CABLE #1-12 (Gerry Duggan / Phil Noto)

Ah-ah, c’est un peu une arnaque, là, mais une arnaque bien faite.
On avait laissé le tournoi à un énorme avantage pour Arakko (17-6) du fait des tricheries de Saturnyne. On voit ici l’affrontement de Kid Cable avec la femme de Doug, qu’il hésite à tuer - et qui finit par le vaincre ; 18-6, donc. Gorgone doit affronter White Sword et ses 1.000 guerriers, et… il en tue 13. Ca fait 19-18 pour Krakoa, et les Arakkii forcent White Sword à aller lui-même. Il tue Gorgone, donc 19-19 et on arrive au duel final entre Apocalypse et sa femme. Sauf que, sur Krakoa, Cyclope et Jean apprennent le sort de Kid Cable, et ne supportent pas que leur « fils » subisse ça ; ça va chier, et très vite.
Bon. Bon, bon… c’est quand même une arnaque, ouais. Parce que le fameux tournoi a été tourné en dérision, ce qui est une vraie surprise, donc un bon point ; mais j’ai une petite déception, quand même. Oh, je sens que les trois dernières parties vont livrer de vraies batailles, mais… il n’y aura quand même pas les duels prévus, annoncés, préparés sur plus de douze épisodes.
Après, ça se lit bien, ici. Gerry Duggan insiste sur le lien père/fils entre Scott et Nathan, ce qui surprend toujours connaissant le vieux Cable et Cyclope. Mais c’est quand même cohérent si on se souvient notamment de la mini-série où Cyclope et Jean élèvent Nathan dans le futur, où la relation est forte même si Nathan ignore que Slim est son vrai père. Je tique plus sur Jean qui considère Nathan comme son fils, mais… bon, au fond, oui, cette mini-série fait aussi le job pour ça.
J’ai hâte de voir « papa et maman » venir récupérer leur gamin et taper Arakko, et le duel Apocalypse/Genesis donne envie. Gerry Duggan écrit bien tout ça, c’est fluide et pertinent. Phil Noto a un style un peu figé, donc les combats ne sont pas aussi dynamiques qu’ils le pourraient, mais ça fonctionne quand même et c’est joli.

Une arnaque bien faite, que j’applaudis pour le principe même si je suis un peu déçu. M’enfin, la grosse bagarre approche, et c’est cool.

cable7c

(W) Gerry Duggan (A/CA) Phil Noto
A TALE OF TWO TIMELINES!
Reeling from the events of X OF SWORDS, Cable turns back to the matter of missing mutant babies… a matter he knows a thing or two about.
Rated T+
In Shops: Jan 20, 2021
SRP: $3.99

cable71

cable72

Gerry Duggan à sa première histoire après avoir dérivé sur les Spaceknights et avoir été pris dans X of Swords. Et c’est bien, vraiment.
Cable recrute Rachel pour enquêter sur l’enlèvement de cinq bébés mutants, avec une relation conflictuelle avec la police. Ils identifient les kidnappeurs, des membres du la Church of X qui vénèrent les mutants, mais il s’avère que le responsable ment aux adeptes et est en outre manipulé/contrôlé par Stryfe. Cela va pousser Cable à enquêter sur lui et le passé, donc son futur car Duggan établit bien que Kid Cable va « devenir » le Cable qu’on connaît (et qu’il tue).
Bon, c’est franchement agréable à suivre. Kid Cable est un personnage qui gagne peu à peu de l’épaisseur, notamment par rapport à ce « destin » qu’il doit avoir et qui le ronge. Les interactions avec Rachel sont bonnes, et si Phil Noto a un dessin figé, ses ambiances et visages sont réussis.

La série demeure l’une de mes préférées dans la franchise.

cable8c

CABLE #8

Written by: Gerry Duggan.

Art by: Phil Noto.

Cover by: Phil Noto.

Description: Cable gets together with his - « ahem » – intimate friend Domino long before they ever met! Will it be a fortunate encounter? Or has Cable met his match?

Pages: 32.

Price: $3.99.

