BLOODY DELINQUENT GIRL CHAINSAW (Hiroki Yamaguchi)

[quote]DATE DE SORTIE PREVUE

5 mars 2016 (Japon)
Indéterminée (France)

REALISATEUR

Hiroki Yamaguchi

SCENARISTE

Mitsunori Fukuhara, d’après le manga Chimamire Sukeban Chainsaw de Rei Mikamoto (inédit en V.F.)

DISTRIBUTION

Rio Uchida, Seira Satô, Mari Yaachi…

INFOS

Long métrage japonais
Titre original : Chimamire Sukeban Chainsaw
Genre : action/horreur
Année de production : 2016

SYNOPSIS

Giko Nokomura, lycéenne et délinquante, affronte ses camarades de classe qui se sont transformés en zombies…[/quote]

La bande-annonce :

Hey, y’a une idée complètement repompée sur un film de Takashi Miike, dans un des plans de cette BA ; je pense à celui qui concerne une sarbacane d’un genre un peu particulier, pour dire le moins. :open_mouth:

Sinon, obsession des petites culottes + gore débridé à base de tronçonneuses déchaînées = pas de doute, c’est du cinoche d’exploitation nippon. :wink:

Les jap’ devraient arrêter d’adapter des bouquins en films, ou tout simplement d’arrêter les films tout court avec leur jeu d’acteur moisi.

Eh bien, voilà un avis qui a l’avantage de la mesure. :unamused:

Les “japs”, comme tu dis (pourquoi pas les “tongs”, à ce compte-là ?), ont une belle histoire de cinéma derrière eux (l’une des plus belles en fait), et encore une petite dizaine de très grands réalisateurs en activité, ce dont toutes les nations ne peuvent se targuer… Le “jeu moisi” des acteurs ne les a pas handicapés à ce point manifestement.

En ce qui me concerne, ils peuvent continuer à faire des films et plutôt deux fois qu’une ; heureusement ils vont allègrement se passer de mon opinion comme de la tienne et faire exactement ce qu’ils veulent.
Libre à toi de ne pas regarder.

[quote=“Photonik”]…]

Les “japs”, comme tu dis (pourquoi pas les “tongs”, à ce compte-là ?), …][/quote]

C’est la deuxième fois que je vois ce terme aujourd’hui sur ce forum, étonnant. :open_mouth:

Tu parles de “japs” ?

Oui. :smiley:

C’est vrai que mon commentaire n’est pas clair.

Moi aussi ça m’étonne.

Comme je n’ai aucune raison de soupçonner de racisme notre camarade forumeur, j’imagine que pour certain(e)s cette “appellation” n’a rien d’infamante, ou à tout le moins désobligeante. Or pour moi elle l’est clairement.
Les militaires américains (ou les vétérans plus tard) durant le second conflit mondial utilisaient cette dénomination, et quand on connaît les rapports de l’époque entre les deux peuples, on se dit que c’est un peu l’équivalent du “fritz” des français pour qualifier les allemands. Pas une politesse donc.

Moi ça me fait penser à “portos” ou “tos” pour qualifier les portugais. C’est-à-dire à une façon pas très digne de qualifier un peuple étranger…

Ca me rappelle surtout le jeu video lollipop chainsaw. Y a une corrélation quelque part (ou juste un “plagiat”)?

Je ne crois pas que ce soit corrélé.
Mais d’autres films japonais antérieurs ont des titres et une esthétique un peu similaires, un tout du moins, c’est “Negative Happy Chainsaw Edge”.
Quant à une adaptation japonaise de “Lollipop Chainsaw” à proprement parler, il y en a une apparemment…mais dans le registre des films un peu olé-olé, à ce que j’ai pu voir après une recherche rapide.

[quote=“Photonik”]
Les militaires américains (ou les vétérans plus tard) durant le second conflit mondial utilisaient cette dénomination, et quand on connaît les rapports de l’époque entre les deux peuples, on se dit que c’est un peu l’équivalent du “fritz” des français pour qualifier les allemands. Pas une politesse donc.[/quote]

C’est marrant, “Fritz” me parait moins péjoratif que “boche” ! Peut être parce que mon grand-père employait surtout cette dernière expression !

On dirait le manga “Carnage à la tronçonneuse”'je crois que c’est ça le titre français)

Je vais très probablement le regarder. On est d’accord, ça ne casse pas trois pattes à un canard mais la combo zombi + lycéenne + tronçonneuse ça me plaît.
Tien, j’irai bien rejouer à Lollipop Chainsaw. :smiley:

Je cherche encore à savoir ce que la fille lance avec son entre jambe à 53~54 sec’, je le regarderai à coup sûr.

