BROOKLYN AFFAIRS (Edward Norton)

9818

DATE DE SORTIE FRANCAISE

4 décembre 2019

REALISATEUR & SCENARISTE

Edward Norton, d’après le roman de Jonathan Lethem

DISTRIBUTION

Edward Norton, Bruce Willis, Willem Dafoe, Alec Baldwin, Michael Kenneth Williams…

INFOS

Long métrage américain
Genre : drame/thriller
Titre original : Motherless Brooklyn
Année de production : 2019

SYNOPSIS

New York dans les années 50. Lionel Essrog, détective privé souffrant du syndrome de Gilles de la Tourette, enquête sur le meurtre de son mentor et unique ami Frank Minna. Grâce aux rares indices en sa possession et à son esprit obsessionnel, il découvre des secrets dont la révélation pourrait avoir des conséquences sur la ville de New York…
Des clubs de jazz de Harlem aux taudis de Brooklyn, jusqu’aux quartiers chics de Manhattan, Lionel devra affronter l’homme le plus redoutable de la ville pour sauver l’honneur de son ami disparu. Et peut-être aussi la femme qui lui assurera son salut…

Tiens, celui-là ne devrait pas aller directement à la case DVD.

Jim

La bande-annonce :

Ca me branche bien ça.

Moi aussi.

(Mais je ne dirais rien concernant le titre)

Jim

V1

Moi aussi, mais moins pour le casting (sacrément costaud, même s’il y a quelques têtes d’affiche en perte de vitesse dans le lot) que pour l’auteur qui est ici adapté. J’ai lu un roman de Lethem, « Chronic City », qui m’avait beaucoup emballé à l’époque ; celui-là est très réputé, probablement un de ses meilleurs à en croire les « spécialistes » de l’auteur.
D’autre part, Jonathan Lethem a tâté du scénario de comics, puisqu’il est l’auteur de la reprise/remake/reboot de « Omega The Unknown » (créé par Steve Gerber et Mary Skrenes au mitan des années 70) parue il y a une douzaine d’années ; j’adore ce titre, que ce soit la version 70’s ou la version années 2000…
D’autre part, Jonathan Lethem est également connu comme étant un spécialiste extrêmement pointu de l’œuvre de Philip K. Dick ; il a très activement collaboré à la publication de la somme titanesque de Dick, son « Exégèse ».

Brooklyn_Affairs-5
Comme je le dis sur mon blog [Pour en savoir +] ; on ne peut pas ne pas penser à Chinatown en regardant Brooklyn Affairs.
Sauf qu’on dirait presque, que le film d’Edward Norton est une inversion de la structure narrative du Faucon Maltais.

Chose plus étonnante encore, Brian Azzarello dans Cage, dessinée par Richard Corben, dont le scénario s’inspirait déjà de Dashiel Hammett [Pour en savoir +] et utilisait l’urbanisation en tant que révélateur de la ségrégation.
Je me permettais d’ailleurs de citer -déjà- nommément, Robert Moses dans ma critique de la mini-série made in Marvel MAX.

Si Brooklyn Affairs est pour moi une belle réussite, il le doit aussi au travail des doubleurs français, vous l’avez compris je l’ai vu en version française, avec un Bernard Lanneau tout simplement stupéfiant de justesse.
Question réussite, le score du film de Daniel Pimberton, se pose un peu là.
En guest Wynton Marsalis ; excusez du peu !

Bref, comme on dit dans l’immobilier : « eau et gaz à tous les étages » !

Pour le coup je l’ai vu en VO et j’ai trouvé ça très moyen. Pour être honnête j’ai même fini le film en avance rapide. Bonne ambiance, super BO, sur le papier un scénario polar, mais au final, bof.

Norton n’est pas bon pour jouer un mec avec ce syndrome, j’ai pensé en permanence à la scène de Tropic Thunder ou les mecs expliquent à Ben Stiller que quand il joue un demeuré c’est lui qui est un idiot et qu’il n’est pas Tom Hanks, ben là c’est pareil. Le changement de voix entre la voie normale et celle du syndrome ne passe pas (pee wee herman dans la voie du syndrôme), certains tics sont trop poussés. Le mec est censé être un loser breaks, mais globalement c’est le super enquêteur trop fort…

L’intrigue ben j’ai eu du mal a comprendre les rapprochement même après 1h30 de films, j’ai trouvé certaines longueurs, malgré de très bon passage inutile (celui dans le club de jazz). Je pense que si le film avait été coupé d’un bon 20-30 minutes j’aurais aimé. Là j’ai finis par laissé tomber. Lassé de ne pas comprendre le pourquoi du comment de voir que certains personnages ne servent à rien…