In stores: Feb. 13.

cable81

cable82

Gerry Duggan embraye intelligemment sur la suite de sa série, qui renoue avec l’univers « original » du vieux Cable. Le jeune Cable papote avec Domino, découvre surtout que l’enquête sur les bébés enlevés mène à Stryfe, qui l’oppose à plusieurs clones de lui-même. Bagarre, coup de chance, et final avec le vieux Cable pour lier tout ça.
Sobre, efficace, agréable.
Gerry Duggan n’invente rien ici, mais utilise intelligemment quelques éléments passés pour bien animer son Cable, agréable à découvrir par ses doutes et failles. Phil Noto illustre ça sobrement, avec une ambiance qui me plaît désormais bien.

La série reste l’une de mes préférées.

Et elle s’arrêtera au #12.

Haha, faut pas que j’aime une p’tite série, moi. :smiley:

Les couvertures des deux derniers numéros :

cable11

cable12

cable9c

CABLE #9

Written by: Gerry Duggan.

Art by: Phil Noto.

Cover by: Phil Noto.

Description: Cable’s future is coming back to haunt him…and he isn’t ready. Yet.

Pages: 32.

Price: $3.99.

In stores: March 24.

cable91

cable92

Vous préférez le tennis de table?
Ou le pénis de Cable?

Elle va me manquer, cette série, quand elle disparaîtra - parce que je la considère vraiment comme la meilleure de la franchise X-Men.
Gerry Duggan continue de très bien maîtriser son personnage principal, avec aussi une bonne gestion d’Esme, Scott ou des autres. J’aime bien son jeune Cable, perdu entre la charge de l’héritage paternel mais aussi du « lui » futur. J’apprécie qu’il sente qu’on lui en veut pour ce qu’il a fait, et j’apprécie surtout sa volonté farouche de sauver les bébés enlevés. Son enquête a du sens, les interactions sont fluides, et le cliffhanger donne clairement envie de lire vite la suite.
Phil Noto a un style figé, mais l’ambiance qu’il met et l’ensemble fonctionne vraiment bien.

Ah oui, le titre va me manquer… mais en attendant, quel plaisir de lecture !

CABLE2020010_Preview

THE CHILD OF SUMMER!

As Cable and company draw closer to the secret of the missing child, a reckoning draws ever closer.

Cable (2020-) #10

Written by Gerry Duggan
Art by Phil Noto
Cover by Phil Noto
Release Date : April 28, 2021

CABLE2020010_Preview-2

CABLE2020010_Preview-3

Bon sang, cette série va me manquer quand elle s’arrêtera au #12. Gerry Duggan, que j’ai fui sur Marauders après des numéros qui m’ont complètement déplu, me plaît par contre définitivement ici. J’adore son portrait de Kid Cable, sa gestion des doutes, peurs et espoirs de ce gamin qui essaye de bien faire, mais demeure terrorisé par le poids de son futur, tellement connu autour de lui.
Ici, Kid Cable veut carrément « rappeler » le fameux « Old Man » qu’il a tué (lui-même vieux, donc), mais Emma (qui pourtant fait tout pour le séparer d’Esme) et Cyclope tentent de le raisonner. La relation Kid Cable/Scott demeure l’une des étonnantes et rares très bonnes surprises de la relance de Hickman, c’est mignon et touchant. Le cliffhanger évoque clairement un lien entre Kid Cable et le Cable classique (qui a lui aussi l’épée), alors que les encarts explicatifs nourrissent le contexte pour une fois (c’est quand même rare que ça soit utile, ces trucs).
Phil Noto conserve son style daté et figé, mais qui fonctionne bien sur le titre, quand même. Il créé une belle ambiance, et demeure pleinement associé à Kid Cable.

Ouaip, c’est une bien bonne série qui va me manquer.

CABLE2020011_Preview-page-001

(W) Gerry Duggan (A/CA) Phil Noto
SUMMERS END!
Some summers seem like they will never end. And some end too soon.
Rated T+
In Shops: Jun 30, 2021
SRP: $3.99

CABLE2020011_Preview-page-002

CABLE2020011_Preview-page-003

Dommage que Phil Noto semble tirer la langue pour ce dernier numéro.

Ah, il y a eu changement ? J’avais vu que ça s’arrêtait au #12

Oui non je me suis trompé.

Matt Lesniewski

IMG_20210701_075608
IMG_20210701_075604

Tiens, un coloriage.

Tss