Non, “Carnage à la tronçonneuse” est un autre manga :

manga-sanctuary.com/bdd/manga/12599-carnage-a-la-tronconneuse/

moi c’est le manga que j’attend!

Comme tu dis, les tchings tchongs ont une belle cinématographie, mais c’était avant. Comme pour le ciné Français. C’est du passé. Kurosawa, Hayao Miyazaki, pour ne citer qu’eux, sont des pilliers cinéma japonais.
Mais aujourd’hui, on a des “trucs” comme ça. Quand je vois ton commentaire, on a l’impression que tu glorifie ce type de films. Pourtant, par rapport a des films comme “Les 7 Samouraï”, “Kagemusha”, “Yojimbo” et “Sanjuro” Qui sont tous de Kurosawa. Ou encore les Ghibli.
Je me demande ce qu’ils en pensent ces vieux réalisateurs de ces nouveaux films Japonais, eux, qui sont a l’origine de cette si “Grande” histoire du cinéma Japonais.

Sans déconner, c’est raciste de dire ou d’écrire “jap” ? Ben merde alors, moi qui pensais que c’était seulement le diminutif de “japonais”, un peu comme “ricain” quoi…

Pour ma part, j’ai du mal à comparer le cinéma japonais moderne à celui d’antan mais je dois bien avouer que des cinéastes japonais géniaux à la hauteur des Kurosawa, il y en a encore. Quand je vois les films de Tsukamoto, Nakashima, Miike et autre Sono Sion, je me dis que la maitrise est toujours là. Il suffit de jeter un coup d’oeil à 13 assassins ou Love exposure pour s’assurer des talents modernes nippons. Alors certes, les motivations et les scénarios sont un peu plus décontractés qu’à l’époque (et encore quand on voit des oeuvres aussi complexes que Kotoko, ça se discute).

En ce qui concerne le genre du film cité, le shocker / gore, pour moi ce n’est qu’une forme d’expression qui a vu naitre de sacré bon film comme Tokyo gore police ou Machine girl. C’est un cinéma qui reflète la complexité de la société nippone moderne, à mon avis. Et puis rappelons que le premier Gojira est sorti en 1954, et il n’a pas pris une ride. Je suppose qu’à l’époque aussi on sortait les mêmes arguments.

Bref chacun ses gouts, mais de là à dire que l’on assiste à une déliquescence de l’intelligence cinématographique, j’ai assez vu de trucs qui m’ont fascinés ces derniers temps pour m’inscrire en faux.

Le seul truc que je regrette parfois c’est le cinéma marketing façon Hollywood comme le reboot Toho de Gojira qui aurait pu être autre chose qu’un reboot, mais ce n’est qu’un discours de vieux fan nostalgique … :smiley:

Je ne sais pas, ce n’est que mon opinion et chacun fait comme il veut. Moi je trouve pas ça terrible mais c’est pas si grave.

[quote=“Ccyno”]

Comme tu dis, les tchings tchongs ont une belle cinématographie, mais c’était avant. Comme pour le ciné Français. C’est du passé. Kurosawa, Hayao Miyazaki, pour ne citer qu’eux, sont des pilliers cinéma japonais.
Mais aujourd’hui, on a des “trucs” comme ça. Quand je vois ton commentaire, on a l’impression que tu glorifie ce type de films. Pourtant, par rapport a des films comme “Les 7 Samouraï”, “Kagemusha”, “Yojimbo” et “Sanjuro” Qui sont tous de Kurosawa. Ou encore les Ghibli.
Je me demande ce qu’ils en pensent ces vieux réalisateurs de ces nouveaux films Japonais, eux, qui sont a l’origine de cette si “Grande” histoire du cinéma Japonais.[/quote]

Je ne rebondis sur ton “tching-tchong” introductif, j’imagine que tu fais un peu de provoc’ (gentiment).

Là encore, ce n’est que mon avis, mais en l’occurrence je suis sur la ligne de Friedrich. Le cinéma japonais a peut-être connu des jours meilleurs, mais y’a encore un paquet de cinéastes plus qu’excellents en activité. Peut-être que tu les connais pas, tout simplement ?

Mamoru Oshii, feu Satoshi Kon qui était encore actif il y a 6 ou 7 ans maintenant, Matsumoto, Sono Sion, Tsukamoto, Kiyosho Kurosawa, Hosoda, Otomo : ce sont tous des cinéastes passionnants et ils sont tous (sauf Kon, et pour cause) en activité. Et je ne parle pas de Kore-eda que je connais pas mais dont les films ont une belle aura un peu partout…
Et j’en oublie bien sûr.

A part ça je glorifie rien du tout, mais quand je vois des avis un peu à l’emporte-pièce, je me permets de réagir et d’y aller de mon petit grain de sel. Libre à toi d’en penser ce que tu veux.