de volume et de précision, le tout en ombrage sans ligne claire est absolument sublime.

Non, mais arrêtez, là !!! ^^ Vous savez bien que c’est des conneries, faut être un petit génie* pour dessiner comme ça au lycée ! :mrgreen: :wink: [size=50] Vous allez pas quand même lui demander de poster ces boulots en arts pla de lycée, pitié ! ^^ o0[/size]
*[size=85]Et c’est encore plus rare depuis le jour M, ce genre de mutant ! ^^[/size]

http://img15.hostingpics.net/pics/470008Sanstitre2.jpg

Batman: Death by Design de Chip Kidd & Dave Taylor est une œuvre frustrante, je l’attendais depuis quelques temps et en faite c’est moyen. Certes au vu des previews, on ne pouvait que danser du popotin devant les planches et c’est awesome à ce niveau! Sincèrement c’est vraiment somptueux et chaque pages est une œuvre en soit, c’est du masterpiece de compétition. On se perd dans la ville comme n’importe quel touriste pourrait se perdre dans la ville de Gotham City. Les dessins sont vraiment différents de ce qui nous est proposé actuellement dans l’univers du Dark Knight, que ce soit dans le style en lui-même que dans la représentation de ses protagonistes. En effet ici Bruce sous le costume du héros nous apparait plus fluet, un peu plus proche que le personnage à ses débuts ce qui n’est pas un mal. Je ne dis pas que le Batman actuel est une montagne de muscle, ce n’est pas du tout le cas, mais avec ce récit on est loin de l’homme perfect et j’aime bien justement vu que cela lui confère un aura encore plus dangereux tout au long du récit. Le design de Bruce aussi est un peu plus en retrait que dans les autres œuvres vu qu’il est ici assez quelconque bien que toujours aussi mignon. En faite il passerait presque inaperçue parmi les autres habitants de Gotham.
D’ailleurs cela peut être problématique si on ne fait pas attention, le personnage nous apparait plus en retrait et si on ne fait pas attention, on peut ne pas le remarquer dans les cases, personnellement cela ne me dérange pas, cela lui donne un côté plus quelconque, plus proche du peuple j’ai envie de dire ce qui n’est pas un mal en soit. Les autres personnages du récit sont tout aussi bien dessinée, notamment les ennemis de Bruce qui nous apparaissent tout de suite charismatique et foncièrement pervers et dangereux, il n’y a pas besoin de dialogue pour ça au contraire.

En ce qui concerne les décors et les actions, c’est vraiment soigné, les pages sont vivantes et la ville de Gotham n’a jamais était aussi belle je trouve, chaque page nous permet de découvrir un des aspects de la cité et de la vie de ses habitants, et même quand on la connait depuis des années, on ne peut être que émerveillé ou choqué car elle reste la ville du vice.
Les scènes ne sont pas statiques comme on pouvait le craindre au vu des previews, au contraire, la aussi c’est vivant et on ressent chaque scène de folie, de violence comme si on y était, on est autant effrayé que les protagonistes principaux du récit et au final je peux dire qu’on ne peut pas être déçue devant autant de beauté. Pour autant, déception il y a comme je l’ai dit, mais celle-ci vient du scénario, je n’attendais pas le récit du siècle mais une œuvre qui pourrait rester dans les esprits des années après et je pense que cela ne sera pas le cas. Ici on a une simple histoire de vengeance qui pourtant était awesome dans ses fondations, en effet, Gotham change de plus en plus, la ville s’agrandit, possède des nouveaux bâtiments, il y a une effervescence dans la ville digne de l’ère industrielle et pourtant tout ne va pas aussi bien qu’on peut l’espérer, des accident arrivent, des morts et j’en passe. Un concept comme celui-ci, qui s’intéresse à Gotham, son architecture, son économie sous fond d’œuvre criminel ne peut être qu’awesome en soit et cela ne va pas car le scénariste rend le tout un peu trop indigeste à mon gout!

En effet, ici on voit qu’il maitrise son sujet, il n’y a pas de doute à ce sujet, le problème vient plutôt du fait qu’il donne un air encyclopédique au tout qui n’aide pas vraiment à entrer dans le récit dont on se détache à plusieurs reprises, et pourtant ici il a des idées vraiment sympathique en plus de sa thématique globale, je pense notamment à la caractérisation de certains personnages comme le Bruce Wayne visionnaire et philanthrope, ou le Joker qui bien que toujours aussi fou est ici un criminel que l’on pourrait facilement retrouver dans un bon polar sans que cela ne fasse strange. Pour autant les nombreux dialogues sont trop lourds et à de nombreux moments on a envie de dire, qu’Est-ce que tu racontes, tu ne peux pas aller plus vite. En faite on a l’impression que ce sont les architectes qui nous parlent directement en faisant l’apologie de leur projet ce qui est d’un ennuis. D’ailleurs les dialogues cassent le rythme à plusieurs reprises et au final, j’ai envie de dire heureusement qu’il y a les dessins pour nous tenir éveiller car sinon ce serait un échec total.
J’en attendais peut être un peu de trop mais vu que nous fumes beaucoup à l’attendre, au final on pourrait presque dire « tout ça pour ça. » C’est une œuvre Noir à n’en pas douter mais dont le récit ne convient pas forcément au format qu’il a adopté malheureusement et bien qu’il reste les dessins qui comme je l’ai dit sont magnifiques et qui me ferait recommander l’œuvre pour eux uniquement, je ne sais pas.

C’est à voir certes, à acheter je ne sais pas! Déception je suis
Si d’autres ont eu l’occasion de le lire, je serai intéresser de savoir ce que vous en pensez.