BATMAN vs DEATHSTROKE (Priest / Pagulayan, Benes)

batman-vs-deathstroke

Batman vs deathstroke

Au cours d’une enquête sur le vol de documents illégaux, Batman apprend une terrible nouvelle : Damian ne serait pas son véritable fils.

Les tests ADN semblent indiquer qu’un autre redoutable combattant serait son géniteur : Deathstroke, l’exterminateur ! Décontenancé par cette révélation, le Chevalier Noir va devoir retrouver Slade Wilson et le forcer à avouer la vérité sur ce retournement de situation.

INFOS

SCÉNARISTE : PRIEST CHRISTOPHER - DESSINATEUR : PAGULAYAN CARLO
  • Public : 12+
  • Collection : DC REBIRTH
  • Date de sortie : 08 novembre 2019
  • Pagination : 144 pages
  • EAN : 9791026816904
  • Contenu vo : Batman vs. Deathstroke (Deathstroke #30-35)

Bah, pourquoi ne pas diffuser ça dans la série Deathstroke ?

Parce que « Batman », ça fait vendre !

Elle est complètement out of Deathstroke. N’oubliez pas, c’est une série dans la série et le pourquoi je vois Priest prendre la suite de King.

J’aimerais bien qu’il ait la chance de jongler avec de gros jouets comme ça. C’est un scénariste que j’ai toujours apprécié, même si sa veine récente (enfin, les vingt dernières années, quoi, depuis Black Panther) me semble moins facile d’accès, et je serais ravi que sa carrière soit récompensée par une prestation sur le devant de la scène.

Jim

Ses épisodes sur le précédent volume de Justice League étaient bons.

Ouais, son système non linéaire ponctué par des cartons noirs était un peu plus lisibles que dans Deathstroke. Série que j’aime beaucoup, mais qui demande une longue immersion, quand même. Mais un peu même syndrome dans Black Panther, faut reconnaître. Ça génère un sentiment genre « c’est super, mais je comprends pas tout ». Auteur pas facile, je trouve, perso.

Jim

Exigeant, peut être. Mais j’ai eu plus de facilité avec qu’avec les FF d’Hickman, je pense.

Moi aussi.
Mais la difficulté ne me semble pas relever du même truc.
Chez Hickman, c’est souvent l’avalanche de concepts (bien barrés souvent) qui écrase le récit, et notamment les personnages. Bon, j’ai du retard de lecture sur ses X-Men, mais je trouve qu’il parvient à remettre un peu de cœur dans la mécanique.
Chez Priest, il y a plein d’affect, beaucoup de personnages en souffrance ou en colère, mais en revanche, il y a une narration pas linéaire. Sur Black Panther, il lançait des tas de pistes en même temps, faisant avancer des tas de personnages apparemment disparates. Sur Deathstroke, il décrit plusieurs scènes à différents moments chronologiques, si bien qu’on ne sait plus où est le présent. Et ses cartons noirs de « situation » rajoutent à la confusion.

Jim

Jim, ce que tu dis est vrai. Cette sensation d’être passé à côté est présente dans Deathstroke.

Je crois que c’est une série qui souffre difficilement d’être morcelée, d’avoir un récit sorti du reste pour être « lu à part ».

Jim

Est-ce que c’est pré-publié dans ce qui reste ? (ou post-publié, au choix)

Il me semble que c’est pour l’instant inédit : de mémoire, la série Deathstroke s’est arrêtée, en mag, vers l’épisode 25.

Jim

Merci